Les meilleures solutions contre l’anxiété

 -  -  6


Article invité de Sylvain Spanu, auteur du site Progrès Personnel

Vous traversez une période diffi­cile de votre vie, et penser à l’avenir crée une anxiété déme­surée ?

Elle est si forte que la boule dans la gorge, les palpi­ta­tions, les maux de tête et de ventre vous accom­pagnent presque quoti­dien­ne­ment et génèrent encore plus d’in­quié­tude ?

Pas de panique ! Dans cet article nous allons détailler comment fonc­tionne l’anxiété et les prin­ci­pales solu­tions pour s’en sortir.

Et les meilleures ne sont pas toujours celles que l’on croit…

Bonne lecture.

1) L’origine de l’anxiété

Lorsqu’on sait d’où viennent nos inquié­tudes, il est plus facile d’agir pour aller mieux. Mais ce n’est pas toujours possible.

L’anxiété peut être due à un trau­ma­tisme comme la perte d’un proche, perte de son emploi, rupture diffi­cile, etc.

Dans ce cas la cause est toute trouvée.

Mais elle peut aussi être engen­drée par toute une série de petits tracas insi­gni­fiants qui se sont accu­mulés dans les derniers mois.

  • Si la cause est iden­ti­fiée et qu’elle peut-être résolue, prenez le problème à bras le corps et remettez de l’ordre dans votre vie.
  • Si ce n’est pas le cas, il va falloir apprendre à lâcher prise sur les événe­ments et vous consa­crer plus de temps à votre bien-être personnel.

Mais voyons tout d’abord les effets de l’anxiété sur notre corps.

2) S’éduquer sur l’anxiété

L’anxiété et le stress ont des réper­cus­sions physiques, ce n’est pas une légende.

Personnellement, pendant une période de surme­nage dans mon travail, mes jambes étaient lourdes, anky­lo­sées et doulou­reuses. Chez d’autres personnes ce sera de la tachy­cardie, une boule dans la gorge, mal au ventre ou encore des sueurs froides.

Ces symp­tômes peuvent générer encore plus d’an­xiété s’ils ne sont pas compris. D’où l’in­térêt de se rensei­gner.

Sachez simple­ment qu’à court terme les symp­tômes de l’an­xiété et du stress sont inof­fen­sifs pour la santé.

À long terme, méfiez-vous car ils peuvent amener un état d’épui­se­ment perma­nent.

Plus d’in­for­ma­tions sur les symp­tômes de l’an­xiété dans cet article :

Les symp­tômes de l’anxiété

Avez-vous le réflexe « médi­ca­ments » quand vous êtes anxieux ?

3) Les médicaments sont-ils vraiment efficaces ?

Quand on ne se sent pas bien, en parti­cu­lier dans notre société, le réflexe est souvent de prendre des médi­ca­ments et de s’ar­rêter là.

(La France est un des plus gros consom­ma­teur d’an­ti­dé­pres­seurs au monde !)

Et c’est vrai qu’ils sont très effi­caces pour lutter contre les symp­tômes.

Mais compter unique­ment sur les médi­ca­ments ne guérira pas l’an­xiété.

Cela revient à écoper l’eau d’un navire en train de sombrer plutôt que de réparer la brèche.

De plus, beau­coup de médi­ca­ments perdent leur effi­ca­cité sur le long terme. Et certains ont la fâcheuse tendance à être très addic­tifs ou à faire prendre du poids.

Pour résumer, les médi­ca­ments sont justi­fiés en cas d’an­xiété très forte à court et moyen terme.

Mais il est indis­pen­sable de lutter contre l’an­xiété, en plus des médi­ca­ments avec d’autres méthodes (beau­coup plus effi­caces).

Poursuivons.

4) Penser positif

Ce point est certai­ne­ment le seul qui soit indis­pen­sable.

Imaginons un Monsieur pessi­miste. Il ne croit pas en lui, et il est persuadé que son corps et son envi­ron­ne­ment sont là pour lui rendre la vie plus diffi­cile.

Quand il se rend à son travail le matin et que son métro est retardé, il pense immé­dia­te­ment :

« Ça y est ! Même les trans­ports publics sont contre moi ! » Il va alors stresser et ressentir une douleur dans la poitrine :

« Et en plus il faut que je tombe malade ! Je vais encore perdre mon temps et mon argent chez des méde­cins incom­pé­tents !! » etc.

Et quand il entre­prend quelque chose, la première diffi­culté rencon­trée devient une preuve que le monde entier lui en veut person­nel­le­ment !

Cette façon de vivre fait presque penser à un châti­ment des dieux grecs !

Comparons avec Monsieur opti­miste. Il a confiance en lui et en son corps.

Si son métro est retardé, il ne se met pas à « rager » mais va plutôt se dire :

« Je dois passer plus de temps dans le métro ? Tant mieux je pourrai lire cet excellent roman plus long­temps ! » ou bien « Je vais en profiter pour méditer quelques minutes. »

Il ne devient pas hypo­con­driaque à la moindre petite douleur comme Monsieur pessi­miste. Mais il se dira plutôt :

« On dirait que j’ai des palpi­ta­tions… J’ai dû être un peu stressé ce matin, rien de grave, ça va passer. »

Et quand il s’agit d’en­tre­prendre, il ne s’ar­rête pas à la première diffi­culté. Chaque diffi­culté devient une leçon qui l’aide à passer à l’étape suivante. Il ne se décou­rage pas car il est certain au fond de lui qu’il va réussir !

Quelle façon de vivre vous plaît le plus ?

Vous êtes anxieux ? Alors utilisez cette diffi­culté comme une raison de vous construire une vie plus inté­res­sante que jamais !

L’environnement est impor­tant pour conserver sa pensée posi­tive.

5) Améliorer ses fréquentations

L’optimisme et le pessi­misme sont des états d’es­prit conta­gieux.

À une période de ma vie je fréquen­tais tous les jours des gens néga­tifs qui se plai­gnaient conti­nuel­le­ment sur tous les sujets.

Quoi qu’il se passe au travail ou dans le monde, ce n’était pas assez bien pour eux.

Le jour où j’ai cessé de les fréquenter, j’ai été étonné de voir à quel point mon état d’es­prit était devenu meilleur.

Il n’était plus pollué par toutes ces idées noires sans intérêt.

De même en fréquen­tant des personnes posi­tives et en tenant les néga­tives à distance, vous serez plus à même de vous débar­rasser de votre anxiété !

J’ai mis un certain temps avant de comprendre le lâcher prise.

6) Apprendre à laisser aller

Comme la plupart des gens, on a souvent tendance à ruminer sur son passé de manière plain­tive :

« Si seulement j’avais agi autre­ment à ce moment ! »

« Pourquoi personne ne m’a aidé quand j’en avais besoin ? »

Mais il faut bien comprendre que cette atti­tude ne mène à rien !

Se plaindre du passé n’a jamais amélioré le présent, au contraire car vous vous mettez en posi­tion de victime.

Vous avez fait des erreurs par le passé ?

Personne n’est parfait, et ça ne fait pas de vous quel­qu’un de mauvais ou d’in­ca­pable !

Quelqu’un vous a fait du mal ?

Mais qui gagne si vous conti­nuez à souf­frir ?

Les démons du passé sont des féroces gardiens de votre anxiété. Laissez-les là où ils sont. Vous n’avez pas besoin d’eux pour construire votre futur.

Le point suivant est une alter­na­tive aux médi­ca­ments.

7) Se soigner par les produits naturels

Si votre anxiété est modérée et que vous ne souhaitez pas commencer les médi­ca­ments, se soigner par les produits natu­rels peut être une solu­tion. Et ils vous évite­ront les effets secon­daires des premiers.

Parmi les plus popu­laires :

  • les Fleurs de Bach, produit homéo­pa­thique.
  • la Camomille, utile en cas d’anxiété modérée. Elle améliore la diges­tion, les maux de tête, diminue le stress et améliore la santé du foie et des poumons.
  • l’Herbe de Saint-Jean, très utile en cas de dépres­sion. Elle améliore aussi le sommeil mais atten­tion, il s’agit d’un produit puis­sant à utiliser raison­na­ble­ment.

22 produits natu­rels contre l’an­xiété pour aller plus loin :

22 produits natu­rels contre l’anxiété

Attention, certains produits natu­rels ne sont pas anodins et peuvent inter­agir avec les médi­ca­ments que vous prenez. Demandez toujours l’avis de votre médecin avant de les utiliser.

Et n’ou­bliez pas que ces produits sont utiles contre les symp­tômes de l’an­xiété unique­ment et ne vous guéri­ront pas à eux seuls.

Continuons avec un autre élément très utile.

8) Consommer des oméga 3

Je ne vais pas revenir sur l’im­por­tance de soigner son alimen­ta­tion, surtout quand on est anxieux.

Pour cet article, je vais seulement attirer votre atten­tion sur les oméga 3.

Avoir une carence de ces acides gras provoque de graves dépres­sions, un manque d’énergie et des insom­nies. Donc faites atten­tion à en consommer un minimum chaque jour.

On les trouve entre autres dans les huiles de pois­sons, maque­reaux, saumon, l’huile de lin, le chanvre ou les noix.

Comment choisir ses oméga 3 :

Glucides ou lipides ?

Allez, je vous donne encore quelques bons conseils.

9) Améliorer son sommeil

Comme nous l’avons vu, un état anxieux prolongé entraîne une grande fatigue.

Et une grande fatigue rend plus sensible à l’an­xiété (!?) Le serpent se mord la queue !

Donc aménagez-vous de bonnes nuits de sommeil dès que possible et surtout couchez-vous tous les soirs à la même heure pour un sommeil optimal. C’est un moyen de respecter son horloge biolo­gique.

Une autre astuce pour bien dormir est de dimi­nuer la lumière dans la pièce où l’on se trouve une heure avant de dormir. Cela simule les effets d’un coucher de soleil sur le corps et prépare au sommeil.

Et n’hé­sitez pas à faire de petites siestes de 15 à 20 minutes après le repas de midi, cela fait un bien fou !

Si vous n’avez pas d’en­droit pour la sieste, un coussin pour poser sa tête sur le bureau fait très bien l’af­faire. Il ne reste plus qu’à éduquer vos collègues pour ne pas être dérangé pendant ce moment répa­ra­teur, et le tour est joué !

Salle de sport ou volley­ball ?

10) L’importance du sport

Savez-vous que notre corps est capable de créer lui-même un anti­dé­pres­seur plus effi­cace que n’im­porte quel médi­ca­ment et qui ne perd pas son effi­ca­cité avec le temps ?

Il s’agit des hormones du sport ! (endor­phine, dopa­mine)

Dans les moments où je ressens une grande apathie et que je suis submergé de pensées néga­tives, rien de tel que de plonger dans l’eau fraîche de ma piscine muni­ci­pale et de faire quelques longueurs !

Après ce bon défou­le­ment je ressens un bien-être de la tête aux pieds et il n’y a plus de place pour la moindre idée noire : je me sens bien !

Alors, si vous ne faites pas de sport, il est temps de vous y mettre. Choisissez celui que vous voulez, celui qui vous rendra fier ! Commencez petit, ne prévoyez pas un mara­thon à la fin du mois.

Le tout est d’être régu­lier dans ces séances. Trois fois par semaine est idéal.

Voir la section sport de ce blog pour plus d’informations sur la façon de prati­quer :

Exercice : pour­quoi et comment ?

Et nous voici au dernier conseil de cet article, celui que je préfère.

11) Créer de nouvelles habitudes attentionnelles

L’anxiété c’est aussi notre personne qui se plaint de ne pas avoir assez d’at­ten­tion.

Il arrive qu’on mette sa personne au second plan à certaines périodes de sa vie, que ce soit pour ses enfants, ses proches où son travail.

Mis à part le sommeil, le sport et l’ali­men­ta­tion, c’est peut-être le moment de prendre un peu plus de temps pour soi. Vous avez souvent rêvé de jouer du piano ?

Pourquoi ne pas commencer main­te­nant ?

Vous êtes fasciné par la culture asia­tique ?

Prenez des cours de chinois.

Passionné de litté­ra­ture ?

Reprenez vos lectures.

Prenez ne serait-ce qu’un ou deux moments par semaine rien qu’à vous pour faire quelque chose qui vous plaît vrai­ment et qui vous fait grandir humai­ne­ment.

Votre confiance en vous augmen­tera et certains événe­ments qui vous effraient ou vous rendent anxieux vous affec­te­ront moins. Vous aurez plus confiance en votre avenir.

Et nous voici à la fin de la liste !

J’espère vous avoir donné de nouvelles idées à essayer.

Bien sûr, il faut du temps pour mettre en place tous ces conseils. Mais je vous encou­rage à commencer tout de suite, et à votre rythme.

C’est en commen­çant aujourd’hui à agir contre votre anxiété que vous allez rencon­trer les résul­tats posi­tifs le plus rapi­de­ment.

Et n’ou­bliez pas que le seul moyen de ne pas s’en sortir, c’est de renoncer à guérir.

Bon courage et prenez soin de vous !


À propos de l’au­teur : Sylvain Spanu, auteur et blogueur, aide les personnes angois­sées à surmonter leurs peurs et à reprendre leur vie en main à travers son site. En parti­cu­lier les personnes hypo­con­driaques et agora­phobes.


6 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
66 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.