Diabète

Insulinorésistance

• Bookmarks: 2116151


Un des rôles prin­ci­paux de l’insu­lineN1 consiste à contrô­ler le stockage dans nos cellules de nutri­ments en circu­la­tion (glucose et acides gras), afin de main­te­nir leurs taux sanguins dans une four­chette étroite. On peut parler de résis­tance à l’in­su­lineN2 lorsque ce méca­nisme de régu­la­tion semble perturbé par une réponse insuf­fi­sante des cellules aux effets de l’in­su­line. Cette résis­tance est asso­ciée à un risque accru de diabète de type 2N3, de mala­dies cardio­vas­cu­lairesN4 et de certains cancers.

Le méca­nisme de régu­la­tion de la glycé­mieN5 est aujourd’­hui abon­dam­ment docu­menté — voir par exemple un support de coursN6 très lisible en fran­çais, et What Causes Insulin Resistance ?N7 de Stephan Guyenet. Après l’ab­sorp­tion d’ali­ments sucrés, l’hypo­gly­cé­mieN8 consé­cu­tive à la libé­ra­tion d’in­su­line par le pancréasN9 dimi­nue au cours de la jour­née, car les récep­teurs cellu­laires membra­nairesN10 d’in­su­line répondent de moins en moins aux solli­ci­ta­tions. De cette manière, les cellules reçoivent moins d’éner­gie. Comme le souligne Guyenet (voir pageN7), un excès chro­nique d’éner­gie dans les mito­chon­driesN11 au cœur des cellules aurait un effet toxique, de sorte que cette insu­li­no­ré­sis­tanceN2 est un proces­sus physio­lo­gique d’ajus­te­ment que l’on peut asso­cier à un méca­nisme de défense anti­oxy­dant (Hoehn KL et al., 2009N12).

La restriction calorique et l’ap­port d’anti­oxy­dantsN13 — direc­te­ment par la nutrition ou indi­rec­te­ment par l’entraînement de haute intensité — et ont par consé­quent pour effet de limi­ter le besoin physio­lo­gique d’insu­li­no­ré­sis­tanceN2. L’excès d’éner­gie dans les cellules se traduit par le stockage de méta­bo­lites d’acides grasN14 (acyl-CoAN15, céra­midesN16, diacyl­gly­cé­rolN17) dans le cyto­plasmeN18 qui jouent un rôle majeur dans l’in­su­li­no­ré­sis­tance (Guyenet S, 2012N7). Les gluco­cor­ti­coïdesN19 sont les acteurs de ce proces­sus (Qi D & Rodrigues B, 2007N20).

L’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 est donc au départ un proces­sus protec­teur des cellules (voir l’ar­ticle Insulin Resistance is Good ?N21). Elle est aussi mise en œuvre de façon saison­nière chez des animaux qui se gavent de baies sucrées pour stocker rapi­de­ment de la graisse avant l’hibernation…

Par contre, chez l’hu­main, elle peut deve­nir patho­lo­gique, au fil des ans, si la consom­ma­tion de glucides reste exces­sive, le pancréasN9 deve­nant inca­pable de sécré­ter en quan­tité une insu­line qui a perdu son effi­ca­cité : c’est la porte ouverte au diabète de type 2N3 — voir mon article Diabète de type 2.

Édouard Courot précise (2016N22 page 97) :

L’organe dont les rythmes biolo­giques ont une impor­tance prépondérante dans la physio­pa­tho­lo­gie du diabète est le pancréas. Son horloge circa­dienne [N23] joue en effet un rôle majeur dans la ryth­mi­cité de la sécrétion d’insuline.

Bien que la sécrétion de l’insuline dépende prin­ci­pa­le­ment de l’apport alimen­taire, elle présente également une sécrétion basale selon un rythme circa­dien. Cette ryth­mi­cité garan­tie par les gènes horloges Clock et Bmal1 a été mise en évidence dans les cellules béta des îlots de Langerhans [N24] et joue un rôle capi­tal dans l’homéostasie [N25] du glucose.

Une dérégulation de cette ryth­mi­cité, notam­ment par des prises alimen­taires à des heures aléatoires et variables, est un facteur favo­ri­sant une insulinorésistanceN2 et donc d’un poten­tiel diabète de type 2.

ilots-de-Langerhans
Îlots de Langerhans – © INSERMN26

Pour Jason Fung (voir pageN27), les effets attri­bués à l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 ne sont pas un problème de récep­teur membra­naireN10 de l’in­su­line soudain devenu inadapté, mais de surcharge des cellules en glucose. Son argu­men­taire est résumé dans mon article Diabète de type 2.

La résis­tance à l’in­su­line n’est pas une mauvaise chose, c’est un méca­nisme de protec­tion. De quoi nous protège-t-elle ? Le nom même vous le dit : l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 se déve­loppe pour résis­ter à l’in­su­line. Le problème est trop d’insuline.

Pendant ce temps, le foie est occupé à essayer de pomper autant de graisse que possible. Il pompe des trigly­cé­ridesN28 comme si sa vie en dépen­dait, ce qui est le cas. Donc les niveaux de trigly­cé­rides dans le sang montent (signe clas­sique du syndrome méta­bo­liqueN29). L’organisme essaie de soula­ger le foie engorgé de gras en l’ex­por­tant. Donc les muscles engraissent.

Le pancréasN9 reçoit égale­ment une partie de la graisse et vous obte­nez un pancréas gras. Comme le pancréas devient distendu avec la graisse, il produit moins d’in­su­line. Pourquoi ? Parce qu’il essaie de proté­ger le corps contre les effets de trop d’in­su­line ! Le corps sait très bien que le problème est trop d’in­su­line. Donc, le déve­lop­pe­ment du pancréas engraissé nous protège en arrê­tant la production.

Le foie engraissé créant une résis­tance à l’in­su­line et le pancréas engraissé, provo­quant l’abais­se­ment des taux d’in­su­line, abou­tissent à la même chose. Augmentation du glucose dans le sang, mais protec­tion des organes contre cette insu­line exces­sive. Cette glycé­mie élevée provoque les symp­tômes du diabèteN3 — une soif exces­sive, une miction exces­sive et la perte de poids. Le glucose sanguin élevé dépasse le seuil rénal du glucose.

Les reins réab­sorbent norma­le­ment tout le glucose qui passe à travers. Cependant, lorsque le taux de glucose est supé­rieur à envi­ron 10 mmol/L, le rein ne peut pas réab­sor­ber tout. Le glucose est excrété dans l’urine empor­tant avec elle beau­coup d’eau. On perd du poids sous forme de grandes quan­ti­tés de glucose urinées hors du corps. Est-ce mauvais ? Non c’est bon !

Le problème sous-jacent est préci­sé­ment trop de glucose et trop d’in­su­line. Le corps lui-même s’est protégé en se débar­ras­sant de tout le glucose supplé­men­taire. Le glucose sanguin réduit l’in­su­line et crée aussi une perte de poids. Ce sont tous des méca­nismes de protec­tion pris par le corps pour se proté­ger contre l’in­su­line excessive.

Avec cette nouvelle compré­hen­sion, nous pouvons voir que l’obé­sité, la résis­tance à l’in­su­line, des trigly­cé­ridesN28 élevés et un dysfonc­tion­ne­ment des cellules bêtaN30 sont tous les méca­nismes de protec­tion contre le même problème : l’hyper­in­su­li­nismeN31.

[…]

L’étude EMPA-REGN32 a été publiée l’an dernier. En utili­sant un de ces nouveaux médi­ca­ments on réduit le risque de décès de 38% et le risque de morta­lité cardio­vas­cu­laire de 32%. Ces avan­tages étaient exac­te­ment ce que nous cher­chions. Parce que ce médi­ca­ment agit à la racine du problème. Il y a trop de glucose et trop d’in­su­line. Cela permet de réduire le glucose et l’in­su­line dimi­nue. Bien sûr, si nous ne trai­tions pas du tout le diabète de type 2N3, nous aurions proba­ble­ment le même avantage.

Il y a deux problèmes prin­ci­paux dans le syndrome méta­bo­liqueN29 : la gluco­toxi­citéN33 et la toxi­cité de l’in­su­line. Il ne sert à rien de trai­ter la toxi­cité accrue de l’in­su­line pour réduire la gluco­toxi­cité. Or c’est ce que nous faisons lorsque nous trai­tons les gens avec de l’in­su­line ou des sulpho­nyu­réesN34. Au lieu de cela, il est logique de réduire à la fois la gluco­toxi­cité et la toxi­cité de l’in­su­line. Des médi­ca­ments tels que les inhi­bi­teurs de SGLT2N35 font cela, mais l’ali­men­ta­tion est évidem­ment la meilleure façon : régimes faibles en glucides et jeûne intermittent.

Obesity is protec­tive ? (Jason Fung, 2016N36)

Une étude de Roy Taylor (voir articleN37) suggère que cette inca­pa­cité du pancréasN9 serait asso­ciée à la présence de graisse dans les cellules bêtaN30 des îlots de LangerhansN24, de sorte que le diabète de type 2N3 pour­rait être soigné, non pas en essayant de restau­rer la réponse à l’in­su­line des récep­teurs cellu­laires membra­nairesN10 mais par une abla­tion chirur­gi­cale de (pas plus d’un gramme) de cet excès de graisse pancréa­tique. Il reste toute­fois à prou­ver que ce retour au méta­bo­lisme normal du pancréas s’ins­cri­rait sur le long terme, ce qui revient à dire que le diabète de type 2 serait (du moins dans sa phase initiale) un syndrome méta­bo­liqueN29 réver­sible. Voir plus d’ex­pli­ca­tions dans l’ar­ticle Type 2 Diabetes : Etiology and rever­si­bi­lity (Taylor R, 2013N38).

Diminuer le taux de fer en évitant des aliments riches en fer est aussi un moyen de limi­ter l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 (Hua NW et al., 2001N39).

D’autres expli­ca­tions de l’in­su­li­no­ré­sis­tance ont été propo­sées : Barbara E. Corkey (2011N40) suggère que des niveaux exces­sifs d’in­su­line causés par l’en­vi­ron­ne­ment (pesti­cides et engrais, addi­tifs alimen­taires etc.) super­po­sés à un terrain géné­tique défa­vo­rable ou un hyper­in­su­li­nismeN31 basique auraient pour effets l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2, l’obé­sité et le diabète de type 2N3. Selon le modèle qu’elle étudie, la surpro­duc­tion d’in­su­line liée à une réponse exces­sive des cellules bêtaN30 des îlots de LangerhansN24 (dans le pancréas) serait la cause de l’in­su­li­no­ré­sis­tance, et non l’in­verse. Cette surpro­duc­tion pour­rait d’ailleurs se produire à un niveau assez faible pour ne pas entraî­ner d’hypo­gly­cé­mieN8.

Associée au programme euro­péen Metagenomics of the Human Intestinal TractN41, l’équipe de Pedersen HK et al. (2016N42) a montré que 4 espèces bacté­riennes du micro­biote intes­ti­nal auraient une forte influence sur l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 de sujets humains. Il s’en­suit qu’un ré-équilibrage de ce micro­biote contri­bue­rait à corri­ger ce défaut, comme le suggère déjà l’ex­pé­ri­men­ta­tion animale (voir page en fran­çaisN43).

L’obésité et l’insu­li­no­ré­sis­tanceN2 vont souvent de pair (mais pas toujours) sans qu’on puisse démon­trer que l’une est la cause de l’autre… Selon Bill Lagakos (voir pageN44) elles pour­raient avoir des causes communes, envi­ron­ne­men­tales comme suggéré par CorkeyN40, mais aussi un dysfonc­tion­ne­ment du rythme circa­dienN45, ce qui nous renvoie à la chro­no­bio­lo­gie de la nutri­tion — voir mon article Chrononutrition - bibliographie et notam­ment l’étude de Bo S et al. (2015N46).

▷ Liens

🔵 Notes pour la version papier :
- Les iden­ti­fiants de liens permettent d’atteindre faci­le­ment les pages web auxquelles ils font réfé­rence.
- Pour visi­ter « 0bim », entrer dans un navi­ga­teur l’adresse « https://​leti​.lt/0bim ».
- On peut aussi consul­ter le serveur de liens https://​leti​.lt/​l​i​ens et la liste des pages cibles https://​leti​.lt/​l​i​ste.

  • N1 · nwfn · Insuline – Wikipedia
  • N2 · dlmy · Résistance à l’in­su­line – Wikipedia
  • N3 · a3u9 · Diabète de type 2 – Wikipedia
  • N4 · 59jy · Maladie cardio-vasculaire – Wikipedia
  • N5 · iuhf · Glycémie – Wikipedia
  • N6 · 6xat · La régu­la­tion de la glycémie
  • N7 · ihqh · What Causes Insulin Resistance ? Part I
  • N8 · ji78 · Hypoglycémie – Wikipedia
  • N9 · zofl · Pancréas – Wikipedia
  • N10 · 0wsk · Récepteur membra­naire – Wikipedia
  • N11 · alc0 · Mitochondrie – Wikipedia
  • N12 · nfi1 · Insulin resis­tance is a cellu­lar antioxi­dant defense mechanism
  • N13 · tw5h · Antioxydant – Wikipedia
  • N14 · 716t · Acide gras – Wikipedia
  • N15 · r4j8 · Acyl-coenzyme A – Wikipedia
  • N16 · x621 · Céramide – Wikipedia
  • N17 · u1el · Diglycéride – Wikipedia
  • N18 · 7gdc · Cytoplasme – Wikipedia
  • N19 · zpzw · Glucocorticoïde – Wikipedia
  • N20 · df9u · Glucocorticoids produce whole body insu­lin resis­tance with changes in cardiac metabolism
  • N21 · q62j · Insulin Resistance is Good ?
  • N22 · obk3 · Courot E (2016). Importance de la chro­no­bio­lo­gie dans la préven­tion et la prise en charge de certaines mala­dies notam­ment cardio­vas­cu­laires et méta­bo­liques : exemples de la chro­no­phar­ma­co­lo­gie et de la chro­no­nu­tri­tion. Thèse de docto­rat en phar­ma­cie. Université de Lorraine.
  • N23 · z1o8 · Horloge biolo­gique circa­dienne – Wikipedia
  • N24 · 4nq7 · Îlot de Langerhans – Wikipedia
  • N25 · uo0w · Homéostasie – Wikipedia
  • N26 · 73zd · Îlots de Langerhans – INSERM
  • N27 · gdzf · A New Paradigm of Insulin Resistance
  • N28 · 1edl · Triglycéride – Wikipedia
  • N29 · kpej · Syndrome méta­bo­lique – Wikipedia
  • N30 · 9w36 · Cellule bêta – Wikipedia
  • N31 · c8dp · Hyperinsulinisme – Wikipedia
  • N32 · kjx6 · Empagliflozin, Cardiovascular Outcomes, and Mortality in Type 2 Diabetes
  • N33 · u3my · Diabète sucré de type 2
  • N34 · o4c0 · Sulfonylurée – Wikipedia
  • N35 · mcut · Sodium/glucose cotrans­por­teur 2 – SGLT2 – Wikipedia
  • N36 · 1j1r · Obesity is protective ?
  • N37 · tipn · Fat loss from pancreas ‘can reverse’ effects of type‑2 diabetes
  • N38 · sp2r · Type 2 Diabetes : Etiology and reversibility
  • N39 · 94p6 · Low iron status and enhan­ced insu­lin sensi­ti­vity in lacto-ovo vegetarians
  • N40 · 77wr · Hyperinsulinemia : Cause or Consequence ?
  • N41 · t8i7 · Metagenomics of the Human Intestinal Tract
  • N42 · dapm · Human gut microbes impact host serum meta­bo­lome and insu­lin sensitivity
  • N43 · 68el · Diabète : quand le micro­biote fait de la résis­tance à l’insuline
  • N44 · 399h · Insulin resis­tance and obesity
  • N45 · fgu7 · Rythme circa­dien – Wikipedia
  • N46 · kzvb · Bo S, Fadda M, Castiglione A, Ciccone G, De Francesco A, Fedele D, Guggino A, Parasiliti Caprino M, Ferrara S, Vezio Boggio M, Mengozzi G, Ghigo E, Maccario M, Broglio F (2015). Is the timing of calo­ric intake asso­cia­ted with varia­tion in diet-induced ther­mo­ge­ne­sis and in the meta­bo­lic pattern ? A rando­mi­zed cross-over study.

Article créé le 9/07/2016 - modifié le 7/06/2020 à 17h25

211 recommended
0 commentaires
6151 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.