Faut-il jeter les enquêtes nutritionnelles ?

 -  -  27


Et si toutes les recom­man­da­tions nutri­tion­nelles étaient fausses ? La ques­tion se pose à la lecture d’un article d’Edward Archer, Carl J. Lavie et James O. Hill : The Failure to Measure Dietary Intake Engendered a Fictional Discourse on Diet-Disease Relations (L’échec des mesures de prise nutri­tion­nelle a engendré un discours fictionnel sur les asso­cia­tions régime-maladie) publié en novembre 2018 dans Frontiers in Nutrition.

Si (presque) toutes les données collec­tées dans les enquêtes nutri­tion­nelles sont fausses, alors (presque) tout ce qu’on raconte sur l’as­so­cia­tion à un risque de maladie chro­nique d’un aliment ou d’un régime alimen­taire est erroné. Au panier les « cinq fruits et légumes par jour » du Programme National Nutrition Santé (PNNS lien:k41o) en France ? D’autres auteurs ont déjà signalé les limites de l’en­quête SU.VI.MAX dont est issu ce slogan simpliste (lien:lk30).

Les enquêtes nutri­tion­nelles sont utili­sées dans le monde entier pour élaborer des recom­man­da­tions de bonnes pratiques adres­sées au public et aux établis­se­ments chargés de restau­ra­tion collec­tive : écoles, hôpi­taux, maisons de retraite etc. Des erreurs de données ou d’ana­lyse pour­raient induire des propo­si­tions inadé­quates en termes de macro­nu­tri­ments, micro­nu­tri­ments ou besoins calo­riques. Les biais inhé­rents à la métho­do­logie (objet de l’ar­ticle lien:fvyg) pour­raient aussi orienter les poli­tiques publiques vers la diabo­li­sa­tion ou la surva­lo­ri­sa­tion de certains aliments et nutri­ments. J’ai évoqué ce problème dans mon article Compléments alimentaires (casse‐tête).

Sous licence CC-BY-SA Wikimedia

Les asso­cia­tions régime-maladie reposent pour la plupart sur des données couvrant une large popu­la­tion à l’échelle natio­nale, ou impor­tées d’autres pays — notam­ment les USA qui sont les premiers ciblés dans l’ar­ticle. C’est dire que la disqua­li­fi­ca­tion des méthodes de collecte de données serait une véri­table « bombe à frag­men­ta­tion » suscep­tible de déranger nos certi­tudes sur « comment bien se nourrir »… Voire peut-être, par effet colla­téral, d’en­voyer au chômage les milliers d’en­quê­teurs et d’ana­lystes rspon­sables (aux frais du contri­buable) des enquêtes nutri­tion­nelles ! Il n’est donc pas surpre­nant que cette contro­verse ait pris l’al­lure d’un champ de bataille que nous contem­plons à distance.

Présentés super­fi­ciel­le­ment, les articles d’Archer E et collègues (listés au bas de cette page) peuvent évoquer une théorie du complot : comment se fait-il que des milliers de cher­cheurs aient obtenu des résul­tats conver­gents, bien qu’i­nexacts, sur les asso­cia­tions régime-maladie à partir d’en­quêtes menées depuis six décen­nies dans de nombreux pays ? Ont-ils été mani­pulés à leur insu pour parvenir à un tel consensus ? Le lobby de l’in­dus­trie maraî­chère est-il l’ins­ti­ga­teur en toile de fond de nos « cinq fruits et légumes » ? Il faut lire en détail l’ar­ticle d’Archer E et al. (2018e lien:fvyg) pour comprendre qu’au­cune inter­pré­ta­tion complo­tiste n’est envi­sagée. Ce sont tout simple­ment les biais métho­do­lo­giques qui entraînent un renfor­ce­ment des croyances, abou­tis­sant à la construc­tion d’un « discours fictionnel » sur les qualités ou défauts de tel ou tel aliment. Par exemple, si la croyance popu­laire dit que le sel est néfaste à la santé cardio­vas­cu­laire, les parti­ci­pants à une enquête auraient tendance à sous-déclarer leur consom­ma­tion de sel, ce qui abou­ti­rait lors de l’ana­lyse statis­tique à un renfor­ce­ment de l’as­so­cia­tion du sel à telle maladie. L’exemple est d’ailleurs perti­nent, voir mon article Le sel est notre ami !

Les discours norma­tifs domi­nants, qu’ils soient issus de croyances popu­laires ou de travaux scien­ti­fiques, ont donc tendance à se repro­duire et se répandre au delà des fron­tières. Le consensus se substitue à la preuve, et on finit même par oublier l’ori­gine de ce consensus, réduit à des « éléments de langage » du style « la viande rouge est cancé­ri­gène »… Dans ces condi­tions, il n’est pas facile de « renverser la table » — voir par exemple mon article Pourquoi diminuer le cholestérol ?

Archer et ses collègues mettent en exergue les biais métho­do­lo­giques les plus fréquents dans la collecte de données nutri­tion­nelles. Ces biais affectent les méthodes de collecte « basées sur la mémoire » : memory-based dietary assess­ment methods (M‑BM) qui sont les plus répan­dues. Leur critique vise avec insis­tance les recom­man­da­tions visant à limiter la consom­ma­tion « de sucre, de sel, de gras et de choles­térol alimen­taire ». L’argument rhéto­rique est que, si la majo­rité des enquêtes affi­chant une corré­la­tion posi­tive entre la consom­ma­tion de ces aliments et l’in­ci­dence de mala­dies chro­niques (obésité, diabète de type 2, mala­dies cardio­vas­cu­laires, cancer…) ont failli à la rigueur scien­ti­fique, la diabo­li­sa­tion de ces aliments n’a plus lieu d’être.

Les articles de cette équipe ont alimenté une contro­verse depuis 2013 : plusieurs salves de réponses des acteurs des enquêtes nutri­tion­nelles ont défendu leurs pratiques. Les cher­cheurs recon­naissent les défauts et limites de la collecte M‑BM, mais ils mettent en avant des tech­niques de correc­tion, de compen­sa­tion ou de croi­se­ment de données permet­tant de les neutra­liser pour obtenir un corpus de données fiables. Ce débat est haute­ment tech­nique — un peu à la manière de ceux sur la vali­dité des sondages d’opi­nion — et les articles nombreux et détaillés (voir les réfé­rences). Je me suis contenté d’en glaner (cherry-picking) quelques extraits qui ne suffisent pas à prendre posi­tion. J’invite donc le lecteur averti à lire l’in­té­gra­lité des articles cités en réfé­rences et à produire une analyse plus conclu­sive.

La ques­tion de la vali­dité des données nutri­tion­nelles reste donc ouverte. D’autres approches ne faisant pas appel aux M‑BMs existent, notam­ment les essais contrôlés rando­misés (rando­mized clinical trials, RTC lien:lcub) que les auteurs préco­nisent mais n’ont pas mis en œuvre dans le cadre des asso­cia­tions régime-maladie. Ils se concentrent plutôt sur des mesures « en labo­ra­toire » de l’ac­ti­vité physique et de la consom­ma­tion éner­gé­tique des indi­vidus — par exemple Archer E et al. (2018g lien:f8ow).

La lecture du CV détaillé d’Edward Archer (lien:1kzn) permet de saisir quelques moti­va­tions de cette spécia­li­sa­tion. Éduqué en psycho­logie, physio­logie et Exercise Science, expert en épidé­mio­logie de la nutri­tion et de l’ac­ti­vité physique, il fait figurer dans ses personal inter­ests les arts martiaux (cein­ture noire dans plusieurs disci­plines), le cultu­risme et le yoga. Il mentionne aussi une expé­rience profes­sion­nelle d’en­traî­ne­ment en polo (1991–1997).

Ayant balayé (à tort ou à raison) toutes les études nutri­tion­nelles basées sur les M‑BMs et les recom­man­da­tions qui en sont issues, Archer E et collègues affirment, travaux à l’appui, que la prin­ci­pale cause des mala­dies méta­bo­liques (obésité, diabète etc.) ne serait pas la nutri­tion (en termes de nature et quan­tité des nutri­ments) mais le manque d’exer­cice physique. Par consé­quent, pour eux, le discrédit frap­pant le sucre, le sel, le gras et le choles­térol serait infondé. Ils raisonnent en termes de « calo­ries » — un point de vue dont les limites sont discu­tées dans mon article Manger et bouger ? où j’ai signalé les facé­ties d’un co-auteur de certaines études citées en réfé­rence, par exemple Archer E et Blair SN (2015 lien:f4st).

Une accu­sa­tion de conflit d’in­térêt est repro­duite à la fin de cet article. Elle ne suffit pas à disqua­li­fier l’au­teur car les soutiens finan­ciers sont ouver­te­ment déclarés dans ses publi­ca­tions. S’il « dédia­bo­lise » le sucre, il est clair que l’in­dus­trie sucrière et celle des bois­sons à bulles ont avan­tage à appuyer ses travaux. Le problème se situe moins dans ce lien d’in­térêt que dans la vali­dité scien­ti­fique des argu­ments utilisés pour affran­chir cet aliment de toute culpa­bi­lité. J’en donne un aperçu à partir d’une lecture critique de l’ar­ticle In Defense of Sugar : A Critique of Diet-Centrism (Archer E, 2018d lien:6qsz).

Je tiens à remer­cier Edward Archer de m’avoir commu­niqué le texte inté­gral de certains de ses articles qui ne sont pas en accès public. La plupart de ceux listés en réfé­rence sont libre­ment acces­sibles sur ResearchGate.

Principes d’utilisation des M‑BM

Parmi les 6 méthodes de collecte de données « basées sur la mémoire » (memory-based dietary assess­ment methods, M‑BM) décrites par Shim JS et al. (2014 lien:f9sy), les plus utili­sées (aux USA) sont, pour le long terme, les ques­tion­naires sur la fréquence de consom­ma­tion d’ali­ments (Food Frequency Questionnaire, FFQ lien:ogwg), et pour le court terme les comptes-rendus nutri­tion­nels sur 24 heures (24-Hour dietary recalls, 24HR lien:zfxg).

Dans un article inti­tulé « Le moment est-il venu d’aban­donner le Food Frequency Questionnaire » Kristal AR et collègues (2005 lien:x76b, p. 2827) propo­saient quatre mesures pour l’amé­lio­ra­tion des tech­niques de collecte :

  • Enrichir les données au delà de ce que permettent les ques­tion­naires sur papier, par exemple en incluant des photo­gra­phies des plats consommés ; 
  • Mesurer le compor­te­ment nutri­tionnel et pas seulement les aliments : par exemple, quelle sorte de pain consommez-vous ?
  • Utiliser la tech­no­logie infor­ma­tique pour collecter des donnés en temps réel — par exemple, aujourd’hui, des appli­ca­tions sur smart­phones ;
  • Collecter des données sur plusieurs jours sans se soucier de les docu­menter en détail, plutôt que sur un seul jour avec une docu­men­ta­tion et un codage contrai­gnants.

En 2016 (lien:5rvh), le National Cancer Institute (aux USA) a rappelé les prin­cipes d’uti­li­sa­tion des instru­ments d’éva­lua­tion nutri­tion­nelle basés sur l’au­to­dé­cla­ra­tion — FFQ et 24HR.

Les erreurs de mesure sont liées à des erreurs aléa­toires compen­sées par l’ana­lyse statis­tique, et des erreurs liées à des biais métho­do­lo­giques qui ne peuvent être corri­gées ou compen­sées que par d’autres analyses basées sur des méthodes réfrac­taires à ces biais. La combi­naison de plusieurs instru­ments de collecte est reconnue comme béné­fique, bien que sa mise en œuvre néces­site des études plus appro­fon­dies.

Pour compenser le déca­lage entre la décla­ra­tion de quan­tité consommée et la consom­ma­tion réelle, il est suggéré de faire appel chaque fois que possible à des biomar­queurs (lien:ij6n) dispo­nibles pour quelques aliments. Selon le National Cancer Institute (lien:lcfo) :

Recovery biomarker = un type de biomar­queur direc­te­ment lié à la consom­ma­tion et qui n’est pas sujet à l’ho­méo­stasie [lien:uo0w] ni à des diffé­rences substan­tielles de méta­bo­lisme entre indi­vidus ; par exemple, l’eau double­ment étiquetée [lien:9oqi] pour l’ap­port éner­gé­tique et l’azote urinaire pour l’ap­port en protéines.

Dans les mêmes recom­man­da­tions, il est suggéré de faire appel à l’ajus­te­ment éner­gé­tique (energy adjust­ment) qui tient compte du fait que les besoins en énergie de l’or­ga­nisme sont liés à sa taille, à son effi­ca­cité méta­bo­lique et son acti­vité physique (lien:s4z6) :

L’utilisation d’un ajus­te­ment éner­gé­tique pour tenir compte des erreurs de mesure (…) dans les études sur le régime alimen­taire et la santé repose sur l’hypothèse selon laquelle les indi­vidus tendent à déclarer de manière erronée les quan­tités de la plupart des aliments et des bois­sons à un degré iden­tique et dans la même direc­tion. Même si cette hypo­thèse ne tient pas parfai­te­ment (par exemple, il semble que les aliments moins sains tendent à être sous-déclarés dans une plus grande mesure que les aliments sains) des preuves suggèrent que l’hy­po­thèse est raison­nable.
Il est géné­ra­le­ment admis que l’ajus­te­ment éner­gé­tique est avan­ta­geux dans les analyses d’as­so­cia­tions régime-maladie. Il est donc presque toujours utilisé, en parti­cu­lier lors­qu’un ques­tion­naire de fréquence alimen­taire (FFQ) est le prin­cipal instru­ment d’éva­lua­tion de la nutri­tion.

Il est reconnu enfin (lien:5rvh) que l’en­re­gis­tre­ment en temps réel d’un compte-rendu alimen­taire (24HR) peut inciter le parti­ci­pant à modi­fier ses apports alimen­taires en réac­tion à l’acte d’en­re­gis­tre­ment.

Les recom­man­da­tions pour mener à bien une enquête nutri­tion­nelle sont résu­mées dans des tables four­nies par le National Cancer Institute (2016 lien:f33z).

Critiques de cette approche

Source : http://​the99​cent​chef​.blog​spot​.com/​2​0​1​5​/​1​2​/​2​0​1​5​-​c​h​r​i​s​t​m​a​s​-​g​i​f​s​-​h​o​l​i​d​a​y​-​r​e​c​i​p​e​-​l​i​n​k​s​.​h​tml

La vali­dité scien­ti­fique des enquêtes nutri­tion­nelles construites à l’aide de rapports « basés sur la mémoire » (M‑BM) fait l’objet de contro­verses en marge desquelles, nous le verrons, les lobbies de l’agro-alimentaire cherchent aussi à avancer quelques pions. Les enjeux de santé publique ne coin­ci­dent pas toujours avec les inté­rêts de groupes indus­triels…

Pour commencer, il s’agit d’études obser­va­tion­nelles (lien:r79b) mesu­rant la corré­la­tion entre, par exemple, la consom­ma­tion d’un aliment et un désordre méta­bo­lique. Une corré­la­tion n’est jamais qu’une hypo­thèse de lien causal, un indice qui invite à la réali­sa­tion d’études pros­pec­tives contrô­lées (RCT) rando­mi­sées en double aveugle (lien:axd7) pour obtenir la preuve du lien de causa­lité — voir le début de mon article Cancer - sources.

Les statis­ti­ciens Young SS et Karr A (2011 lien:5ep8) ont étudié 12 articles dans lesquels 52 recom­man­da­tions nutri­tion­nelles avaient été énon­cées à partir d’études obser­va­tion­nelles. Des études rando­mi­sées contrô­lées ont été menées pour véri­fier la véra­cité de ces recom­man­da­tions. Aucune étude rando­misée n’a pu répli­quer les résul­tats des études obser­va­tion­nelles, et 5% d’entre elles ont même produit un résultat dans la direc­tion opposée ! Exemple : les RCT évaluant l’im­pact sur le risque de cancer de la consom­ma­tion de béta-carotène (lien:ni96) — succé­dané de vita­mine A — ont montré que ce risque était augmenté (lien:so26) alors que les études obser­va­tion­nelles avaient conclu à un risque diminué de 31%.

Plutôt que de balayer une biblio­gra­phie détaillée — très tech­nique et ennuyeuse — je préfère citer l’ar­ticle récent de Archer E, Lavie CJ et Hill JO (2018e lien:fvyg) qui contient de nombreuses réfé­rences dont une partie est repro­duite ci-dessous. Ces auteurs formulent ainsi l’objet de leur analyse critique (2018e lien:fvyg, p. 2) :

Compte tenu du discours fictionnel sur les asso­cia­tions régime-maladie et de l’es­ca­lade du débat sur la vali­dité des M‑BM (lien:rs8c, lien:5ys0, lien:7j5n, lien:ova9, lien:k35w, lien:4e1k), le but de cette analyse critique est de présenter la preuve que les contro­verses actuelles concer­nant les asso­cia­tions régime-maladie ne sont pas moti­vées par des diffé­rences scien­ti­fi­que­ment établies d’ef­fets physio­lo­giques de l’ap­port alimen­taire (c.-à‑d. aliments et bois­sons consommés). Nous soute­nons plutôt que la confu­sion actuelle à propos des effets supposés sur la santé du sucre, du sel, du gras et du choles­térol alimen­taire a été engen­drée par un discours fictionnel sur les asso­cia­tions régime-maladie issu de rapports épidé­mio­lo­giques profon­dé­ment erronés, mani­fes­te­ment trom­peurs et pseu­dos­cien­ti­fiques (lien:s9ks, lien:6qsz, lien:rs8c, lien:5ys0, lien:nxg2, lien:b1gc, lien:ohn3, lien:cm76). Nous soute­nons ici que la confu­sion entre­tenue par le discours fictionnel et l’uti­li­sa­tion de méthodes pseu­dos­cien­ti­fiques pour éclairer les poli­tiques publiques a conduit le domaine de la science de la nutri­tion à perdre sa crédi­bi­lité et son auto­rité scien­ti­fique.

Dans une section inti­tulée The Fatal Flaws of Nutrition Epidemiology and the use of M‑BMs (2018e lien:fvyg, p. 3–5), les auteurs dressent une liste détaillée des failles et promesses erro­nées des enquêtes nutri­tion­nelles faisant appel aux M‑BMs.

Voici le résumé de quelques points de cette section qui gagne à être lue en entier. Le texte inté­gral est en libre accès sur lien:fvyg.

Les M‑BMs ne mesurent pas la quantité de nourriture ingérée

(2018e lien:fvyg, p. 3) Les données collec­tées dans les enquêtes en M‑BM ne sont pas des esti­ma­tions d’une consom­ma­tion réelle mais des esti­ma­tions devi­nées (gues­ti­mates) de ce que les personnes inter­ro­gées veulent et peuvent se souvenir sur ce qu’ils pensent avoir mangé ou bu dans le passé, ou ce qu’elles voudraient que les enquê­teurs pensent qu’ils ont consommé. […] Par consé­quent il existe une forte dispa­rité entre les données anec­do­tiques et objec­tives de la consom­ma­tion de nour­ri­ture.

Cette dispa­rité dans les décla­ra­tions peut être liée à de nombreux facteurs « cultu­rels ». Par exemple, selon leur âge, les personnes peuvent avoir un avis diver­geant sur les bons/mauvais aliments : les jeunes ont tendance à dépré­cier la viande et donc à sous-déclarer leur consom­ma­tion. Ce biais (impos­sible à évaluer) explique peut-être le résultat para­doxal affiché par Levine ME, Longo VD et al. (2014 lien:ieb4) à partir des données du NHAES (lien:r0d3) selon lequel une consom­ma­tion élevée de protéines animales augmen­te­rait le risque de cancer chez les 50–65 ans mais le dimi­nue­rait au-dessus de 65 ans… Voir à ce sujet la critique de Neville Wilson (lien:f279).

Comme je l’ai déjà signalé, la collec­tion des données peut aussi inciter le parti­ci­pant à modi­fier ses apports alimen­taires en réac­tion à l’acte d’en­re­gis­tre­ment.

Les M‑BMs sont construits sur des « erreurs de catégories »

Ils reposent en effet sur une pseudo-quantification : la traduc­tion de données quali­ta­tives (nominales/anecdotiques) en données numé­riques qui peuvent être des nombres entiers ou des pour­cen­tages. Ces variables donnent ensuite lieu à des trai­te­ments numé­riques dont les résul­tats ne reflètent pas la réalité des expé­riences dont elles sont issues.

(2018e lien:fvyg, p. 4) Plutôt que de mesurer la consom­ma­tion réelle des parti­ci­pants, les enquê­teurs attri­buent des valeurs nutri­tives ou calo­riques « de réfé­rence » aux aliments et bois­sons mentionnés pour créer des esti­ma­tions de rempla­ce­ment (proxy-estimates) de cette consom­ma­tion. Ce processus de pseudo-quantification est litté­ra­le­ment l’in­verse d’une métro­logie scien­ti­fique parce que les consom­ma­tions réelles des parti­ci­pants en nutri­ments et calo­ries ne sont jamais « décou­vertes » et restent incon­nues.

Problème des bases de données nutritionnelles

Les tables nutri­tion­nelles utili­sées pour la pseudo-quantification des FFQs et des 24HRs, comme celle du National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES lien:r0d3), contiennent moins de 8000 aliments distincts, alors qu’on estime à plus de 85 000 le nombre d’ali­ments sur le marché alimen­taire des USA, et plus de 200 000 codes figurent dans les bases de données de compo­si­tion de nour­ri­ture du Département de l’agri­cul­ture aux USA (USDA) (lien:fvyg, p. 5).

Par ailleurs, les valeurs de réfé­rence de contenu nutri­tionnel ou calo­rique des aliments sont très variables en raison des chan­ge­ments rapides du « paysage de la produc­tion de nour­ri­ture » : modi­fi­ca­tions des pratiques agri­coles, de la qualité des sols et semences, de la tempé­ra­ture, des méthodes de stockage et de prépa­ra­tion culi­naire etc. Il n’est donc pas possible de faire appel à des valeurs de réfé­rence stan­dar­di­sées pour quan­ti­fier les infor­ma­tions obte­nues à partir d’images d’ali­ments et de bois­sons, de capteurs ou d’ins­tru­ments collectés.

L’impossibilité de quantifier l’erreur de mesure

Ni les cher­cheurs ni les parti­ci­pants ne connaissent la vali­dité et la fiabi­lité des consom­ma­tions rappor­tées de nour­ri­ture et de boisson. Archer E et al. écrivent (2018e lien:fvyg, p. 5) :

De même, il n’est pas possible de quan­ti­fier la dispa­rité entre les esti­ma­tions indi­rectes de la consom­ma­tion de nutri­ments et de calo­ries et la consom­ma­tion réelle du répon­dant, car les apports en nutri­ments et en calo­ries des parti­ci­pants n’ont jamais été mesurés ; ces valeurs ont simple­ment été attri­buées aux aliments et bois­sons déclarés. Il est impor­tant de noter que les erreurs dans les rapports verbaux ou textuels origi­naux seront propa­gées de manière impré­vi­sible via une pseudo-quantification de manière non quan­ti­fiable. Cela rend les esti­ma­tions finales de la consom­ma­tion de nutri­ments et de calo­ries essen­tiel­le­ment dénuées de sens.

Argumentation sélective

Source : https://​neuro​critic​.blog​spot​.com/​2​0​1​2​_​0​8​_​0​1​_​a​r​c​h​i​v​e​.​h​tml

Une lecture appro­fondie de l’ar­ticle d’Archer E, Pavela G et Lavie CJ (2015 lien:ohn3) révèle un usage sélectif de cita­tions qui frappe d’in­co­hé­rence les propos de leurs contra­dic­teurs. Par exemple, ils écrivent (p. 1736) :

En 2013, mes collègues et moi-même avons démontré, via deux méthodes indé­pen­dantes, qu’en­viron 55% à 88% des esti­ma­tions de l’ap­port calo­rique des M‑BM de l’Enquête natio­nale sur la santé et la nutri­tion (NHANES) (1971–2010) étaient physio­lo­gi­que­ment invrai­sem­blables [2013 lien:b1gc] et souvent « incom­pa­tibles avec la vie » [2013 lien:3nxo]. Davy et Estabrooks [2015 lien:9wff] admettent que nos résul­tats sont « … bien reconnus et approuvés… » mais pour­suivent avec la décla­ra­tion contra­dic­toire « nous croyons que [ces données] reflètent une repré­sen­ta­tion raison­nable de l’ap­port alimen­taire habi­tuel ». Ces affir­ma­tions sont des contra­dic­tions logiques et démontrent l’échec des épidé­mio­lo­gistes de la nutri­tion à recon­naître l’évi­dence : les données physio­lo­gi­que­ment non plau­sibles au niveau de la popu­la­tion ne consti­tuent pas une simple limi­ta­tion des M‑BM ; ce sont des réfu­ta­tions empi­riques directes de ces méthodes.

Davy BM et Estabrooks PA (2015 lien:9wff) sont ici accusés de contra­dic­tions logiques. Or la lecture de leur article révèle une parfaite cohé­rence. Ils ont écrit (p. 845) que « loin d’être un secret bien gardé, les limi­ta­tions des méthodes d’éva­lua­tion par auto­dé­cla­ra­tion de nutri­tion et d’ac­ti­vité physique sont bien recon­nues et approu­vées par ceux utili­sant ces méthodes », et non pas « les résul­tats de E Archer et collègues sont bien reconnus et approuvés ». S’ils déclarent plus loin (p. 846) que les résul­tats du NHANES « reflètent une repré­sen­ta­tion raison­nable de l’ap­port alimen­taire habi­tuel », c’est après un énoncé précis des méthodes de correc­tion, comme par exemple les rapports 24HR multiples basés sur la méthode auto­ma­tique multiple-pass de l’USDA (Automated Multiple-Pass Method) [Moshfegh AJ, Rhodes DG, Baer DJ et al., 2008 lien:n7qc]. Cette méthode a été validée en utili­sant le critère stan­dard de l’eau double­ment étiquetée [lien:9oqi] comme biomar­queur de la dépense éner­gé­tique totale (et donc de la consom­ma­tion d’énergie si le poids du corps est stable pendant la période d’ob­ser­va­tion) (2015 lien:9wff, p. 845).

Un examen plus détaillé de l’ar­ticle d’Archer E t al. (2015 lien:ohn3) confirme que la rhéto­rique de ses auteurs relève plus d’une plai­doirie à charge — avec des phrases répé­tées ad nauseam — que d’une argu­men­ta­tion scien­ti­fique construc­tive, même si leur exposé affiche en vedette une cita­tion très perti­nente du physi­cien Erwin Schrödinger…

Neutralité ?

Dans le para­graphe Failure to Cite Contrary Evidence (2018e lien:fvyg, p. 6), Archer E et al. écrivent :

Au cours des six dernières décen­nies, les épidé­mio­lo­gistes ont publié des dizaines de milliers de rapports de recherche dans lesquels des millions de souve­nirs auto­dé­clarés de percep­tions de la consom­ma­tion alimen­taire étaient présentés comme des données équi­va­lentes aux données sur la consom­ma­tion alimen­taire réelle des parti­ci­pants. Néanmoins, malgré un siècle de recherche dans de nombreux domaines (psycho­logie, socio­logie et neuros­ciences cogni­tives, par exemple) démon­trant que cette présen­ta­tion était mani­fes­te­ment fausse et trom­peuse (lien:s9ks, lien:rs8c, lien:5ys0, 66–70), les épidé­mio­lo­gistes omet­taient souvent de citer, recon­naître ou aborder les preuves contraires écra­santes.

Les preuves contraires « écra­santes » mention­nées ici sont trois articles des mêmes auteurs et de contenus équi­va­lents, et cinq articles (numé­rotés 66 à 70) trai­tant des distor­sions de la mémoire en sciences cogni­tives ou dans les enquêtes ethno­lo­giques, donc passant sous silence les tech­niques de correc­tion d’er­reurs spéci­fiques de l’épi­dé­mio­logie nutri­tion­nelle. Une argu­men­ta­tion aussi décon­nectée du domaine scien­ti­fique pour­rait disqua­li­fier tous les travaux des histo­riens qui citent des faits (par essence non repro­duc­tibles) rapportés de docu­ments incom­plets, de témoi­gnages écrits ou oraux dont l’ob­jec­ti­vité ne peut pas être certi­fiée, quand ce n’est pas d’œuvres litté­raires ou ciné­ma­to­gra­phiques. C’est aussi l’arme privi­lé­giée de discours néga­tion­nistes…

Persistance dans l’erreur des institutions

Licence CC-BY-SA Wikipedia

La suite de Failure to Cite Contrary Evidence rappelle les publi­ca­tions (lien:s9ks, lien:b1gc, lien:ohn3, lien:f4st) — issues de la même équipe — montrant que plus de 40% des parti­ci­pants au NHANES (2015 lien:r0d3) avaient rapporté une consom­ma­tion calo­rique en dessous du minimum néces­saire à la survie d’un patient en état de coma. Les auteurs s’in­surgent (Archer E et al., 2018e lien:fvyg, p. 6) :

Pourtant, malgré les réfu­ta­tions claires et les répri­mandes appuyées de manière empi­rique sur les M‑BMs, le comité consul­tatif sur les direc­tives alimen­taires de 2015 (DGAC) [2015 lien:r0d3] a faus­se­ment écrit que « les données non plau­sibles de NHANES, four­nissent des esti­ma­tions natio­nales et au niveau de groupes des apports alimen­taires de la popu­la­tion améri­caine, un jour donné… »

Ils ajoutent que 80% des études de la National Evidence Library de l’UDA (United States Department of Agriculture) utili­sées par la DGAC pour énoncer des direc­tives alimen­taires étaient basées sur des M‑BMs. La publi­ca­tions de ces données fausses et le refus de tenir compte des preuves contraires aurait exacerbé le discours fictionnel, condui­sant au Disease-Mongering of the American Diet (2018a lien:aw3j) et à la « diabo­li­sa­tion » du sucre alimen­taire (2008d lien:6qsz, 2018b lien:cm76).

Par exemple, la DGAC affirme que « plusieurs nutri­ments sont en consom­ma­tion insuf­fi­sante » malgré des analyses biochi­miques (Pfeiffer CM et al., 2013 lien:hrk7) indi­quant que la majo­rité des Américains ne risquent pas de carence de vita­mines et de sels miné­raux — vita­mines A, C, D, E et folates. La DGAC affirme aussi que pour les femmes en âge de procréer « le fer est aussi un nutri­ment défi­cient ».

Archer E et collèges reprochent à la National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine (NASEM) d’avoir publié un rapport « Révision du processus d’éta­blis­se­ment des recom­man­da­tions diété­tiques pour les Américains » (2017 lien:l8f1) supposé résoudre les contro­verses mais n’ayant tenu aucun compte de leurs nombreuses publi­ca­tions revues par des pairs réfu­tant la vali­dité des données nutri­tion­nelles du NHANES (2018e lien:fvyg, p. 6) […] exacer­bant ainsi le discours fictionnel sur les effets supposés sur la santé du sucre alimen­taire, du sel, du gras et du choles­térol.

Ils critiquent enfin la vacuité de la série d’ar­ticles “Controversy and Debate” publiés par le Journal of Clinical Epidemiology sur les distor­sions des FFQs (voir les réfé­rences ci-dessous), repro­chant à leurs contra­dic­teurs de s’être livrés à des attaques igno­ratio elenchi, ad hominem, ad populum… (Le latin m’im­pres­sionne !)

Réponses (partielles) aux critiques d’Archer et al.

Source : Joensuun Mediakeksus

Davy et Estabrooks reprochent à Archer E et collègues d’avoir choisi de placer l’ar­gu­ment de l’ob­ser­va­bi­lité indé­pen­dante, de la mesu­ra­bi­lité, de la fiabi­lité et de la falsi­fi­ca­tion dans le contexte de la mémoire plutôt que des compor­te­ments que ces mémoires sont censés refléter (2015 lien:9wff, p. 846). Leur pers­pec­tive est que la cible compor­te­men­tale — la prise de nour­ri­ture — peut être mesurée de manière fiable dans le temps. De plus, ces compor­te­ments peuvent être observés de manière indé­pen­dante, et les rapports mémo­risés peuvent être falsi­fiés (ç.-à‑d. véri­fiés expé­ri­men­ta­le­ment et prouvés faux ou démon­trés).

Davy D et Estabrooks P signalent l’ar­ticle de Hébert JR et al. (2014 lien:xawx) qui décrit les avan­cées signi­fi­ca­tives des méthodes d’en­quête nutri­tion­nelle, incluant des propo­si­tions d’amé­lio­ra­tions et des réponses détaillées aux critiques d’Archer E et collègues. Extrait (Hébert JR et al., 2014 lien:xawx, p. 231) :

Archer et Blair rejettent notre critique selon laquelle ils auraient appliqué à tort le seuil de Goldberg pour iden­ti­fier les sous-déclarants. Nous ne criti­quons pas leur calcul ; après tout, il s’agit de simple arith­mé­tique. Les points que nous souhai­tons souli­gner sont ceux-ci. Premièrement, tout choix de seuil est arbi­traire en l’absence de données sur les besoins méta­bo­liques des indi­vidus. Goldberg et Black et leurs collègues insistent sur ce point dans leurs travaux fonda­teurs (1991 lien:yoa4, lien:xcq1) cités par Archer et Blair comme fonde­ments de leur déci­sion. Deuxièmement, Black (2000 lien:fckb) a suggéré dans un article publié 9 ans plus tard et 13 ans avant l’ar­ticle d’Archer et Blair, « de nouvelles valeurs … pour chaque élément de l’équa­tion de Goldberg ». Black a égale­ment évoqué la néces­sité de prendre en compte « la varia­tion de l’ap­port éner­gé­tique au sein d’un sujet » et « d’autres sources de varia­tion [qui] sont augmen­tées à la lumière de nouvelles données » et que « l’effet de ces chan­ge­ments est d’élargir les limites de confiance et de réduire la sensi­bi­lité du seuil ». L’absence de prise en compte de la varia­bi­lité intra-personnelle réduit la sensi­bi­lité permet­tant d’iden­ti­fier les sous-déclarants au niveau indi­vi­duel. Troisièmement, appli­quer les résul­tats d’un algo­rithme basé sur l’ajus­te­ment des valeurs moyennes afin de juger les esti­ma­tions de l’in­ges­tion indi­vi­duelle est métho­do­lo­gi­que­ment incor­rect.

Davy D et Estabrooks P ajoutent (2015 lien:9wff, p. 846) :

Nous suggé­rons que des progrès dans les domaines de la recherche sur l’obé­sité et la nutri­tion se réalisent grâce à une recherche inter­dis­ci­pli­naire utili­sant une combi­naison d’ap­proches de recherche. Conformément à ce point de vue, la DGAC a utilisé divers types de preuves scien­ti­fiques, notam­ment des examens systé­ma­tiques de pointe, des méta-analyses [lien:9fke], des rapports indi­vi­duels et des analyses de données NHANES [2015 lien:r0d3]. Satija et al. [2015 lien:hd18] ont rapporté 3 excel­lents résul­tats. Des exemples de la manière dont diffé­rents types de recherche sur la nutri­tion ont été combinés pour créer une base de preuves pouvant ensuite être utilisée par des groupes tels que la DGAC pour éclairer les poli­tiques publiques.

Hébert JR et al. ont remarqué par ailleurs (2015 lien:w3gb, p.231) que, même s’il est vrai que l’au­to­dé­cla­ra­tion peut être biaisée par une esti­ma­tion incor­recte de la consom­ma­tion d’ali­ments ou de l’in­ten­sité d’exer­cice, ce biais n’est pas suscep­tible de modi­fier signi­fi­ca­ti­ve­ment les corré­la­tions calcu­lées sur une large popu­la­tion. S’il s’agit par exemple d’as­so­cier le risque d’une maladie à un quan­tile de quan­tité de consom­ma­tion d’un aliment, peu importe que les sujets classés dans ce quan­tile aient sous-estimé de 50% leur consom­ma­tion : la corré­la­tion restera signi­fi­ca­tive. De manière géné­rale (ibid.) on s’aper­çoit au cours des années que les erreurs obéissent à des schémas obser­vables et peuvent donc être contrô­lées analy­ti­que­ment.

Le défi et l’intérêt de mesurer les apports nutritionnels

Archer E et collègues soulignent que des régimes alimen­taires iden­tiques consommés par des indi­vidus diffé­rents produisent des effets méta­bo­liques diver­gents (2018e lien:fvyg, p. 7) ; par consé­quent, une mesure du « régime » est sans intérêt si l’on ignore le phéno­type méta­bo­lique de chaque indi­vidu. Sachant que le phéno­ty­page d’un grand nombre d’in­di­vidus est extrê­me­ment coûteux en termes de ressources et d’in­ves­tis­se­ment des parti­ci­pants, les inves­ti­ga­tions d’as­so­cia­tions régime-maladie valides en épidé­mio­logie (ç.-à‑d. au niveau de la popu­la­tion) pour­raient simple­ment s’avérer irréa­li­sables.

Néanmoins, ils suggèrent que les effets physio­lo­giques non-triviaux de l’ap­port nutri­tionnel soient mesurés au moyen d’essais contrôlés rando­misés (rando­mized clinical trials, RTC) (2018e lien:fvyg, p. 2–3) :

Ainsi, pour rega­gner la confiance du public, il est néces­saire que le domaine recon­naisse les réfu­ta­tions empi­riques et théo­riques des M‑BM et veille à ce que, à l’avenir, des méthodes scien­ti­fiques rigou­reuses (par exemple, des essais contrôlés rando­misés, RTC) soient utili­sées pour étudier les effets de la nutri­tion sur les mala­dies chro­niques.

Les auteurs ne précisent pas en quoi consis­te­raient ces RTCs. Je pren­drais pour exemple l’étude Personalized Nutrition by Prediction of Glycemic Responses (Zeevi D et al., 2015 lien:py31) qui a mesuré une varia­tion du taux de glycémie induite par la consom­ma­tion d’un même aliment très diffé­rente d’un indi­vidu à un autre, bien que certains facteurs permettent de la prédire. Ils auraient surtout dû mentionner l’ex­pé­ri­men­ta­tion animale qui ouvre de nouvelles pers­pec­tives sur les effets conco­mi­tants de pratiques nutri­tion­nelles, d’exer­cice physique et de restric­tion calo­rique dans la préven­tion et le soin de mala­dies méta­bo­liques. Voir quelques exemples dans mon article Cancer - traitement métabolique.

Ils concluent (Archer E et al., 2018e lien:fvyg, p. 8) :

Nous nous rendons compte qu’on peut juger nos conclu­sions à la fois contraires et contro­ver­sées. Néanmoins, nous esti­mons que le discours fictif qui perdure depuis des décen­nies sur les effets du sucre, du sel et des graisses alimen­taires a conduit à une forme extrême d’ob­ses­sion nutri­tion­nelle occul­tant des preuves bien établies et engen­drant la proli­fé­ra­tion de programmes de recherche trom­peurs et mani­fes­te­ment erronés, et des initia­tives de santé publique vouées à l’échec (lien:6qsz, lien:nxg2, lien:54ji). Ainsi, compte tenu des preuves présen­tées dans ce docu­ment, il incombe aux épidé­mio­lo­gistes de la nutri­tion de soutenir par une base scien­ti­fique leurs spécu­la­tions « centrées sur le régime alimen­taire » et de démon­trer que le « régime occi­dental » moyen (lien:8brh, lien:hrk7) a des effets non négli­geables sur l’obé­sité et les mala­dies non-transmissibles dans les pays indus­tria­lisés (lien:f8ow).

Curieusement, la dernière réfé­rence (Archer E et al., 2018 lien:f8ow) n’est pas direc­te­ment liée à la propo­si­tion qui la précède. Elle pointe toute­fois vers un article bien docu­menté, non-polémique et en phase avec ma mise en garde contre une approche exclu­si­ve­ment centrée sur la nutri­tion pour entre­tenir sa santé. Extrait (lien:f8ow, p. 14–15) :

Ainsi, ce n’est pas ce qu’on mange (c’est-à-dire le régime alimen­taire) qui engendre la santé ou la maladie, mais ce que le corps fait avec ce qui a été mangé (c.-à‑d. le méta­bo­lisme des nutri­ments). Par consé­quent, les macro- et micro­nu­tri­ments ne peuvent avoir d’ef­fets sur la santé indé­pen­dam­ment du phéno­type méta­bo­lique de l’in­di­vidu consom­ma­teur, et les compo­sants alimen­taires en eux-mêmes ne peuvent pas être le facteur déter­mi­nant de l’obé­sité et de la santé méta­bo­lique (Archer, 2018d lien:6qsz). Ainsi, l’obésité et le diabète de type 2 ne sont pas des préoc­cu­pa­tions diété­tiques mais méta­bo­liques. Les preuves à l’appui de notre argu­ment sont communes à toutes les disci­plines.

Le sucre, notre ami ?

Nous l’avons vu dans plusieurs cita­tions, Edward Archer remet en cause à de multiples reprises la diabo­li­sa­tion « du sucre, du sel, du gras et du choles­térol alimen­taire ». Trois de ces nutri­ments ont été réha­bi­lités dans mes articles Le sel est notre ami, Pourquoi diminuer le cholestérol ? et Glucides ou lipides ?

Image cible et flèches
Licence CC-BY-SA Wikimedia

Il reste la ques­tion du sucre (ajouté) qui est une des bases de la nutri­tion moderne et un produit phare de l’agri­cul­ture indus­trielle. La condam­na­tion sans égard de toutes les enquêtes nutri­tion­nelles permet à l’au­teur de faire table rase pour valider d’autres hypo­thèses qui, indu­bi­ta­ble­ment, ont une part de vérité puisque c’est le méta­bo­lisme du nutri­ment et pas seulement le nutri­ment qui influe sur notre santé.

Dans In Defense of Sugar : A Critique of Diet-Centrism (Archer E, 2018d lien:6qsz), l’au­teur annonce la couleur dès le résumé :

… étant donnée l’hy­per­bole non scien­ti­fique entou­rant les sucres alimen­taires, je prends la posi­tion opposée et présente des preuves forte­ment répli­quées prove­nant de nombreux domaines pour montrer que le « régime alimen­taire » est un facteur néces­saire mais trivial de la santé méta­bo­lique, et que la rhéto­rique anti-sucre est simple­ment une maladie fabri­quée centrée sur le régime alimen­taire engen­drée par l’anal­pha­bé­tisme physio­lo­gique. Ma posi­tion est que les sucres alimen­taires ne sont pas respon­sables de l’obé­sité ou des mala­dies méta­bo­liques et que la consom­ma­tion de sucres simples et de poly­mères de sucres (par exemple, les amidons) jusqu’à 75% de l’ap­port calo­rique quoti­dien total est sans effet sur des indi­vidus en bonne santé.

Il est amusant que cet article débute par une cita­tion d’Ancel Keys (lien:o7g1) préco­ni­sant une approche rigou­reuse de la science nutri­tion­nelle, lui qui était l’au­teur d’une étude épidé­mio­lo­gique (lien:wgy2) scan­da­leu­se­ment biaisée sur l’in­fluence du régime alimen­taire sur la santé — voir mon article Pourquoi diminuer le cholestérol ?

L’article est une présen­ta­tion cari­ca­tu­rale des bien­faits et de la néces­sité du sucre (glucose, fruc­tose, sucrose) et de ses poly­mères (amidon, glyco­gène, cellu­lose etc.), avec des phrases comme « sans sucre, nous mourons » ou « le sucre sauve des vies » justi­fiées par une « expé­rience de pensée » de personnes souf­frant d’ex­trême dénu­tri­tion… La descrip­tion passe sous silence que le foie, les reins et l’in­testin peuvent aussi fabri­quer du glucose à partir des réserves de graisse par néoglu­co­ge­nèse (lien:aua1), ce qui rend possible, chez un sujet sain, la pratique d’une diète céto­gène (lien:f9wb) béné­fique dans de nombreuses situa­tions — voir mon article Diète céto­gène – expé­rience. La priva­tion de glucides induit aussi un méca­nisme appelé cétose (lien:i60z) par lequel le foie utilise les graisses pour fabri­quer des corps céto­niques (lien:42pq) qui se substi­tuent au glucose dans l’ap­port d’énergie aux organes, au cerveau et à la masse muscu­laire.

Mon passage préféré (Archer E, 2018d lien:6qsz, p. 3) :

46% de toutes les mala­dies d’ori­gine alimen­taire et un nombre non négli­geable de décès d’ori­gine alimen­taire aux États-Unis entre 1998 et 2008 ont été direc­te­ment attri­bués à la consom­ma­tion de fruits, de noix et de légumes. Les légumes à feuilles ont causé plus de mala­dies (22%) que tout autre produit et ont été respon­sables de 6% des décès. Aucune maladie d’ori­gine alimen­taire ni aucun décès n’ont été direc­te­ment attri­bués aux bois­sons sucrées (SSB) [lien:yz2t]

Le problème est que cet énoncé surpre­nant s’ap­puie sur l’étude de Painter J, Hoekstra R, Ayers T et al. (2013 lien:yz2t) qui traite de ques­tions de sécu­rité alimen­taire, autre­ment dit de mala­dies infec­tieuses trans­mises par des aliments, ou encore d’al­ler­gies à certains végé­taux. Il est évident que les risques de conta­mi­na­tion micro­bienne sont quasi-négligeables lors de la consom­ma­tion de bois­sons en bouteille ou en cannette, alors qu’ils existent avec les fruits, noix et légumes à feuilles. Aucune maladie ni décès n’a été attribué aux bois­sons sucrées… pour la simple raison qu’elles n’étaient pas incluses dans l’étude ! Hoekstra R et collègues concluent d’ailleurs (2013 lien:yz2t, p. 414) :

Le risque de maladie d’origine alimen­taire n’est qu’un élément de l’équation risque-bénéfice pour les aliments ; il faut égale­ment tenir compte d’autres facteurs, tels que les avan­tages pour la santé d’une alimen­ta­tion riche en fruits et légumes.

Source : Wikipedia

La suite de l’ar­ticle (Archer E, 2018d lien:6qsz, p. 6) appuie la plai­doirie de défense du sucre sur les données ethno­lo­giques de chasseurs-cueilleurs modernes qui ne souffrent d’au­cune maladie méta­bo­lique malgré une consom­ma­tion de « sucres ajoutés » (miel et fruits) pouvant atteindre 80% de leurs apports calo­riques. Résultat obtenu parce que leur acti­vité physique serait très nette­ment supé­rieure à celle des « civi­lisés »… Le problème est que les quan­tités de glucides consom­mées par les popu­la­tions de chasseurs-cueilleurs sont très variables en fonc­tion de leur envi­ron­ne­ment, de même que leurs espé­rances de vie : mourir jeune diminue le risque d’être frappé d’une maladie méta­bo­lique ! Si l’on veut tirer leçon des pratiques nutri­tion­nelles de nos ancêtres — je doute que ce soit utile — il faut se baser sur des données déduites d’ob­ser­va­tions bien plus larges dans une pers­pec­tive multi­dis­ci­pli­naire. Selon Kuipers RS et al. (2012 lien:s7vq), la consom­ma­tion moyenne de glucides (et pas seulement de « sucres ajoutés ») n’au­rait pas dépassé 40% de l’ap­port calo­rique.

Libéré de la préoc­cu­pa­tion de scien­ti­fi­cité qu’il bran­dis­sait dans sa critique des enquêtes nutri­tion­nelles, l’au­teur continue en postu­lant une rela­tion causale extra­polée de la corré­la­tion posi­tive entre l’aug­men­ta­tion massive (dans un rapport de 10) de la consom­ma­tion de sucre aux USA et au Royaume-Uni au début du ving­tième siècle et l’amé­lio­ra­tion géné­rale de la santé de leurs popu­la­tions. On est prié de croire que l’accès aux commo­dités sani­taires et à la méde­cine n’ont joué aucun rôle !

Le même raison­ne­ment est appliqué à la popu­la­tion cubaine qui aurait « béné­ficié », à partir de 1980, d’une augmen­ta­tion à la fois de la consom­ma­tion domes­tique de sucre et de l’ac­ti­vité physique, asso­ciés mira­cu­leu­se­ment au déclin de l’obé­sité, du diabète de type 2 et des mala­dies non-transmissibles. Le problème est que l’ar­ticle cité en réfé­rence (Franco M, Ordunez P, Caballero B et al., 2013 lien:wrpe) n’at­tribue pas l’amé­lio­ra­tion de la santé à une augmen­ta­tion de la consom­ma­tion de sucre mais à une dimi­nu­tion dras­tique de la consom­ma­tion éner­gé­tique (de 2899 à 1863 Kcal/jour).

L’auteur utilise aussi (Archer E, 2018d lien:6qsz, p. 6) des infor­ma­tions anec­do­tiques pour tenter de prouver que les athlètes consomment une grande quan­tité de sucre et de bois­sons sucrées pour atteindre le plus haut niveau de perfor­mance : « Plus de 50% des cyclistes boivent des bois­sons sucrées pendant la course », et « Le mara­tho­nien Frank Shorter a attribué sa médaille d’or en 1972 à la consom­ma­tion de bois­sons sucrées »… (On peut se demander qui étaient ses spon­sors !) Les entraî­neurs et anciens cham­pions Dr. Philip Maffetone et Mark Sisson ont longue­ment témoigné (voir mon article Exercice d’en­du­rance) sur les effets délé­tères de ces pratiques — qui restent effec­ti­ve­ment majo­ri­taires — et le béné­fice en termes de santé et de perfor­mances d’adopter un régime pauvre en glucides et riche en graisses de bonne qualité. De nombreuses études confirment la perti­nence de ce choix, par exemple Greene DA et al. (2018 lien:rutz) qui ont mesuré l’effet d’une diète céto­gène sur le poids et les perfor­mances d’ath­lètes halté­ro­philes.

Je finirai sur une note que j’es­time posi­tive. Edward Archer attribue l’aug­men­ta­tion de l’obé­sité et du diabète de type 2 à la trans­mis­sion de phéno­types méta­bo­liques patho­lo­giques acquis par la mère du fait d’une acti­vité physique insuf­fi­sante (lien:6qsz, p. 7) :

Il est bien établi que le contrôle méta­bo­lique prénatal de la mère est le prin­cipal déter­mi­nant du poids de nais­sance et du phéno­type méta­bo­lique de sa progé­ni­ture (par exemple, le rapport entre le muscle sque­let­tique et les cellules adipeuses). Ainsi, alors que les mères deve­naient de plus en plus physi­que­ment inac­tives et séden­taires dans la deuxième moitié du 20e siècle, leur acti­vité physique tombait en dessous du « point de bascule méta­bo­lique ». Cette perte de contrôle méta­bo­lique augmen­tait la dispo­ni­bi­lité de sucre (glucose) et lipides dans le milieu intra-utérin pendant la gros­sesse. Sachant que la dispo­ni­bi­lité du sucre (glucose) est un facteur déter­mi­nant de la cellu­la­rité fœtale et du nombre conco­mi­tant d’adi­po­cytes (cellules grais­seuses) et de cellules bêta pancréa­tiques, les enfants des mère inac­tives sont nés de plus en plus prédis­posés aux mala­dies héré­di­taires (c’est-à-dire l’obé­sité pédia­trique et le diabète de type 2). À chaque passage de géné­ra­tion, ces « effets mater­nels » se sont accu­mulés et ont conduit à l’épi­démie double d’obé­sité et de diabète de type 2.

La lecture de certains passages de cet article m’a fait songer à un écrit paro­dique jusqu’à ce que je réalise qu’il pour­rait s’agir d’une commande de l’in­dus­trie sucrière. En effet, le texte inté­gral en été mis en libre accès (lien:3zzf) le 4 septembre 2018 par l’International Sugar Organization avec cet avis du direc­teur de cet orga­nisme : « Nous vous recom­man­dons forte­ment de revoir en détail et d’ex­tra­poler les infor­ma­tions pouvant être utili­sées de manière posi­tive dans vos commu­ni­ca­tions ». Mais reste-t-il de la place pour des extra­po­la­tions ?

Boissons à bulles

Coca Cola eStar elec­tric truck at Washington D.C.

D’autres liens d’in­térêt appa­raissent sur les publi­ca­tions de l’équipe Archer E et al. Nous avions déjà pris connais­sance des facé­ties de son co-auteur Steven N. Blair, fonda­teur d’un éphé­mère Global Energy Balance Network financé par Coca Cola® — voir mon article Manger et bouger ?

Dans leur réponse à Archer E, Pavela G et Lavie CJ (2015 lien:ohn3), Brende Davy et Paul Estabrooks écrivent (2015 lien:ys9u) :

La lettre d’Archer et al. qualifie le rapport de la DGAC de « pas scien­ti­fi­que­ment valable » et de « mauvais conseil scien­ti­fique », ce qui est remar­quable à la lumière des récents rapports des médias décri­vant les efforts déployés par l’in­dus­trie alimen­taire pour lutter contre les recom­man­da­tions alimen­taires propo­sées (voir lien:jraz). Cet article des médias, qui n’est qu’un exemple parmi d’autres, mentionne en parti­cu­lier la société Coca Cola en tant que prin­cipal bailleur de fonds de ceux qui critiquent le rapport de la DGAC. Étant donné le lien finan­cier déclaré de 2 des 3 auteurs (Archer et Lavie) avec la société Coca Cola, ce lien finan­cier doit être pris en compte lors de l’examen critique de leur posi­tion. Les sections qui critiquent le rapport de la DGAC sont étroi­te­ment axées sur un seul problème, à savoir l’utilisation par le comité de recherches des méthodes de sondage en nutri­tion basées sur la mémoire. L’affirmation d’Archer et al. selon laquelle le processus d’éla­bo­ra­tion des recom­man­da­tions de la DGAC « démontre un manque d’hu­mi­lité épis­té­mique ayant des consé­quences impor­tantes sur la santé publique » est injus­ti­fiée dans la mesure où la DGAC souligne bien la néces­sité d’es­sais contrôlés rando­misés dans de nombreux domaines (par exemple, les recom­man­da­tions diété­tiques du comité consul­tatif lien:r0d3 p. 12, 13, 18) afin de renforcer la base de données probantes, ainsi que la néces­sité de mener des recherches sur les biomar­queurs alimen­taires afin de mieux éclairer les futures direc­tives nutri­tion­nelles.

Malheureusement, la lettre d’Archer et collègues ne réussit pas à ajouter quoi que ce soit à ce dialogue en cours sur la vali­dité des données auto­dé­cla­rées sur les apports nutri­tion­nels ni sur les points forts et les limites du rapport de la DGAC. Aucune orien­ta­tion construc­tive pour la recherche future n’est suggérée, mais plutôt une critique répétée de l’approche du comité dans son élabo­ra­tion de direc­tives alimen­taires améri­caines très atten­dues.

Conclusion

Ayant présenté des argu­ments pour/contre les enquêtes nutri­tion­nelles de grande enver­gure construites sur la collecte et l’ana­lyse statis­tique de données « basées sur la mémoire » (M‑BM), ainsi qu’une évalua­tion critique de contri­bu­tions d’un des prin­ci­paux acteurs de cette contro­verse, je suis conscient que le sujet méri­te­rait une étude appro­fondie mobi­li­sant des compé­tences au delà des miennes… Je ne me range donc pas dans un « camp » plutôt que dans l’autre.

Ce qui me paraît certain, par contre, est qu’on ne peut pas accorder aux résul­tats de ces enquêtes un niveau de preuve élevé. Ma posi­tion va à l’en­contre de l’opi­nion répandue que le niveau de preuve dépen­drait prin­ci­pa­le­ment du nombre de sujets ayant parti­cipé à l’en­quête. Une étude épidé­mio­lo­gique couvrant des centaines de milliers de personnes paraît plus fiable a priori — et fait l’objet de gros titres dans la presse grand public — qu’un essai rando­misé contrôlé (lien:lcub) mené sur une centaine de sujets…

Ce renver­se­ment de degrés de croyance est du même ordre que celui qui peut nous rendre dubi­ta­tifs à la lecture de résul­tats de méta-analyses (lien:9fke) combi­nant les données de plusieurs dizaines d’études mais dans lesquelles les critères de rando­mi­sa­tion (lien:7u7h) ne sont plus respectés, ce qui laisse la porte ouverte aux biais de sélection. Ici encore, le nombre d’études et le nombre de sujets ne sont pas garants d’un niveau de preuve satis­fai­sant.

Références (ordre chronologique)

  • Goldberg GR, Black AE, Jebb SA, Cole TJ, Murgatroyd PR, Coward WA, Prentice AM (1991 lien:yoa4). Critical evalua­tion of energy intake data using funda­mental prin­ciples of energy physio­logy : 1. Derivation of cut-off limits to iden­tify under-recording. Eur J Clin Nutr, 45 : 569–81
  • Black AE, Goldberg GR, Jebb SA, Livingstone MBE, Cole TJ, Prentice AM (1991 lien:xcq1). Critical evalua­tion of energy intake data using funda­mental prin­ciples of energy physio­logy : 2. Evaluating the results of publi­shed surveys. Eur J Clin Nutr, 45 : 583–99
  • Black AE (2000 lien:fckb). Critical evalua­tion of energy intake using the Goldberg cut-off for energy intake : basal meta­bolic rate. A prac­tical guide to its calcu­la­tion, use and limi­ta­tions. Int J Obes Relat Metab Disord, 24 : 1119–30
  • Kristal AR, Peters U, Potter JD (2005 lien:x76b). Is It Time to Abandon the Food Frequency Questionnaire ? Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention. Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention. 14 (12): 2826–2828. doi:10.1158/1055–9965.EPI-12-ED1.
  • Kuipers RS et al. (2012 lien:s7vq). A multi­dis­ci­pli­nary recons­truc­tion of Palaeolithic nutri­tion that holds promise for the preven­tion and treat­ment of diseases of civi­li­sa­tion. Nutrition Research Reviews 25, 1 : 96–129. doi:10.1017/S0954422412000017
  • Franco M, Ordunez P, Caballero B et al. (2013 lien:wrpe). Impact of energy intake, physical acti­vity, and population-wide weight loss on cardio­vas­cular disease and diabetes morta­lity in Cuba, 1980–2005. Am J Epidemiol. 2007;166:1374–1380.
  • Moshfegh AJ, Rhodes DG, Baer DJ et al. (2008 lien:n7qc). The US Department of Agriculture Automated Multiple-Pass Method reduces bias in the collec­tion of energy intakes. Am J Clin Nutr., 88, 2 : 324–332. doi:10.1093/ajcn/88.2.324
  • Young SS, Karr A (2011 lien:5ep8). Deming, data and obser­va­tional studies. A process out of control and needing fixing. Significance, Royal Statistical Society, 8, 3 : 116–120. doi:10.1111/j.1740–9713.2011.00506.x
  • CDC (2012 lien:8brh). Second National Report on Biochemical Indicators of Diet and Nutrition in the U.S. Population. Atlanta, GA : Centers for Disease Control and Prevention, U.S. Department of Health and Human Services
  • Pfeiffer CM, Sternberg MR, Schleicher RL, Haynes BM, Rybak ME, Pirkle JL (2013 lien:hrk7). The CDC’s Second National Report on bioche­mical indi­ca­tors of diet and nutri­tion in the U.S. popu­la­tion is a valuable tool for resear­chers and policy makers. J Nutr., 143:938S47S. doi:10.3945/jn.112.172858
  • Archer E, Hand GA, Blair SN (2013 lien:b1gc). Validity of U.S. nutri­tional surveillance : National Health and Nutrition Examination Survey caloric energy intake data, 1971–2010. PLoS ONE 2013;8:e76632. doi:10.1136/bmj.f6698
  • Mitka M (2013 lien:ttq6). Do flawed data on caloric intake from NHANES present problems for resear­chers and policy makers ? JAMA. Nov 27;310(20):2137–8. doi:10.1001/jama.2013.281865
  • Painter J, Hoekstra R,Ayers T,et al. (2013 lien:yz2t). Attribution of Foodborne Illnesses, Hospitalizations, and Deaths to Food Commodities by using Outbreak Data, United States, 1998–2008. Emerging Infectious Diseases, 19.
  • Ioannidis JP (2013 lien:3nxo). Implausible results in human nutri­tion research. BMJ 2013;347:f6698.
  • Shim JS et al. (2014 lien:f9sy). Dietary assess­ment methods in epide­mio­logic studies. Epidemiol Health. 2014 ; 36 : e2014009.
  • Hébert JR, Hurley TG, Steck SE, Miller DR, Tabung FK, Peterson KE, Kushi LH, Frongillo EA (2014 lien:xawx). Considering the value of dietary assess­ment data in infor­ming nutrition-related health policy. Adv Nutr. 2014 Jul 14;5(4):447–55. doi:10.3945/an.114.006189
  • Dhurandhar NV et al. (2014 lien:7j5n). Energy Balance Measurement : When Something is Not Better than Nothing. Int J Obes (Lond). 2015 Jul ; 39(7): 1109–1113. doi:10.1038/ijo.2014.199
  • Satija A et al. (2015 lien:hd18). Understanding Nutritional Epidemiology and Its Role in Policy. Adv Nutr., 6, 1 : 5–18. doi:10.3945/an.114.007492
  • DGAC (2015 lien:r0d3). Scientific Report of the 2015 Dietary Guidelines Advisory Committee. Advisory Report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture. U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service, Washington, DC.
  • Archer, E (2015 lien:iv9b). The Childhood Obesity Epidemic As a Result of Non-Genetic Evolution : the Maternal Resources Hypothesis. Mayo Clinic Proceedings, Volume 90, Issue 1, Pages 77–92
  • Archer E, Pavela G, Lavie CL (2015 lien:s9ks). The Inadmissibility of What We Eat in America and NHANES Dietary Data in Nutrition and Obesity Research and the Scientific Formulation of National Dietary Guidelines. Mayo Clinic Proceedings, 90, 7 : 911–926
  • Davy BM, Estabrooks PA (2015 lien:9wff). The Validity of Self-reported Dietary Intake Data : Focus on the “What We Eat In America” Component of the National Health and Nutrition Examination Survey Research Initiative. Mayo Clinic Proceedings, 90, 7 : 845–847. doi:10.1016/j.mayocp.2015.05.009
  • Archer E, Blair SN (2015 lien:f4st). Implausible data, false memo­ries, and the status quo in dietary assess­ment. Adv Nutr. 2015 Mar 13;6(2):229–30. doi:10.3945/an.114.007799
  • Hébert J.R., Hurley T.G., Steck S.E. et al. (2015 lien:w3gb) Reply to E Archer and SN Blair. Adv Nutr. 2015 ; 6 : 230–233
  • Archer E, Pavela G, Lavie CJ (2015 lien:ohn3). A Discussion of the Refutation of Memory-Based Dietary Assessment Methods (M‑BMs): The Rhetorical Defense of Pseudoscientific and Inadmissible Evidence. Mayo Clinic Proceedings, 90, 12 : 1736–1739
  • Davy BM, Estabrooks PA (2015 lien:ys9u). In Reply—A Discussion of the Refutation of Memory-Based Dietary Assessment Methods (M‑BMs): The Rhetorical Defense of Pseudoscientific and Inadmissible Evidence. Mayo Clinic Proceedings, 90, 12 : 1739–1740
  • Bjerga A (2015 lien:jraz). Food industry players figh­ting proposed dietary guide­lines drop millions on lobbyists. Bloomberg News, 29 July.
  • Subar AF et al. (2015 lien:ova9). Addressing Current Criticism Regarding the Value of Self-Report Dietary Data. The Journal of Nutrition, 145, 12 : 2639–2645. doi:10.3945/jn.115.219634
  • Zeevi D et al. (2015 lien:py31). Personalized Nutrition by Prediction of Glycemic Responses. Cell, 163, 5 : 1079–1094. doi:10.1016/j.cell.2015.11.001
  • NIH (2016 lien:5rvh) Dietary Assistant Primer : Principles Underlying Recommendations. National Cancer Institute.
  • NIH (2016 lien:f33z). Summary Tables : Recommendations on Potential Approaches to Dietary Assessment for Different Research Objectives Requiring Group-level Estimates. National Cancer Institute.
  • Archer E, Marlow ML, Williams R (2017 lien:nxg2). Government Dietary Guidelines : Uncertain Science Leads to Questionable Public Health Policy. Mercatus Working Paper. April 20
  • NASEM (2017 lien:l8f1). Redesigning the Process for Establishing the Dietary Guidelines for Americans. Washington, DC : National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine ; The National Academies Press.
  • Martín-Calvo N, Martínez-González M (2018 lien:4e1k). Controversy and Debate : Memory based Methods Paper 2. Journal of Clinical Epidemiology 104. doi:10.1016/j.jclinepi.2018.08.005
  • Martín-Calvo N, Martínez-González M (2018 lien:k35w). Controversy and Debate : Memory based Methods Paper 4. Journal of Clinical Epidemiology 104. doi:10.1016/j.jclinepi.2018.08.004
  • Archer E, Marlow ML, Lavie C (2018a lien:5ys0). Controversy and Debate : Memory based Methods Paper 1 : The Fatal Flaws of Food Frequency Questionnaires and other Memory-Based Dietary Assessment Methods. Journal of Clinical Epidemiology 104. doi :10.1016/j.jclinepi.2018.08.003
  • Archer E, Marlow ML, Lavie C (2018b lien:rs8c). Controversy and Debate : Memory-Based Dietary Assessment Methods Paper #3. Journal of Clinical Epidemiology 104. doi:10.1016/j.jclinepi.2018.07.013
  • Lavie CJ, Elagizi A, Kachur S, Carbone S, Archer E (2018c lien:yhcg). Weighing in on obesity preven­tion and cardio­vas­cular disease prog­nosis. Journal of Laboratory and Precision Medicine, 3 : 85 doi:10.21037/jlpm.2018.09.02
  • Archer E (2018d lien:6qsz). In Defense of Sugar : A Critique of Diet-Centrism. Progress in Cardiovascular Diseases, 61, 1, May–June : 10–19. doi:10.1016/j.pcad.2018.04.007
  • Archer E, Lavie CJ, Hill JO (2018e lien:fvyg). The Failure to Measure Dietary Intake Engendered a Fictional Discourse on Diet-Disease Relations. Front. Nutr., 13 November. doi:10.3389/fnut.2018.00105
  • Archer E, Lavie CJ, Hill JO (2018f lien:54ji). The contri­bu­tions of ‘diet’, ‘genes’, and physical acti­vity to the etio­logy of obesity : contrary evidence and consi­lience. Prog Cardiovasc Dis. 61 : 89–102
  • Archer E (2018a lien:aw3j). Disease-Mongering of the American Diet. In : Priorities. American Council of Science and Health.
  • Archer E (2018b lien:cm76). The Demonization of ‘Diet’ Is Nothing New. Progress in Cardiovascular Diseases, 61, 3. doi:10.1016/j.pcad.2018.07.013
  • Archer E, Pavela G, Mcdonald S, Lavie CJ, Hill JO. (2018g lien:f8ow). Cell-specific “compe­ti­tion for calo­ries” drives asym­me­tric nutrient-energy parti­tio­ning, obesity, and meta­bolic diseases in human and non-human animals. Front Physiol., 9 : 1053. doi:10.3389/fphys.2018.01053
  • Greene DA, Varley BJ, Hartwig TB, Chapman P, Rigney M (2018 lien:rutz). A Low-Carbohydrate Ketogenic Diet Reduces Body Mass Without Compromising Performance in Powerlifting and Olympic Weightlifting Athletes. J Strength Cond Res., 32, 12:3373–3382. doi:10.1519/JSC.0000000000002904

27 recommandation(s)
0 commentaires
525 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.