Pour les végan·e·s

Publié il y a 3 mois -


Le véga­nisme (lien:y7u5) est un sujet com­plexe et contro­ver­sé dépas­sant le cadre d’une « veille scien­ti­fique » sur nos choix en matière de nutri­tion et habi­tudes de vie… Sa dimen­sion éthique — que certain·e·s n’hésitent pas à taxer de « reli­gieuse » — voue à l’échec toute ratio­na­li­sa­tion du débat. Je laisse donc la parole à des per­sonnes qui ont tra­ver­sé cette expé­rience, la pre­mière avec sa famille pen­dant trois décen­nies, la seconde en solo moins long­temps, mais avec un regard ren­du cri­tique par sa culture scien­ti­fique.

J. a tra­duit et publié sur son blog Le mythe végétarien un article de Denise Minger inti­tu­lé “For Vegans” (source lien:c56i). Sa tra­duc­tion est ici : lien:qm5j.

Denise Minger aborde le sujet sur un ton bien­veillant, s’adressant à des lecteurs/trices qui auraient opté pour le végé­ta­lisme (lien:opzr, aspect nutri­tion­nel du véga­nisme) pour des rai­sons de res­pect de la vie ani­male et de pré­ser­va­tion de l’environnement. Elle construit son pro­pos à par­tir de don­nées scien­ti­fiques, indi­quant tout ce qu’un·e adepte devrait inclure à son régime pour pré­ser­ver sa san­té sur le long terme.

La plu­part des points abor­dés ont été docu­men­tés ailleurs sur mon site — voir mes articles — Protéines – Glucides ou lipides ? etc. — mais j’insiste sur le fait que la solu­tion opti­male n’est pas iden­tique pour tous les indi­vi­dus.
voir ma page Nutrition, qui écouter ?

Il reste que cer­tains choix en matière de nutri­tion ou de style de vie convergent statistiquement vers une meilleure lon­gé­vi­té ou un désastre avant l’heure. Taty Lauwers, elle aus­si ancienne végé­ta­rienne, com­mente avec brio l’article de Minger, n’hésitant pas à décla­rer (lien:bqsg) :

Je reviens à mon antienne : en Occident actuel, une per­sonne sur dix est construite pour man­ger végétarien pur au long cours (eh oui, il faut bien pré­ci­ser « actuel » car nous sommes en voie de dégé­né­ra­tion accé­lé­rée, ce qui est vrai aujourd’hui ne l’était pas il y a soixante ans) ; une per­sonne sur cent peut tes­ter végane au long cours. Si cent mille Américains sont véganes « de croi­sière », on pour­rait ima­gi­ner mille per­sonnes sou­riantes. C’est bien léger : on oublie que 99 000 per­sonnes sont en souf­france !

Car c’est bien ici que le bât blesse : cha­cun se croit légi­time d’ériger son cas indi­vi­duel en loi uni­ver­selle : « Ce qui est bon pour moi est cer­tai­ne­ment bon pour tous les autres ». En cas d’échec, soup­çon­ner la per­sonne embar­quée dans l’expérience de ne pas avoir fidè­le­ment sui­vi les ins­truc­tions…

Image de progagande associant le régime végane à la santé artérielle
Image de pro­ga­gande asso­ciant le régime végane à une meilleure san­té car­dio­vas­cu­laire (source : lien:1ouc).
Doublement mani­pu­la­toire : voir les rai­sons dans mon article Pourquoi dimi­nuer le cho­les­té­rol ?

Il a suf­fi de quelques mil­liers de sur­vi­vants du can­cer (ou de la séro­po­si­ti­vi­té) pour créer un mou­ve­ment de défiance envers tout trai­te­ment médi­cal, alors que le taux de rémis­sions spon­ta­nées n’est jamais nul, même pour des mala­dies les plus graves. De sorte que la gué­ri­son d’un indi­vi­du (ni même d’un petit groupe) ne prouve pas l’efficacité de la méthode ; de nom­breuses variables confon­dantes (lien:7f6i) rendent incer­taines les conclu­sions. Or, celles et ceux qui ont par mal­chance cru au miracle de la méthode « alter­na­tive » pro­mue par un de ces « sur­vi­vants » ne sont plus là pour en témoi­gner… C’est l’équivalent de ce qu’on appelle un « biais de sélection ».

Même chose pour les ama­teurs de régimes extrêmes qui s’extasient sur une amé­lio­ra­tion per­çue à court terme, simple effet de l’adaptation de leur orga­nisme à un nou­veau modèle nutri­tion­nel. Pour ne pas har­ce­ler exclu­si­ve­ment les végé­ta­liens, j’inclus à ma cri­tique les affi­cio­na­dos de régime « céto­gène car­ni­vore » (100% de viande) qui ne semblent exis­ter que pour défier les pre­miers. Sur le long terme, la plu­part n’en meurent pas, du moins pas direc­te­ment si l’on excepte quelques nour­ris­sons mal­trai­tés par des parents fana­ti­sés.

Les 90 à 99% men­tion­nés par Taty Lauwers vont plu­tôt mal, mais lorsqu’ils s’avisent de renier leurs croyances (convic­tions ?) c’est sou­vent pour subir l’ostracisme de leurs anciens cor­ré­li­gion­naires. S’ils osent même témoi­gner en public, ce rejet peut déra­per en vio­lence ver­bale ou phy­sique : Lierre Keith, auteure de Le Mythe végétarien (lien:pxp8), s’est déjà fait tabas­ser ; de plus, elle se pré­sente comme lesbienne, ce qui ne peut qu’aggraver son cas. 🙁

Denise Minger était une sur­douée ving­te­naire incon­nue — « Mon blog avait seulement 6 lec­trices dont 5 étaient ma mère sur 5 connexions dif­fé­rentes !» — deve­nue célèbre, entre ado­ra­tion et dia­bo­li­sa­tion, le jour où elle a sou­li­gné (lien:v2x4) après exa­men appro­fon­di des don­nées brutes, les inco­hé­rences et erreurs métho­do­lo­giques de la China Study du Dr. T. Colin Campbell (lien:x2ep). Le bou­quin de Campbell fait office de bible des végé­ta­liens sur de nom­breux forums…

À pro­pos du végé­ta­risme — moins res­tric­tif que le végé­ta­lisme, bien que la confu­sion entre les deux soit fré­quente (lien:kytp) — Taty Lauwers sou­ligne l’évolution délé­tère de cette pra­tique, cau­sée selon elle par une dégra­da­tion de la qua­li­té des pro­duits et l’avènement d’une « ali­men­ta­tion saine » indus­trielle. Dans un aper­çu intro­duc­tif (lien:s8ls) de son ouvrage en cours d’édition Végétarisme et bon sens, elle cite le Dr. André Passebecq — dont je lisais pieu­se­ment le jour­nal à la belle époque : « Jusqu’à l’introduction du lait de soja, les végé­ta­riens étaient des modèles de san­té. »

Le Triomphe de la Mort, tableau de Pieter Brueghel l'Ancien
Le Triomphe de la Mort, de Pieter Brueghel l’Ancien (Wikimedia Commons)


7 recommandation(s)
comments icon Commentaires
0 commentaires
419 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.