Nutrition et dégénérescence physique

 -  -  1562


Nutrition and Physical Degeneration

Un ouvrage de Weston A. Price (1938) offrant une compa­raison entre les alimen­ta­tions primi­tives et actuelles, leurs effets sur la denti­tion et sur la santé en général.

Le texte inté­gral est en libre accès : lien:v0w6

Cet article sur le site Clair et Lipide contient un résumé des travaux de Weston Price et la traduc­tion des préfaces d’édi­tions succes­sives de son ouvrage majeur.

Parmi ses décou­vertes majeures (et très actuelles) :

Price consi­dé­rait les vita­mines lipo­so­lubles [A, D, E, K] comme étant le compo­sant clé des saines alimen­ta­tions. Il nomma ces nutri­ments « acti­va­teurs » ou « cata­ly­seurs » sur lesquels l’assimilation de tous les autres nutri­ments dans nos aliments dépen­dait. « Il est possible de mourir de faim à cause de miné­raux qui sont abon­dants dans les aliments consommés parce qu’ils ne peuvent pas être utilisés sans un montant adéquat de vita­mines lipo­so­lubles ». Les aliments qui four­nissent les acti­va­teurs lipo­so­lubles sont la matière grasse, les huiles marines, les abats, pois­sons et fruits de mers, les œufs et le suif des animaux, la plupart d’entre eux étant injus­te­ment condamnés par les experts en nutri­tion comme des aliments malsains.

Suite de cet article : Nutrition et dégé­ne­res­cence physique

➡ Note critique : William T Jarvis, profes­seur associé d’édu­ca­tion de la santé à l’école dentaire de l’Université Loma Linda en Californie, a émis des réserves sur la qualité scien­ti­fique du travail de Weston Price. Dans son article The Myth of the Healthy Savage il écrit (1981 lien:4zt1) :

Price croyait que la race humaine était en train de se dégé­nérer non seulement physi­que­ment, mais aussi menta­le­ment et mora­le­ment à cause de la nutri­tion moderne. En tant que dentiste il concen­trait ses obser­va­tions en incluant la défor­ma­tion du palais et extra­po­lait ses obser­va­tions en incluant de déclin de carac­tère et de race. […]

Son livre est une combi­naison de notes de voyages et de photos qu’il a prises de peuples autoch­tones vivant dans divers envi­ron­ne­ments, et des crânes de leurs ancêtres. Bien que le travail photo­gra­phique soit de bonne qualité, les données qui l’ac­com­pagnent sont de valeur ques­tion­nable en raison de la vision évidente qu’il culti­vait sur le sauvage en bonne santé. Par exemple, en plusieurs occa­sions où il exami­nait des personnes au régime mixte — en partie primitif et en partie civi­lisé — il consi­dé­rait raison­nable que ceux dont la dégra­da­tion dentaire était mini­male le devaient à la portion primi­tive de leur régime, tandis que pour les autres chez qui la dété­rio­ra­tion était plus grande la cause se trou­vait dans la portion civi­lisée. Aucun régime n’était quan­tifié d’une manière ou d’une autre pour permettre une analyse compa­ra­tive.


156 recommandation(s)
2 commentaires
1378 visites
bookmark icon

2 thoughts on “Nutrition et dégénérescence physique

    Écrire un commentaire...

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Oldest
    Newest
    Most Upvoted