Si j’ai la 5G

 -  -  18244


⚪️ ET LA 5G, vous en pensez quoi ? Rien ? Allons… On nous annonce une révo­lu­tion tech­no­lo­gique majeure, encore une, qui va nous faci­li­ter la vie, une fois de plus, et per­sonne ne saute de joie ? Attention : la 5G ne va pas faire que suc­cé­der à la 4G, ce serait trop facile.

Révisons. En 1980, la pre­mière géné­ra­tion de télé­phones mobiles permet juste de passer un coup de fil. Douze ans plus tard, la 2G permet d’en­voyer aussi des textes. Puis, avec la 3G, voilà le smart­phone et l’ac­cès facile à Internet. Puis, avec la 4G, la même chose mais en plus rapide. Avec la 5G, tout va de 10 à 100 fois plus vite. Et avec 1000 fois plus de connexions pos­sibles. Nos villes (actuel­le­ment si stu­pides) devien­dront des “smart cities” : par­tout, des objets « intel­li­gents », de la télé­mé­de­cine, des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales à dis­tance, des drones, des robots, de la main­te­nance à dis­tance, de la réa­lité aug­men­tée, de l’im­mer­sif. Et, par­tout, comme l’a déjà raconté « Le Canard » (16/10/19), de nou­velles oppor­tu­ni­tés pour le fli­cage, les intru­sions dans la vie privée, le pira­tage…

On nous promet que, d’ici à la fin de l’an­née, une dizaine de grandes villes fran­çaises seront équi­pées. Et, dans dix ans, la France entière. Faut faire vite ! Les Etats-Unis s’y sont déjà mis, et la Corée du Sud. La France a un an de retard, s’a­larme le pédégé d’Orange… Or, la 5G, c’est « un enjeu majeur de com­pé­ti­ti­vité ». L’argument qui tue.

En mars, le gou­ver­ne­ment va mettre aux enchères une grande partie des blocs de hautes fré­quences néces­saires à la 5G. Bouygues Télécom, Free, Orange, SFR s’é­tripent déjà pour en être (et Huawei est en embus­cade). L’État empo­chera 2 ou 3 mil­liards. Et ce sera parti.

Dix fois plus d’an­tennes qu’au­jourd’­hui (contrai­re­ment à la 4G, la 5G n’émet pas dans toutes les direc­tions et exige des antennes tous les 100 mètres). Trois fois plus d’éner­gie (1). Des coûts de réseau trois fois plus élevés. L’achat forcé d’un nou­veau por­table, évi­dem­ment. Et des impacts sani­taires poten­tiels à propos des­quels plus de 3000 scien­ti­fiques, méde­cins et ONG du monde entier (dont Priartem [lien:0lzt]) sonnent l’a­larme : une péti­tion « SGappeal » [lien:kpcm], une jour­née de mobi­li­sa­tion le 25 jan­vier (2). Déployée par­tout, sans éva­lua­tion sani­taire ni débat démo­cra­tique, la 5G néces­si­tera, disent-ils, « 20000 satel­lites com­bi­nés en orbite ter­restre basse et moyenne qui cou­vri­ront la Terre de fais­ceaux puis­sants, foca­li­sés et orien­tables ». Elle « entraî­nera une explo­sion mas­sive de l’ex­po­si­tion inévi­table et invo­lon­taire aux rayon­ne­ments sans fil ».

Une nou­velle tech­no­lo­gie qui fait explo­ser les risques sani­taires, les usages numé­riques, le pillage des res­sources et les dépenses éner­gé­tiques — et, en prime, risque de brouiller les pré­vi­sions météo (le « JDD », 12/1)…

Au moment où Macron affirme aux valeu­reux citoyens de la conven­tion climat qu’il est prêt à lancer un réfé­ren­dum sur les ques­tions écolos d’in­té­rêt majeur, voilà un sujet tout trouvé ! ⚪️

🔵 Jean-Luc Porquet

(1) « La 5G est-elle vrai­ment utile ? », par Hugues Ferreboeuf et Jean-Marc Jancovici (« le​-monde​.fr », 9/1). [lien:2zyb]
(2) 5gspa​ceap​peal​.org/​t​h​e​-​a​p​p​eal [lien:kpcm]

Le Canard enchaîné, 15 jan­vier 2020 page 5

Article créé le 29/01/2020 – modi­fié le 7/02/2020

18 recommandation(s)
0 commentaires
244 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.