Maladies infectieuses

Coronavirus — discussion

• Bookmarks: 39 • Comments: 41728


Coronavirus : le sur­pre­nant modèle anglaisA153

Article de Léo Goltzmann publié sur Planet​.fr le 16/03/2020 à 11:50

Sommaire

Stratégies

Cette image au micro­scope élec­tro­nique à balayage montre le SARS-CoV‑2 (objets magenta ronds) émer­geant de la sur­face de cel­lules culti­vées en labo­ra­toire. Le SRAS-CoV‑2, éga­le­ment connu sous le nom de 2019-nCoV, est le virus qui cause l’é­pi­dé­mie COVID-19. Le virus montré a été isolé d’un patient aux États-Unis.

L’article de Léo Goltzmann (20 marsA143) était incom­plet, mais on com­prend que les médias en France aient rare­ment évoqué ce qui s’an­non­çait en Anremdgleterre à cette époque…

Il y était prédit qu’une fois que 60% (d’autres esti­maient 75 à 80%) de la popu­la­tion auraient été tou­chés par le coro­na­vi­rus, l’im­mu­nité « de trou­peau » devrait inter­rompre l’é­pi­dé­mie — du moins tant que cette immu­nité reste effec­tive, dont on ne connaît pas la duréeN1… Toutefois, si l’on ne pre­nait pas en charge avec effi­ca­cité les per­sonnes gra­ve­ment malades, envi­ron 1% ris­quaient de mourir dans des condi­tions dra­ma­tiques.

En nombre, cela signi­fie­rait 53 x 80 / 100 = 42 mil­lions de per­sonnes tou­chées en Angleterre, soit 420 000 morts — à peu près (en quelques mois ?) le même nombre qu’en 9 ans de guerre en Syrie ! Le 16 mars, l’é­pi­dé­mio­lo­giste Neil Ferguson, dans un rap­port de l’Imperial College de Londres, pré­voyait « seule­ment » 250 000 morts en cas de main­tien de cette stra­té­gie d’ac­qui­si­tion d’une immu­nité de groupe. Cette pré­dic­tion de taille effrayante a convaincu le Premier ministre Boris Johnson de chan­ger son fusil d’é­paule. Frappé à son tour par la mala­die malgré un opti­misme « chur­chil­lien » — I conti­nued sha­king hands ! — il a pu mesu­rer les consé­quences, dès le 7 avril, du retard pris à la mise en place de mesures visant à ralen­tir la pro­gres­sion de la pan­dé­mie.

La stra­té­gie d’ac­qui­si­tion d’une l’im­mu­nité col­lec­tive a été, selon les dires de leur Premier ministre Mark Rutte, celle des Pays-Bas le 16 mars 2020N2 : « lais­ser faire » tout en s’ef­for­çant de mettre à l’abri les per­sonnes les plus vul­né­rables. Selon l’Institut natio­nal de la santé aux Pays-Bas (26 marsA130) :

Une inter­dic­tion totale de sortir à l’ex­té­rieur n’a aucune valeur ajou­tée. En effet, le nou­veau coro­na­vi­rus ne pourra pas se pro­pa­ger aussi rapi­de­ment, mais per­sonne ne pourra non plus déve­lop­per une immu­nité contre la mala­die. Étant donné que la mala­die se pro­page à l’é­chelle mon­diale, il y a de fortes chances que, après la levée d’une inter­dic­tion, de nom­breuses per­sonnes tombent malades en même temps et en peu de temps. Cela entraî­nera une charge maxi­male d’in­fec­tions. Avec un confi­ne­ment, vous ne faites que repous­ser le moment où de nom­breuses per­sonnes tombent malades en même temps, et nous ne vou­lons pas cela.

Même en l’ab­sence de confi­ne­ment, les mesures de « dis­tan­cia­tion sociale » et la prise en charge immé­diate de per­sonnes tes­tées posi­tives (notam­ment en uti­li­sant la chlo­ro­quine fabri­quée dans ce pays) se tra­dui­saient aux Pays-Bas, le 25 mars, par un apla­tis­se­ment de la courbe d’é­vo­lu­tion (par rap­port au modèle mathé­ma­tique) qui lais­sait sup­po­ser que la stra­té­gie de cir­cu­la­tion du virus pour­rait s’a­vé­rer effi­cace. La plu­part des per­sonnes décé­dées étaient dans la tranche d’âge de 80 à 84 ans. L’approche adop­tée pat la suite était une série de recom­man­da­tions pour limi­ter les contacts et rester à domi­cile autant que pos­sible, l’es­sen­tiel étant de pro­té­ger les per­sonnes âgées ou vul­né­rablesN3.

La Suède a suivi la même stra­té­gie de refus du confi­ne­ment géné­ra­lisé et d’i­so­la­tion des per­sonnes fra­giles. Le 8 avril une amie rési­dente sué­doise nous écri­vait :

Ici en Suède nous ne sommes tou­jours pas confi­nés, pas testés, on affirme tou­jours que les masques c’est bull­shit et que le lavage de mains suffit bien. Les for­ma­tions pour adultes et le lycée sont fermés, le reste de la société tourne quasi nor­ma­le­ment. […] Les consignes sont d’al­ler tra­vailler tant que pas de symp­tômes sans iso­le­ment même si tu vis avec un covid+. Ajoutez à ça que nous sommes sommes en queue de pelo­ton pour l’é­qui­pe­ment en réani­ma­tion parmi les pays de l’OCDE et qu’a­vant la crise du Corona le sys­tème de soin a vécu des pénu­ries de gants et dés­in­fec­tants car tout fonc­tionne à flux tendus.

Johan Norberg (trad. Bérengère Viennot) signa­lait tou­te­fois, fin avril, que malgré une forte mor­ta­lité dans les mai­sons de retraite et sans confi­ne­ment strict, le pays semble dans la moyenne de ses voi­sins euro­péens en matière de décès liés au virus (22 avrilA91) :

Comment la Suède peut-elle s’en sortir aussi bien, malgré les pré­dic­tions ? Alors qu’il était annoncé que le confi­ne­ment obli­ga­toire était la seule planche de salut ? Eh bien parce que les modèles ne pré­voient que deux confi­gu­ra­tions : soit le confi­ne­ment avec blo­cage total de l’é­co­no­mie, soit aucun chan­ge­ment dans les com­por­te­ments. Ils ne prennent pas en compte le fait que les Suédois·es aient pu adop­ter volon­tai­re­ment les com­por­te­ments sani­taires néces­saires à la limi­ta­tion de la pro­pa­ga­tion du virus. Or, c’est pour­tant ce qu’il s’est passé.

Les hôpi­taux sué­dois n’ont pas connu l’en­com­bre­ment de ceux des pays voi­sins qui pra­ti­quaient le confi­ne­ment. Norberg concluait (17 avrilA96) :

Nous ne savons pas encore si le modèle sué­dois est meilleur ou pire. Ce que nous savons, c’est que la Suède n’a pas réprimé les liber­tés fon­da­men­tales comme les autres, et n’a pas détruit la société et l’é­co­no­mie dans la même mesure.
Comme Hippocrate aurait pu le dire : « D’abord, ne pas nuire. »

Début juin, tou­te­fois, Anders Tegnell, l’é­pi­dé­mio­lo­giste res­pon­sable du contrôle de la pan­dé­mie en Suède, a reconnu que la mor­ta­lité avait été exces­sive en com­pa­rai­son à ses voi­sins immé­diats : 4542 décès pour 10 mil­lions d’ha­bi­tants, alors qu’ils n’é­taient que 580 au Danemark pour 5.8 mil­lions d’ha­bi­tants, 237 en Norvège pour 5.3 mil­lions et 321 en Finlande pour 5.5 mil­lions. Trop de décès ont eu lieu dans des mai­sons de retraite dont les rési­dents étaient insuf­fi­sam­ment isolés. Il admet­tait qu’un chan­ge­ment de stra­té­gie serait néces­saire en cas de réplique, sans tou­te­fois remettre en cause les déci­sions qui avaient été prises (3 juinA36).

Suède : taux de repro­duc­tion R0 effec­tif (ligne) pour un inter­valle de confiance à 95% basé sur des fenêtres glis­santes de 7 jours : 17 février 2020 – 25 avril 2020. Source : N4

Fin avril, l’a­gence de santé publique sué­doise a annoncé que le taux de repro­duc­tion R0 du virus SARS-Cov‑2 était tombé à 0.85±0.02, autre­ment dit que l’é­pi­dé­mie régres­sait puisque ce nombre est infé­rieur à 1 (29 avrilA80). Le 21 mai, la même agence esti­mait à « un peu plus de 20% » la pro­por­tion d’ha­bi­tants de Stockholm ayant contracté le virus.

Ces don­nées sem­blaient indi­quer que la stra­té­gie mise en œuvre était adé­quate — sans effet dévas­ta­teur sur l’é­co­no­mie et la vie sociale. Toutefois, la ministre des finances Magdalena Andersson a reconnu que la Suède était confron­tée à la pire crise éco­no­mique depuis la Seconde guerre mon­diale, com­pa­rable en cela aux autres pays de l’Union euro­péenne. Toutefois, sachant qu’une partie impor­tante de son PIB est liée aux expor­ta­tions, on peut se deman­der si cette crise touche pareille­ment le com­merce local, les ser­vices et l’ar­ti­sa­nat.

En France, Pr Philippe Ravaud du CRESS-UMR 1153N5 esti­mait à mi-mars qu’en l’ab­sence de confi­ne­ment 30 mil­lions de per­sonnes seraient atteintes, avec un pic dans 50 jours. Pour éviter ce scé­na­rio — 300 à 400 000 morts selon le modèle le plus pes­si­miste des épi­dé­mio­lo­gistes — le confi­ne­ment a été décidé le 16 mars, afin que le sys­tème de santé fran­çais dis­pose d’as­sez de temps, de res­sources humaines et tech­niques pour soi­gner les malades et dimi­nuer la léta­lité de cette épi­dé­mie. Ceci dans l’at­tente de trai­te­ments effi­caces et de tests assez sen­sibles pour isoler toutes les per­sonnes conta­gieuses.

Xavier Deparis, pro­fes­seur d’é­pi­dé­mio­lo­gie et de santé publique, écri­vait le 4 avrilA117 :

Problème : nos capa­ci­tés hos­pi­ta­lières ont été sérieu­se­ment rabo­tées depuis plu­sieurs années. Le nombre élevé de cas à prendre en charge dans un court délai de temps a noyé nos ser­vices hos­pi­ta­liers qui ne tiennent que par l’acharnement des équipes médi­cales. Conséquence directe : la léta­lité du COVID est très cer­tai­ne­ment supé­rieure à celle qui serait obser­vée en temps normal. De plus, et c’est inévi­table, d’autres urgences passent for­cé­ment au second plan et elles sont source d’une sur­mor­ta­lité qui pourra être ana­ly­sée en détails, par com­pa­rai­son aux années pré­cé­dentes.

Solution : il faut étaler la sur­ve­nue des cas sévères dans le temps. C’est la seule raison d’être du confi­ne­ment. Lueur d’espoir, les essais cli­niques en cours pour­ront peut-être per­mettre d’identifier un trai­te­ment effi­cace des formes sévères. Mais il faudra attendre encore quelques semaines pour avoir un début de réponse.

En conclu­sion, plu­sieurs mesures sup­plé­men­taires pour­raient être prises rapi­de­ment : impo­ser le port du masque, même arti­sa­nal ; élar­gir nos capa­ci­tés de dépis­tage à tous les labo­ra­toires exis­tants ; auto­ri­ser la pres­crip­tion d’hydroxychloroquine et d’azithromycine selon le pro­to­cole défini par l’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille à tous les soi­gnants et à tous les méde­cins du tra­vail.

J’oubliais une der­nière mesure. Comme disait Einstein, « casser un atome est plus facile que briser un pré­jugé ». En France, nous avons besoin de briser les murs de nos pré­ju­gés : si nous nous pen­sions les meilleurs, il nous faut atter­rir, et vite. […]

Alors, confi­ne­ment strict imposé ou simple iso­la­tion des per­sonnes à risque ? On ne saura que dans quelques mois quelle solu­tion était la meilleure, en « comp­tant les morts » dans des pays qui ont mis en place des stra­té­gies dif­fé­rentes…

Un rap­port très cri­tique de l’ac­tion gou­ver­ne­men­tale a déjà été rédigé en Allemagne (7 maiA73) sous la direc­tion d’une per­sonne qua­li­fiée ensuite de « lan­ceur d’a­lerte » : Stephen Kohn (1er juinA42). Pour la France, il est très inté­res­sant d’é­cou­ter le compte-rendu d’Arnaud Fontanet, épi­dé­mio­lo­giste membre du Conseil scien­ti­fique gou­ver­ne­men­tal, dans son entre­tien avec Nicolas Martin sur France Culture (4 juinA31). Lire aussi la note publiée par l’Institut Montaigne (juinA26).

Jérémy Anso a publié une pre­mière ana­lyse qui sug­gère qu’on ne devrait pas clas­ser les pays en fonc­tion d’une simple déci­sion poli­tique de « confi­ne­ment » (23 maiA53) :

Un gou­ver­ne­ment qui décide de confi­ner sa popu­la­tion avec des amendes et des peines de prison sera logi­que­ment sous la ban­nière de « confiné », tandis qu’un pays qui ne le fait pas n’aura pas cette éti­quette.

Mais déjà, ce rai­son­ne­ment coince. Il coince car toutes les popu­la­tions du monde n’ont pas ins­tinc­ti­ve­ment réagi de la même manière. Il coince aussi car si tous les pays du monde n’ont pas décrété de confi­ne­ment, au sens propre, ils ont ins­tauré d’autres mesures (fer­me­ture des bars et des res­tau­rants, inter­dic­tion de ras­sem­ble­ment au-delà de deux per­sonnes, etc.) qui impliquent de facto un confi­ne­ment, sans le nommer.

Il montre par ailleurs, à partir de don­nées de dépla­ce­ment de télé­phones por­tables, que même dans des pays n’ayant pas décrété un confi­ne­ment strict (comme Singapour), les per­sonnes ont consi­dé­ra­ble­ment réduit leurs dépla­ce­ments, la fré­quen­ta­tion des com­merces, les trans­ports et leurs loi­sirs (23 maiA53). Il fau­drait donc plutôt prendre en compte l’indice (de sévé­rité) du confi­ne­ment (strin­gency index) comme l’a pro­posé le Financial Times (22 maiA56). Sur cette base, Anso montre que la Suède, avec un indice de confi­ne­ment plus faible que ses pays voi­sins (Danemark, Finlande et Norvège), accuse une mor­ta­lité bien supé­rieure par mil­lion d’ha­bi­tantsA53 : fin mai, elle n’est dépas­sée en Europe que par le Royaume-Uni, l’Italie, la Belgique et l’Espagne.

Il faut enfin tenir compte du timing : l’é­pi­dé­mie a été net­te­ment moins meur­trière dans les pays qui ont ins­tallé très tôt des mesures de dis­tan­cia­tion phy­sique, sachant que les « gestes bar­rière » et l’ar­rêt de cer­taines acti­vi­tés ont aussi devancé les consignes sani­taires dans les pays les plus « ver­tueux ». Aux États-Unis, la Californie fait figure d’exemple puis­qu’elle a com­mencé son confi­ne­ment (avant la France) alors qu’au­cun cas n’a­vait encore été déclaré. Pour Jérémy Anso, c’est par un retour­ne­ment de cau­sa­lité que cer­tains cri­tiques affirment que le confi­ne­ment aurait « causé de nom­breux décès ». En réa­lité, il a été mis en place — tar­di­ve­ment — dans des pays où la mor­ta­lité était pré­oc­cu­pante, qui n’é­taient pas équi­pés pour gérer cette situa­tion : pénu­rie de masques, de lits de réani­ma­tion, de per­son­nel soi­gnant, de tests de dépis­tage etc.

Le 16 mars, le groupe de tra­vail CoVID-19 de l’Imperial College au Royaume-Uni a rendu public un rap­port de 20 pages titré Impact of non-pharmaceutical inter­ven­tions (NPIs) to reduce COVID19 mor­ta­lity and heal­th­care demandA152. Voici une partie du résumé (j’ai sou­li­gné) :

En l’ab­sence de vaccin COVID-19, nous éva­luons le rôle poten­tiel d’un cer­tain nombre de mesures de santé publique – les inter­ven­tions dites non phar­ma­ceu­tiques (NPI) – visant à réduire les taux de contact dans la popu­la­tion et donc la trans­mis­sion du virus. Dans les résul­tats pré­sen­tés ici, nous appli­quons un modèle de micro­si­mu­la­tion pré­cé­dem­ment publié par deux pays : le Royaume-Uni (en par­ti­cu­lier la Grande-Bretagne) et les États-Unis. Nous concluons que l’ef­fi­ca­cité de toute inter­ven­tion isolée est sus­cep­tible d’être limi­tée, néces­si­tant la com­bi­nai­son de plu­sieurs inter­ven­tions pour avoir un impact sub­stan­tiel sur la trans­mis­sion.

Deux stra­té­gies fon­da­men­tales sont pos­sibles : (a) l’at­té­nua­tion, qui se concentre sur le ralen­tis­se­ment mais pas néces­sai­re­ment l’ar­rêt de la pro­pa­ga­tion de l’é­pi­dé­mie – en rédui­sant la demande de soins de santé maxi­male tout en pro­té­geant contre l’in­fec­tion les per­sonnes les plus expo­sées au risque de mala­dies graves, et (b) la sup­pres­sion, qui vise à inver­ser la crois­sance épi­dé­mique, rédui­sant le nombre de cas à de faibles niveaux et main­te­nant cette situa­tion indé­fi­ni­ment. Chaque poli­tique pré­sente des défis majeurs.
Nous consta­tons que des poli­tiques d’atté­nua­tion opti­males (com­bi­nant l’i­so­le­ment à domi­cile des cas sus­pects, la mise en qua­ran­taine à domi­cile des per­sonnes vivant dans le même ménage que les cas sus­pects et la dis­tan­cia­tion sociale des per­sonnes âgées et des per­sonnes les plus à risque de mala­die grave) pour­raient réduire le pic de la demande de soins de santé de 2/3 et les décès de moitié. Cependant, l’é­pi­dé­mie atté­nuée qui en résul­te­rait entraî­ne­rait pro­ba­ble­ment des cen­taines de mil­liers de décès et des sys­tèmes de santé (notam­ment des unités de soins inten­sifs) sub­mer­gés à plu­sieurs reprises. Pour les pays capables d’y par­ve­nir, la sup­pres­sion reste l’op­tion poli­tique pri­vi­lé­giée.
Nous mon­trons qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis, la sup­pres­sion néces­si­tera au mini­mum une com­bi­nai­son de dis­tan­cia­tion sociale de l’en­semble de la popu­la­tion, d’i­so­le­ment à domi­cile des cas et de mise en qua­ran­taine des membres de leur famille. Cela peut devoir être com­plété par des fer­me­tures d’é­coles et d’u­ni­ver­si­tés, mais il faut recon­naître que ces fer­me­tures peuvent avoir des impacts néga­tifs sur les sys­tèmes de santé en raison de l’aug­men­ta­tion de l’ab­sen­téisme.
Le prin­ci­pal défi de la sup­pres­sion est que ce type de pro­gramme d’in­ter­ven­tion inten­sive – ou quelque chose d’é­qui­valent en effi­ca­cité pour réduire la trans­mis­sion – devra être main­tenu jus­qu’à ce qu’un vaccin devienne dis­po­nible (poten­tiel­le­ment 18 mois ou plus) – étant donné que nous pré­voyons que la trans­mis­sion repren­dra rapi­de­ment une fois les contraintes relâ­chées.
Nous mon­trons que la dis­tan­cia­tion sociale inter­mit­tente – déclen­chée selon les indi­ca­teurs de sur­veillance de la mala­die – peut per­mettre d’as­sou­plir tem­po­rai­re­ment les inter­ven­tions dans des délais rela­ti­ve­ment courts, mais des mesures devront être réin­tro­duites si ou lorsque le nombre de cas rebon­dit. Enfin, si l’ex­pé­rience en Chine et main­te­nant en Corée du Sud montre qu’une sup­pres­sion est pos­sible à court terme, il reste à voir si elle est pos­sible à long terme et si les coûts sociaux et éco­no­miques des inter­ven­tions adop­tées jus­qu’à pré­sent peuvent être réduits.

Paul Mainwood, un membre du forum Quora com­mente le 18 mars :

Les plus récents tra­vaux contre­disent les esti­ma­tions anté­rieures selon les­quelles une stra­té­gie d’at­té­nua­tion pour­rait fonc­tion­ner pour le Royaume-Uni. De nou­veaux chiffres ont été reçus d’Italie sur l’ef­fi­ca­cité des dif­fé­rentes approches pour ralen­tir la mala­die, en par­ti­cu­lier sur le nombre très élevé de lits néces­saires en soin inten­sif. La stra­té­gie d’at­té­nua­tion est passée d’une stra­té­gie « ris­quée mais pré­fé­rable si cela fonc­tionne » à une qui est presque cer­taine de sub­mer­ger le sys­tème de santé (NHS) de nom­breuses fois.

Comparaison des stra­té­gies d’at­té­nua­tion : nombres de lits en ser­vice d’ur­gence rap­por­tés à la popu­la­tion. Source : Imperial College UKA152

L’intervenant sur Quora conti­nue :

Même la stra­té­gie d’atté­nua­tion la plus effi­cace ne s’ap­proche pas de la ligne rouge, ce dont on aurait besoin pour que le NHS puisse faire face.

Ainsi, l’at­té­nua­tion attein­dra approxi­ma­ti­ve­ment la situa­tion en Italie aujourd’­hui, étalée sur envi­ron trois mois. Et cela est main­te­nant reconnu comme inac­cep­table. Cela semble un appel assez tardif (mais soyons géné­reux et sup­po­sons que les anciens chiffres sem­blaient beau­coup mieux, ce qu’ils auraient pu faire : de petites dif­fé­rences d’hy­po­thèses font une grande dif­fé­rence dans les résul­tats).

Donc, main­te­nant le Royaume-Uni passe à la stra­té­gie de sup­pres­sion. En voici les chiffres :

Scénarios de stra­té­gie de sup­pres­sion pour la Grande Bretagne mon­trant les besoins en lits de soins inten­sifs. La ligne noire montre l’é­vo­lu­tion de l’é­pi­dé­mie sans inter­ven­tion. En vert, une stra­té­gie de sup­pres­sion com­pre­nant la fer­me­ture des écoles et des uni­ver­si­tés, l’i­so­le­ment des cas et la dis­tan­cia­tion sociale à l’é­chelle de la popu­la­tion à partir de fin mars 2020. La ligne orange montre une stra­té­gie de confi­ne­ment com­pre­nant l’i­so­le­ment des cas, la mise en qua­ran­taine des ménages et la dis­tan­cia­tion sociale à l’é­chelle de la popu­la­tion. La ligne rouge repré­sente la capa­cité esti­mée de lits de soins inten­sifs en GB. L’ombrage bleu montre la période de 5 mois pen­dant laquelle ces inter­ven­tions sont sup­po­sées rester en place. Le gra­phique (B) affiche les mêmes don­nées que (A) mais en agran­dis­sant les niveaux infé­rieurs du gra­phique. Source : Imperial College UKA152

Le chan­ge­ment de stra­té­gie en Grande Bretagne a été motivé par l’ob­ser­va­tion de la situa­tion en Italie, où les sta­tis­tiques d’hos­pi­ta­li­sa­tion et de décès étaient net­te­ment plus éle­vées que l’a­vait laissé anti­ci­per l’é­vo­lu­tion de l’é­pi­dé­mie en Chine. Cette gra­vité était prin­ci­pa­le­ment due à l’âge et à l’état de santé de la popu­la­tion ita­lienne. Or le profil de la popu­la­tion anglaise est à ces égards sem­blable à celui de l’Italie.

La nou­velle stra­té­gie anglaise sem­ble­rait avoir prouvé son effi­ca­cité puisque l’Université de Cambridge et Public Health England annon­çaient, le 15 mai, que le fac­teur de repro­duc­tion R0 était des­cendu à 0.4 à Londres, contre 2.8 le 23 mars (début du confi­ne­ment) avec 200 000 nou­veaux cas chaque jour. Le fac­teur R0 est très variable selon les régions et sa valeur est uti­li­sée pour ajus­ter les règles de confi­ne­ment. Sean Morrison ajoute (15 maiA66) :

Selon l’Unité de bio­sta­tis­tique du MRC de Cambridge, le taux « R » de la ville est le plus bas du pays, alors qu’elle avait été la plus affec­tée en termes d’hos­pi­ta­li­sa­tions liées au coro­na­vi­rus.

La recherche a montré que pour 10 per­sonnes infec­tées, elles sont sus­cep­tibles de le trans­mettre à quatre per­sonnes.

Selon le rap­port du Telegraph sur la même modé­li­sa­tion, le nombre de nou­veaux cas dans la ville dimi­nue de moitié tous les 3,5 jours et moins de 24 trans­mis­sions auraient lieu quo­ti­dien­ne­ment.

Ce pro­nos­tic opti­miste est mis en doute par des experts quand il sert à jus­ti­fier une déci­sion de reprise d’ac­ti­vité : on igno­rait si la fin du confi­ne­ment ne serait pas suivie d’une seconde vague de conta­mi­na­tions.

Deepti Gurdasani et Hisham Ziauddeen (30 avrilA86) ont fait le point dans The Lancet sur les biais qui conduisent les modèles mathé­ma­tiquesA169 à des pro­po­si­tions stra­té­giques erro­nées, pre­nant exemple sur celui de Joel Hellewell et col­lègues uti­lisé par le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique dans sa lutte contre la pan­dé­mie CoVID-19. Le 12 mars, les Anglais avaient pris la déci­sion de ne plus effec­tuer de tests sys­té­ma­tiques ni de tra­çage des contacts, arguant que leur modèle démon­trait l’in­ca­pa­cité de telles mesures à jugu­ler l’é­pi­dé­mie en moins de 12 semaines. Or, un para­mètre clé du modèle était le temps écoulé entre la pre­mière appa­ri­tion de symp­tômes et la mise en qua­ran­taine des per­sonnes infec­tées. Deux durées moyennes avaient été étu­diées : 3.83 et 8.09 jours, avec une dis­tri­bu­tion empi­rique cal­cu­lée sur la pre­mière phase de l’é­pi­dé­mie à Wuhan. Toutefois, entre­temps des tests rapides (en drive-in) avaient été mis en place en Corée et à Singapour, ce qui rame­nait le délai à 1 jour et chan­geait tota­le­ment la pré­vi­sion : le contrôle de l’é­pi­dé­mie aurait alors 80% de chances de réus­sir. Les auteures concluent (30 avrilA86) :

Les tra­jec­toires épi­dé­miques en Corée du Sud, au Japon, à Taiwan et à Singapour ont été très dif­fé­rentes de celles de la plu­part des pays euro­péens, avec beau­coup moins de décès. Bien que plu­sieurs aspects des popu­la­tions et des sys­tèmes de ces pays aient pu contri­buer à ces dif­fé­rences, l’un des points com­muns clés est l’a­dop­tion pré­coce d’une approche axée sur les tests, l’i­so­le­ment et la recherche des contacts dans les pays à tra­jec­toires plus lentes. En effet, bon nombre de ces pays n’ont pas mis en place de mesures de ver­rouillage à l’é­chelle natio­nale ou beau­coup plus tard, après que la courbe s’est apla­tie, indi­quant poten­tiel­le­ment l’im­pact des stra­té­gies basées sur la détec­tion des cas sur la trans­mis­sion. Ces stra­té­gies basées sur la détec­tion auraient pu per­mettre aux pays de contrô­ler la trans­mis­sion sans mesures strictes de confi­ne­ment et de fer­me­ture d’é­coles, évi­tant ainsi les per­tur­ba­tions que cela implique. Au lieu de cela, ils ont pu appli­quer des res­tric­tions ciblées en réponse aux épi­dé­mies obser­vées (par exemple, les fer­me­tures d’é­glises en Corée du Sud). À l’op­posé, de nom­breux pays euro­péens ont dû impo­ser le confi­ne­ment beau­coup plus tôt dans la chro­no­lo­gie de leurs épi­dé­mies.

Thomas AJ Meunier a publié (en pre­print le 1er maiA85) un article mon­trant que le degré de coer­cion des mesures de confi­ne­ment prises en Italie, France, Espagne et Royaume-Uni n’a­vait pas eu d’in­ci­dence visible sur l’é­vo­lu­tion de la pan­dé­mie :

En com­pa­rant la tra­jec­toire de l’é­pi­dé­mie avant et après le confi­ne­ment, nous ne trou­vons aucune preuve de dis­con­ti­nuité dans les taux de crois­sance, les temps de dou­ble­ment et les ten­dances des taux de repro­duc­tion. En extra­po­lant les ten­dances du taux de crois­sance avant le confi­ne­ment, nous four­nis­sons des esti­ma­tions du nombre de morts en l’ab­sence de toute poli­tique de confi­ne­ment et mon­trons que ces stra­té­gies n’ont peut-être pas sauvé de vie en Europe occi­den­tale. Nous mon­trons éga­le­ment que les pays voi­sins appli­quant des mesures de dis­tan­cia­tion sociale moins res­tric­tives (par oppo­si­tion au confi­ne­ment à domi­cile par la police) connaissent une évo­lu­tion tem­po­relle très simi­laire de l’é­pi­dé­mie.

Cet article est tou­te­fois cri­ti­qué par un com­men­ta­teur (Gruffmeister) pour la métho­do­lo­gie expo­sée (1er maiA85) :

Les don­nées que vous ana­ly­sez n’ap­puient pas vos conclu­sions. Le pro­blème prin­ci­pal est que vous avez fait beau­coup trop d’hy­po­thèses dans votre ana­lyse des don­nées, ce qui vous a ensuite conduit à la conclu­sion que le confi­ne­ment com­plet n’a­vait aucun effet alors que vos don­nées ne le jus­ti­fiaient pas. La varia­bi­lité tem­po­relle entre l’in­fec­tion et le décès n’a aucune inci­dence sur l’ef­fet du confi­ne­ment — il y a beau­coup trop de variables qui agissent comme fac­teurs contri­bu­tifs pour en faire une mesure valide.

En réa­lité, avant le confi­ne­ment dans les quatre pays que vous men­tion­nez, les taux d’in­fec­tion et de mor­ta­lité évo­luaient expo­nen­tiel­le­ment, et non selon un ajus­te­ment de régres­sion linéaire qui rend l’ex­tra­po­la­tion incor­recte.

En uti­li­sant un modèle cor­rec­te­ment adapté, vos don­nées expo­se­raient une aug­men­ta­tion beau­coup plus agres­sive du nombre de cas avant les mesures de confi­ne­ment.

La conclu­sion de Thomas Meunier est que la dis­tan­cia­tion sociale pour­rait être aussi effi­cace, à elle seule, que le confi­ne­ment.

Jean-Pierre Nordmann montre sur des gra­phiques que la poli­tique sani­taire la plus effi­cace serait celle d’un confi­ne­ment ciblé asso­cié à un large dépis­tage au-delà des seules per­sonnes symp­to­ma­tiques (2 maiA82). La France est un des pays (avec le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et la Belgique) où le rap­port du nombre de morts rap­porté à la popu­la­tion était le plus élevé au même stade d’é­vo­lu­tion de l’é­pi­dé­mie. Au 40e jour de l’é­pi­dé­mie, il était (avec 263/million) plus de deux fois celui de la Suède (119/million) et le quin­tuple de celui de l’Allemagne (43/million), pays qui n’ont pas imposé un confi­ne­ment strict mais ren­forcé la pro­tec­tion des per­sonnes fra­giles et/ou pro­cédé à un dépis­tage sys­té­ma­tique Le cri­tère de l’âge de la popu­la­tion ne suffit pas à expli­quer de tels écarts (2 maiA82).

Ce point de vue rejoi­gnait, à la même époque (7 maiA74), celui de Michael Levitt, lau­réat du prix Nobel de chimie et bio­phy­si­cien à l’université de Stanford. Son expli­ca­tion était que l’im­mu­nité de groupe avait pu jouer un rôle pré­do­mi­nant, le virus SARS-CoV‑2 ayant été lar­ge­ment trans­porté et par­tagé par des patients asymp­to­ma­tiques. Ces points sont dis­cu­tés plus bas dans la sec­tion Immunité.

Fin juin, la sur­ve­nue de ce qui res­semble à une « deuxième vague » avec des clus­ters inquié­tants en Allemagne, Suède, Portugal… démontre une fois de plus le sim­plisme de la modé­li­sa­tion mathé­ma­tique.

Épidémiologie

Pour mieux connaître les outils des épi­dé­mio­lo­gistes, avec un rappel sur les épi­dé­mies émer­gentes récentes du SRAS, de l’hé­pa­tite C, du Zika, de l’Ebola etc., je recom­mande vive­ment l’é­coute de la série Épidémiologie, pro­blé­ma­tiques et enjeux au Collège de France (Arnaud Fontanet, octobre 2019A166).

Le risque de pan­dé­mie avait été annoncé par la com­mu­nauté scien­ti­fique depuis un quart de siècle, mais la classe poli­tique de tous bords n’ac­cor­dait aucune atten­tion à ces aver­tis­se­ments. Dans Le Canard enchaîné du 8 avril 2020 (page 3) Claude Angeli rap­pelle :

En sep­tembre 2005, sous la pré­si­dence Obama, [25 experts de la CIA] avaient remis un rap­port cir­cons­tan­cié au National Intelligence Council, qui pré­voyait notam­ment l’ar­ri­vée d’une pan­dé­mie, « une mala­die res­pi­ra­toire, viru­lente, extrê­me­ment conta­gieuse, [sans] trai­te­ment adé­quat ». […]

Comme c’est l’u­sage, les ser­vices des pays alliés avaient reçu ce docu­ment, puis­qu’il ne conte­nait rien qui aurait pu nuire au pré­sident de la Grande Amérique.

Deux Livres blancs sur la défense et la sécu­rité natio­nale lan­ceurs de la même alerte sani­taire ont été publiés en France, en 2008 et 2013, puis en 2017 la Revue stra­té­gique de défense et de sécu­rité natio­nale décri­vait le « risque d’é­mer­gence d’un nou­veau virus fran­chis­sant la bar­rière des espèces » (Angeli C, 2020). À noter que l’exis­tence de ces docu­ments peut servir à nour­rir une thèse com­plo­tiste selon laquelle le virus SARS-Cov‑2 aurait été « fabri­qué » par ???… Le même scé­na­rio avait été ima­giné pour la pan­dé­mie de cho­léra qui avait fait 19000 vic­times à Paris en 1832N6.

L’ouvrage Pandémie, la grande menace de Jean-Philippe Derenne et François Bricaire (2005N7) décri­vait par le menu, lorsque la grippe H1N1 était à nos portes, les mesures à prendre pour pro­té­ger la popu­la­tion et dis­po­ser d’in­fra­struc­tures suf­fi­santes pour le trai­te­ment des per­sonnes gra­ve­ment tou­chées.

Les scé­na­rios ins­pi­rés des modèles pré­dic­tifs ne font pas l’u­na­ni­mité des spé­cia­listes. Selon cer­tains viro­logues, les méca­nismes seraient plus com­plexes — et sur­tout trop aléa­toires pour four­nir des pré­dic­tions fiables. Une com­plexité qui sus­cite les rac­cour­cis, des approxi­ma­tions et la dif­fu­sion de fausses nou­velles.

En France, envi­ron 500 000 per­sonnes sont tou­chées chaque année par des pneu­mo­niesN8 — pneu­mo­pa­thies infec­tieusesN9 d’o­ri­gine bac­té­rienne ou virale — ayant causé plus de 13 000 morts en 2015 et 2016N10. Le SARS-CoV‑2 de l’é­pi­dé­mie CoVID-19 n’est qu’un parmi la ving­taine de virus en cir­cu­la­tion ordi­nai­re­ment asso­ciés à ces pneu­mo­pa­thies (9 marsA155) dont jus­qu’à 35% sont dues à des coro­na­vi­rus (27 marsN11). Au départ (jan­vier 2020), l’im­por­tance de l’é­pi­dé­mie CoVID-19 appa­rais­sait donc mineure du point de vue de l’é­pi­dé­mio­lo­gie, en dépit du tollé déclen­ché sur les réseaux sociaux par la pré­sen­ta­tion abrupte des don­nées sta­tis­tiques. Cette dis­tor­sion dra­ma­tique du réel est com­pa­rable à celle que j’a­vais notée dans mon article Vivre bien et longtemps, com­pa­rant les 3500 décès annuels par acci­dent de la route, qui sus­citent beau­coup d’é­mo­tion, aux 12 000 chutes mor­telles de per­sonnes âgées iso­lées dont on ne parle jamais alors qu’elles seraient évi­tables.

La sur­éva­lua­tion du taux de léta­lité de l’é­pi­dé­mie CoVID-19 pour­rait pro­ve­nir d’une détec­tion insuf­fi­sante des cas et d’une prise en charge des malades à un stade trop avancé. Forte de son expé­rience de ges­tion de l’é­pi­dé­mie MERS-CoVN12 en 2015, la Corée du Sud affiche de bons résul­tats en met­tant à dis­po­si­tion le test de CoVID-19 au plus grand nombre plutôt que de décré­ter un confi­ne­ment géné­ralN13. Tous les por­teurs du virus y sont isolés pour être sur­veillés médi­ca­le­ment dès le stade ini­tial de la mala­die et pris en charge si néces­saire.

Il faut tou­te­fois lire avec pru­dence les articles qui men­tionnent la Corée du Sud sans pré­ci­ser leurs sources. Un dia­gramme cir­cu­lait à mi-mars mon­trant que la tranche d’âge la plus atteinte dans ce pays serait 20 à 29 ans, contrai­re­ment à l’Italie et d’autres pays euro­péens où les vic­times sont plutôt des per­sonnes âgées. Le dia­gramme est pro­ba­ble­ment exact mais cette com­pa­rai­son n’est pas per­ti­nente : sur son fil twit­ter (15 mars twit​ter​.com/​s​u​n​g​j​i​n​y​ang) Yang Sun-jin, édi­teur du Korea Herald, expli­quait que 80% des cas en Corée du Sud pro­viennent de (jeunes) membres de l’Église Shincheonji de JésusN14 accu­sés d’a­voir déli­bé­ré­ment trans­mis le virus (twit​ter​.com/​h​a​s​h​t​a​g​/​s​h​i​n​c​h​e​o​nji). Le 16 mars, les Sud-Coréens ont décou­vert de nou­veaux foyers d’in­fec­tion, notam­ment à Seongnam au sud de Séoul où 40 per­sonnes ont été tou­chées, toutes membres d’une église pro­tes­tante qui ne res­pec­tait pas l’in­ter­dic­tion de tout ras­sem­ble­mentN15.

Professeur depuis 2015 aux dépar­te­ments de phy­sique et de sciences de la vie à l’UNIST (Ulsan National Institute of Science & Technology, Corée du Sud), en déta­che­ment du CNRS, François Amblard a rédigé pour l’Académie des sciences un rap­port sur la ges­tion de l’é­pi­dé­mie CoVID-19 en CoréeN16. Il décla­rait au Quotidien du méde­cin le 5 maiA78 :

On a entendu des âne­ries, y com­pris au plus haut de l’État fran­çais, sur la Corée du Sud. Il a été dit que les solu­tions qui ont été employées y ont fonc­tionné car ce pays n’é­tait pas démo­cra­tique, et que les Coréens n’ont pas de pro­blème avec le fait d’être tra­qués en per­ma­nence. Or, le débat démo­cra­tique ne s’est jamais arrêté : des élec­tions légis­la­tives se sont tenues le 15 avril.

Le fon­de­ment cultu­rel et phi­lo­so­phique coréen, c’est le res­pect de la connais­sance, du savoir, de la science et de la méde­cine qui tranche avec l’es­pèce de rela­ti­visme qu’on voit s’ins­tal­ler un peu par­tout. Ce res­pect n’est pour­tant pas étran­ger à nos valeurs en France. […]

Les Coréens ont adhéré mas­si­ve­ment à la poli­tique de dépis­tage parce qu’elle est très claire, pré­sen­tée par des pro­fes­sion­nels et non par des poli­tiques, et d’une façon adulte. À l’inverse, la com­mu­ni­ca­tion fran­çaise est pré­sen­tée par des poli­tiques qui prennent la popu­la­tion de très haut, sans direc­tion fixe, et livrent une série de men­songes dont per­sonne n’est dupe. Le pro­blème de l’u­na­ni­mité en France est celui de la confiance.

Le pro­blème des Français est aussi de croire que tout méde­cin est un (oracle) scien­ti­fique…

Il a été signalé très tôt que la léta­lité était sur­éva­luée dans les pays euro­péens, car rap­por­tée au seul nombre des patients hos­pi­ta­li­sés et non des per­sonnes iden­ti­fiées por­teuses du virus SARS-Cov‑2. Une popu­la­tion dont 100% des membres ont béné­fi­cié du dépis­tage est celle du navire Diamond Princess. Parmi les 700 pas­sa­gers infec­tés, il y a eu 7 décès, soit 1% de léta­lité. Toutefois c’é­tait une popu­la­tion âgée avec vrai­sem­bla­ble­ment un nombre impor­tant de mala­dies méta­bo­liques. En ajus­tant cette sta­tis­tique sur la pyra­mide des âges aux USA, compte tenu d’autres incer­ti­tudes, le taux moyen de léta­litéN17 serait plutôt entre 0.05% et 1%, soit infé­rieur à celui d’une grippe sai­son­nièreA150. Toutefois, JS Faust et C del Rio donnent 0.5% après ajus­te­ment, cor­res­pon­dant à 10 fois celui d’une grippe sai­son­nière (14 maiA69).

Dr John Lee sou­le­vait dans The Spectator quelques points spé­ci­fiques du Royaume-Uni (4 avrilA118) :

Si une per­sonne meurt d’une infec­tion res­pi­ra­toire au Royaume-Uni, la cause spé­ci­fique de l’in­fec­tion n’est géné­ra­le­ment pas enre­gis­trée, à moins que la mala­die ne soit une « mala­die à décla­ra­tion obli­ga­toire » rare. Ainsi, la grande majo­rité des décès dus à des mala­dies res­pi­ra­toires au Royaume-Uni sont enre­gis­trés comme bron­cho­pneu­mo­nie, pneu­mo­nie, vieillesse ou une dési­gna­tion simi­laire. Nous ne fai­sons pas vrai­ment de tests pour la grippe ou d’autres infec­tions sai­son­nières. Si le patient a, par exemple, un cancer, une mala­die des neu­rones moteurs ou une autre mala­die grave, cela sera enre­gis­tré comme la cause du décès, même si la mala­die finale était une infec­tion res­pi­ra­toire. Cela signi­fie que les cer­ti­fi­ca­tions bri­tan­niques sous-enregistrent nor­ma­le­ment les décès dus à des infec­tions res­pi­ra­toires.

Examinons main­te­nant ce qui s’est passé depuis l’é­mer­gence de la Covid-19. La liste des mala­dies à décla­ra­tion obli­ga­toire a été mise à jour. Cette liste (…) a été modi­fiée pour inclure la Covid-19. Mais pas la grippe. Cela signi­fie que tout test posi­tif pour la Covid-19 doit être noti­fié, d’une manière qui ne l’est pas pour la grippe ou la plu­part des autres infec­tions.

Dans le climat actuel, toute per­sonne ayant un test posi­tif pour la Covid-19 sera cer­tai­ne­ment connue du per­son­nel soi­gnant qui s’oc­cupe d’elle : si l’un de ces patients meurt, le per­son­nel devra ins­crire la dési­gna­tion Covid-19 sur le cer­ti­fi­cat de décès — contrai­re­ment à la pra­tique habi­tuelle pour la plu­part des infec­tions de ce type. Il y a une grande dif­fé­rence entre le décès causé par la Covid-19 et le fait de trou­ver la Covid-19 chez une per­sonne qui est morte d’autres causes.

Rendre la Covid-19 noti­fiable pour­rait donner l’im­pres­sion qu’elle cause un nombre crois­sant de décès, que cela soit vrai ou non. Il pour­rait sem­bler beau­coup plus meur­trier que la grippe, sim­ple­ment en raison de la façon dont les décès sont enre­gis­trés. […]

Cette façon inha­bi­tuelle de signa­ler les décès dus à la Covid-19 explique le constat évident que la plu­part de ses vic­times pré­sentent des affec­tions sous-jacentes (et seraient nor­ma­le­ment sen­sibles à d’autres virus sai­son­niers, qui ne sont pra­ti­que­ment jamais enre­gis­trés comme une cause spé­ci­fique de décès).

Expert dans la détec­tion de biais métho­do­lo­giques en épi­dé­mio­lo­gie, John PA Ioannidis regret­tait à mi-mars qu’on navigue dans le brouillard à devoir prendre des déci­sions radi­cales en l’ab­sence de don­nées fiables (17 marsA150) :

Le taux de léta­lité de Covid-19 pourrait-il être aussi bas ? Non, disent cer­tains, sou­li­gnant le taux élevé chez les per­sonnes âgées. Cependant, même cer­tains coro­na­vi­rus dits « bénins » ou de type « rhume ordi­naire » connus depuis des décen­nies peuvent avoir des taux de léta­lité pou­vant atteindre 8% lors­qu’ils infectent des per­sonnes âgées dans des mai­sons de soins. En fait, de tels coro­na­vi­rus « bénins » infectent des dizaines de mil­lions de per­sonnes chaque année et repré­sentent 3 à 11% des per­sonnes hos­pi­ta­li­sées chaque hiver aux États-Unis pour des infec­tions des voies res­pi­ra­toires infé­rieures.

Ces coro­na­vi­rus « bénins » peuvent être impli­qués dans plu­sieurs mil­liers de décès chaque année dans le monde, bien que la grande majo­rité d’entre eux ne soit pas docu­men­tée par des tests précis. Au lieu de cela, ils se perdent sous forme de bruit parmi les 60 mil­lions de décès de causes diverses chaque année. […]

Dans une série d’au­top­sies qui ont signalé des virus res­pi­ra­toires chez 57 per­sonnes âgées décé­dées au cours de la saison grip­pale 2016 à 2017, des virus grip­paux ont été détec­tés dans 18% des échan­tillons, tandis que d’autres types de virus res­pi­ra­toires ont été trou­vés dans 47%. Chez cer­taines per­sonnes qui meurent de patho­gènes res­pi­ra­toires viraux, plus d’un virus est détecté lors de l’au­top­sie et les bac­té­ries sont sou­vent en ajout. Un test posi­tif pour le coro­na­vi­rus ne signi­fie donc pas néces­sai­re­ment que ce virus est prin­ci­pa­le­ment res­pon­sable de la mort d’un patient.

Il ajou­tait le 19 marsA145 :

Le coût éven­tuel d’une telle per­tur­ba­tion est notoi­re­ment dif­fi­cile à pré­voir. Une cita­tion de 2,7 bil­lions [mil­lions de mil­lions] de dol­lars […] est tota­le­ment spé­cu­la­tive. Cela dépend beau­coup de la durée de l’a­no­ma­lie. L’économie et la société mon­diales reçoivent déjà un coup dur d’une épi­dé­mie qui autre­ment (le 14 mars) repré­sente 0,01% des 60 mil­lions de décès annuels dans le monde, toutes causes confon­dues, et qui tue presque exclu­si­ve­ment les per­sonnes dont l’es­pé­rance de vie est rela­ti­ve­ment faible. […]

L’épidémie de coro­na­vi­rus de cette année est clai­re­ment sans pré­cé­dent en termes d’at­ten­tion reçue. Les médias ont capi­ta­lisé sur la curio­sité, l’in­cer­ti­tude et l’hor­reur. Une requête Google sur « coro­na­vi­rus » a donné 3 550 000 000 résul­tats le 3 mars et 9 440 000 000 résul­tats le 14 mars. Inversement, la « grippe » a attiré 30 à 60 fois moins d’at­ten­tion, bien que cette saison elle ait jus­qu’à pré­sent causé envi­ron 100 fois plus de décès dans le monde que le coro­na­vi­rus.

Ce point de vue mérite d’être actua­lisé car il a été émis à une période où le nombre de vic­times était encore peu élevé en com­pa­rai­son avec les don­nées des infec­tions sai­son­nières. Une théo­rie néga­tion­niste a vu le jour — et bat son plein dans les milieux ultra­con­ser­va­teurs des USA ou du Brésil — selon laquelle les sta­tis­tiques seraient déli­bé­ré­ment fal­si­fiées pour entre­te­nir une culture de la peurN18 jus­ti­fiant des mesures liber­ti­cides.

Statistiques sai­sion­nières de décès par grippe ou pneu­mo­nie aux USA. En rouge, l’an­née 2020.

Denis Minger a ana­lysé et décons­truit les argu­ments uti­li­sés par les adeptes de cette croyance (2020A99). Un des argu­ments était qu’en mars 2020 les sta­tis­tiques de décès par pneu­mo­nie ou grippe auraient chuté spec­ta­cu­lai­re­ment aux USA, lais­sant croire que ces malades avaient été (déli­bé­ré­ment ?) reclas­sés comme vic­times de CoVID-19. Or cette appa­rente chute est due au fait que les cer­ti­fi­cats de décès, pour les mala­dies pul­mo­naires en par­ti­cu­lier, sont saisis à la main et peuvent mettre jus­qu’à 8 semaines pour appa­raître dans les sta­tis­tiques natio­nales. Le déca­lage entre les courbes de la 13e semaine et celles éta­blies après le trai­te­ment com­plet des cer­ti­fi­cats est remar­qua­ble­ment illus­tré sur une ani­ma­tion (10 avrilA110) qui en affiche l’é­vo­lu­tion sur 10 ans :

The “recent drop” in U.S. pneu­mo­nia deaths is actually an always-present lag in repor­ting. Source : A110

Les taux de mor­ta­lité par CoVID-19 sont au contraire pro­ba­ble­ment sous-évalués (1er juilletA11). On peut consta­ter, en France, une explo­sion de la mor­ta­lité glo­bale en mars 2020 mesu­rée à mi-avril grâce aux sta­tis­tiques de l’INSEE excep­tion­nel­le­ment mises à jour chaque semaine. Dans les dépar­te­ments les plus tou­chés, cette sur­mor­ta­lité était deux à trois fois supé­rieure au nombre offi­ciel de vic­times de CoVID-19 (10 avrilA109). On peut donc s’at­tendre à ce que les nombres de vic­times soient ajus­tés à la hausse une fois que toutes les décla­ra­tions auront été trans­mises. Des don­nées de sur­mor­ta­lité dans plu­sieurs pays, mon­trant la même ten­dance, sont recen­sées sur la page Excess MortalityN19. Ce qui est dénoncé comme un « men­songe d’État » est donc sim­ple­ment un déca­lage lié à la len­teur rela­tive de trans­mis­sion des don­nées. Je ne pré­tends pas que ce soit tou­jours le cas, ni que la culture de la peur serait absente de la com­mu­ni­ca­tion gou­ver­ne­men­tale ; mais l’in­ter­pré­ta­tion des sta­tis­tiques n’en four­nit pas (encore) la preuve…

Aux États-Unis, Jeremy Samuel Faust et Carlos del Rio ont remis en ques­tion, sur la base des don­nées du Centre for Disease Control (CDC) début mai, la com­pa­rai­son des nombres de décès causés par la CoVID-19 et par la grippe sai­son­nière, qui font dire aux médias (et à cer­tains poli­ti­ciens) que la CoVID-19 ne tue­rait pas plus que la grippe, en contra­dic­tion avec le vécu du per­son­nel hos­pi­ta­lier. Ils expliquent (14 maiA69) :

La raison pro­fonde de ces com­pa­rai­sons incor­rectes peut être un manque de connais­sances sur la façon dont les don­nées sur la grippe sai­son­nière et la COVID-19 sont ren­dues publiques. Le CDC, comme de nom­breux orga­nismes simi­laires de lutte contre les mala­dies dans le monde, pré­sente la mor­bi­dité et la mor­ta­lité liées à la grippe sai­son­nière non pas comme des chiffres bruts mais comme des esti­ma­tions cal­cu­lées sur la base des codes soumis de la Classification inter­na­tio­nale des mala­dies. Entre 2013–2014 et 2018–2019, les décès annuels esti­més dus à la grippe variaient de 23000 à 61000. Au cours de cette même période, cepen­dant, le nombre de décès dus à la grippe recen­sés se situait entre 3448 et 15620 par an. En moyenne, Les esti­ma­tions des décès attri­buables à la grippe par les CDC étaient près de 6 fois supé­rieures aux chiffres recen­sés. Inversement, les décès par COVID-19 sont actuel­le­ment comp­tés et signa­lés direc­te­ment, non esti­més. Par consé­quent, la com­pa­rai­son la plus valable consis­te­rait à com­pa­rer les dénom­bre­ments heb­do­ma­daires des décès dus à COVID-19 aux dénom­bre­ments heb­do­ma­daires des décès dus à la grippe sai­son­nière.

Les cher­cheurs ont donc com­paré les décomptes des décès de CoVID-19 pen­dant la troi­sième semaine d’a­vril (15455) avec les don­nées réelles pen­dant les semaines de pic d’é­pi­dé­mie grip­pale entre 2013 et 2019 (752 en moyenne). En tenant compte des incer­ti­tudes, ils ont estimé que (14 maiA69) :

[…] les décès par CoVID-19 étaient de 9.5 à 44 fois plus nom­breux que ceux pen­dant les semaines de pic de grippe sai­son­nière aux USA ces 7 der­nières années, avec une aug­men­ta­tion moyenne de 20.5 fois. […] Nous dédui­sons de notre ana­lyse que les esti­ma­tions annuelles du CDC sur­éva­luent consi­dé­ra­ble­ment le nombre réel de décès causés par la grippe, ou que le nombre actuel de décès recen­sés par COVID-19 sous-évalue consi­dé­ra­ble­ment le nombre réel de décès causés par le SRAS-CoV‑2, ou les deux.

À l’in­verse de cette éva­lua­tion cor­rec­tive, des décès par CoVID-19 ne sont pas comp­ta­bi­li­sés en raison des faux-négatifs dans les tests : chez un patient au stade inflam­ma­toire de la mala­die, la charge virale peut avoir for­te­ment dimi­nué. D’autre part, des décès par la grippe ne sont pas pris en compte car il n’y a aucune obli­ga­tion de décla­ra­tion, contrai­re­ment à la CoVID-19 ; les épi­dé­mio­lo­gistes uti­lisent des fac­teurs de cor­rec­tion tenant compte de la sous-déclaration. Nous l’a­vons vu, des décès ont pu être attri­bués par erreur à la CoVID-19.

En France, l’exa­men des sta­tis­tiques heb­do­ma­daires de décès (source : INSEE) abou­tit au constat inverse de celui de Faust et del Rio : « La grippe 2020 [a été] plus meur­trière en France que le SARS-COV‑2, selon les cumuls heb­do­ma­daires de décès pen­dant les 2 périodes épi­dé­miques suc­ces­sives » (F Pesty, 20 maiA60).

Une esti­ma­tion des taux de mor­ta­lité et de léta­lité de la CoVID-19 serait pré­ma­tu­rée. Mais Faust et del Rio (14 maiA69) déplorent que le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain ait mal inter­prété les don­nées publiées pour remettre en route l’é­co­no­mie en sup­po­sant qu’on avait affaire à « juste une nou­velle grippe ». Ils sug­gèrent de « com­pa­rer des pommes avec des pommes et non des pommes avec des oranges ». Début juillet, les édi­teurs du JAMA écrivent (1er juilletA8) :

Fin mai 2020, plus de 100 000 per­sonnes aux États-Unis étaient décé­dées des suites d’une mala­die à coro­na­vi­rus 2019 (COVID-19) […]. Les repor­tages ont déploré ce nombre, le com­pa­rant à la capa­cité d’un grand stade de foot­ball ou d’une petite ville et notant sa simi­li­tude avec le nombre de sol­dats amé­ri­cains tués pen­dant la Première Guerre mon­diale ou dans les guerres coréenne et viet­na­mienne com­bi­nées […].

La mort semble être une mesure pré­cise de l’évolution et des effets de la pan­dé­mie — le pire résul­tat, un résul­tat sans équi­voque. Cependant, le nombre de décès attri­bués à la COVID-19 dans les rap­ports offi­ciels est pro­ba­ble­ment une sous-estimation des décès causés par le syn­drome res­pi­ra­toire aigu sévère coro­na­vi­rus 2 (SRAS-CoV‑2). De plus, la sta­tis­tique n’in­clut pas les décès indi­rec­te­ment impu­tables au virus et les mesures uti­li­sées pour le conte­nir. […]

Comment est-il alors pos­sible d’es­ti­mer le véri­table effet de cette pan­dé­mie en tenant compte de ces dif­fé­rents fac­teurs ? Une façon consiste à esti­mer les décès en excès (c.-à‑d. au delà de ce qui serait attendu). Dans ce numéro de JAMA, Woolf et ses col­lègues ont com­paré le nombre de décès exces­sifs aux États-Unis entre le 1er mars 2020 et le 25 avril 2020 avec les 6 années pré­cé­dentes [1er juilletA10]. Sur la base des don­nées de 2014 à 2019, les auteurs s’at­ten­daient à 419 058 décès mais ont observé 505 059, soit un excès de 87 001 décès. Ils ont estimé que 65% étaient attri­buables à la COVID-19, lais­sant 35% des décès excé­den­taires inex­pli­qués. Certains de ces décès peuvent être dus à des inexac­ti­tudes dans les don­nées (par exemple, des décès mal clas­sés, des rap­ports incom­plets) ou à l’absence de soins. Si le même schéma se pour­sui­vait jus­qu’à la fin du mois de mai, il y aurait, comme indi­qué, 100 000 décès impu­tables au COVID-19, mais envi­ron 135 000 décès au total impu­tables à la pan­dé­mie. Woolf et al [1er juilletA10] four­nissent éga­le­ment des esti­ma­tions état par état des décès exces­sifs et un compte rendu plus détaillé des 5 États les plus tou­chés par COVID-19.

Comme nous le disait Michel Odent dans un sémi­naire : « L’épidémiologie c’est tout sauf l’his­toire de ma voi­sine ! » La com­pa­rai­son des taux de mor­ta­litéN20 — et non de léta­litéN17 — de l’é­pi­dé­mie CoVID-19 et de la grippe sai­son­nière avait fait (pré)dire à des cher­cheurs, au début de l’an­née, qu’il s’a­gi­rait d’une « simple grip­pette »… La per­cep­tion de la mor­ta­lité n’est pas la même selon les don­nées sta­tis­tiques et le vécu de décès inat­ten­dus parmi ses proches. Cette pan­dé­mie a été pré­sen­tée comme ter­ri­fiante en l’ab­sence de cer­ti­tude sur les modes de trans­mis­sion, les moyens de pro­tec­tion et de trai­te­ment des indi­vi­dus.

Dépister

Membre à cette époque du conseil scien­ti­fique fran­çais dédié au coro­na­vi­rus, Didier Raoult s’ex­pri­mait avec la même défiance des pré­dic­tions mathé­ma­tiques de mor­ta­lité dans une vidéo le 17 mars 2020N21. Il regret­tait l’emballement face à un coro­na­vi­rus qu’il invi­tait depuis des semaines à détec­ter et à soi­gner (16 mars 2020N22) :

[À l’IHUN23] Nous avons sans doute fait plus de tests du coro­na­vi­rus que tous les autres labo­ra­toires fran­çais réunis, avec aussi bien des formes modé­rées que graves. Le PACA [Région Sud] est peut-être épar­gné avec un seul décès, mais ça prou­ve­rait que les géné­ra­li­sa­tions sont fausses. Les éco­sys­tèmes sont dif­fé­rents entre Paris intra-muros, Wuhan, la région PACA, et il y a le risque non mesu­rable car chao­tique des super-contaminateurs, dif­fi­ci­le­ment com­pré­hen­sibles. On sait tout de même main­te­nant mesu­rer les charges virales et on voit que des gens ont des quan­ti­tés de virus un mil­lion de fois plus impor­tantes que d’autres. Logiquement, cela peut jouer un rôle dans la conta­mi­na­tion, avec d’autres choses comme le com­por­te­ment.

Reste qu’au­jourd’­hui la plu­part de nos patients viennent pour des symp­tômes res­pi­ra­toires dus à la ving­taine d’autres virus qui cir­culent, ou parce qu’ils ont ren­con­tré quel­qu’un qui avait le coro­na­vi­rus. Ils sont affo­lés et veulent savoir s’ils n’ont pas un truc qui va les tuer.

L’hétérogénéité de la popu­la­tion infec­tée en termes de charge virale — l’exis­tence de super-contaminateurs — met­tait en défaut des modèles pré­dic­tifs comme le SIR (Susceptible, Infectious, RemovedN24) per­met­tant d’an­ti­ci­per l’é­vo­lu­tion de l’é­pi­dé­mie à partir du simple fac­teur de repro­duc­tion R0, le nombre de per­sonnes qu’un indi­vidu infecté peut conta­mi­ner. Laurent Hébert-Dufresne et ses col­lègues ont pro­posé, sur la base de don­nées nou­velles, un modèle tenant compte de cette hété­ro­gé­néité : « Nous démon­trons que sans don­nées sur l’hé­té­ro­gé­néité des infec­tions secon­daires pour les mala­dies infec­tieuses émer­gentes comme la CoVID-19, l’in­cer­ti­tude sur la taille des vagues de conta­mi­na­tion varie consi­dé­ra­ble­ment : dans le cas de la CoVID-19, de 10 à 70% des indi­vi­dus sen­sibles » (16 avrilA101). Les indi­vi­dus « sen­sibles » (“sus­cep­tible” en anglais) sont les indi­vi­dus sains en contact avec des per­sonnes conta­gieuses (N24).

« Nul ne peut com­battre un incen­die les yeux bandés » a déclaré, le 16 mars, le pré­sident de l’Organisation mon­diale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus qui pré­co­nise la stra­té­gie “Test and Treat”. Mais Jérôme Salomon, direc­teur géné­ral de la santé (DGS) en France, a balayé du coude cette décla­ra­tion en répon­dant, le 17 mars : « En cir­cu­la­tion active, le test n’a pas beau­coup d’intérêt, aucun pays ne l’a fait. […] Ce qu’il faut, c’est rester chez soi, car on est tous poten­tiel­le­ment por­teurs » (21 marsA142). Il parais­sait igno­rer que les Sud-Coréens pra­ti­quaient 18 000 tests par jour…

Jérôme Salomon s’est heu­reu­se­ment contre­dit le 20 mars en décla­rant : « Le pas­sage en phase 3 épi­dé­mique entraîne aussi un chan­ge­ment de doc­trine concer­nant les tests. » Le pro­fes­seur Jean-François Delfraissy, pré­sident du conseil scien­ti­fique fran­çais, a reconnu : « Si l’on n’a pas choisi cette stra­té­gie [de dépis­tage à large échelle] en France, c’est parce qu’on n’a­vait pas la capa­cité, dans un pre­mier temps, de réa­li­ser des tests pour de très nom­breuses per­sonnes… » :

La doc­trine offi­cielle, en France le 21 mars, est que le dépis­tage à grande échelle serait uti­lisé pour « sortir du confi­ne­ment toutes les per­sonnes tes­tées néga­tives ». On attend beau­coup de la décou­verte de tests plus rapides ou/et moins oné­reux qui per­met­traient d’im­plé­men­ter à grande échelle un dépis­tage sys­té­ma­tiqueA1.

Un test rapide (15mn) et peu coû­teux avec une sen­si­bi­lité de 70% a été homo­lo­gué en Belgique grâce aux tra­vaux de l’é­quipe de Benoît Muylkens (24 marsA136). Quatre pro­jets de l’Institut Pasteur sont entiè­re­ment dédiés à cet objec­tif. Parallèlement, l’entreprise de bio­tech­no­lo­gie NG Biotech (en Ille-et-Vilaine) a fina­lisé un test qui repose sur la détec­tion et la dif­fé­ren­cia­tion des anti­corps IgM et/ou IgG (immu­no­glo­bu­lines G) [N25]. En Suisse, le labo­ra­toire Roche a fourni un nou­veau kit de dépis­tage (qui néces­site un équi­pe­ment spé­cia­lisé très coû­teux) et en France BioMérieux a mis un nou­veau test sur le marché. L’entreprise Novacyt, qui fabrique en France le nou­veau test Primerdesign « conçu pour fonc­tion­ner sur de mul­tiples pla­te­formes de tests molé­cu­laires cou­ram­ment uti­li­sées dans le monde entier », n’a reçu des com­mandes mas­sives que « de ter­ri­toires asia­tiques en dehors de la Chine conti­nen­tale » et signé un accord avec un groupe de santé amé­ri­cain (28 févrierA158).

Une équipe ita­lienne a montré que le test rPT-PCR pou­vait être réa­lisé avec la même fia­bi­lité sur un échan­tillon sali­vaire, ce qui faci­lite consi­dé­ra­ble­ment la pro­cé­dure (14 avrilA103).

Philippe Froguel, direc­teur du labo­ra­toire de recherche public du CHRU de Lille, s’est vu refu­ser de pro­duire des tests de dépis­tage du Covid-19 (25 marsA134). Ce labo­ra­toire pra­tique régu­liè­re­ment des tests PCR, uti­li­sés notam­ment pour la grippe mais aussi pour dépis­ter la Covid-19. Réponse de l’administration : Il faut res­pec­ter les pro­cé­dures, seul un bio­lo­giste médi­cal étant offi­ciel­le­ment habi­lité à lire les résul­tats, alors que le labo­ra­toire le fait depuis des années… Le pro­blème, c’est qu’aujourd’hui, le CHRU de Lille et celui de Mulhouse sont, d’a­près Philippe Froguel, en rup­ture de stocks d’enzymes, et ne peuvent donc plus fabri­quer ces tests. « Si on nous avait auto­ri­sés, nous les gens de la recherche, j’aurais mon congé­la­teur plein d’enzymes, on aurait fait le pro­to­cole et on tra­vaille­rait à fond pour le CHU aujourd’hui », regrette-t-ilA134.

Le 21 mars, 120 labo­ra­toires fran­çais étaient habi­li­tés à effec­tuer des tests, mais « face à la pénu­rie de gants, de lunettes et de masques, les bio­lo­gistes et infir­miers de ces labo­ra­toires ne [pou­vaient] pas effec­tuer les pré­lè­ve­ments sans ris­quer d’être conta­mi­nés, puis de pro­pa­ger le virus eux-mêmes »A142. L’autorisation leur avait été donnée trop tard pour qu’ils puissent prendre leurs dis­po­si­tions à la hau­teur de la demande. Lionel Barrand, pré­sident des jeunes bio­lo­gistes médi­caux, décla­rait : « Si l’État avait aidé tous les labo­ra­toires à obte­nir le maté­riel de pro­tec­tion néces­saire aux pré­lè­ve­ments, on aurait pu avoir cinq, six fois plus de dépis­tages » (21 marsA142).

Ne pas oublier le scan­ner tho­ra­cique qui détec­te­rait l’in­fec­tion avec une sen­si­bi­lité de 98% à J+3 des symp­tômes — com­men­taire ano­nyme sur Mediapart (21 marsA142)…

Le suivi des cas testés posi­tifs, même en l’ab­sence de symp­tômes, est d’au­tant plus per­ti­nent que lorsque les patients arrivent en réani­ma­tion leur charge virale a si for­te­ment dimi­nué qu’un trai­te­ment anti­vi­ral ne serait d’au­cun béné­fice…

Soigner

Piste encou­ra­geante : le repo­si­tion­ne­ment de molé­cules anciennes uti­li­sées pour d’autres affec­tions. L’exploration de mul­tiples com­bi­nai­sons prend du temps même pour des essais sur des cultures micro­biennes ou des ani­maux.

À l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée InfectionN23, l’ad­mi­nis­tra­tion à 24 sujets humains d’hydroxy­chlo­ro­quineN26 asso­ciée à de l’azi­thro­my­cineN27 avait donné des résul­tats assez convain­cants, selon les auteurs, pour être menée à plus grande échelle (PubMed le 11 mars 2020A154). Ce trai­te­ment per­met­trait de réduire à zéro la charge virale en 6 jours au lieu de 20 jours sans trai­te­ment — autre­ment dit le nombre de jours pen­dant les­quels la per­sonne infec­tée est conta­gieuse. Il pour­rait aussi éviter à la per­sonne trai­tée de déve­lop­per des com­pli­ca­tions qui la condui­raient aux urgences. En période de crise, la lutte contre la conta­gion est prio­ri­taire car elle est le seul moyen de mettre fin à l’é­pi­dé­mie.

Un rap­port sur cette étude pré­li­mi­naire (17 marsA151) a été vive­ment cri­ti­qué, d’a­bord sur un ton polé­mique puis à partir de remarques sur PubPeerN28 fai­sant appa­raître, sans sur­prise, des failles métho­do­lo­giques (22 mars 2020A141). Hervé Maisonneuve a résumé les points d’ar­ti­cu­la­tion de la cri­tique (23 avrilA90). Le 3 avril 2020, l’International Society of Antimicrobial Chemotherapy a publié un avis qui sus­cite chez Elsevier une enquête en vue de rétrac­tion (12 avrilA107) :

[Cette publi­ca­tion] ne répon­dait pas à la norme atten­due [de la société], notam­ment en raison de l’absence de meilleures expli­ca­tions des cri­tères d’inclusion et du triage des patients pour garan­tir la sécu­rité des patients.

Le jour­na­liste “fact-checker” Florian Gouthière écrit — sans crainte du ridi­cule — sur son blog (22 marsA141) :

L’emballement média­tique autour de la chlo­ro­quine (…) peut (…) se com­prendre par des méca­nismes hélas très clas­siques : pré­sup­posé erroné selon lequel un cher­cheur parle néces­sai­re­ment au nom de la com­mu­nauté scien­ti­fique ; pré­sup­posé erroné selon lequel un cher­cheur au passé pres­ti­gieux est for­cé­ment tou­jours à la pointe de la recherche, res­pec­tueux des bases de la méthode scien­ti­fique, et insoup­çon­nable d’inconduite scien­ti­fique ; pré­sup­posé erroné selon lequel un cher­cheur isolé qui crie vic­toire a de bonnes rai­sons de le faire, et ne sau­rait être vic­time de biais ou d’illusions.

La jour­na­liste Ella Roche com­mente (29 marsA125) :

Soyons directs. Vouloir apprendre à Didier Raoult la métho­do­lo­gie scien­ti­fique, c’est un peu comme si un joueur de baby­foot vou­lait apprendre son sport à Zidane. Il faut mon­trer une arro­gance, une pré­ten­tion monstre pour se dire qu’une per­sonne aussi qua­li­fiée dans son domaine ne connaisse pas la méthode.

Une cri­tique de ce rap­port d’ex­pé­rience cli­nique qu’il n’y avait pas lieu de pré­sen­ter comme une étude cli­nique est appa­rue sur le site For Better Science (26 marsA132). Cet essai obser­va­tion­nel a sus­cité de nom­breux com­men­taires, entre autres un témoi­gnage cala­mi­teux (cré­dible) sur le climat de défiance et de com­pé­ti­tion qui règne­rait dans l’ins­ti­tu­tion, avec en exclu­si­vité le por­trait de son direc­teur comme un « tyran sadique miso­gyne » (selon Leonid Schneider) !

Lu et évalué comme une publi­ca­tion scien­ti­fique, en temps ordi­naire ce rap­port (17 marsA151) aurait dû rester au stade de work in pro­gress. Des rap­ports de recherche cir­culent en interne dans toutes les ins­ti­tu­tions et ont tou­jours été par­ta­gés avec d’autres labo­ra­toires. La confu­sion des genres vient de ce que cette cir­cu­la­tion est deve­nue publique, et média­ti­sée par les auteurs convain­cus que la situa­tion « de guerre » impo­sait une démarche prag­ma­tique — un « bri­co­lage » “quick and dirty”. La conclu­sion de leur essai est que la chlo­ro­quine serait une molé­cule pro­met­teuse pour dimi­nuer la charge virale de patients du CoVID-19.

Pourcentage de patients avec des échan­tillons naso­pha­ryn­gés posi­tifs pour la PCR depuis leur inclu­sion jus­qu’au 6e jour après inclu­sion chez les patients COVID-19 trai­tés avec l’hy­droxy­chlo­ro­quine uni­que­ment, chez les patients COVID-19 trai­tés avec l’hy­droxy­chlo­ro­quine et l’a­zi­tho­my­cine en asso­cia­tion et chez les patients témoins de COVID-19. Source : A151

Un deuxième rap­port de la même équipe a été publiée le 27 marsA128. Il por­tait sur 80 patients de 18 à 88 ans hos­pi­ta­li­sés en moyenne cinq jours après l’ap­pa­ri­tion des symp­tômes. Les cri­tères d’é­va­lua­tion prin­ci­paux étaient i) une évo­lu­tion cli­nique agres­sive néces­si­tant une oxy­gé­no­thé­ra­pie ou un trans­fert à l’u­nité de soins inten­sifs après au moins trois jours de trai­te­ment, ii) la conta­gio­sité telle qu’é­va­luée par PCR et culture de cel­lules, et iii) la durée du séjour en salle de soins des mala­dies infec­tieuses. Le trai­te­ment a duré moins de dix jours. Un patient a été exclus de l’é­tude au motif d’une incom­pa­ti­bi­lité avec un autre médi­ca­ment qu’il rece­vait. Résultat cli­niqueA128 :

La majo­rité (65/80, 81.3%) des patients ont eu un résul­tat favo­rable et sont sortis de notre unité au moment de la rédac­tion avec de faibles scores NEWS (61/65, 93.8%). Seulement 15% ont néces­sité une oxy­gé­no­thé­ra­pie. Trois patients ont été trans­fé­rés aux soins inten­sifs, dont deux se sont amé­lio­rés et ont ensuite été ren­voyés au ser­vice des mala­dies infec­tieuses. Un patient de 74 ans était tou­jours aux soins inten­sifs au moment de la rédac­tion du pré­sent rap­port. Enfin, un patient de 86 ans qui n’a pas été trans­féré aux soins inten­sifs est décédé dans le ser­vice des mala­dies infec­tieuses. […]

Le nombre de patients pré­su­mé­ment conta­gieux (PCR C < 34) a dimi­nué régu­liè­re­ment et atteint zéro le 12e jour. […] Les cultures de virus de pré­lè­ve­ments res­pi­ra­toires étaient néga­tives pour 97.5% des patients le 5e jour.

Sachant que les patients admis en réani­ma­tion ont déjà for­te­ment réduit leur charge virale, la chlo­ro­quine serait, selon les auteurs, de peu d’ef­fi­ca­cité au stade cri­tique de la mala­die. L’IHU recom­mande donc son uti­li­sa­tion dès que le test CoVID-19 est posi­tif, sans attendre l’ap­pa­ri­tion de symp­tômes (27 marsA128) :

L’objectif thé­ra­peu­tique prin­ci­pal est donc de trai­ter les per­sonnes atteintes d’in­fec­tions modé­rées ou sévères à un stade suf­fi­sam­ment pré­coce pour éviter une pro­gres­sion vers une affec­tion grave et irré­ver­sible. […]

Le deuxième défi est la pro­pa­ga­tion rapide de la mala­die dans la popu­la­tion par des indi­vi­dus conta­gieux. L’élimination du trans­port viral dans le réser­voir humain du virus a récem­ment été recon­nue comme une prio­rité. À cette fin, la néga­ti­va­tion rapide des cultures de pré­lè­ve­ments res­pi­ra­toires de patients sous trai­te­ment par hydroxy­chlo­ro­quine plus azi­thro­my­cine montre l’efficacité de cette asso­cia­tion.

La réus­site du trai­te­ment est donc impé­ra­ti­ve­ment liée à une pra­tique de dépis­tage à grande échelle. Mais ce mes­sage a été inter­prété à contre­sens. En France, le Haut Conseil de santé publique a décidé le 23 mars que la chlo­ro­quine pour­rait être admi­nis­trée aux malades souf­frant de « formes graves » du Covid-19, mais ne devait pas être uti­li­sée pour des formes « moins sévères ». Un pro­fes­seur de micro­bio­lo­gie de la région Rhône-Alpes com­mente (ano­ny­me­ment) cette déci­sion (26 marsN29) :

[…] nous avons tous constaté que pour les patients qui pré­sentent des forme graves et qui finissent en réani­ma­tion il n’y a plus grand chose à faire que de la réani­ma­tion. La mala­die évolue pour son propre compte, le virus n’est sou­vent même plus détec­table. Et donc on se doute déjà du résul­tat de l’é­va­lua­tion du trai­te­ment Hydroxychloroquine – Azithromycine dans ces formes-là qui sera pro­ba­ble­ment la seule éva­lua­tion qui sera faite dans l’es­sai offi­ciel : pas ou peu de béné­fice.

Ce que Méditerranée-Infection dit est dif­fé­rent : dépis­ter tôt pour trai­ter tôt afin d’é­vi­ter cette évo­lu­tion vers les formes sévères. Oups, j’a­vais oublié qu’on n’avait pas les moyens en France du dépis­tage de masse… d’où la posi­tion peut-être pas si inno­cente de notre gou­ver­ne­ment.

Et puis le coût. Traitement com­plet Remdésivir [N30] 900‑1000 dol­lars (c’est sur le site de Gilead) versus Hydroxychloroquine-Azithromycine 15 euros…

Le Dr Gérard Maudrux écri­vait sur son blog (23 marsA139) :

Ils conti­nuent de faire le contraire de ce qu’on devrait faire. Je doute for­te­ment que le Plaquenil agisse sur les pou­mons des patients hos­pi­ta­li­sés (l’Azithromycine si). La pre­mière indi­ca­tion du Plaquenil, c’est au début de la mala­die, en dimi­nuant la charge virale, il dimi­nue la conta­gio­sité et peut éviter l’aggravation et le pas­sage à l’hôpital. Il est pro­ba­ble­ment plus utile pour éviter l’hospitalisation, que pour les cas déjà sévères. LE PREMIER PRESCRIPTEUR DOIT ÊTRE LE MEDECIN TRAITANT, pas l’hôpital, même s’il peut en uti­li­ser aussi.

Le gou­ver­ne­ment envoie les méde­cins de ville en pre­mière ligne, sans pro­tec­tion, mais ne leur fait tou­jours pas confiance, lui seul sait com­ment faire, pas les ploucs de la ville (et de la cam­pagne). Ils ne doivent plus pres­crire ce trai­te­ment, alors qu’ils devraient le PRESCRIRE en pre­mier, DÈS LES PREMIERS SYMPTÔMES, pour éviter l’hospitalisation.

Répété en boucle par les auto­ri­tés sani­taires en France, le dis­cours sur l’i­nef­fi­ca­cité et la dan­ge­ro­sité du « mélange de n’im­porte quoi » (chlo­ro­quine + anti­bio­tique) est tra­gi­co­mique pour qui se sou­vient que la Direction géné­rale de la santé avait recom­mandé, dans la foulée de l’OMS et de L’Agence euro­péenne du médi­ca­ment (EMA), la pres­crip­tion sys­té­ma­tique de TamifluN31 pour lutter contre la grippe por­cine en 2009… Ceci en l’ab­sence de preuve de son effi­ca­cité et malgré les décès sus­pects de patients trai­tés par cet anti­vi­ral (2009A170). Le scan­dale avait éclaté après que le British Medical Journal eût exigé du labo­ra­toire Roche qu’il publie ses don­néesN32.

Sauf ses détrac­teurs et Donald Trump, per­sonne n’a dési­gné l’hy­droxy­chlo­ro­quine comme un « remède miracle ». De nom­breux hôpi­taux ont adopté le pro­to­cole de l’IHU (22 marsA140) et il a été implé­menté dans de nom­breux pays afri­cains qui ont aussi mis en route des essais cli­niques (30 marsA124).

Aux USA, le Dr Zev Zelenko aurait traité avec succès plus de 500 patients à risques en ajou­tant au cock­tail du sul­fate de zinc (26 marsA129 ; confirmé à 1450 le 21 avrilA93) — voir (1er avrilN33) et mon article CoVID-19 : immunité, style de vie. D’autres méde­cins ajoutent 1000 mg quo­ti­diens de vita­mine C. Le zinc a aussi été uti­lisé à l’IHU de Marseille (25 maiA51) et son effi­ca­cité en com­plé­ment de l’hy­droxy­chlo­ro­quine a été éva­luée dans une étude rétros­pec­tive par Carlucci P et al. (8 marsA156).

Des études cliniques

Le soin à l’hy­droxy­chlo­ro­quine a été inclus comme un bras de l’es­sai cli­nique euro­péen DiscoveryN34·N35 démarré le 22 mars et coor­donné par l’INSERM et connecté au pro­gramme inter­na­tio­nal Solidarity Trial (18 marsA146). Cet essai n’est pas contre pla­cebo puisque 5 moda­li­tés de trai­te­ment sont com­pa­rées :

  1. soins stan­dards
  2. soins stan­dards plus rem­de­si­vir
  3. soins stan­dards plus lopi­na­vir et rito­na­vir
  4. soins stan­dards plus lopi­na­vir, rito­na­vir et inter­fé­ron beta
  5. soins stan­dards plus hydroxy­chlo­ro­quine
Source : N36

Dans le cin­quième groupe, le pro­to­cole de l’IHU de Marseille a été amputé de la pres­crip­tion de l’an­ti­bio­tique azi­thro­my­cineN27 dont les études pré­li­mi­naires avaient montré la néces­sité en com­plé­ment de l’hy­droxy­chlo­ro­quine. D’autre part, l’es­sai Discovery est ouvert, autre­ment dit pas en double aveugle : aussi bien les patients que leurs soi­gnants seront infor­més du groupe auquel ils ont été assi­gnés par tirage au sort.

Le double-aveugle est pri­mor­dial pour la cré­di­bi­lité d’un essai. […]

Connaître le pro­duit admi­nis­tré permet aussi toutes les fraudes pos­sibles, biais d’é­va­lua­tion [et de suivi, de com­plai­sance…] et biais d’at­tri­tion en par­ti­cu­lier. Il est impé­ra­tif que toutes les per­sonnes impli­quées dans l’é­va­lua­tion soient « en aveugle ». Ces per­sonnes sont les patients et les méde­cins inves­ti­ga­teurs de l’é­tude mais aussi tous les comi­tés de sur­veillance ou d’é­va­lua­tion, les sta­tis­ti­ciens… […]

Si les patients au plus mau­vais pro­nos­tic sont exclus d’un des deux groupes com­pa­rés [biais d’at­tri­tion], cela favo­ri­sera l’autre groupe. […] Ce biais est un des meilleurs moyens de faus­ser un essai.

Dr Alexis Clapin (2018N36 pages 14 et 120)

Le Pr Christian Perronne, chef du ser­vice d’infectiologie à l’hôpital uni­ver­si­taire de Garches, décla­rait à propos de l’es­sai Discovery (29 marsA126) :

J’ai refusé d’y par­ti­ci­per car cette étude pré­voit un groupe de patients sévè­re­ment atteints [N34] qui ne seront trai­tés que symp­to­ma­ti­que­ment et ser­vi­ront de témoins-contrôles face à quatre autres groupes qui rece­vront des anti­vi­raux. Ce n’est pas éthi­que­ment accep­table à mes yeux. On pou­vait par­fai­te­ment, dans la situa­tion où nous sommes, éva­luer ces trai­te­ments en appli­quant un pro­to­cole dif­fé­rent. De sur­croît, le groupe hydroxy­chlo­ro­quine (qui a été ajouté à cette étude à la der­nière minute) devrait être rem­placé par un groupe hydroxy­chlo­ro­quine plus azi­thro­my­cine, trai­te­ment de réfé­rence actuel selon les don­nées les plus récentes. […]

Mais il n’y aura rien à espé­rer de cette étude concer­nant l’hydroxychloroquine qui est admi­nis­trée trop tard. Le pro­to­cole indique que le pro­duit peut être donné seule­ment si la satu­ra­tion en oxy­gène des patients est infé­rieure à 95% , c’est à dire à des malades jus­ti­ciables d’un apport massif en oxy­gène ou qui doivent être mis sous ven­ti­la­tion arti­fi­cielle. Ce n’est pas la bonne indi­ca­tion.

Louise Ballongue signale, le 13 maiA71, que les cher­cheurs de DiscoveryN35 n’a­vaient pu recru­ter que 740 patients sur les 3200 atten­dus. Or il aurait fallu, pour atteindre un résul­tat signi­fi­ca­tif, 600 sujets par trai­te­ment testé. Elle ajoute :

Ce nombre trop faible de patients peut s’ex­pli­quer en partie par le fait que l’hy­droxy­chlo­ro­quine a été ajou­tée au der­nier moment au pro­gramme euro­péen. En effet, comme le raconte le média, la popu­la­rité de cette molé­cule pour­rait avoir un effet contre-productif sur l’a­van­cée de la recherche.

Les cher­cheurs peinent à atti­rer de nou­veaux par­ti­ci­pants puisque les patients qui acceptent d’être des cobayes s’ex­posent au risque de rece­voir des soins stan­dards (pla­cebo), et non la molé­cule. Au vu de la répu­ta­tion de l’hy­droxy­chlo­ro­quine, les malades ne sont donc pas « prêts » à rece­voir un simple pla­cebo.

Autre décep­tion, cette fois-ci au niveau euro­péen : l’es­sai, qui devait être lancé dans 7 pays, n’a fina­le­ment pas atteint ses pro­messes : un seul patient seule­ment a été inclus hors de France, au Luxembourg, a reconnu l’in­fec­tio­logue Florence Ader, qui pilote l’é­tude.

Pour ce qui concerne l’Italie, Perronne ajoute (29 marsA126) :

En Italie, qui nous pré­cède de seule­ment huit jours et ou la situa­tion devient presque incon­trô­lable, une course de vitesse contre le Covid-19 vient d’être enclen­chée avec pour arme clé l’hydroxychloroquine (Plaquenil®, forme la mieux tolé­rée de la chlo­ro­quine). Tout par­ti­cu­liè­re­ment dans le Lazio, région très tou­chée, où elle est désor­mais lar­ge­ment pres­crite aux patients ayant des signes débu­tants, avec d’ores et déjà des résul­tats très encou­ra­geants en termes de pro­tec­tion des sujets trai­tés. Dans le jour­nal « Corriere della Sera » le Dr Pierluigi Bartoletti, vice pré­sident de la Fédération Italienne des méde­cins géné­ra­listes, explique que toute per­sonne isolée, Covid-19 posi­tive avec des signes débu­tants (toux, fièvre par exemple), est aujourd’hui trai­tée par l’antipaludique. Le pro­duit est rem­boursé par l’assurance mala­die ita­lienne. Il peut être obtenu faci­le­ment sur pres­crip­tion d’un méde­cin (géné­ra­liste notam­ment), dans les phar­ma­cies hos­pi­ta­lières, qui trans­mettent toutes les don­nées rela­tives au patient à l’Agence ita­lienne du médi­ca­ment (AIFA).

Les effets indé­si­rables de la chlo­ro­quine étant connus, la sur­veillance de l’ap­pa­ri­tion de car­dio­myo­pa­thie du fait de son asso­cia­tion avec l’a­zi­thro­my­cine, le dosage du potas­sium et l’ob­ser­va­tion d’autres signaux d’a­lerte font partie du suivi à l’IHU. D’autres effets indé­si­rables — opa­ci­fi­ca­tion de la cornée réver­sible à l’arrêt du trai­te­ment, baisse de l’acuité visuelle, réti­no­pa­thie — cor­res­pondent à un usage à forte dose de longue durée. C’est pour­quoi aucun méde­cin ne pré­co­nise l’ad­mi­nis­tra­tion de chlo­ro­quine à usage pré­ven­tif, et la mise en garde contre l’au­to­mé­di­ca­tion fait l’u­na­ni­mité. En jan­vier 2020, la chlo­ro­quine a d’ailleurs été clas­sée comme « sub­stance véné­neuse », terme archaïque qui signi­fie qu’elle ne peut plus être déli­vrée que sous ordon­nance, déci­sion inter­pré­tée de manière abu­sive par des théo­ri­ciens du com­plot…

Certains com­men­ta­teurs font mine de ne pas connaître la tem­po­ra­lité d’un essai ran­do­misé contrôlé mul­ti­site suivi de publi­ca­tion dans un jour­nal scien­ti­fique à comité de lec­ture… Comme si les pom­piers atten­daient, pour aller éteindre un incen­die, que leur échelle ait été « vali­dée » par le Laboratoire natio­nal d’es­sais !

Aucun des zété­ti­ciens en culottes courtes qui se sont achar­nés sur la médiocre des­crip­tion de l’es­sai pré­li­mi­naire ne s’est inté­ressé à la publi­ca­tion scien­ti­fique sur ce sujet (11 mars 2020A154) ni aux articles anté­rieurs des scien­ti­fiques chi­nois (4 févrierA165 ; 19 févrierA164). Après les tests in vitro, des essais cli­niques ont été lancés dans 10 hôpi­taux de Wuhan, Jingzhou, Guangzhou, Beijing, Shanghai, Chongqing et Ningbo. Le trai­te­ment de plus de 100 patients a déjà montré une supé­rio­rité signi­fi­ca­tive sur le groupe de contrôle (19 févrierA164). Une autre étude ran­do­mi­sée sur 62 patients à Wuhan affi­chait un net avan­tage du trai­te­ment à l’hy­droxy­chlo­ro­quine au niveau du temps de récu­pé­ra­tion cli­nique et de la gué­ri­son de la pneu­mo­nie (30 marsA123) ; les 4 patients dont l’état s’est aggravé appar­te­naient tous au groupe de contrôle. La mau­vaise qua­lité du compte-rendu laisse tou­te­fois ouverte la pos­si­bi­lité de biais métho­do­lo­giques.

Une étude menée à Shanghai sur 30 patients (26 févrierA160) n’a­vait par contre pas donné de résul­tat signi­fi­ca­tif, ni dans un sens ni dans l’autre. La meute anti-chloroquine s’est ruée sur ce résul­tat… Ses auteurs ont exigé la mise en chan­tier d’es­sais cli­niques ran­do­mi­sés à grande échelle (24 févrierA162). D’autres scien­ti­fiques se sont joints à cet appel, tout en rap­pe­lant que l’hy­droxy­chlo­ro­quine com­por­tait moins d’ef­fets secon­daires que la simple chlo­ro­quine, notam­ment au niveau de la toxi­cité ocu­laire (17 marsA149) et pour son usage par des femmes enceintes (20 marsA144).

Le pro­fes­seur Jun Chen, qui diri­geait l’é­tude de Shanghai, aurait déclaré à un jour­na­liste de Les​-Crises​.fr (26 marsA131) :

Nous n’a­vons observé aucune ten­dance béné­fique de l’hy­droxy­chlo­ro­quine dans le trai­te­ment du Covid-19. Mais cela ne signi­fie pas non plus que cela aggra­ve­rait la mala­die. Notre étude était limi­tée par sa petite taille d’échantillon. Mais nous pou­vons consta­ter dans cet essai que l’hydroxychloroquine n’est pas un médi­ca­ment « magique » – dans l’hypothèse où elle aurait bien un effet anti­vi­ral.

Je sais qu’il y a des ECR [Etudes Comparatives Randomisées = essais cli­niques de qua­lité] en cours sur l’hydroxychloroquine. Mais je ne connais aucun résul­tat posi­tif de ces études par com­mu­ni­ca­tion per­son­nelle.

Son pro­blème est qu’elle a par­fois un effet néfaste, aggra­vant des mala­dies virales telles que le Sida ou le Chikungunya.

Par consé­quent, je recom­mande for­te­ment d’at­tendre que les essais cli­niques soient effec­tués avant d’u­ti­li­ser cette sub­stance comme pro­phy­laxie ou comme médi­ca­ment thé­ra­peu­tique

Le pro­to­cole de Chen et al. (26 févrierA160) était dif­fé­rent de celui suivi par l’IHU de Marseille : 400 mg/jour au lieu de 600 d’hy­droxy­chlo­ro­quine, et sans azi­thro­my­cine dont nous avons vu qu’elle pou­vait amé­lio­rer sen­si­ble­ment le résul­tat. Mais sur­tout, le groupe témoin était traité par des anti­vi­raux. La com­pa­rai­son por­tait donc en réa­lité sur les effets de l’hy­droxy­chlo­ro­quine et d’un anti­vi­ral — et non un pla­cebo. Sachant que presque tous les patients des deux groupes ont vu dis­pa­raître leur charge virale en 4 jours au lieu de 8 jours en moyenne chez un patient non-traité, on ne peut conclure qu’à l’é­ga­lité des deux trai­te­ments : l’hy­droxy­chlo­ro­quine n’é­tait pas meilleure que l’an­ti­vi­ral du groupe témoin, ce qui ne veut pas dire qu’elle serait inef­fi­cace comme la presse fran­çaise s’est plu à le répé­ter. Des publi­ca­tions comme le Journal International de Médecine ont titré : « Hydroxychloroquine et Covid-19 : un essai ran­do­misé chi­nois néga­tif » (le 26 mars). Les expé­riences de Marseille et de Shanghai n’ont rien de com­pa­rable.

En période d’é­pi­dé­mie et d’ur­gence sani­taire, les contro­verses sont entre­te­nues par le fait que plus de 2000 articles ont été par­ta­gés sur ce sujet en pré­pu­bli­ca­tion (pre­print) depuis le début de l’an­née. La plu­part ne seront jamais publiés, ou for­te­ment amen­dés. Leur statut est com­pa­rable à ce qu’au­tre­fois nous appe­lions des « notes internes » dans les labos du CNRS, sauf que leur dif­fu­sion en libre accès sur Internet situe le débat sur la place publique. Il est donc à la portée de com­men­ta­teurs qui, pour beau­coup, n’ont ni les com­pé­tences ni la neu­tra­lité exi­gées par une lec­ture cri­tique. La démarche d’Open Science qui s’im­pose avec le par­tage en pré­pu­bli­ca­tion n’est pas encore inté­grée à la culture de nom­breux cher­cheurs scien­ti­fiques qui s’ac­crochent à « l’an­cienne école »….

Encore moins celle de jour­na­listes et vul­ga­ri­sa­teurs ! La scène média­tique fran­çaise offre un pitoyable spec­tacle avec la mise en scène de preux che­va­liers de la Science bien­veillante face aux éga­re­ments pré­su­més de Didier Raoult et de ses com­plices… J’ai assisté au débal­lage d’élé­ments de lan­gage sur la chaîne C8 (maga­zine Balance ton post) le 31 mars. Le pro­fes­seur Christian Perronne, qui était invité, rap­pelle les que­relles d’égo en arrière-plan de la pré­ten­due contro­verse (2 avrilA119) :

[…] cela me désole de voir l’am­pleur qu’a pris, en France, l’es­prit des sta­tis­tiques sur le véri­table esprit de la méde­cine. Il consiste à lais­ser penser que la méde­cine ne pro­cède que de chiffres, de tirages au sort, d’é­qua­tions… Cela est effi­cient lors­qu’on peut pro­cé­der sur le long terme, mais devient tota­le­ment inopé­rant dans cer­tains sec­teurs de la méde­cine, comme celui des mala­dies rares. Il est conster­nant de consta­ter que dans la méde­cine actuelle la démarche empi­rique puisse être mépri­sée, sous pré­texte qu’on n’ait pas recouru à des tests en ran­do­mi­sa­tion avec tirage au sort.

Il lui est répondu qu’à l’é­poque de Molière les char­la­tans de la méde­cine obéis­saient à une démarche empi­rique ! Argument qui me rap­pelle celui des incon­di­tion­nels de l’in­dus­trie nucléaire : renon­cer aux cen­trales nous ferait reve­nir à l’é­poque de la bougie

Selon ceux qui se drapent dans leur exper­tise — tou­jours sur la chaîne C8 — l’é­tude chi­noise qui avait montré l’a­van­tage du trai­te­ment à l’hy­droxy­chlo­ro­quine sur 62 patients dans un tirage ran­do­misé avec groupe de contrôle (30 marsA123) n’au­rait « rien de scien­ti­fique ». Par contre, l’ex­pé­rience de Shanghai sur 30 patients (26 févrierA160) qui n’a­vait abouti à un résul­tat signi­fi­ca­tif dans un sens ni dans l’autre, serait la preuve que l’hy­droxy­chlo­ro­quine est inef­fi­cace. Ils concluent que le débat devrait être défi­ni­ti­ve­ment tran­ché par l’es­sai cli­nique euro­péen DiscoveryN34 — dont nous avons vu les biais — bien qu’il soit en totale inadé­qua­tion avec le pro­to­cole de l’IHU. Interpellé sur cette inadé­qua­tion, le chi­rur­gien Laurent AlexandreN37 s’est écrié qu’il y aurait « bien d’autres études dans les mois et années à venir »… Combien de morts en atten­dant ?

La ques­tion maintes fois posée d’une pos­sible pénu­rie d’hy­droxy­chlo­ro­quine au cas où les auto­ri­tés sani­taires — sui­vant l’exemple ita­lien — déci­de­raient d’en géné­ra­li­ser l’u­sage, n’a pas reçu de réponse dans cette émis­sion du 2 avril. Le seul fabri­cant de chlo­ro­quine, en France, est l’en­tre­prise Famar située dans le dépar­te­ment du Rhône, en redres­se­ment judi­ciaire depuis juin 2019 (25 marsA135). L’usine a pro­duit en jan­vier son der­nier lot : 180 000 boîtes livrées à Sanofi. Il s’a­gis­sait tou­te­fois de chlo­ro­quine (Nivaquine) et non de l’hydroxy­chlo­ro­quine (Plaquenil)N26 uti­li­sée pour la CoVID-19. « [Sanofi] s’est dit prêt à offrir des mil­lions de doses d’un médi­ca­ment, le Plaquenil, après des essais cli­niques jugés “pro­met­teurs” auprès de quelques patients atteints du coro­na­vi­rus. Encore faut-il que ses essais soient confir­més, pré­vient Sanofi s’a­li­gnant ainsi sur les décla­ra­tions du minis­tère de la Santé » (18 marsA147). Interprétation des twit­teurs enra­gés : « Didier Raoult est rému­néré par Sanofi ! »

Sur le Journal International de Médecine (26 marsA133) un méde­cin com­mente :

La mala­die déclen­chée par le virus évolue en 2 phases, une phase virale, puis une phase immu­no­lo­gique, réac­tion­nelle, pen­dant laquelle le virus n’est sou­vent plus détec­table. Si l’hy­droxy­chlo­ro­quine a une action anti-virale, c’est dans cette pre­mière phase qu’il faut la tester, et non dans la 2e, pen­dant laquelle il est plutôt conseillé des pro­duits à tro­pisme anti-inflammatoire, comme le toci­li­zu­mab dont les pre­miers résul­tats sont encou­ra­geants.

Malheureusement, l’es­sai euro­péen en cours [N34] veut tester l’hy­droxy­chlo­ro­quine sur les formes graves, ce qui n’est a priori pas l’in­di­ca­tion. Tant qu’il ne sera pas testé dans les formes débu­tantes, le débat ne sera pas clos, ce qui est dom­mage car son uti­li­sa­tion pré­coce, idéa­le­ment avec le Zythromax qui jus­ti­fie bien sûr de tester tous les patients sus­pects (comme le demande l’OMS) pour­rait per­mettre, si ce trai­te­ment est effi­cace dans cette phase, de dimi­nuer la charge virale glo­bale de la popu­la­tion, de dimi­nuer ainsi la conta­gio­sité, et les formes graves, ce qui libé­re­rait des lits d’ur­gences…

L’exclusion de patients qui a priori seraient de bons répon­deurs du trai­te­ment est un biais d’enri­chis­se­ment pré­dic­tif (Clapin A, 2018N36 page 128). Une bio­lo­giste ajoute (26 marsA133) : « En seconde phase, il s’a­gi­rait plutôt de régu­ler la réponse immu­ni­taire qui appa­rait inadap­tée dans les cas les plus graves. »

Un com­men­ta­teur répon­dant au pseu­do­nyme ‘Nmr’ écrit (2 avrilA119) :

Administrer l’hydroxychloroquine à l’hôpital n’a pas d’intérêt sauf si le malade est pris en charge suf­fi­sam­ment tôt dans le pro­ces­sus d’évolution de la mala­die. Mais il est clair que dans tous les cas, à l’hôpital, il est pris en charge envi­ron 10 jours après les pre­miers symp­tômes et donc en cari­ca­tu­rant à peine, on peut qua­si­ment dire que dans le mode de fonc­tion­ne­ment actuel, le patient com­mence le trai­te­ment à l’hôpital au moment où il l’aurait arrêté s’il avait été pres­crit en ville par son méde­cin trai­tant.

L’étude mul­ti­cen­trique ran­do­mi­sée Hycovid, coor­don­née depuis le 1er avril par le CHU d’Angers, est plus pro­met­teuse de par son pro­to­cole de recru­te­ment (1er avrilA121) :

L’infection par SARS-CoV‑2 devra être mise en évi­dence par test PCR « ou à défaut par scan­ner tho­ra­cique » et le diag­nos­tic devra avoir été établi « depuis moins de 48 heures ». Les patients devront pré­sen­ter « au moins un des deux fac­teurs de risque d’évolution com­pli­quée sui­vants » : être âgé de plus de 75 ans ou pré­sen­ter une « oxy­gé­no­dé­pen­dance avec satu­ra­tion capil­laire péri­phé­rique en oxy­gène ≤ 94% en air ambiant ».

La bataille a conti­nué puis­qu’une étude rétros­pec­tive par­ta­gée en pre-print par une équipe chi­noise (1er maiA84) témoi­gnait de l’ef­fi­ca­cité de l’hy­droxy­chlo­ro­quine sur des patients de CoVID-19 en état cri­tique : réduc­tion de 67% de la mor­ta­lité… Ici encore, on ne peut pas parler d’es­sai cli­nique puis­qu’il n’y avait pas de ran­do­mi­sa­tion. Certains défen­seurs du « clan Raoult » y ont vu la « preuve ultime » alors que le pro­to­cole était radi­ca­le­ment dif­fé­rent de celui de l’IHU : trai­te­ment de la mala­die à un stade avancé et pas d’as­so­cia­tion à un anti­bio­tique. Un lec­teur du Journal International de Médecine com­mente tou­te­fois (le 6 mai) :

La seule chose à rete­nir de cette com­mu­ni­ca­tion (n’ap­pe­lons ça ni un essai thé­ra­peu­tique ni même une publi­ca­tion scien­ti­fique) est que l’é­vo­lu­tion du taux d’IL6 semble avoir été net­te­ment lié à l’ad­mi­nis­tra­tion d’HCQ. Que le Plaquenil soit un anti-inflammatoire, c’est connu, il est même uti­lisé pour ça. Que l’IL6 joue un rôle majeur dans le Covid19 sévère, c’est cer­tain et les effets du toli­ci­zu­mab sont en faveur de l’in­té­rêt d’agir sur ce fac­teur. L’ensemble de ces don­nées n’est pas à négli­ger.

On est quand même en droit de s’in­ter­ro­ger sur la per­ti­nence de cette étude (1er maiA84) sachant que les 18.8% de mor­ta­lité dans le groupe HCQ y étaient supé­rieurs aux 15% chez les patients CoVID-19 de plus de 80 ans trai­tés en Chine, et a for­tiori aux 8% pour la même tranche d’âge ! Son authen­ti­cité même est contes­tée : la com­po­si­tion a pos­te­riori de deux groupes à ce point com­pa­rables — dont celui des 84 patients trai­tés à l’hy­droxy­chlo­ro­quine — relè­ve­rait de la magie… Jérémy Anso le signale ainsi (1er maiA76) :

Comment ont-ils pu contrô­ler tous les fac­teurs de risques, dia­bète, hyper­ten­sions, mala­dies pul­mo­naires ou car­diaques, mais aussi les états cri­tiques, ven­ti­la­tions méca­niques, besoin en oxy­gène, en choi­sis­sant des per­sonnes dont ils igno­raient tout à la base ?

Rosenberg ES et al. (11 maiA72) ont mené une étude retros­pec­tive cou­vrant 25 hôpi­taux de New York jus­qu’au 24 avril, soit 1438 patients d’âge médian 63 ans, concluant à une absence d’ef­fet obser­vable de l’hy­droxy­chlo­ro­quine (ni de sa com­bi­nai­son avec l’a­zi­thro­my­cine) sur la mor­ta­lité à l’hô­pi­tal :

[…] le rap­port de risque ajusté pour la mor­ta­lité hos­pi­ta­lière pour le trai­te­ment par l’hy­droxy­chlo­ro­quine seule était de 1,08, pour l’a­zi­thro­my­cine seule était de 0,56 et pour l’hy­droxy­chlo­ro­quine et l’a­zi­thro­my­cine com­bi­nées était de 1,35. Aucun de ces rap­ports de risque n’é­tait sta­tis­ti­que­ment signi­fi­ca­tif. […]

[…] ceux qui rece­vaient de l’hy­droxy­chlo­ro­quine, de l’a­zi­thro­my­cine ou les deux étaient plus sus­cep­tibles que ceux qui ne rece­vaient ni l’un ni l’autre des médi­ca­ments d’a­voir un dia­bète, une fré­quence res­pi­ra­toire > 22 / min, des résul­tats anor­maux d’i­ma­ge­rie tho­ra­cique, une satu­ra­tion en O2 infé­rieure à 90% et une aspar­tate ami­no­trans­fé­rase supé­rieure à 40 U / L.

Cette étude n’é­tait pas un essai cli­nique puis­qu’elle était obser­va­tion­nelle, autre­ment dit sans ran­do­mi­sa­tion ni groupe pla­cebo. On constate d’ailleurs que les patients trai­tés avec une de ces molé­cules ou les deux étaient au départ dans de plus mau­vaises condi­tions, ce qui intro­dui­sait un biais et ne cor­res­pon­dait pas au pro­to­cole de soin de l’IHU. Autre dif­fé­rence notable : l’hy­po­thèse pri­maire était le décès et non la baisse de charge virale chez un sujet en début d’in­fec­tion. Cette étude incor­rec­te­ment pré­sen­tée comme un « échec de la chlo­ro­quine » n’ap­por­tait donc rien de nou­veau, si ce n’est d’a­jou­ter du bruit en marge des pra­tiques scien­ti­fiques et médi­cales…

À la date du 10 avril, la contro­verse était par­ve­nue à son pic avec le signa­le­ment d’ef­fets indé­si­rables de l’hy­droxy­chlo­ro­quine : depuis le 27 mars, 54 cas de troubles car­diaques, dont 4 mor­tels, ont été recen­sés par le centre régio­nal de phar­ma­co­vi­gi­lance de Nice chez des patients ayant reçu ce trai­te­ment. Ces patients étaient âgés de 34 à 88 ans. Les troubles liés à un allon­ge­ment de l’in­ter­valle QTN38 auraient été « poten­tiel­le­ment induits par le Plaquenil et poten­tia­li­sés par l’as­so­cia­tion avec l’a­zi­thro­my­cine ». L’effet iatro­gé­nique reste tou­te­fois à prou­ver car des troubles car­diaques ont pu être causés par l’in­fec­tion. Sur le Journal International de méde­cine (7 avril) un car­dio­logue (JPH) com­men­tait :

On ne se posait pas autant de ques­tions jus­qu’ici pour pres­crire de l’HCQ à de nom­breux patients souf­frant de patho­lo­gie chro­nique, pas tous jeunes et sans patho­lo­gie asso­ciée. Par quel miracle de si petites séries révèlent-elles des effets indé­si­rables qui n’au­raient pas été détec­tés jus­qu’ici ?
Peut-être un biais de recru­te­ment, mais peut-être aussi une atti­tude des méde­cins ?Aujourd’hui, en l’ab­sence d’é­tudes contrô­lées, il est légi­time d’ar­rê­ter l’HCQ au moindre doute.
Il n’en demeure pas moins légi­time de la pres­crire dans le doute, le plus tôt pos­sible dans la mala­die, à tous les patients atteint de Covid-19.

En Suède, l’hôpital de Sahlgrenska à Göteborg a cessé fin mars de pres­crire l’hy­droxy­chlo­ro­quine pour le trai­te­ment de l’in­fec­tion CoVID-19. Cette déci­sion a été suivie par d’autres hôpi­taux. Magnus Gisslén, pro­fes­seur de mala­dies infec­tieuses, la jus­ti­fie ainsi (Hivert AF, 9 avrilA112) :

Nous avons d’abord décidé de ne plus donner de chlo­ro­quine aux patients souf­frant d’insuffisance rénale, puis de ne plus le donner du tout, même si nous n’avons pas constaté d’effets secon­daires chez nous. Des col­lègues, en Suède et à l’étranger, nous ont fait part de cas sus­pi­cieux, même s’il est dif­fi­cile de savoir si la chlo­ro­quine était à l’origine des effets obser­vés ou si c’était une consé­quence de la mala­die.

La léta­lité du Covid-19 chez les per­sonnes souf­frant de mala­dies car­dio­vas­cu­laires est de 10.5%, mais il peut aussi pro­vo­quer les lésions car­diaques chez des per­sonnes ne souf­frant d’au­cun pro­blème car­diaque : le coro­na­vi­rus s’at­tache à cer­tains récep­teurs dans les pou­mons, alors que ces mêmes récep­teurs sont éga­le­ment pré­sents éga­le­ment dans le muscle car­diaque (8 avrilA113). Ces obser­va­tions ont été faites sur des patients qui n’é­taient pas trai­tés à la chlo­ro­quine.

Le Lancet : fin de partie ?

Les dos­siers de 96 000 patients hos­pi­ta­li­sés dans 671 centres sur six conti­nents ont été ana­ly­sés par l’é­quipe de Mandeep R Mehra et al. (22 maiA58) en termes d’ef­fi­ca­cité des trai­te­ments à la chlo­ro­quine ou l’hy­droxy­chlo­ro­quine en com­bi­nai­son éven­tuelle avec un anti­bio­tique. Dans cette popu­la­tion, 1868 ont reçu de la chlo­ro­quine, 3783 ont reçu de la chlo­ro­quine avec un macro­lideN39, 3016 ont reçu de l’hy­droxy­chlo­ro­quine et 6221 ont reçu de l’hy­droxy­chlo­ro­quine avec un macro­lide. Les patients dont le trai­te­ment avait débuté plus de 48 heures après le diag­nos­tic avaient été exclus de l’é­tude, ainsi que ceux sous RemdésivirN30 ou sous ven­ti­la­tion. Les résul­tats obser­vés étaient le décès ou la sur­ve­nue d’a­ryth­mies ven­tri­cu­laires : tachy­car­die ven­tri­cu­laire non sou­te­nue ou sou­te­nue, ou fibril­la­tion ven­tri­cu­laire. Les cher­cheurs ont conclu :

Nous n’a­vons pas été en mesure de confir­mer un avan­tage de l’hy­droxy­chlo­ro­quine ou de la chlo­ro­quine, lors­qu’ils sont uti­li­sés seuls ou avec un macro­lide, sur les résul­tats à l’hô­pi­tal pour la COVID-19. Chacun de ces sché­mas thé­ra­peu­tiques était asso­cié à une dimi­nu­tion de la survie à l’hô­pi­tal et à une fré­quence accrue des aryth­mies ven­tri­cu­laires lors­qu’il était uti­lisé pour le trai­te­ment de la COVID-19.

Source : A58 page 6 (fac­teurs pré­dic­teurs de mor­ta­lité) et 7 (fac­teurs pré­dic­teurs d’a­ryth­mie ven­tri­cu­laire)

Les détrac­teurs de Didier Raoult se sont empres­sés d’an­non­cer que cette étude « prou­vait qu’il avait tort » et que le sujet de la contro­verse était réglé. S’ils avaient lu l’ar­ticle, plutôt que son résumé — ou un médiocre com­men­taire en fran­çais d’une médiocre tra­duc­tion du résumé — ils auraient vu que les auteurs avaient clai­re­ment exposé les limites de leur étude. J’ai sou­li­gné en gras deux pas­sages impor­tants (22 maiA58 pages 8–9) :

Notre étude com­porte plu­sieurs limites. L’association d’une dimi­nu­tion de la survie avec des sché­mas thé­ra­peu­tiques à base d’hy­droxy­chlo­ro­quine ou de chlo­ro­quine doit être inter­pré­tée avec pru­dence. En raison de la concep­tion de l’é­tude obser­va­tion­nelle, nous ne pou­vons pas exclure la pos­si­bi­lité de fac­teurs de confu­sion non mesu­rés, bien que nous ayons noté de manière ras­su­rante la cohé­rence entre l’a­na­lyse pri­maire et les ana­lyses appa­riées du score de pro­pen­sionN40. Néanmoins, une rela­tion de cause à effet entre la phar­ma­co­thé­ra­pie et la survie ne devrait pas être déduite. Ces don­nées ne s’ap­pliquent pas à l’u­ti­li­sa­tion de tout schéma thé­ra­peu­tique uti­lisé en ambu­la­toire et en dehors de l’hô­pi­tal. Des essais cli­niques ran­do­mi­sés seront néces­saires avant de pou­voir tirer des conclu­sions sur les avan­tages ou les incon­vé­nients de ces agents chez les patients atteints de COVID-19. Nous notons éga­le­ment que, bien que nous ayons évalué la rela­tion entre les sché­mas thé­ra­peu­tiques et la sur­ve­nue d’a­ryth­mies ven­tri­cu­laires, nous n’a­vons pas mesuré les inter­valles QT, ni stra­ti­fié le schéma d’a­ryth­mie (comme la tor­sade de pointes). Nous n’a­vons pas non plus établi si l’as­so­cia­tion d’un risque accru de décès à l’hô­pi­tal avec l’u­ti­li­sa­tion des sché­mas thé­ra­peu­tiques était direc­te­ment liée à leur risque car­dio­vas­cu­laire, ni effec­tué une ana­lyse dose-réponse médi­ca­men­teuse des risques obser­vés. Même si ces limites sug­gèrent une inter­pré­ta­tion pru­dente des résul­tats, nous pen­sons que l’ab­sence de tout avan­tage observé pour­rait déjà repré­sen­ter une expli­ca­tion rai­son­nable.

Les auteurs ont donc reconnu qu’au­cun lien de cau­sa­lité entre trai­te­ment et décès ou pro­blèmes car­dio­vas­cu­laires ne pou­vait être inféré des cor­ré­la­tions mesu­rées, même après ajus­te­ments. Ils sont donc à l’abri de toute accu­sa­tion de fraude. L’erreur incombe plutôt à ceux (poli­ti­ciens, jour­na­listes etc.) qui extra­polent leurs résul­tats pour appuyer leurs convic­tions ou défendre leurs inté­rêts… L’ajustement de toutes les variables confon­dantesN41 — cer­taines ayant pu échap­per à l’ob­ser­va­tion — est en effet impos­sible sur une telle étude obser­va­tion­nelle. Mandeep Mehra recon­naît lui-même : « Nous ne sau­rons jamais si nous avons manqué cer­tains fac­teurs ou effets » (23 maiA52). Cette limi­ta­tion peut être com­prise à l’aide d’une expé­rience fic­tive pro­po­sée par l’au­teur de tweets Puissants&Misérables (com­pi­lés sur Bribes d’Info le 26 maiA50). Sa lec­ture cri­tique, qui s’ap­plique aussi à l’é­tude obser­va­tion­nelle de Geleris et al. (7 maiA75), illustre le vieil adage des infor­ma­ti­ciens : “Garbage in, gar­bage out”. Seule une étude ran­do­mi­sée en double aveugleN42 pour­rait éta­blir un lien de cau­sa­lité entre trai­te­ment et deve­nir du patient, à sup­po­ser que sa mise en œuvre ait été auto­ri­sée par un comité d’é­thique. Les auteurs se contentent donc d’é­crire que leur étude n’a pas prouvé l’ef­fi­ca­cité des trai­te­ments, ce qui était pré­vi­sible dans ce contexte.

Quant aux défen­seurs incon­di­tion­nels du pro­to­cole de l’IHU, cer­tains se sont empres­sés de mettre en doute la véra­cité du tra­vail de Mehra et col­lègues en affir­mant qu’il était impos­sible de trai­ter 96 000 dos­siers en si peu de temps. Ils n’a­vaient pas lu la publi­ca­tion dans laquelle les condi­tions de l’ac­qui­si­tion de don­nées ont été expo­sées (pages 2–3) : il s’agit de dos­siers infor­ma­tiques col­lec­tés auto­ma­ti­que­ment depuis 671 hôpi­taux qui enre­gistrent les health records selon une norme de la US Food and Drug Administration.

Le pro­blème n’est pas la rapi­dité de saisie — bien que, nous le ver­rons, des erreurs graves aient été signa­lées — mais leur per­ti­nence : le cœur de cette étude réside dans le trai­te­ment algo­rith­mique de don­nées effec­tué par des ana­lystes qui n’é­taient en contact ni avec les malades ni leurs équipes soi­gnantes. Les cher­cheurs n’a­vaient pas d’autre option que de sup­po­ser négli­geable l’in­fluence de variables non-renseignées. Or cer­taines, comme les dosages et la poso­lo­gie des trai­te­ments, ont une inci­dence vitale sur l’é­vo­lu­tion de la mala­die. La qua­lité de la prise en charge dépend de la maî­trise de cette expé­rience cli­nique. D’autres don­nées étaient pro­ba­ble­ment enta­chées d’er­reurs, notam­ment le diag­nos­tic de l’in­fec­tion CoVID-19 qui repo­sait pour chaque patient sur un seul test dont on sait qu’il pro­duit 30% de faux néga­tifs.

Le col­lec­tif « Laissons les méde­cins pres­crire » a publié un com­men­taire cri­tique (23 maiA54) dont la majo­rité des points manquent de per­ti­nence, comme l’exis­tence de comor­bi­di­tés avec « 1 patient sur 3 avec hyper­ten­sion dans le groupe hydroxy­chlo­ro­quine + macro­lide » : c’est vrai, mais seule­ment 29.4% dans ce groupe alors que 26.4% étaient aussi en hyper­ten­sion dans le groupe témoin. Sachant que l’âge moyen des sujets était proche de 55 ans dans chaque groupe, et en l’ab­sence de défi­ni­tion du cri­tère « hyper­ten­sion », la dif­fé­rence entre les groupes n’est pro­ba­ble­ment pas signi­fi­ca­tive. D’autres inco­hé­rences dans le com­men­taire hâtif de ce col­lec­tif « pro-Raoult » ont été rele­vées par Jérémy Anso (29 maiA45). De même, il est sur­pre­nant d’en­tendre cer­tains com­men­ta­teurs affir­mer que les don­nées seraient issues d’une popu­la­tion de per­sonnes « trai­tées en car­dio­lo­gie » : ce n’est pas le cri­tère de recru­te­ment décrit dans la publi­ca­tion, la confu­sion venant peut-être de ce que les quatre auteurs sont des méde­cins car­dio­logues et que la base de don­nées avait ini­tia­le­ment été conçue pour l’évaluation des pro­cé­dures car­dio­vas­cu­laires et des phar­ma­co­thé­ra­pies.

Je suis plus étonné du fait que les don­nées col­lec­tées cor­res­pondent à une période débu­tant le 20 décembre 2019, soit bien avant la vague d’é­pi­dé­mie de CoVID-19 et les pro­po­si­tions de trai­te­ment par hydroxy­chlo­ro­quine et azi­thro­my­cine. Mehra l’a expli­qué par le fait que les don­nées les plus anciennes pro­ve­naient de Chine.

L’étude se rap­porte uni­que­ment à des patients dans un état assez grave pour jus­ti­fier une hos­pi­ta­li­sa­tion. L’âge moyen de 55 ans, rela­ti­ve­ment faible, et le taux de satu­ra­tion SPO2 uni­for­mé­ment élevé, sug­gère qu’une grande partie ont été hos­pi­ta­li­sés pour d’autres rai­sons que la CoVID-19. Aucune donnée n’est dis­po­nible sur les condi­tions de prise en charge des patients, ni les exa­mens car­dio­lo­giques et tho­ra­ciques qui auraient dû être conduits avant d’ad­mi­nis­trer le cock­tail hydroxy­chlo­ro­quine + azi­thro­my­cine. Les trai­te­ments par macro­lidesN39 ont été grou­pés dans la même classe : cla­ri­thro­my­cine, roxi­thro­my­cine et azi­thro­my­cine. Or, le der­nier (uti­lisé à l’IHU) est celui qui pré­sente un risque car­dio­lo­gique moindre que les deux autresN43.

Dans un com­men­taire de cette publi­ca­tion, Didier Raoult rap­pelle que, pour les 4000 patients trai­tés dans son ser­vice, plus de 10 000 élec­tro­car­dio­grammes ont été réa­li­sés par des experts, et aucun des 0.5% qui ont perdu la vie n’é­tait en dif­fi­culté car­dio­lo­gique (25 maiA51, voir aussi : A111). Selon l’é­tude de Mehra et col­lègues, le taux de décès des patients trai­tés avec ces médi­ca­ments serait donc 50 fois plus élevé…

Laurent Mucchielli (26 maiA49) remarque à propos du tableau 2 (page 5) :

Source : A58 page 5

Sans doute pour donner une appa­rence de cohé­rence à cet ensemble fait de bric et de broc, il semble que les auteurs (i.e. les petites mains de la société d’intelligence arti­fi­cielle et de Big data qui ont fait le tra­vail) aient trié les malades rete­nus dans la base sta­tis­tique en fonc­tion de cri­tères socio-démographiques (âge, sexe, ori­gine eth­nique, indice de masse cor­po­relle) et médi­caux (coro­na­ro­pa­thies, insuf­fi­sances car­diaques, tabaco-dépendance, hyper­ten­sion, dia­bètes…). Comment expli­quer autre­ment la table 2 de l’article, qui donne dans chacun des 5 groupes de malades com­pa­rés des pour­cen­tages qua­si­ment iden­tiques sur la tota­lité des cri­tères qu’on vient d’énoncer ? Une telle per­fec­tion est impos­sible dans la vraie vie des études sta­tis­tiques. Il ne s’agit donc pas d’un échan­tillon repré­sen­ta­tif des malades, mais d’une popu­la­tion d’enquête triée sur le volet, dans le meilleur des cas. Et dans la mesure où ce tri n’est pas expli­cité dans l’article, on peut parler d’une mani­pu­la­tion.

La même remarque peut être faite sur les cinq groupes « par conti­nent » qui affichent des taux qua­si­ment iden­tiques de fumeurs, de dia­bé­tiques, d’u­sa­gers d’an­ti­vi­raux etc. Sachant que les auteurs déclarent qu’ils ne sont pas « auto­ri­sés à par­ta­ger leurs don­nées », le scep­ti­cisme sur leur authen­ti­cité reste entier. Il ne s’agit cer­tai­ne­ment pas de don­nées brutes, mais le pro­ces­sus d’har­mo­ni­sa­tion n’est pas décrit dans l’ar­ticle.

Autre bizar­re­rie obser­vée dans l’an­nexe (page 5) et signa­lée le 27 mai par Didier Raoult dans son entre­tien avec David Pujadas (LCI) : l’é­tude recense 73 morts de CoVID-19 parmi les 609 patients aus­tra­liens, le 14 avril, alors qu’ils n’é­taient que 61 pour tout le pays à cette date (voir stats). Or l’é­tude du Lancet com­pi­lait les don­nées de 5 hôpi­taux sur les 300 en Australie, sans négli­ger qu’une partie impor­tante des décès ont eu lieu dans des mai­sons de retraite, hors hôpi­tal… Melissa Davey écrit dans The Guardian (27 maiA48) :

The Lancet a déclaré à Guardian Australia : « Nous avons demandé des éclair­cis­se­ments aux auteurs, nous savons qu’ils enquêtent de toute urgence et nous atten­dons leur réponse. » L’auteur prin­ci­pal de l’é­tude, le Dr Mandeep Mehra, a déclaré qu’il avait contacté Surgisphere, la société qui a fourni les don­nées, pour résoudre les diver­gences « dans la plus grande urgence ». Surgisphere est décrit comme une société d’a­na­lyse de don­nées sur les soins de santé et une société d’en­sei­gne­ment médi­cal.

Dans un com­mu­ni­qué, le fon­da­teur de Surgisphere, le Dr Sapan Desai, éga­le­ment auteur du jour­nal The Lancet, a déclaré qu’un hôpi­tal d’Asie avait été acci­den­tel­le­ment inclus dans les don­nées aus­tra­liennes. […]

Le Dr Allen Cheng, épi­dé­mio­lo­giste et méde­cin spé­cia­liste des mala­dies infec­tieuses à Alfred Health de Melbourne, a demandé que les hôpi­taux aus­tra­liens impli­qués dans l’é­tude soient nommés. Il a dit qu’il n’a­vait jamais entendu parler de Surgisphere, et per­sonne de son hôpi­tal, The Alfred, n’a­vait fourni à Surgisphere des don­nées.

« Habituellement, pour sou­mettre à une base de don­nées comme Surgisphere, vous avez besoin d’une appro­ba­tion éthique, et un membre de l’hô­pi­tal sera impli­qué dans ce pro­ces­sus pour le mettre dans une base de don­nées », a‑t-il déclaré. Il a pré­cisé que l’en­semble de don­nées devrait être rendu public, ou du moins ouvert à un révi­seur sta­tis­tique indé­pen­dant.

« S’ils se sont trom­pés, que pourrait-il y avoir d’autre ? » dit Cheng. C’était aussi un « dra­peau rouge » pour lui que le docu­ment ne men­tionne que quatre auteurs.

« D’habitude, avec des études qui rap­portent les résul­tats de mil­liers de patients, vous voyez une grande liste d’au­teurs sur le papier », a‑t-il déclaré. « Plusieurs sources sont néces­saires pour col­lec­ter et ana­ly­ser les don­nées pour les grandes études et c’est géné­ra­le­ment reconnu dans la liste des auteurs. »

Comme l’é­crit Andy Wang sur un forum de sta­tis­ti­ciens (25 maiA48) : « Il s’agit peut-être de don­nées fabri­quées, du moins pour la partie aus­tra­lienne, ce qui est un pro­blème plus grave vis à vis de la com­mu­nauté scien­ti­fique. »

Les erreurs sur les sta­tis­tiques aus­tra­liennes ont été cor­ri­gées le 30 maiA44.

L’auteur Mandeep Mehra rap­pelle dans un entre­tien les limites d’une étude obser­va­tion­nelle conduite dans un milieu hos­pi­ta­lier (23 maiA52) :

Je veux dire par là, un patient ayant reçu un diag­nos­tic de Covid 19, qui a besoin d’une hos­pi­ta­li­sa­tion pour trai­te­ment. Ce sont des patients qui sont plus malades que les patients qui peuvent rester à la maison en atten­dant de déve­lop­per la mala­die, ou sont rela­ti­ve­ment asymp­to­ma­tiques et peuvent faire une uti­li­sa­tion pro­phy­lac­tique de ce médi­ca­ment.

Laurent Mucchielli ajoute (26 maiA49) :

Compte tenu de l’histoire natu­relle de la mala­die et du prin­ci­pal cri­tère d’hospitalisation tant en Europe qu’aux USA (le besoin d’un sup­plé­ment d’oxygène), les patients hos­pi­ta­li­sés sont symp­to­ma­tiques depuis au moins une semaine au moment de leur admis­sion. Généralement, il faut ensuite ajou­ter 1 jour pour obte­nir le résul­tat du test par PCR et 2 jours de délai jusqu’au début du trai­te­ment comme cri­tère d’inclusion dans l’étude. Au final, on peut donc esti­mer que le trai­te­ment est ins­ti­tué à plus de 10 jours du début des symp­tômes (et non 2 comme pour­rait le croire un lec­teur naïf). Et à ce stade, on est entré dans la phase cri­tique de la mala­die (entre le besoin d’un sup­plé­ment d’oxygène et l’orage cyto­ki­nique), où l’IHU de Marseille dit lui-même depuis le début que son trai­te­ment ne sert plus à rien.

L’équipe de Mandeep R Mehra avait déjà publié dans le New England Journal of Medicine un article décri­vant une ana­lyse de type simi­laire conduite sur une base de don­nées cou­vrant 169 hôpi­taux d’Europe, Asie et Amérique du nord (1er maiA83). Il s’a­gis­sait de 8910 patients atteints de CoVID-19 dont 515 étaient morts pen­dant leur séjour à l’hô­pi­tal. Cette étude confir­mait que les patients atteints de troubles car­dio­vas­cu­laires étaient plus à risque de mourir lors d’une hos­pi­ta­li­sa­tion suite à leur infec­tion au SARS-CoV‑2. Ici encore, la métho­do­lo­gie, l’in­té­grité des don­nées et la vali­dité des conclu­sions de l’é­tude ont été mises en cause, et ses auteurs ont été sommés de four­nir des expli­ca­tions (2 juinA40). Une décla­ra­tion “Expression of Concern” a aussi été publiée par les édi­teurs de The Lancet au sujet de leur article sur l’hy­droxy­chlo­ro­quine (3 juinA34). Les cri­tiques de cet article figurent sur PubPeer (22 maiA55) et une lettre ouverte signée par 146 scien­ti­fiques a été adres­sée à l’é­di­teur (28 maiA47). Les don­nées publiées ont été com­pi­lées dans un tableau pour en faci­li­ter l’a­na­lyse (2 juinA38).

Le 4 juin, The Lancet a annoncé la rétrac­ta­tion de l’é­tude à la demande de trois des auteurs, le qua­trième — Sapan Desai, fon­da­teur de la société Surgisphere qui avait col­lecté les don­nées — ne les ayant pas auto­ri­sés à effec­tuer un audit indé­pen­dant des don­nées qui sous-tendaient leur ana­lyse. Ils ont donc déclaré « ne plus garan­tir la véra­cité des sources de don­nées pri­maires ». Le fait qu’ils n’aient pas pro­cédé à une telle véri­fi­ca­tion des don­nées avant trai­te­ment en dit long sur leur concep­tion de l’é­thique scien­ti­fique ! Sans oublier les relec­teurs frap­pés de cécité qui avaient validé la publi­ca­tion…

Une heure plus tard, le New England Journal of Medicine a annoncé, pour les mêmes rai­sons, la rétrac­ta­tion de son article par la même équipe (Mehra MR etal., 1er maiA83). Le NEJM avait tou­te­fois publié l’é­tude ran­do­misé contrô­lée en double-aveugle de Boulware DL et al. qui ne révé­lait aucun avan­tage à l’hy­droxy­chlo­ro­quine en usage pré­ven­tif de la CoVID-19 dans une popu­la­tion de 821 par­ti­ci­pants asymp­to­ma­tiques (3 juinA35).

Comme de nom­breux pour­fen­deurs des fraudes scien­ti­fiques igno­rées (ou tolé­rées) par les comi­tés de lec­ture, Laurent Mucchielli rap­pelle une cita­tion de Richard Horton qui n’est autre que le rédac­teur en chef de The Lancet (Horton R, 2015A167) :

L’endémicité appa­rente des mau­vais com­por­te­ments en matière de recherche est alar­mante. Dans leur quête d’une his­toire convain­cante, les scien­ti­fiques sculptent trop sou­vent les don­nées pour qu’elles cor­res­pondent à leur théo­rie du monde pré­fé­rée. Ou bien ils modi­fient leurs hypo­thèses pour les adap­ter à leurs don­nées. […]

Notre amour de la « signi­fi­ca­tion » pollue la lit­té­ra­ture avec de nom­breuses fables sta­tis­tiques. Nous reje­tons les confir­ma­tions impor­tantes.

Marcia Angell, ancienne édi­trice en chef (pen­dant 21 ans) du New England Journal of Medicine s’est aussi fré­quem­ment inquié­tée des liens d’in­fluence entre l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique, les uni­ver­si­tés et la presse scien­ti­fique (2 juinA39).

Plusieurs per­sonnes direc­te­ment impli­quées dans la publi­ca­tion de tra­vaux scien­ti­fiques ont dénoncé les dys­fonc­tion­ne­ments et les limites du peer revie­wing — l’é­va­lua­tion par les pairs — des articles soumis à leur jour­nal. Ces publi­ca­tions ne sont donc pas le stade ultime du « niveau de preuve » recher­ché dans l’a­na­lyse cri­tique d’un compte-rendu expé­ri­men­tal. Ce n’est pas non plus une raison de croire l’in­verse, à savoir que cette pro­cé­dure clas­sique (et coû­teuse) de par­tage des connais­sances devrait impé­ra­ti­ve­ment être aban­don­née au béné­fice du seul dépôt en archive ouverte. Les gens du métier savent que les deux sont com­plé­men­taires.

Il est faux d’af­fir­mer que le gou­ver­ne­ment fran­çais aurait « inter­dit la chlo­ro­quine » suite à cette publi­ca­tion du Lancet. Il n’a fait qu’an­nu­ler le décret qui auto­ri­sait aux pra­ti­ciens hos­pi­ta­liers l’ad­mi­nis­tra­tion en der­nier recours de chlo­ro­quine, ce qui n’é­tait pas la pro­cé­dure de l’IHU mais pou­vait reflé­ter les cas ana­ly­sés dans l’é­tude de Mehra et col­lègues. Il avait aussi décidé hâti­ve­ment — comme l’OMS — de sup­pri­mer les bras « hydroxy­chlo­ro­quine » des essais cli­niques en cours, mais les deux ont fait machine arrière face à la remise en ques­tion de l’au­then­ti­cité des don­nées de Mehra et col­lègues.

Autres publications de l’IHU

L’équipe de l’IHU de Marseille a rendu public fin mai son étude rétros­pec­tive de 1061 cas trai­tés plus de 3 jours par de l’hy­droxy­chlo­ro­quine (200 mg trois fois par jour pen­dant dix jours) et de l’a­zi­thro­my­cine (500 mg le pre­mier jour puis 250 mg par jour pen­dant les quatre jours sui­vants). Les issues néga­tives étaient le décès, l’aggravation cli­nique (trans­fert à l’USI et hos­pi­ta­li­sa­tion plus de 10 jours) et la per­sis­tance virale de la perte (plus de 10 jours). Ils indiquent comme résul­tats et conclu­sion (M Million et al., 5 maiA77) :

Résultats
Un total de 1061 patients ont été inclus dans cette ana­lyse (46,4% de mâles, âge moyen 43,6 ans – de 14 à 95 ans). De bons résul­tats cli­niques et la gué­ri­son viro­lo­gique ont été obte­nus dans 973 patients dans un délai de 10 jours (91.7%). Une charge virale pro­lon­gée a été obser­vée chez 47 patients (4,4 %) et asso­cié à une charge virale plus élevée au diag­nos­tic (p < .001) mais la culture virale était néga­tive au jour 10. Tous sauf un, étaient néga­tifs au PCR au jour 15. Un mau­vais résul­tat cli­nique (PClinO) a été observé chez 46 patients (4,3 %) et 8 sont morts (0,75%) (74–95 ans). Tous les décès ont résulté d’une insuf­fi­sance res­pi­ra­toire et non d’une toxi­cité car­diaque. Cinq patients sont encore hos­pi­ta­li­sés (98,7% des patients étant guéris jusqu’à pré­sent). Le PClinO était asso­cié à l’âge plus avancé (OR 1.11), à la sévé­rité de la mala­die à l’admission (OR 10.05) et à la faible concen­tra­tion sérique de HCQ. Le PClinO était indé­pen­dam­ment asso­cié à l’utilisation d’agents bêta­blo­quants sélec­tifs et de inhi­bi­teurs des récep­teurs de l’angiotensine II (p < .05). Un total de 2,3 % des patients ont signalé des effets indé­si­rables bénins (symp­tômes gastro-intestinaux ou cuta­nés, maux de tête, insom­nie et vision floue tran­si­toire).

Conclusion
L’administration de la com­bi­nai­son HCQ-AZ avant que des com­pli­ca­tions de COVID-19 se pro­duisent est sûre et asso­ciée à un taux de mor­ta­lité très faible chez les patients.

L’IHU a par la suite publié dans le jour­nal New Microbes and New Infections une méta-analyse des études (jus­qu’au 27 mai) ayant mesuré l’ef­fi­ca­cité de l’hy­droxy­chlo­ro­quine dans le trai­te­ment de la CoVID-19 (Millon M et al., 6 juinA29). Le résumé se ter­mine par la phrase conclu­sive :

En conclu­sion, une méta-analyse des rap­ports cli­niques acces­sibles au public démontre que les déri­vés de la chlo­ro­quine sont effi­caces pour amé­lio­rer les résul­tats cli­niques et viro­lo­giques mais, plus impor­tants encore, elle réduit la mor­ta­lité d’un fac­teur 3 chez les patients infec­tés par COVID-19.

Les condi­tions de réa­li­sa­tion de cette « méta-analyse » (sic) posent pro­blème à la lec­ture détaillée de l’ar­ticle. Jérémy Anso en a résumé huit obser­va­tions dont je cite les trois pre­mières (11 juinA25) :

  • L’étude ne res­pecte pas les prin­cipes de rigueur et d’objectivité des méta-analyses (PRISMA [N44], Cochrane), sans extrac­tion indé­pen­dante des don­nées et cri­tères objec­tifs d’évaluation
  • La majo­rité des études défa­vo­rables à l’hydroxychloroquine ont été exclues des ana­lyses sans jus­ti­fi­ca­tion ni cri­tère objec­tif valide
  • La méta-analyse se porte sur 3 études publiées, toutes favo­rables à l’hydroxychloroquine ; 3 docu­ments inter­nets sans valeur scien­ti­fique ; et 8 études non publiées dans un jour­nal scien­ti­fique

Autrement dit, en met­tant de côté les règles de bonne pra­tique dans les rap­ports de revues sys­té­ma­tiques ou de méta-analyses, on laisse le champ libre à des biais de confir­ma­tionN45 per­met­tant de « prou­ver » ce que l’é­quipe de recherche sou­hai­tait confir­mer.

Des ano­ma­lies ont été rele­vées au niveau du trai­te­ment sta­tis­tique, entre autres une confu­sion entre hazard ratioN46 et odds ratioN47 qui sont des résul­tats de trai­te­ment de don­nées radi­ca­le­ment dif­fé­rents. Anso conclut (11 juinA25) :

Nous n’avons aujourd’hui tou­jours pas d’indice scien­ti­fique sérieux et repro­duit qui per­met­trait d’être caté­go­rique et d’exclure le doute concer­nant l’efficacité de l’hydroxychloroquine, en asso­cia­tion ou non avec l’azithromycine (l’antibiotique).

On peut à ce titre être élo­gieux envers l’équipe d’infectiologie de Marseille du pro­fes­seur Raoult pour l’énorme pro­duc­tion scien­ti­fique pen­dant cette crise, mais éga­le­ment très cri­tique (17 avrilA94) sur la qua­lité de ces tra­vaux qui entre­tiennent un brouillard médi­cal très pro­blé­ma­tique.

D’autres méta-analyses, non citées ou exclues de la publi­ca­tion, concluaient à l’ab­sence de preuve d’ef­fet de l’hy­droxy­chlo­ro­quine sur la dimi­nu­tion de la charge virale et sur un risque moindre de mor­ta­lité ou de néces­sité de soins inten­sifs.

Cette publi­ca­tion a généré un file de com­men­taires sur PubPeerN48 qui confirment et com­plètent les cri­tiques pré­cé­dentes.

Au cha­pitre des conflits d’in­té­rêts, J. Anso sou­ligne que le comité édi­to­rial de New Microbes and New Infections compte cinq cher­cheurs de l’IHU — sous l’au­to­rité de Didier Raoult — et que le l’é­di­teur en chef adjoint de la revue, Pierre-Edouard Fournier, est lui-même un des co-auteurs de la publi­ca­tion (11 juinA25). Hervé Maisonneuve appelle ce jour­nal le « bul­le­tin parois­sial de l’IHU » ! Yves Gringas & Mahdi Khelfaoui (21 juinA19) pré­cisent :

Bien que toutes les publi­ca­tions soient cen­sées être éva­luées par des spé­cia­listes indé­pen­dants et exté­rieurs, mais choi­sis par les res­pon­sables de la revue, il demeure que la forte com­po­sante locale — soit près de la moitié du total — du comité de direc­tion de la revue, peut contri­buer à expli­quer la domi­na­tion des publi­ca­tions très locales dans cette revue dite « inter­na­tio­nale ». […] Un bon usage de la biblio­mé­trie nous éclaire en effet de manière unique sur la socio­lo­gie des sciences. Elle permet ainsi de sug­gé­rer que les jour­na­listes qui couvrent les recherches en santé, et plus lar­ge­ment en sciences, ne devraient pas se conten­ter de répé­ter l’expression conve­nue « paru dans une revue scien­ti­fique », mais devraient scru­ter davan­tage la nature de la revue qui annonce les résul­tats qui auront l’honneur de figu­rer dans les médias de masse. […]

Ils ter­minent sur une remarque très per­ti­nente sur le « modèle finan­cier » des revues pré­da­trices (21 juinA19) :

On peut aussi s’interroger sur la per­ti­nence de créer constam­ment de nou­velles revues scien­ti­fiques, alors que les meilleures revues exis­tantes suf­fisent à faire connaître les résul­tats les plus robustes, utiles et inté­res­sants d’une dis­ci­pline. En conser­vant de hauts stan­dards de sélec­tion, celles-ci contri­buent en effet à écar­ter les études dou­teuses, car bâclées ou effec­tuées à la va-vite pour s’assurer une prio­rité, un renou­vel­le­ment de poste ou d’octroi de cré­dits de recherche. En se mon­trant sélec­tives, elles contri­buent aussi à ralen­tir le rythme des publi­ca­tions – devenu déli­rant en cette période de pan­dé­mie. On constate cepen­dant que les grands édi­teurs de revues ont trouvé le moyen de moné­ti­ser des articles refu­sés par leurs titres les plus sélec­tifs, en les accep­tant dans de nou­velles revues, sou­vent en « accès libre » et donc payées par les auteurs et leurs labo­ra­toires. Ainsi, les articles refu­sés par une revue A pres­ti­gieuse, mais recy­clés dans une revue C moins regar­dante, tombent encore dans l’escarcelle de l’éditeur, contri­buant alors davan­tage à son profit éco­no­mique qu’au profit de la science.

La publi­ca­tion d’é­tudes solides, ran­do­mi­sées et contrô­lées, inva­lide irré­vo­ca­ble­ment l’u­ti­li­sa­tion d’hy­droxy­chlo­ro­quine, seule ou en com­bi­nai­son avec l’a­zi­thro­my­cine, pour le trai­te­ment de la CoVID-19 à tous les stades de la mala­die. Alors que la chlo­ro­quine est effi­cace pour éviter la pro­li­fé­ra­tion virale sur des cel­lules Vero du singe afri­cain, elle s’est révé­lée tota­le­ment inef­fi­cace pour pro­té­ger les cel­lules pul­mo­naires humaines. Les expé­ri­men­ta­tions in vitro ont été confir­mées par l’ob­ser­va­tion cli­nique sur des sujets humains. J Anso conclut (30 juilletA3) :

Les der­niers essais cli­niques chez l’homme et études pré­cli­niques chez les macaques ont apporté des preuves très solides, et extrê­me­ment concor­dantes, de l’absence d’efficacité de l’HCQ, avec ou sans AZT, à n’importe quel stade de la mala­die : juste après l’infection, peu après les pre­miers symp­tômes, chez des patients légers ou sévères.

Et la science dans tout cela ?

Un aspect cen­tral de la contro­verse autour des trai­te­ments de la CoVID-19, foca­li­sée sur l’u­sage de la chlo­ro­quine, est l’im­por­tance accor­dée aux essais cli­niques ran­do­mi­sés contrô­lésN49 et à leur capa­cité à tran­cher le débat sur une base réel­le­ment scien­ti­fique. Outre qu’il paraît très dif­fi­cile, sous le regard des comi­tés d’é­thiques, d’i­ma­gi­ner un pro­to­cole d’es­sai contre pla­cebo pour une mala­die infec­tieuse avec un médi­ca­ment auquel on attri­bue des effets secon­daires poten­tiel­le­ment irré­ver­sibles, cette approche en soi mérite dis­cus­sion. Le sta­tis­ti­cien Marc Rameaux en a montré les limites dans le cadre du débat sur l’hy­droxy­chlo­ro­quine (21 avrilA92). Pour lui, oppo­ser l’es­sai ran­do­misé contrôlé à l’é­tude obser­va­tion­nelle et au rai­son­ne­ment causal est « une polé­mique arti­fi­cielle et bien peu scien­ti­fique » :

[…] une étude ran­do­mi­sée néces­site de s’y reprendre à plu­sieurs fois, de faire varier les sous-groupes et les stra­ti­fi­ca­tions. Pour ces étapes, le sta­tis­ti­cien réin­tro­duit des a priori, les teste à nou­veau par des RCT [essais ran­do­mi­sés contrô­lés] plus fins, revient ensuite à des rai­son­ne­ments de cau­sa­lité ou des obser­va­tions pour les inter­pré­ter, et ainsi de suite.

En sta­tis­tique, il existe tou­jours un pos­tu­lat non sta­tis­tique sur les variables expli­ca­tives. La rigueur du calcul des pro­ba­bi­li­tés ne doit pas aveu­gler : le calcul porte sur un champ de variables et de biais iden­ti­fiés a priori. Tout échan­tillon­nage porte avec lui un modèle sous-jacent, c’est-à-dire une rela­tion entre des variables expli­ca­tives et une variable expli­quée : le tirage aléa­toire ne nous fait pas atteindre l’objectivité divine ou « les faits », il n’est qu’une mise à l’épreuve effi­cace de nos hypo­thèses et com­porte des hypo­thèses a priori impli­cites dès que l’on sort de la popu­la­tion de réfé­rence ayant servi au tirage.

Un concen­tré de théo­ries de com­plot sur la CoVID-19…

La cri­tique d’une métho­do­lo­gie n’est pas le signe ni l’a­bou­tis­se­ment d’une défiance de la science médi­cale — le grain à moudre des théo­ries de com­plot, voir ci-contre. Bien au contraire, elle rap­pelle les condi­tions de rece­va­bi­lité des résul­tats d’un test cli­nique, tout en dénon­çant les conflits d’in­té­rêts de tests conduits par les labo­ra­toires aux seules fins de pro­mou­voir un pro­duit.

Dans un com­men­taire de la redif­fu­sion de son ouvrage Alertes grip­pales – com­prendre et choi­sir, Marc Girard écrit (mai 2020N50) :

La lec­ture scien­ti­fique, c’est com­prendre que la recherche cli­nique en géné­ral, et l’évaluation des médi­ca­ments en par­ti­cu­lier, n’ont rien (ou pas grand-chose) à voir avec le tra­vail dit clas­si­que­ment « scien­ti­fique », centré sur une épis­té­mo­lo­gie tirée des sciences phy­siques ou, à la rigueur, de la bio­lo­gie. Rien à voir, donc, avec les réfé­rences intel­lec­tuelles de tous « les sages et les savants » qui se pré­valent bruyam­ment d’une agré­ga­tion […], d’un doc­to­rat d’État ou de quelque autre affi­lia­tion cen­sé­ment pres­ti­gieuse (CNRS, INSERM…), mais peu per­ti­nente pour l’espèce.

Didier Raoult décla­rait dans une tri­bune le 2 avril : « Le pre­mier devoir du méde­cin est le soin, et non l’expérimentation » (2 avrilA120) :

Dans ma propre expé­rience, j’ai déjà mis au point dix trai­te­ments dif­fé­rents, dont la plu­part se retrouvent dans tous les livres de méde­cine rap­por­tant les mala­dies sur les­quelles j’ai tra­vaillé, sans jamais avoir fait d’essais ran­do­mi­sés. Les élé­ments, qui amènent, géné­ra­le­ment, à la décou­verte des trai­te­ments, sont : l’observation anec­do­tique et les obser­va­tions de séries cor­rec­te­ment ana­ly­sées.

Toutefois, en décla­rant à l’Assemblée natio­nale que de petites études aux résul­tats « sta­tis­ti­que­ment signi­fi­ca­tifs » ont une très grande valeur sur le plan cli­nique, et qu’à son avis « Tout essai qui com­porte plus de 1000 per­sonnes est un essai qui cherche à démon­trer quelque chose qui n’existe pas », Raoult s’at­tire les foudres de tout lec­teur ayant un mini­mum de for­ma­tion scien­ti­fique. Florian Gouthière cite à ce sujet le bio­sta­tis­ti­cien Stéphane Morisset (28 juinA13) :

En menant une étude sur peu de per­sonnes, Didier Raoult parie sur un effet fort des trai­te­ments testés, alors qu’on était déjà en droit de s’interroger sur l’existence d’un quel­conque effet. […] Pour répondre à cette ques­tion, le seul cri­tère de la signi­fi­ca­ti­vité sta­tis­tique ne suffit pas.

De son côté, Claude Rochet remet en pers­pec­tive l’EBMN51 au cœur de la pra­tique médi­cale (29 marsA127) :

J’ai eu de l’attirance au début pour cette approche née en 1980. Elle com­bi­nait l’approche théo­rique par consul­ta­tion des don­nées de la recherche, l’expérience empi­rique du pra­ti­cien (par l’archivage sys­té­ma­tique des compte-rendus d’intervention) et des don­nées de contexte qui sont celles du patient. J’ai uti­lisé cette approche dans la concep­tion des sys­tèmes d’information où il s’agit de contre­ba­lan­cer la science toute puis­sante des ven­deurs de tech­no­lo­gies par l’expérience empi­rique de l’utilisateur et les variables de contexte d’une orga­ni­sa­tion.

Le pro­blème est que seule est restée la partie théo­rique. Et la tra­duc­tion en fran­çais de “evi­dence” par « preuve » est trom­peuse : evi­dence a, en anglais, un sens beau­coup plus large que preuves (qui a en fran­çais un sens d’irréfutabilité) et intègre l’ensemble des faits. L’EBM est de fait devenu l’outil du scien­tisme pour satis­faire aux pré­ten­tions scien­ti­fiques de l’idéologie domi­nante.

Il s’agit donc moins pour lui d’une cri­tique que l’EBMN51 que celle d’une dérive de l’EBM consis­tant à exclure de la prise de déci­sion l’avis du patient et l’ex­pé­rience cli­nique de son méde­cin, pour ne tenir compte que des « preuves scien­ti­fiques ». C’est exac­te­ment ce qui oppose aujourd’­hui les arti­sans de la stra­té­gie mise en œuvre par l’IHU (Marseille) à leurs détrac­teurs.

Schéma de l’EBM
Claude Racinet le 22/09/2005 à la HAS

Dans sa pré­sen­ta­tion Comment l’EBM peut par­ti­ci­per à la démarche qua­lité (22/09/2005) à la Haute auto­rité de santé, Claude Racinet rap­pe­lait sa défi­ni­tion énon­cée par Sackett DL et al. (2000A172) : « Intégration des meilleures don­nées de la recherche à la com­pé­tence cli­nique du soi­gnant et aux valeurs du patient ». Il était ques­tion d’obs­té­trique à cette époque, pré­ci­sé­ment la ten­sion entre les demandes des par­tu­rientes, l’ex­pé­rience des méde­cins et sages-femmes, les cir­cons­tances cli­niques et les pro­to­coles dictés par les don­nées de la recherche. Cette défi­ni­tion était illus­trée par le schéma ci-joint, dont C. Rochet a repro­duit sans la com­men­ter une ver­sion sim­pli­fiée (29 marsA127).

La com­pé­tence cli­nique occupe dans ce pro­ces­sus une place qui ne se super­pose pas aux don­nées de la recherche. Elle intègre une partie des pré­fé­rences et du com­por­te­ment du patient que Racinet décri­vait ainsi :

  • La per­son­na­lité, l’histoire per­son­nelle et fami­liale
  • Les repré­sen­ta­tions de la santé et de la mala­die
  • Les valeurs socio-culturelles
  • L’information médi­cale média­ti­sée
  • L’opinion du patient

C’est cette vision fon­da­trice de la méde­cine fondée sur les faits (EBMN51) qu’il fau­drait réha­bi­li­ter plutôt que d’op­po­ser de façon binaire les approches « scien­ti­fiques » et « empi­riques ». Marc Rameaux ajoute (21 avrilA92) :

Si l’on pous­sait à sa limite la croyance abso­lue en l’EBM, il n’y aurait plus besoin de méde­cins ou d’experts dans aucune dis­ci­pline, seule­ment de sta­tis­ti­ciens appli­quant méca­ni­que­ment un calcul de pro­ba­bi­li­tés. Egalement, toute parole aurait le même poids, quelles que soient les années d’études faites dans une spé­cia­lité : la démo­cra­ti­sa­tion du savoir trouve sa limite dans le mérite à avoir accom­pli des études. Sans avoir nul­le­ment recours aux RCT, des géné­ra­tions de méde­cins et bio­lo­gistes n’ont cessé d’échanger et de recou­per leurs résul­tats par des expé­riences croi­sées. […]

Les per­sonnes qui divi­nisent les tirages aléa­toires et les RCT [essais ran­do­mi­sés contrô­lés] n’en ont com­pris le sens que très super­fi­ciel­le­ment. Elles ont géné­ra­le­ment appris la sta­tis­tique comme une tech­nique for­melle, qu’elles peuvent appli­quer très rigou­reu­se­ment dans leur domaine, mais sans en connaître les limites. Bradford Hill est issu du même creu­set intel­lec­tuel que Pearson et Fisher. Ces pères fon­da­teurs de la sta­tis­tique moderne connais­saient très bien l’impossibilité d’un tirage aléa­toire neutre et les ques­tions épis­té­mo­lo­giques sur les rap­ports entre cau­sa­lité, cor­ré­la­tion et hasard que la sta­tis­tique pou­vait poser. Opposer l’analyse par tirage aléa­toire et le rai­son­ne­ment causal ou obser­va­tion­nel était pour eux un non-sens : ils ont forgé des outils rigou­reux aussi bien pour l’un que pour l’autre.

Les incon­di­tion­nels de « la Science » sont prompts à rap­pe­ler, en épi­logue de la saga sur la chlo­ro­quine, que la méde­cine fondée sur les faits (EBM) doit rester la pierre de touche pour la vali­da­tion d’un trai­te­ment médi­cal et le pas­sage obli­ga­toire pour son auto­ri­sa­tion de mise sur le marché. Arnaud Fontanet l’a répété à la fin de son entre­tien radio­pho­nique (4 juinA31). On est donc en droit d’es­pé­rer que la dif­fu­sion pro­chaine du vaccin contre la grippe 2020 aura été pré­cé­dée d’es­sais ran­do­mi­sés contrô­lés en double aveugle avec éva­lua­tion du rap­port béné­fice sur risque !

Transmission et immunité collective

Le Canard Enchaîné, 3 juin 2020

Fin mai, les courbes de mor­ta­lité par CoVID-19 sont sur une pente des­cen­dante par­tout en Europe : le 21 mai, la France passe au-dessous de la barre des 100 décès quo­ti­diens et l’Espagne en des­sous de 50. Le 28 mai, le ministre de la santé Olivier Véran annon­çait que le taux effec­tif de repro­duc­tion R0 dans l’Hexagone était retombé à 0.77 — ce qui, au pas­sage, rend tota­le­ment inutile la pro­po­si­tion d’une appli­ca­tion de tra­çage StopCovidN52 ini­tia­le­ment conçue pour un taux égal ou supé­rieur à 3. Au niveau de la confi­den­tia­lité, cette appli­ca­tion “made in France” laisse à dési­rer puis­qu’elle uti­lise le dis­po­si­tif de sécu­rité reCAPTCHA de Google qui récu­père l’a­dresse IP de l’u­ti­li­sa­teur sur un ser­veur… amé­ri­cain. Le pro­blème du CAPTCHA avait été sou­li­gné par la CNIL le 25 mai 2020N53.

Au niveau mon­dial à mi-mai, la barre des 290 000 morts par CoVID-19 a été fran­chie, cor­res­pon­dant à la four­chette basse de la mor­ta­lité d’une grippe sai­son­nière selon l’OMS. On peut donc se deman­der si les épi­dé­mies de grippe à venir don­ne­ront lieu aux mêmes mesures de pro­tec­tion sani­taire que celle du SARS-CoV‑2 en 2020…

Interrogés par les médias, les experts — qui ne dis­posent d’au­cune donnée fiable pour appuyer leurs propos — sont par­ta­gés sur les rai­sons de l’ac­cal­mie : effet du confi­ne­ment, d’un meilleur res­pect des gestes bar­rière, du port du masque, des tests sys­té­ma­tiques, du chan­ge­ment de saison ? Ou une com­bi­nai­son de ces fac­teurs ? La com­pa­rai­son des courbes de mor­ta­lité et leur répar­ti­tion par âges dans dif­fé­rentes villes et régions de France pour­rait four­nir un indice de la qua­lité du dépis­tage et de la prise en charge des per­sonnes infec­tées (19 maiA64) :

Source : A61

La fin de l’é­pi­dé­mie est condi­tion­née par le fran­chis­se­ment d’un seuil de pour­cen­tage de per­sonnes immu­ni­sées par l’ex­po­si­tion au virus, sous réserve que cette immu­nité soit effec­tive et assez longue, ce qui n’est pas encore cer­tain avec le SARS-CoV‑2 (voir ci-dessous). En extra­po­lant à partir des don­nées actuelles, Xavier Deparis écri­vait à ce sujet (4 avrilA117) :

Pour que l’épidémie cesse, il faudra atteindre une immu­nité de masse. Par exemple, pour la rou­geole, le seuil est de 95%. Ceci signi­fie que lorsque 95% de la popu­la­tion est immu­ni­sée contre la rou­geole, le virus de la rou­geole ne peut plus cir­cu­ler dans la popu­la­tion et les cas de rou­geole dis­pa­raissent ou sont extrê­me­ment rares. Dans le cas du COVID-19, compte-tenu de sa conta­gio­sité heu­reu­se­ment moindre que celle de la rou­geole, il est pos­sible de consi­dé­rer qu’une immu­nité de masse de l’ordre de 75% stop­pera l’épidémie. Seuls quelques cas ou foyers ponc­tuels conti­nue­ront à être obser­vés, passé ce seuil. Donc, pour un mil­lion de per­sonnes expo­sées au COVID-19, nous décomp­te­rons en fin d’épidémie 750 000 per­sonnes conta­mi­nées. Sur ces 750 000 per­sonnes, 1% auront fait une forme sévère de la mala­die néces­si­tant une hos­pi­ta­li­sa­tion, soit 7500, dont une sur six sera décé­dée, soit 1250 [par mil­lion d’in­di­vi­dus].

Ce calcul fai­sait anti­ci­per une borne supé­rieure de 83 000 morts en France. Le seul moyen d’é­vi­ter un bilan aussi élevé est de mettre au point des pro­cé­dures de prise en charge des patients au stade ini­tial de l’in­fec­tion avec des trai­te­ments adap­tés à leur cas. Prendre exemple sur l’Allemagne qui affiche 7 fois moins de décès dans des condi­tions sani­taires simi­laires à celles de la France…

Ce seuil de 70% pour l’ac­qui­si­tion d’une immu­nité col­lec­tive au SARS-CoV‑2 a été évalué au doigt mouillé à partir d’un modèle simple de trans­mis­sion basé sur une homo­gé­néité « où nous aurions grosso modo tous la même pro­ba­bi­lité d’infecter n’importe quel autre indi­vidu » (22 maiA57) : si R0 est le fac­teur de trans­mis­sion, le seuil théo­rique devrait être 100 x (1 – 1/R0). Nous avons vu que l’u­ni­cité de R0 était loin d’être le cas si l’on tient compte de l’exis­tence de « super-contaminateurs » dont la charge virale serait un mil­lion de fois supé­rieure à celle des autres sujets infec­tés (voir Dépister ci-dessus). On observe donc plutôt des clus­ters de conta­mi­na­tion induits par des réunions dans un espace clos (réunions fami­liales etc.) en pré­sence d’au moins une per­sonne super-contaminatrice… L’évolution n’est plus expo­nen­tielle mais les chaînes de conta­mi­na­tion forment une arbo­res­cence (20 maiA62) :

Chaîne de conta­mi­na­tion dans un espace hété­ro­gène. Source : A62

Ce modèle de trans­mis­sion pré­di­rait une deuxième vague de conta­mi­na­tion, en automne, net­te­ment moins impor­tante que celle anti­ci­pée par le modèle SIR. Toutefois, on ne connaît pas l’é­vo­lu­tion dans le temps de cette hété­ro­gé­néité. Lise Barnéoud écrit (22 maiA57) :

« Notre réseau est peut-être hété­ro­gène actuel­le­ment parce que les tra­vailleurs essen­tiels sont au front alors que la plu­part d’entre nous sont à la maison », sou­ligne Nathalie Dean, bio­sta­tis­ti­cienne à l’Université de Floride. Mais que se passe-t-il en « temps de paix » ? « Notre struc­ture en réseau ne tendrait-elle pas à deve­nir plus homo­gène ? » Ce serait pour le coup une très mau­vaise nou­velle. Chacun de nous devien­drait une porte ouverte au virus, qui pour­rait alors entrer de toute part dans l’organisme géant de la popu­la­tion. Ce qui se tra­dui­rait par une deuxième vague catas­tro­phique.

Avec des modèles pre­nant en compte les situa­tions locales réelles, des épi­dé­mio­lo­gistes situent le seuil d’im­mu­nité col­lec­tive entre 10 et 20%. Le fac­teur de repro­duc­tion R0 n’est donc pas suf­fi­sant pour pré­dire l’é­ten­due de l’é­pi­dé­mie. Une équipe de mathé­ma­ti­ciens concluait (16 avrilA101) :

[…] Nous réité­rons que lorsque l’on tient compte de la dis­tri­bu­tion com­plète des cas secon­daires causés par une per­sonne infec­tée, il n’y a pas de rela­tion directe entre R0 et la taille d’une vague de conta­mi­na­tion. Nous insis­tons éga­le­ment sur le fait que R0 et la dis­tri­bu­tion com­plète des cas secon­daires ne sont pas des pro­prié­tés de la mala­die elle-même, mais plutôt des pro­prié­tés du patho­gène, de la popu­la­tion hôte et du contexte de l’é­pi­dé­mie. Néanmoins, nous four­nis­sons une métho­do­lo­gie simple pour tra­duire les esti­ma­tions de l’hé­té­ro­gé­néité de la trans­mis­sion en pré­vi­sions épi­dé­miques. Dans l’en­semble, la pré­vi­sion de la taille de l’é­pi­dé­mie sur la base de don­nées pré­coces est un défi incroya­ble­ment com­plexe, mais qui est de plus en plus à portée de main en raison de nou­velles ana­lyses mathé­ma­tiques et d’une com­mu­ni­ca­tion plus rapide des don­nées de santé publique.

Il reste que la trans­mis­sion du virus reste condi­tion­née par la dis­tan­cia­tion phy­sique. L’hypothèse d’un seuil moins élevé pour l’im­mu­nité col­lec­tive ne devrait donc pas servir de pré­texte au relâ­che­ment de toute pré­cau­tion sani­taire.

L’épidémiologiste Sunetra Gupta, au Royaume-Uni, défend un modèle opposé de celui de Neil Ferguson à l’Imperial College. Alors que Ferguson, sur la seule base des tests séro­lo­giques, affirme que la CoVID-19 aurait touché une très petite frac­tion de la popu­la­tion et qu’elle reste une mala­die grave à forte léta­lité, Gupta estime au contraire que près de 50% de la popu­la­tion aurait été expo­sée au virus et que le taux de léta­lité ne dépas­se­rait pas 0.1% : « Quelque part entre 0.01 et 0.1% ». Elle décla­rait (21 maiA59) :

Dans presque tous les contextes, nous avons vu l’épidémie croître, s’in­ver­ser et dis­pa­raître — presque comme une hor­loge. Différents pays ont eu des poli­tiques de confi­ne­ment dif­fé­rentes, et pour­tant ce que nous avons observé est presque un modèle de com­por­te­ment uni­forme très cohé­rent avec le modèle SIR [Susceptible, Infectious, RemovedN24]. Pour moi, cela sug­gère qu’une grande partie de la force en jeu est due à la consti­tu­tion de l’im­mu­nité. Je pense que c’est une expli­ca­tion plus par­ci­mo­nieuse que celle qui implique que dans chaque pays le confi­ne­ment (ou divers degrés de confi­ne­ment, y com­pris aucun confi­ne­ment) ait eu le même effet.

La jour­na­liste F Sayers explique (21 maiA59) :

Selon elle, les études d’an­ti­corps, bien qu’u­tiles, n’in­diquent pas le véri­table niveau d’ex­po­si­tion ou le niveau d’im­mu­nité. Premièrement, de nom­breux tests d’an­ti­corps sont « extrê­me­ment peu fiables » et reposent sur des groupes repré­sen­ta­tifs dif­fi­ciles à construire. Mais, plus impor­tant encore, de nom­breuses per­sonnes qui ont été expo­sées au virus béné­fi­cie­raient d’autres types d’im­mu­nité qui n’ap­pa­raissent pas dans les tests d’an­ti­corps — soit pour des rai­sons géné­tiques, soit en raison d’im­mu­ni­tés pré­exis­tantes à des coro­na­vi­rus appa­ren­tés tels que le rhume. […]

Elle ne croit pas que le taux de R0 soit un outil utile pour prendre des déci­sions sur les poli­tiques gou­ver­ne­men­tales, car un taux de R0 dépend « prin­ci­pa­le­ment du nombre de per­sonnes immu­ni­sées » et nous n’a­vons pas cette infor­ma­tion. Elle consi­dère que les nombres de décès sont la seule mesure fiable et que le nombre de cas ne devrait même pas être pris en compte car il dépend for­te­ment de la quan­tité de tests effec­tués.

Début juin, des don­nées nou­velles sont publiées qui ren­forcent l’hy­po­thèse de l’ac­qui­si­tion par cer­tains groupes humains d’une immu­nité adap­ta­tive suite à l’ex­po­si­tion anté­rieure à d’autres agents infec­tieux. On cite pour exemple le cas de per­sonnes âgées qui résis­taient bien au virus de la grippe H1N1, ayant conservé une réponse cyto­toxique CD8 acquise contre d’autres souches de virus qui cir­cu­laient dans les décen­nies pré­cé­dentes. Alba Grifoni et al. (14 maiA67) ont montré qu’il exis­tait des lym­pho­cytes T CD4+N54 pro­tec­teurs du SARS-CoV‑2 chez 40 à 60% des per­sonnes qui n’a­vaient pas été expo­sées à ce virus, ce que l’on peut qua­li­fier d’immu­nité croi­sée.

Fin mai a été publiée une expli­ca­tion du fait que les enfants sont net­te­ment mieux pro­té­gés contre le SARS-CoV‑2. Plusieurs fac­teurs entrent en compte, entre autres qu’ils ont déve­loppé des anti­corps lors d’ex­po­si­tions à d’autres virus aux­quels ils étaient plus sen­sibles que les per­sonnes âgées. Les auteurs de l’é­tude com­mentent (Carsetti R et al., 1er juinA43) :

Chez l’homme, les anti­corps natu­rels sont pro­duits par les MBC [lym­pho­cytes B à mémoireN55] innés ou IgM [N56], une popu­la­tion de MBC qui est géné­rée indé­pen­dam­ment des centres ger­mi­na­tifs et qui est la plus abon­dante chez les enfants. […] À partir de cette popu­la­tion de cel­lules B, triées dans le sang de jeunes adultes jamais expo­sés au virus de la grippe aviaire, nous avons cloné des anti­corps humains capables de neu­tra­li­ser divers sous-types de grippe H1, H2, H5, H6, H8 et H911. Ainsi, les MBC innés ou IgM peuvent se lier à de nom­breux micro-organismes incon­nus dif­fé­rents. […]

Avec le vieillis­se­ment, la mal­nu­tri­tion, l’im­mu­no­sup­pres­sion et les états de comor­bi­dité, notre sys­tème immu­ni­taire perd la capa­cité de s’a­dap­ter à la nou­veauté. Bien que les vac­cins soient la voie à suivre, dans des situa­tions d’ur­gence telles que la pan­dé­mie de COVID-19, l’en­quête et l’u­ti­li­sa­tion d’ou­tils immu­ni­taires dont la nature a doté les enfants pour­raient amé­lio­rer les résul­tats de la ges­tion.

À l’IHU de Marseille, les cher­cheurs ont signalé qu’un grand nombre d’en­fants avaient fabri­qué des anti­corps contre les coro­na­vi­rus en cir­cu­la­tion qui les touchent majo­ri­tai­re­ment lors d’é­pi­dé­mies annuelles, et que cette immu­nité était sus­cep­tible de les pro­té­ger aussi bien contre le SARS-CoV‑2 (2 juinA41).

La cam­pagne de tests séro­lo­giques d’an­ti­corps — qui bat son plein début juin — est-elle légi­time pour offrir des « pas­se­ports d’im­mu­nité » dans le cadre du décon­fi­ne­ment ? L’OMS en doute, mais des cher­cheurs s’é­lèvent contre cette recherche à tout prix d’une preuve fac­tuelle de leur effi­ca­cité. Weinstein MC et al. écrivent dans le NEJM (5 juinA30) :

L’Organisation mon­diale de la santé (OMS) a publié les lignes direc­trices sui­vantes : « À ce stade de la pan­dé­mie, il n’y a pas suf­fi­sam­ment de preuves de l’ef­fi­ca­cité de l’im­mu­nité à média­tion par anti­corps pour garan­tir l’exac­ti­tude d’un “pas­se­port d’im­mu­nité” ou d’un “cer­ti­fi­cat sans risque”. »

L’OMS a raison de noter les nom­breuses incer­ti­tudes. Les anti­corps confèrent-ils une immu­nité et, si oui, pen­dant com­bien de temps ? Quelle est la pré­ci­sion du test d’an­ti­corps ? Quels sont les pré­ju­dices indi­vi­duels et col­lec­tifs qui peuvent être causés si des per­sonnes sans réelle immu­nité sont cer­ti­fiées pour retour­ner sur le lieu de tra­vail ? Quelle est la mesure du danger que des per­sonnes déses­pé­rées de retour­ner au tra­vail cherchent à s’ex­po­ser inten­tion­nel­le­ment au virus dans l’es­poir de déve­lop­per des anti­corps ?

Mais nous pen­sons que l’OMS a tout à fait tort de sug­gé­rer que nous ne pou­vons pas agir tant que nous ne garan­tis­sons pas l’exac­ti­tude du pro­ces­sus de cer­ti­fi­ca­tion d’im­mu­nité. Des preuves irré­fu­tables et exi­geantes peuvent être appro­priées dans le monde étroit de la recherche scien­ti­fique savante. Mais dans le contexte d’une pan­dé­mie qui fait rage, nous n’a­vons tout sim­ple­ment pas le luxe de sus­pendre les déci­sions jus­qu’à ce que toutes les preuves per­ti­nentes puissent être ras­sem­blées. Ne pas agir est en soi une action qui entraîne des coûts et des consé­quences sani­taires consi­dé­rables.

Less auteurs pour­suivent en nous rame­nant au débat de la méde­cine fondée sur les faits (EBMN51) évoqué plus haut dans la contro­verse sur l’hy­droxy­chlo­ro­quine (5 juinA30) :

Pour les soi­gnants, agir à partir d’ infor­ma­tions incom­plètes n’est pas une idée révo­lu­tion­naire. Pratiquer la méde­cine signi­fie s’ap­puyer sur des preuves impar­faites pour équi­li­brer au jour le jour les béné­fices et risques. Les méde­cins uti­lisent quo­ti­dien­ne­ment des tests d’une pré­ci­sion infé­rieure à 100%, sachant qu’il y aura tou­jours des faux posi­tifs et des faux néga­tifs. Lorsque nous jugeons que les avan­tages pro­bables d’agir sur un diag­nos­tic cor­rect l’emportent sur les incon­vé­nients pos­sibles d’une action erro­née sur un diag­nos­tic incor­rect, nous agis­sons. Nous choi­sis­sons de réa­li­ser des appen­di­cec­to­mies, par exemple, même si nous avons rare­ment des preuves irré­fu­tables que l’ap­pen­dice d’un patient est enflammé. Bien que nous arri­vions à des poli­tiques de santé publique et à des déci­sions cli­niques par dif­fé­rentes voies, dans les deux domaines, nous devons sou­vent faire des choix avec des preuves moins que par­faites. […]

Ceux qui pensent qu’au­cun avan­tage éco­no­mique ne jus­ti­fie le risque de pro­pa­ga­tion de la CoVID-19 peuvent se réfu­gier dans le choix de ne pas rou­vrir l’é­co­no­mie jus­qu’à ce que toute la popu­la­tion soit cou­verte par un vaccin com­plè­te­ment effi­cace ou qu’un trai­te­ment hau­te­ment effi­cace soit lar­ge­ment dis­po­nible. À l’autre extrême se trouve la solu­tion trou­vée par ceux qui vou­draient rou­vrir l’é­co­no­mie sans tenir compte des risques que les tra­vailleurs indi­vi­duels encour­raient et impo­se­raient aux autres. […]

[…] nous avons suf­fi­sam­ment de preuves et d’avis d’ex­perts pour prendre une déci­sion éclai­rée aujourd’­hui. Et nous pou­vons mettre en place des sys­tèmes de sur­veillance pour tirer des ensei­gne­ments de cette déci­sion afin de pou­voir faire des choix encore meilleurs demain.

Fin juin, on assiste en Europe à ce que des propos alar­mistes dési­gnent comme une « deuxième vague » mar­quée par des clus­ters impor­tants d’in­fec­tion, notam­ment autour d’a­bat­toirs en Allemagne. Certains com­men­ta­teurs objectent que les sta­tis­tiques enre­gistrent plus de cas d’in­fec­tions du simple fait de la géné­ra­li­sa­tion des tests, alors que le dis­cours offi­ciel met plutôt en garde contre le non-respect des règles sani­taires.

Le virus est en cir­cu­la­tion « à bas bruit » chez des sujets testés posi­tifs non-symptomatiques, ce qui a pour consé­quence directe que le taux de léta­lité (rap­port du nombre d’in­di­vi­dus décé­dés aux nombre d’in­di­vi­dus infec­tés) dimi­nue mathé­ma­ti­que­ment. C’est le cas aux États-Unis qui pra­tiquent un dépis­tage à grande échelle fin juin. Mais Christian Perronne semble igno­rer ce fait quand il affirme que la léta­lité cinq fois plus faible aux USA qu’en France prou­ve­rait que notre prise en charge des patients est inadé­quate…

Il se peut aussi que le SARS-CoV‑2 ait perdu de sa viru­lence : au Royaume-Uni, les taux de décès de patients hos­pi­ta­li­sés fin juin — donc symp­to­ma­tiques — sont le quart de ceux pen­dant le pic de la vague ini­tiale (26 juinA14). Toutefois, début juillet l’OMS signale que la pan­dé­mie est encore en pleine expan­sion, entre autres « hors de contrôle » aux États-Unis où le nombre de morts est vrai­sem­bla­ble­ment sous-évalué (1er juilletA11) et en Amérique du Sud : Brésil, Chili… Des clus­ters inquié­tants se sont pro­duits en Chine.

Dans sa lettre Spécial Coronavirus n°14 (3 juillet), le Journal inter­na­tio­nal de méde­cine (JIM​.fr) sou­ligne l’ef­fet trompe-l’œil des sta­tis­tiques com­pa­ra­tives entre les pays, les infor­ma­tions étant « par­fois ras­su­rantes lors­qu’elles pro­viennent de régions en phase pré­coce de décon­fi­ne­ment, sou­vent inquié­tantes quand elles émanent d’é­tats tou­chés plus récem­ment » :

Impression ren­for­cée lorsque l’on se penche à la fois sur l’é­vo­lu­tion du nombre de cas quo­ti­diens (tri­bu­taire des capa­ci­tés de dépis­tage par RT-PCR et donc le plus sou­vent en hausse) et sur celle du nombre jour­na­lier de morts impu­tables au virus.

Globalement si l’on se situe à l’é­chelle de la pla­nète dans son ensemble, les don­nées les plus fiables (nombre de décès) montrent un recul de la gra­vité de la pan­dé­mie avec par exemple 9796 décès le 30 avril 2020 contre 4193 le 1er juillet.

Vers un vaccin ?

La pers­pec­tive d’un vaccin reste loin­taine malgré la com­mu­ni­ca­tion média­tique des équipes enga­gées sur ce projet et les spé­cu­la­tions dont il fait l’ob­jet sur les mar­chés finan­ciers (19 maiA63) malgré son inexis­tence — cer­tains réus­sissent à vendre la peau de l’ours avant de l’a­voir tué

Christian Bréchot, viro­logue, ancien direc­teur de l’Inserm et de l’Institut Pasteur, aujourd’hui pré­sident du Global Virus Network (GVNN57), décla­rait sur France Info le 11 avrilA106 : « Jusqu’à pré­sent per­sonne n’a fait un vaccin effi­cace contre un coro­na­vi­rus humain. Je pense qu’on y arri­vera, mais ça n’est pas simple. » D’autres spé­cia­listes estiment que cette absence de résul­tat serait plutôt liée au moindre inves­tis­se­ment sur les épi­dé­mies pré­cé­dentes : une cen­taine de pro­jets de vac­cins étaient à l’é­tude début mai. Les stra­té­gies cor­res­pon­dantes ont été décrites par Pandey SC et al. qui concluent (12 juinA24) :

[…] des études pré­cli­niques sur les can­di­dats vac­cins SAR-CoV‑2 devront peut-être être menées paral­lè­le­ment aux essais cli­niques. Mais en réa­lité, les vac­cins contre le SRAS-CoV‑2 ne seront pas dis­po­nibles avant 12 à 18 mois en raison des limi­ta­tions telles que l’in­dis­po­ni­bi­lité de modèles ani­maux appro­priés pour véri­fier l’ef­fi­ca­cité et la toxi­cité avant de passer aux essais cli­niques. De plus, ils doivent être conformes aux bonnes pra­tiques de fabri­ca­tion (cGMP) pour assu­rer la sécu­rité des humains.

Dans un article bien docu­menté (3 maiA81), Emma Khan déve­loppe l’ar­gu­men­taire sui­vant :

L’immunité de groupe est une notion qui repose uni­que­ment sur des modé­li­sa­tions mathé­ma­tiques tirées d’observations à partir de la rou­geole pen­dant l’ère pré-vaccinale. Ces modé­li­sa­tions et les stra­té­gies pré­ven­tives qui en sont issues ont failli à éra­di­quer cette mala­die […]

L’OMS avait pour­tant pré­venu en 1949N58 de l’impossibilité d’éradiquer la mala­die avec un vaccin qui ne confé­re­rait pas une immu­nité aussi solide que celle de la mala­die… On observe tou­jours des flam­bées de rou­geole dans des popu­la­tions vac­ci­nées à 99% (pour­cen­tage des enfants de 2 ans), et ceci est dû soit à des échecs pri­maires (non répon­deur au vaccin) soit à des échecs secon­daires (immu­nité décrois­sante avec le temps)… De plus de fortes contraintes géné­tiques sont garantes de la sta­bi­lité du virus de la rou­geole ; au contraire des coro­na­vi­rus qui sont très sus­cep­tibles de muter.

[Les stra­té­gies pré­ven­tives] failli­ront encore plus à mai­tri­ser le Covid-19 dû à un virus émergent, donc mal connu, dont les carac­té­ris­tiques en termes épi­dé­mio­lo­giques semblent bien loin de celui de la rou­geole, d’après ce qu’on sait du SARS-CoV de 2003 et de ce qu’on a appris du SARS-CoV‑2.

Les ten­ta­tives pour mettre au point un vaccin contre le SARS de 2003 (dû à un proche parent de SARS-CoV‑2) ont toutes échoué depuis, en par­ti­cu­lier à cause de la sur­ve­nue de graves phé­no­mènes immuno-pathologiques, dont la redou­table faci­li­ta­tion de l’infection induite par cer­tains types d’anticorps. […]

[Selon] deux étudesA98 (une alle­mande et l’autre chi­noise) sur la séro­lo­gie, la pré­sence d’anticorps n’est pas cor­ré­lée à la dis­pa­ri­tion du virus (les anti­corps ne sont donc pas « neu­tra­li­sants » in vivo contrai­re­ment à ce qui se passe in vitro).

[…] les médias conti­nuent à écrire « anti­corps neu­tra­li­sants » sans pré­ci­ser qu’il s’agit d’une neu­tra­li­sa­tion IN VITRO et que IN VIVO, ces anti­corps [« de liai­son »N59] semblent plutôt jouer un rôle faci­li­ta­teur…

Un article de RL Ropert & KE Rehm sur les ten­ta­tives pré­cé­dentes de vac­ci­na­tion contre des coro­na­vi­rus SARS est cité à l’ap­pui (2009A171) :

La plus grande crainte chez les vac­ci­no­logues est la créa­tion d’un vaccin qui serait non seule­ment inef­fi­cace, mais qui exa­cer­be­rait la mala­die [Antibody Dependent Enhancement, ADEN60]. Malheureusement, les vac­cins contre la CoV ont des anté­cé­dents d’aug­men­ta­tion de la mala­die, notam­ment avec les CoV félins.

Des articles récents comme celui publié dans Nature (21 avrilA95) ren­forcent cette crainte. On peut lire sur Wikipedia Antibody Dependent Enhancement (ADEN60) :

L’ADE est peut-être la raison pour laquelle l’é­vo­lu­tion du SRAS et du COVID-19 est plus grave pour les per­sonnes âgées que pour les per­sonnes plus jeunes. Il est pro­bable que chez les per­sonnes âgées, la pro­duc­tion d’an­ti­corps est plus lente et, au moment où les anti­corps sont déve­lop­pés avec un taux suf­fi­sant pour neu­tra­li­ser le virus, le virus a changé ses déter­mi­nants anti­gé­niques. Dans ce cas, les anti­corps neu­tra­li­sants immuno-dominants pour­raient com­men­cer à former des com­plexes instables avec la nou­velle forme du virus et com­men­cer à infec­ter les monocytes/macrophages, cau­sant l’ADE. Ce pro­ces­sus peut déclen­cher une infec­tion géné­ra­li­sée des cel­lules immu­ni­taires dans plu­sieurs organes et une tem­pête de cyto­kinesN61.

Autrement dit, un indi­vidu vac­ciné serait a priori jugé « immu­nisé » en raison du taux impor­tant d’an­ti­corps — seul cri­tère d’ef­fi­ca­cité d’un vaccin — jus­qu’au moment où il serait confronté au virus sau­vage dont la péné­tra­tion serait au contraire faci­li­tée par les anti­corps de liai­son. C’est ce qui s’est pro­duit avec des ten­ta­tives de vac­cins contre la dengueN62, le virus res­pi­ra­toire syn­cy­tial (SRVN63) et le SARSN64. Quatre vac­cins contre le SARS admi­nis­trés à des furets parais­saient par­fai­te­ment effi­caces, vue l’aug­men­ta­tion de leurs taux d’an­ti­corps, jus­qu’à ce que ces ani­maux soient expo­sés au virus et meurent à cause de ce ren­for­ce­ment immu­ni­taire. Dans les années 1960, un essai de vac­ci­na­tion contre le SRV en urgence sur 35 enfants — sans expé­ri­men­ta­tion ani­male préa­lable — s’é­tait déjà soldé par deux décès, sus­ci­tant une vive émo­tion (1998A173).

Il est donc risqué de griller les étapes des essais, comme cela semble être le cas dans la course aux vac­cins CoVID-19. Toutefois, les tra­vaux d’im­mu­no­logues tendent à mini­mi­ser ce risque de ren­for­ce­ment de la mala­die par les anti­corps. Selon A Grifoni et col­lègues (14 maiA67 page 8) :

Il y a eu des inquié­tudes au sujet de l’aug­men­ta­tion vac­ci­nale de la mala­die selon cer­taines approches vac­ci­nales de la COVID-19, via l’a­mé­lio­ra­tion immu­no­dé­pen­dante (ADE) ou le déve­lop­pe­ment de réponses TH2 […]. Ici, nous avons vu des réponses TH1 pré­do­mi­nantes dans les cas de conva­les­cents de COVID-19, avec peu ou pas de cyto­kines TH2. Il est clair que d’autres études sont néces­saires, mais les don­nées ici semblent repré­sen­ter prin­ci­pa­le­ment une réponse clas­sique du TH1 au SRAS-CoV‑2.

Administrés en mai à des volon­taires humains en par­faite santé, les nou­veaux vac­cins de Pfizer et BioNTech uti­lisent des tech­niques nou­velles de défense dont on ignore les risques : aucune expé­ri­men­ta­tion ani­male n’a pré­cédé cet essai et les sujets ne seront pas sys­té­ma­ti­que­ment expo­sés au virus sau­vage après vac­ci­na­tion (5 maiA79). L’ADE n’est pas le seul effet indé­si­rable en cause. L Peeples écrit (14 avrilA104) :

Ce retour de flamme immu­ni­taire, ou « ren­for­ce­ment immu­ni­taire », peut se mani­fes­ter de dif­fé­rentes manières, comme un ren­for­ce­ment dépen­dant des anti­corps (ADE), un pro­ces­sus dans lequel un virus uti­lise des anti­corps pour aider l’in­fec­tion ; ou le ren­for­ce­ment cel­lu­laire, une caté­go­rie qui inclut l’in­flam­ma­tion aller­gique causée par l’im­mu­no­pa­tho­lo­gie Th2 [N65]. Dans cer­tains cas, les pro­ces­sus de ren­for­ce­ment peuvent se super­po­ser. Un débat scien­ti­fique est en cours pour déter­mi­ner les­quels, le cas échéant, de ces phé­no­mènes — pour les­quels les méca­nismes exacts res­tent flous — pour­raient être en jeu avec le nou­veau coro­na­vi­rus, et com­ment ils pour­raient affec­ter le succès des can­di­dats vac­cins.

Un autre vaccin déve­loppé à l’Université d’Oxford (UK) et testé en effi­ca­cité sur des macaques rhésusN66 pour­rait être dis­tri­bué dès sep­tembre 2020 à plu­sieurs mil­lions de doses. Commentaire (27 avrilA87) :

« Nous sommes seuls dans ce pays à sou­hai­ter que le nombre de nou­velles infec­tions reste élevé pen­dant quelques semaines, afin que nous puis­sions tester notre vaccin », a déclaré le pro­fes­seur Adrian Hill, direc­teur du Jenner Institute et l’un des cinq cher­cheurs impli­qués dans le projet […]

Les règles d’é­thique, en tant que prin­cipe géné­ral, inter­disent de cher­cher à infec­ter les par­ti­ci­pants aux tests humains avec une mala­die grave. Cela signi­fie que la seule façon de prou­ver qu’un vaccin fonc­tionne est d’i­no­cu­ler les gens dans un endroit où le virus se pro­page natu­rel­le­ment autour d’eux.

Si les mesures de dis­tan­cia­tion sociale ou d’autres fac­teurs conti­nuent de ralen­tir le taux de nou­velles infec­tions en Grande-Bretagne, a‑t-il déclaré, l’es­sai pour­rait ne pas être en mesure de mon­trer que le vaccin fait une dif­fé­rence : les par­ti­ci­pants qui ont reçu un pla­cebo pour­raient ne pas être infec­tés plus fré­quem­ment que ceux qui ont reçu le vaccin. Les scien­ti­fiques devraient rées­sayer ailleurs, un dilemme auquel tous les autres efforts de vac­ci­na­tion seront éga­le­ment confron­tés.

Au sujet de ce vaccin, Anthony King écrit (30 juinA12) :

Les résul­tats pré­li­mi­naires de six singes vac­ci­nés soumis à une expo­si­tion au Sars-CoV‑2 ont révélé qu’ils n’a­vaient pas déve­loppé de Covid-19 dans leurs pou­mons, mais les charges virales dans leur nez étaient les mêmes que celles des singes non vac­ci­nés. Cela pour­rait signi­fier que ceux qui reçoivent le vaccin seraient pro­té­gés mais pour­raient encore en infec­ter d’autres. Ce phé­no­mène avait été signalé pour le vaccin anti­co­que­lu­cheux acel­lu­laire.

Toutefois, un édi­to­rial de The Spectator (15 juillet) est plus opti­miste :

Une étude à venir dans le Lancet devrait mon­trer des résul­tats posi­tifs des essais jus­qu’à pré­sent, avec des anti­corps et des cel­lules T géné­rés en réponse au vaccin. […]

Le marché se sent confiant : les actions AstraZeneca ont connu une nette hausse après l’an­nonce de Peston. Mais dans quelle mesure sommes-nous proches du succès ? Les repré­sen­tants d’Oxford ont vanté la pos­si­bi­lité qu’un vaccin soit prêt dès sep­tembre, mais c’est un scé­na­rio extrê­me­ment opti­miste. Le vaccin devra faire ses preuves en dehors d’un labo­ra­toire contrôlé et fonc­tion­ner non seule­ment pour les plus aptes et les plus sains, mais aussi pour ceux dont le sys­tème immu­ni­taire est com­pro­mis. Il y aura éga­le­ment un déca­lage entre le test du vaccin sur l’homme et l’at­tente de voir quel est le taux d’in­fec­tion chez ceux qui l’ont reçu. Bref, avoir un vaccin prêt au début de l’au­tomne néces­si­te­rait non seule­ment un fonc­tion­ne­ment spec­ta­cu­laire, mais aussi une effi­ca­cité éton­nante.

Dans le clan pes­si­miste, Emma Khan constate que les pro­jets de déve­lop­pe­ment de vac­cins contre la CoVID-19 sont plutôt l’œuvre de star­tups que de grands indus­triels des vac­cins : « Les meilleurs experts de l’industrie savent déjà que les vac­cins anti-coronavirus sont trop ris­qués, ils induisent la faci­li­ta­tion [enhan­ce­ment] et des phé­no­mènes immuno-pathologiques » (3 maiA81). Elle sug­gère enfin :

L’Institut Pasteur n’a pas lancé d’essai cli­nique, par contre les actions de Moderna et Inovio grimpent en flèche à la bourse ; leurs déten­teurs pour­ront donc les revendre juste avant que les résul­tats catas­tro­phiques des études cli­niques soient révé­lés voire jamais publiés.

Bernard Guennebaud écrit dans un com­men­taire (3 maiA81) : « Des États ont déjà pra­ti­que­ment acheté des vac­cins qui n’existent pas, ils font un chèque en blanc. Le monde du vaccin joue ici à quitte ou double. » Ceux qui prennent un tel risque (finan­cier) ont inté­rêt à entre­te­nir la confu­sion au sujet de solu­tions « alter­na­tives », vite qua­li­fiées de fake news, ainsi qu’à dis­cré­di­ter tout repo­si­tion­ne­ment de médi­ca­ments rele­vant du domaine public. Les lois du marché ne sont pas en phase avec les impé­ra­tifs de santé publique.

Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche en matière de santé, craint que l’im­mu­nité acquise contre le SARS-CoV‑2 ne soit que de courte durée — quelques mois — de sorte que le vaccin serait admi­nis­tré de manière « sai­son­nière » comme celui contre la grippe (2 juinA37).

La Chine a annoncé le 1er juillet qu’elle allait lancer une cam­pagne de vac­ci­na­tion de BBIBP-CorV (6 juinA28) dans son per­son­nel mili­taire.

Lise Barnéoud (4 maiA68) revient sur les taux de léta­lité qui seraient en France de 10% chez les plus de 80 ans et seule­ment 0.02% chez le moins de 40 ans. Il s’en­suit que la prio­rité du vaccin serait la pro­tec­tion des per­sonnes âgées. Mais pro­blème : « Plus on vieillit, moins les vac­ci­na­tions sont effi­caces ». Elle cite David Dowling, immu­no­lo­giste au Boston Children’s Hospital, décla­rant : « Les équipes déve­loppent des vac­cins conçus pour les adultes en bonne santé. Nous sommes en train de faire une grosse erreur ». Elle ajoute (4 maiA68) :

Ce pro­blème est bien connu pour le vaccin contre la grippe, dont la cible est éga­le­ment les per­sonnes âgées. Cette vac­ci­na­tion ne dimi­nue que de 35 % en moyenne la mor­ta­lité chez les plus de 65 ans. D’où la stra­té­gie de cer­tains pays, comme la Finlande, le Royaume-Uni ou cer­tains États des États-Unis, de vac­ci­ner les enfants, prin­ci­pal réser­voir de la grippe et chez qui le vaccin est beau­coup plus effi­cace, afin de limi­ter la cir­cu­la­tion de ce virus et ainsi, pro­té­ger les per­sonnes âgées. Toutefois, à l’inverse de la grippe, les enfants de moins de 10 ans pour­raient ne pas être les prin­ci­paux vec­teurs actuel­le­ment.

De plus, en France, le taux de léta­lité de la CoVID-19 chez les moins de 20 ans est de 0.001%, net­te­ment infé­rieur à celui de toutes les mala­dies infec­tieuses contre les­quelles les enfants sont actuel­le­ment vac­ci­nés (Barnéoud L, 4 maiA68) :

Ce faible taux de léta­lité implique une contre­par­tie quasi impos­sible à assu­rer : pour que la balance bénéfice/risque d’un vaccin contre le Sars-CoV‑2 soit posi­tive pour cette caté­go­rie d’âge, il est néces­saire de s’assurer qu’il pré­sente un taux d’événements indé­si­rables graves infé­rieur à 1 pour 100 000. Or, aucun essai cli­nique, a for­tiori mené en urgence, ne porte sur une popu­la­tion si large. Les équipes enga­gées dans cette voie annoncent des essais sur quelques cen­taines d’individus, 2500 pour le plus ambi­tieux.

Ainsi, vac­ci­ner cette caté­go­rie d’âge posera inévi­ta­ble­ment une ques­tion éthique très déli­cate : non seule­ment les enfants n’auraient pas grand-chose à gagner à titre indi­vi­duel d’une telle vac­ci­na­tion, mais leur balance bénéfice/risque res­tera incon­nue tant que l’on ne béné­fi­ciera pas d’un recul sur plus de 100 000 per­sonnes vac­ci­nées.

D’autres pro­blèmes sont signa­lés dans le même article (4 maiA68) qui fait état de nom­breux débats scien­ti­fiques comme l’in­cer­ti­tude sur la pré­sence d’anticorps neu­tra­li­sants à des niveaux com­pa­rables ou supé­rieurs à ceux d’individus conva­les­cents. Même si le vaccin pro­tège l’in­di­vidu vac­ciné, il n’est pas garanti qu’il l’empêche de trans­mettre le virus. C’est notam­ment le pro­blème de ceux contre la polio­myé­lite et la diph­té­rie.

Un vaccin est un médi­ca­ment comme un autre, ce qui sup­pose que sa mise en cir­cu­la­tion devrait être déci­dée sur la base de la balance bénéfice-risqueN67. Marc Girard écrit à ce sujet, en pré­sen­ta­tion de la redif­fu­sion son ouvrage (publié en 2009) Alertes grip­pales – com­prendre et choi­sir (mai 2020N50) :

Curieusement, alors que les auto­ri­tés sani­taires et poli­tiques s’acharnent à démon­trer que le risque des vac­cins est tel­le­ment minime qu’on peut qua­si­ment l’ignorer, il s’avère – on per­met­tra au spé­cia­liste de phar­ma­co­vi­gi­lance de parler de ce qu’il connaît – que parmi tous les médi­ca­ments, les vac­cins posent des pro­blèmes de tolé­rance extrê­me­ment ardus à résoudre : i) un suivi sur le long terme (les vac­cins sont géné­ra­le­ment sup­po­sés exer­cer leur effet durant des années, voire des décen­nies) ; ii) un risque de réac­tion immu­ni­taire d’autant plus signi­fi­ca­tif que les expo­si­tions aux vac­cins auront été mul­tiples ou répé­tées (la “mosaïque de l’auto-immunité”) ; iii) l’effet d’échelle : une com­pli­ca­tion sur­ve­nant chez un patient sur 10 000 n’a qua­si­ment aucune chance d’être obser­vée si la population-cible est de 5000 patients, alors qu’elle va géné­rer une catas­trophe si la population-cible est de 68 mil­lions de per­sonnes (vac­ci­na­tion “uni­ver­selle” ou “obli­ga­toire” à l’échelle d’un pays comme la France) : 68 000 vic­times à peu près…

Il devient de plus en plus dif­fi­cile de recru­ter des sujets pour des études thé­ra­peu­tiques sur la CoVID-19 — médi­ca­ments ou vac­cins — en raison de leur crainte face aux com­pli­ca­tions mécon­nues de cette mala­die, mais aussi parce que le nombre de cas ne cesse de dimi­nuer en Europe. Une autre stra­té­gie de recru­te­ment est donc envi­sa­gée (24 juinA15) :

[…] dès le début du mois d’avril, cer­taines équipes amé­ri­caines mais aussi bri­tan­niques ont sérieu­se­ment envi­sagé de pou­voir renouer avec la stra­té­gie du chal­lenge infec­tieux. Il s’agit non plus d’évaluer l’efficacité du vaccin grâce à un test dans les condi­tions de vie réelle, mais d’infecter quelques volon­taires sains, pour mesu­rer la réponse immu­ni­taire confé­rée par le virus. Employée jusque dans les années 70, cette tech­nique a été écar­tée pour des rai­sons éthiques évi­dentes. Cependant, elle n’est pas stric­te­ment pro­hi­bée par les ins­tances inter­na­tio­nales. […]

[…] l’Organisation mon­diale de la santé, dans une note publiée début mai, n’émet pas d’opposition abso­lue, mais juge indis­pen­sable d’imposer des cri­tères très stricts de sélec­tion des sujets. Ils devront néces­sai­re­ment être jeunes, en bonne santé, expo­sés au virus, mais sans exer­cer de pro­fes­sions consi­dé­rées comme essen­tielles… Non seule­ment ces cri­tères peuvent être consi­dé­rés comme éthi­que­ment dis­cu­tables, mais sont éga­le­ment une entrave à une bonne repré­sen­ta­ti­vité de la popu­la­tion, alors que la Covid-19 est prin­ci­pa­le­ment un danger chez les plus âgés (et chez des sujets atteints par cer­taines patho­lo­gies chro­niques comme l’o­bé­sité) dont la réponse spé­ci­fique du sys­tème immu­ni­taire pour­rait être une clé impor­tante pour l’élaboration d’un vaccin effi­cace (et en tout cas pour l’évaluation de son effi­ca­cité). […]

Ainsi, alors que cer­tains spé­cia­listes ont pu défendre le recours à une pro­cé­dure « extra­or­di­naire », d’autres comme William Haseltine, pré­sident du think tank Access Health International et ancien pro­fes­seur à l’école de méde­cine de Harvard, sont convain­cus que « dans le cas pré­sent, cette pro­cé­dure extra­or­di­naire n’est ni néces­saire, ni effi­cace, ni éthique ».

Fin juin, Anthony King (30 juinA12) décrit les types de vac­cins anti CiVID-19 en cours d’es­sais à l’état cli­nique ou pré­cli­nique :

De bonnes don­nées [en expé­ri­men­ta­tion] ani­male peuvent mettre en évi­dence des pro­blèmes de sécu­rité et d’ef­fi­ca­cité, mais en fin de compte, les vac­cins doivent être testés chez l’homme. Une façon d’ac­cé­lé­rer les choses serait d’in­fec­ter avec un virus vivant déli­bé­ré­ment des adultes vac­ci­nés en bonne santé — une stra­té­gie qui pré­sente des dan­gers évi­dents. […]

Un cer­tain nombre de pro­duc­teurs de vac­cins disent qu’ils envi­sagent un déploie­ment à l’au­tomne. Certains scien­ti­fiques estiment que les vac­cins pour­raient être plus lar­ge­ment dis­po­nibles au début de 2021 en Europe et en Amérique du Nord. Le défi de fabri­quer des mil­liards de doses de vac­cins, en par­ti­cu­lier dans le cas de nou­velles pla­te­formes, ne devrait pas être sous-estimé.

Le bruit cou­rant qu’une vac­ci­na­tion anté­rieure par le BCG pour­rait pro­té­ger contre l’in­fec­tion CoVID-19 a été démenti par les sta­tis­tiques (13 maiA70). Par contre, les gou­ver­nants d’Australie (27 maiA46) et du Royaume-Uni s’ap­puient sur la peur d’é­pi­dé­mie déjà pré­sente pour pro­mou­voir une vac­ci­na­tion mas­sive contre la grippe, sup­po­sée sauver des mil­liers de vies à défaut de pro­té­ger les indi­vi­dus contre le SARS-Cov‑2…

Le seul point ras­su­rant dans ce débat est — je cite Emma Khan le 4 maiA68 : « Un virus émergent évolue vite (les coro­na­vi­rus ont un fort poten­tiel évo­lu­tif) et s’adapte à son hôte en per­dant viru­lence et trans­mis­si­bi­lité. » Cela rend moins pro­bable un rebond de l’é­pi­dé­mie, une deuxième vague qui jus­ti­fie­rait un nou­veau confi­ne­ment. Sur le long terme, la parade consis­te­rait pour chacun à prendre soin de son sys­tème immu­ni­taire — voir mon article CoVID-19 - Immunité, style de vie.

Autres pistes de traitement

Le sujet sur­mé­dia­tisé de la chlo­ro­quine ne devrait pas faire oublier que d’autres médi­ca­ments sont à l’es­sai pour soi­gner la CoVID-19. La recherche de nou­velles molé­cules can­di­dates bat son plein, appuyée par­fois sur des tech­niques d’ap­pren­tis­sage auto­ma­tique — « intel­li­gence arti­fi­cielle » — mobi­li­sant les sys­tèmes infor­ma­tiques les plus puis­sants.

Présentation par le Washington Post de deux essais cli­niques sans groupes de contrôle ran­do­mi­sés (avril 2020)…

Des essais cli­niques sont finan­cés par l’en­tre­prise Gilead pour tenter de démon­trer l’ef­fi­ca­cité du RemdésivirN30 déjà uti­lisé avec succès contre l’Ebola (27 févrierA159). Ils étaient des­ti­nés à 1000 per­sonnes en Chine. On peut s’é­ton­ner tou­te­fois — après ce qui a été écrit sur la non-scientificité des essais du pro­to­cole hydroxychloroquine/azithromicyne à l’IHU de Marseille — qu’il n’y ait aucun groupe de contrôle (pla­cebo) dans un essai mené à l’Université de Chicago. Kathleen Mullane, qui super­vise ces pro­jets, a fait preuve d’en­thou­siasme sur le seul constat que la fièvre avait rapi­de­ment dimi­nué chez 125 patients trai­tés, malgré le décompte de 2 décès (16 avrilA100). Autre motif de per­plexité : un des deux essais du Remdésivir en Chine a été sus­pendu à mi-avril « en raison du nombre insuf­fi­sant de per­sonnes enrô­lées » (15 avrilA102). Un autre a abouti à un résul­tat insa­tis­fai­sant (24 avrilA88). Bruce Aylward, direc­teur géné­ral adjoint de l’Organisation mon­diale de la santé, n’a­vait pour­tant pas hésité à décla­rer fin février : « Il n’y a actuel­le­ment qu’un seul médi­ca­ment qui, selon nous, pour­rait avoir une réelle effi­ca­cité et c’est le Remdésivir » (25 févrierA161).

Le RemdésivirN30 a obtenu de l’Agence euro­péenne des médi­ca­ments (EMA), le 25 juin, un accord pour uti­li­sa­tion excep­tion­nelle suivi d’une com­mande mas­sive du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. « Une auto­ri­sa­tion sans preuve directe du moindre béné­fice pour la santé, mais plutôt pour la ges­tion finan­cière des hôpi­taux », selon J Anso (1er juilletA7). Laurent Mucchielli affirme qu’entre Remdésivir et hydroxy­chlo­ro­quine, « la guerre du médi­ca­ment n’est pas ter­mi­née » (8 juilletA5) :

Les agences euro­péennes et fran­çaises du médi­ca­ment favo­risent le pro­duit de l’in­dus­triel phar­ma­ceu­tique Gilead, sans preuve de son inté­rêt dans la lutte contre le Covid et à un coût très élevé. Dans le même temps, les études se mul­ti­plient en faveur de l’ef­fi­ca­cité de l’hy­droxy­chlo­ro­quine, molé­cule hors brevet qui ne coûte presque rien et qui est d’u­sage cou­rant dans la plu­part des pays du monde. […]

Du coup, l’Agence natio­nale de sécu­rité du médi­ca­ment (ANSM) s’est empres­sée de faire savoir que « La France s’est assu­rée de la dis­po­ni­bi­lité de doses suf­fi­santes » de ce médi­ca­ment. On crée le besoin, puis on laisse entre­voir un risque de pénu­rie, et ainsi l’acheteur se pré­ci­pite pour faire son stock « au cas où ». Le busi­ness plan est bien rôdé (et il n’est pas sans rap­pe­ler celui qui condui­sit au scan­dale du vaccin contre la grippe H1N1 sous le minis­tère Bachelot). Dans le même temps on com­mu­nique à tout va pour décon­si­dé­rer toute solu­tion alter­na­tive.

Laurent Vercoustre rap­pelle que « les grandes firmes phar­ma­ceu­tiques ont pont pour fina­lité non pas la santé des popu­la­tions mais le profit » et dénonce les manœuvres exer­cées par Gilead pour impo­ser son médi­ca­ment, le Remdésivir (12 juilletA4) :

France-Soir, dans un article qui a fait sen­sa­tion, dévoile le Top 13 du clas­se­ment des reve­nus récents versés par l’industrie phar­ma­ceu­tique à la com­mu­nauté médi­cale [A17]. Les 13 méde­cins ont reçu des sommes plus ou impor­tantes de Gilead et ont par­ti­cipé à la pro­mo­tion du rem­de­si­vir ou ont cri­ti­qué l’hydroxychloroquine. « La Palme d’Or revient au Pr François Raffi de Nantes. 541.729 €, dont 52.812 € de Gilead. Est-ce un hasard si on nous apprend que le coup de télé­phone ano­nyme pour mena­cer Didier Raoult, s’il per­sis­tait avec l’hydroxychloroquine, est parti du télé­phone por­table du ser­vice d’infectiologie du CHU de Nantes, dont François Raffi est chef de ser­vice ? Sûrement une pure coïn­ci­dence. »

Les condi­tions qui ont été impo­sées au trai­te­ment de Marseille pour être recon­nues comme valides sont tota­le­ment dif­fé­rentes de celles qui ont été accor­dées au rem­de­si­vir. Celui-ci béné­fi­cie en effet de faci­li­tés scan­da­leuses quant à sa recom­man­da­tion par l’agence euro­péenne des médi­ca­ments. Il y a une inéga­lité de trai­te­ment tel­le­ment spec­ta­cu­laire qu’on ne peut voir dans cette dif­fé­rence que le jeu d’un tra­vail d’influence et de mani­pu­la­tion des auto­ri­tés.

Le Formindep ren­voie dos à dos les accu­sa­teurs de conflits d’in­té­rêt, par­ti­cu­liè­re­ment dans le combat entre Gilead et l’IHU de Marseille (3 juilletA6) :

Il n’est clai­re­ment pas des plus judi­cieux d’interviewer des experts en lien avec un labo­ra­toire sur un de ses pro­duits ou de ses concur­rents. Mais en l’occurrence, il est à noter que la revue Prescrire, rigou­reu­se­ment indé­pen­dante des labo­ra­toires, exprime les mêmes réserves sur l’hydroxychloroquine que des experts en lien avec Gilead, car celles-ci sont fon­dées sur les don­nées de la science et non sur un dis­cours mar­ke­ting. Ceci n’exempte bien sûr en rien Gilead pour ses pra­tiques mar­ke­ting scan­da­leuses, qu’aborde un récent article du British Medical Journal [24 juinA16].

L’administration par voie intra­vei­neuse de fortes doses de vita­mine C pour ren­for­cer le trai­te­ment de formes sévères du syn­drome res­pi­ra­toire fait l’ob­jet d’une contro­verse simi­laire à celle sur le cock­tail hydroxy­chlo­ro­quine + azi­thro­my­cine promu par l’IHU de Marseille. Des succès ont été annon­cés sans l’ap­pui d’es­sais cli­niques. Les experts pro­testent donc que ce pro­to­cole n’est pas « validé » (31 marsA122). Toutefois, plus de 20 hôpi­taux new-yorkais l’ont adopté (24 marsA137) et des essais cli­niques sont menés en Chine (21 févrierA163) — voir la pré­sen­ta­tion de Dr R Cheng au NIH, mars 2020. Une étude pré­li­mi­naire aux USA sur des patients de sep­ti­cé­mie et de syn­drome res­pi­ra­toire aigu n’a­vait pas donné de résul­tat posi­tif (Fowler AA et al., 2019N68).

Aux USA, les méde­cins membres du Front Line COVID-19 Critical Care Consortium pré­co­nisent de lutter en prio­rité contre l’in­flam­ma­tion galo­pante dans les pou­mons (10 avrilA108). Ils uti­lisent à cet effet un trai­te­ment par injec­tion intra­vei­neuse d’anti-inflammatoires puis­sants : de la vita­mine C et des cor­ti­co­sté­roïdesN69 dès l’en­trée aux urgences et toutes les six heures.

Le Dr Marik témoigne : « Ce n’est pas le virus qui tue l’hôte, c’est la réponse de l’hôte au virus. » […]

Le sys­tème immu­ni­taire réagit à une infec­tion en libé­rant des pro­téines appe­lées cyto­kines qui déclenchent l’in­flam­ma­tion. L’inflammation est une partie natu­relle du pro­ces­sus de gué­ri­son, mais un sys­tème immu­ni­taire exces­sif peut déclen­cher une « tem­pête de cyto­kines » qui peut envoyer l’in­flam­ma­tion en spi­rale à des niveaux dan­ge­reux.

Lorsque cette inflam­ma­tion extrême laisse les patients à bout de souffle, les soi­gnants l’at­tri­buent par erreur au syn­drome de détresse res­pi­ra­toire aiguë (SDRA), explique le Dr Marik. Le trai­te­ment SDRA stan­dard est l’in­tu­ba­tion — l’in­ser­tion d’un tube dans la gorge et direc­te­ment dans les pou­mons — et leur connexion à un ven­ti­la­teur méca­nique qui force l’air dans les pou­mons. Malheureusement, une grande majo­rité des patients sous COVID-19 ven­ti­lés — dans cer­tains cas, plus de 80% — meurent. […]

Le Dr Marik réitère l’im­por­tance de com­men­cer le trai­te­ment tôt. « Si vous atten­dez qu’ils se brisent et finissent en ven­ti­la­tion, le Titanic est déjà en train de couler. […] Vous devez inter­ve­nir tôt et de manière agres­sive pour éviter qu’ils ne se dété­riorent. »

Début avril 2020, la thèse d’une double affec­tion — virale et bac­té­rienne (PrevotellaN70) — dans l’é­pi­dé­mie CoVID-19 est pro­po­sée au vu d’ob­ser­va­tions de patients chi­nois (Chakraborty S, février 2020N71 ; autre N72). Elle est expo­sée en détail par Bernard Dugué (7 avrilA114) et conduit à l’ad­mi­nis­tra­tion de trai­te­ments anti­bio­tiques (prin­ci­pa­le­ment l’a­zi­thro­my­cine) dans plu­sieurs centres de soins fran­çais (13 avrilA105). Une dis­cus­sion plus com­plète se trouve dans mon article CoVID-19 : immunité, style de vie.

L’intubation et la ven­ti­la­tion ont montré leurs limites pour le trai­te­ment des patients de CoVID-19 en détresse res­pi­ra­toire (LCI, 6 avrilA115). Une approche moins inva­sive serait celle de l’oxy­gé­no­thé­ra­pie hyper­bareN73 qui consiste à placer le patient pen­dant 90 minutes dans un cais­son rempli d’oxy­gène sous pres­sion. L’oxygénation est ainsi rendue pos­sible par absorp­tion cuta­née sans passer par les pou­mons. Des essais pro­met­teurs ont conduit à la mise en place d’un test cli­nique à l’hô­pi­tal Winthrop de New York (6 avrilA116). Des variantes existent, comme le « sys­tème de Boussignac » pro­ba­ble­ment moins coû­teux (23 marsA138). Une méta-analyse de 25 études cou­vrant 3804 patients en détresse res­pi­ra­toire indique que « le trai­te­ment avec des stra­té­gies d’oxy­gé­na­tion non-invasives telles que la ven­ti­la­tion non-invasive et l’oxy­gé­na­tion nasale à haut débit peut être plus effi­cace que l’oxy­gé­no­thé­ra­pie seule chez les patients souf­frant d’in­suf­fi­sance res­pi­ra­toire hypoxé­mique aiguë » (4 juinA32).

Un essai ran­do­misé mul­ti­cen­trique (7 hôpi­taux) a été mené en Chine pour com­plé­ter le trai­te­ment des patients de CoVID-19 par la trans­fu­sion de plasma san­guin de per­sonnes conva­les­cantes du coro­na­vi­rus (3 juinA33). L’essai a été inter­rompu après l’in­clu­sion de 103 patients gra­ve­ment atteints sur 200 prévus. Aucun résul­tat sta­tis­ti­que­ment signi­fi­ca­tif n’a été constaté à 28 jours du trai­te­ment. Selon les auteurs, l’in­ter­rup­tion pré­coce de l’es­sai a peut-être masqué un résul­tat qui aurait pu être signi­fi­ca­tif.

Dans le cadre de l’es­sai cli­nique RECOVERYN74, la dexa­mé­tha­soneN75, un médi­ca­ment anti-inflammatoire et immu­no­sup­pres­seur inventé en 1957 (et bon marché) s’est révélé effi­cace pour réduire le risque de décès des patients atteints de Covid-19 hos­pi­ta­li­sés en soins inten­sifs, qu’ils soient sous oxy­gène ou sous res­pi­ra­teur (17 juinA23) :

La dexa­mé­tha­sone s’est avérée très utile pour les patients ven­ti­lés ; les décès de ce groupe ont dimi­nué d’environ un tiers grâce au trai­te­ment médi­ca­men­teux. En revanche, les décès n’ont dimi­nué que d’un cin­quième dans le groupe des patients qui n’avaient besoin que d’une oxy­gé­no­thé­ra­pie. Enfin, aucun avan­tage n’a pu être mis en évi­dence pour les patients capables de res­pi­rer nor­ma­le­ment.

De nom­breuses sub­stances extraites de plantes (à des prix modé­rés) ont été essayées en com­plé­ment de trai­te­ment de la CoVID-19, par­fois avec des résul­tats posi­tifs assez mar­qués pour en recom­man­der l’u­ti­li­sa­tion. C’est le cas de la quer­cé­tineN76 extraite de thé vert ou de capres qui pos­sède des pro­prié­tés anti-oxydantes et anti­vi­rales (1er juilletA9) :

La quer­cé­tine a long­temps été éva­luée pour ses effets pro­tec­teurs poten­tiels contre les can­cers, les mala­dies car­diaques et les cel­lules qui libèrent des his­ta­mines.

Cette sub­stance favo­rise le SIRT2, qui inhibe ensuite l’as­sem­blage du NLRP3N77 de l’inflam­ma­someN78 impli­qué dans l’in­fec­tion par COVID-19, a déclaré Samuel F. Yanuck, DC, du pro­gramme de méde­cine inté­gra­tive de l’Université de Caroline du Nord Chapel Hill School of Medicine, qui a co-écrit un examen des recherches émer­gentes sur le sujet [2017N79]. Il joue éga­le­ment un rôle dans la faci­li­ta­tion du trans­port du zinc à tra­vers les mem­branes lipi­diques, a déclaré Yanuck.

L’article d’Elisabeth Hlavinka (1er juilletA9) sug­gère un paral­lèle entre l’en­goue­ment pour cette sub­stance et celui pour l’hy­droxy­chlo­ro­quine, du fait qu’au­cun essai cli­nique ran­do­misé contrôlé contre pla­cebo n’a appuyé les résul­tats obte­nus par des équipes soi­gnantes — voir le pro­to­cole d’EVMS (22 juinA18) et la revue de Biancatelli (19 juinA20). Un essai ran­do­misé contrôlé avec un bras pla­cebo devrait publier ses résul­tats en juillet-août (15 maiA65).

Un groupe de jour­na­listes ama­teurs, le Collectif Citoyen pour France Soir, a publié un article sup­posé dénon­cer les mani­pu­la­tions et conflits d’in­té­rêts en arrière-plan d’es­sais cli­niques comme RECOVERYN74 : CovidPapers, Recovery : Incompétence, Mensonge, Manipulation et gros dol­lars (17 juinA22). Les erreurs et le style com­plo­tiste de cette équipe (ano­nyme) ont été décryp­tés par J. Anso (18 juinA21) :

Le col­lec­tif a fait ce qu’il sait le mieux faire : des ana­lyses tota­le­ment far­fe­lues au mépris de toutes consi­dé­ra­tions éthiques et pro­fes­sion­nelles pour en arri­ver à la seule conclu­sion dési­rée. Celle de dis­cré­di­ter toutes les études néga­tives sur l’hydroxychloroquine. […]

Ce groupe d’individus n’hésite pas à ras­sem­bler des infor­ma­tions obso­lètes et fal­la­cieuses sans faire la moindre véri­fi­ca­tion ni recou­pe­ment, dans le but de monter un dos­sier à charge pure­ment com­plo­tiste et idéo­lo­gique. Plus grave, le col­lec­tif par­tage des infor­ma­tions qui inva­lident ses propres affir­ma­tions et semble être tota­le­ment incom­pé­tent en matière d’analyse médi­cale et sta­tis­tique.

Les moyens sont à la hau­teur du défi lancé par cette pan­dé­mie — et d’autres à venir inévi­ta­ble­ment. Dans l’at­tente d’un « médi­ca­ment miracle », le plus sage est de prendre soin de sa santé glo­ba­le­ment, en veillant plus par­ti­cu­liè­re­ment à la réac­ti­vité du sys­tème immu­ni­taire — voir mon article.

Origine ?

Il existe une abon­dante lit­té­ra­ture sur la contro­verse au sujet de l’o­ri­gine (humaine, acci­den­telle ou natu­relle) du virus SARS-CoV‑2, entre autres les affir­ma­tions d’un ancien direc­teur du MI‑6 au Royaume-Uni (7 juinA27). Le site Independent Science NewsN80 parle du danger de déve­lop­pe­ment d’armes bio­lo­giques, aussi bien aux USA qu’en Chine, sous le cou­vert de recherches en « bio­dé­fense ». Sam Husseini écrit dans son article Ce virus provient-il d’un labo­ra­toire ? Peut-être pas — mais il expose la menace de la course aux armes bio­lo­giques (24 avrilA89) :

La « bio­dé­fense » implique une guerre bio­lo­gique tacite consis­tant à pro­duire des agents patho­gènes plus dan­ge­reux dans le but allé­gué de trou­ver un moyen de les com­battre. Bien que ce tra­vail semble avoir réussi à créer des agents mor­tels et infec­tieux, y com­pris des souches de grippe mor­telles, une telle recherche de « défense » s’a­vère impuis­sante à nous défendre contre cette pan­dé­mie. […]

Pendant des années, de nom­breux scien­ti­fiques ont sou­levé des objec­tions aux tra­vaux de labo­ra­toire sur les armes bio­lo­giques et la bio­dé­fense, par­ti­cu­liè­re­ment du fait que d’é­normes aug­men­ta­tions de finan­ce­ment ont eu lieu depuis le 11 Septembre. C’était par­ti­cu­liè­re­ment vrai après les attaques à l’an­thrax par cour­rier qui ont tué cinq per­sonnes dans les semaines après le 11 Septembre, que le FBI a fina­le­ment impu­tées à un cher­cheur en bio­dé­fense du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. Une étude de 2013 a révélé que le finan­ce­ment de la bio­dé­fense depuis 2001 avait tota­lisé au moins 78 mil­liards de dol­lars, et cer­tai­ne­ment plus a été dépensé depuis lors. Cela a conduit à une pro­li­fé­ra­tion de labo­ra­toires, de scien­ti­fiques et de nou­veaux orga­nismes, déclen­chant effec­ti­ve­ment une course aux armes bio­lo­giques.

À la suite de l’é­pi­dé­mie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014, le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain a sus­pendu le finan­ce­ment de ce qu’on appelle la recherche sur le « gain de fonc­tion » [GoF] de cer­tains orga­nismes. Ce tra­vail vise en fait à rendre les agents patho­gènes mor­tels encore plus mor­tels, et dans cer­tains cas per­mettre la dif­fu­sion dans l’air d’a­gents patho­gènes qui ne le pou­vaient pas aupa­ra­vant. Avec peu d’in­for­ma­tions en dehors du domaine, la sus­pen­sion de ces recherches a été levée fin 2017 [N81].

Pendant cette pause, des excep­tions de finan­ce­ment ont été faites pour de dan­ge­reux tra­vaux de labo­ra­toire sur le gain de fonc­tion. Cela com­pre­nait des tra­vaux réa­li­sés conjoin­te­ment par des scien­ti­fiques amé­ri­cains de l’Université de Caroline du Nord, de Harvard et du Wuhan Institute of Virology. Ce tra­vail — qui avait un finan­ce­ment de l’USAID et EcoHealth Alliance non reconnu à l’o­ri­gine — a été publié en 2015 dans Nature Medicine [Menachery VD et al., 2015A168].

Le résumé de l’ar­ticle de Menachery VD et al. — publié en 2015A168 — est d’une actua­lité stu­pé­fiante pour ceux qui prennent le monde de la recherche en viro­lo­gie pour celui des bisou­nours :

L’émergence du coro­na­vi­rus du syn­drome res­pi­ra­toire aigu sévère (SRAS-CoV) et du syn­drome res­pi­ra­toire du Moyen-Orient (MERS)-CoV sou­ligne la menace d’é­vé­ne­ments de trans­mis­sion inter-espèces condui­sant à des épi­dé­mies chez l’homme. Nous exa­mi­nons ici le poten­tiel de mala­die d’un virus de type SRAS, SHC014-CoV, qui cir­cule actuel­le­ment dans les popu­la­tions de chauves-souris chi­noises fer à cheval [N82].

En uti­li­sant le sys­tème de géné­tique inverse SARS-CoV [N83], nous avons généré et carac­té­risé un virus chi­mé­rique expri­mant la pointe du coro­na­vi­rus de chauve-souris SHC014 dans un sque­lette SARS-CoV adapté à la souris. Les résul­tats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans une épine dor­sale sau­vage peuvent uti­li­ser effi­ca­ce­ment plu­sieurs ortho­logues [N84] de l’en­zyme de conver­sion de l’an­gio­ten­sine humaine II (ACE2N85), se répli­quer effi­ca­ce­ment dans les cel­lules des voies res­pi­ra­toires humaines pri­maires et atteindre des concen­tra­tions in vitro équi­va­lentes à des souches épi­dé­miques de SARS-CoV. De plus, des expé­riences in vivo démontrent la répli­ca­tion du virus chi­mé­rique dans le poumon de souris avec une patho­ge­nèse notable. L’évaluation des moda­li­tés immu­no­thé­ra­peu­tiques et pro­phy­lac­tiques basées sur le SRAS a révélé une faible effi­ca­cité ; les approches à base d’an­ti­corps mono­clo­naux et de vac­cins n’ont pas réussi à neu­tra­li­ser et à pro­té­ger contre l’in­fec­tion par les CoV en uti­li­sant la nou­velle pro­téine de pointeN86.

Sur la base de ces résul­tats, nous avons dérivé syn­thé­ti­que­ment un virus recom­bi­nant infec­tieux SHC014 de pleine lon­gueur et démon­trons une répli­ca­tion virale robuste à la fois in vitro et in vivo. Nos tra­vaux sug­gèrent un risque poten­tiel de réémer­gence du SRAS-CoV à partir de virus cir­cu­lant actuel­le­ment dans les popu­la­tions de chauves-souris.

La thèse de Sam Husseini — et d’autres auteurs promp­te­ment qua­li­fiés de « mar­gi­naux » — se résume en 6 points :

  1. Des orga­nismes de recherche gou­ver­ne­men­taux de type P4 (très haute sécu­rité) pro­cèdent à des expé­riences sur des virus visant à leur faire acqué­rir des avan­tages sélec­tifs en termes de conta­gio­sité et de léta­lité, pudi­que­ment appe­lés « gain de fonc­tion » (gain-of-function).
  2. Officiellement, ces tra­vaux sont menés dans le but de déve­lop­per des stra­té­gies de « bio­dé­fense » et des trai­te­ments face à toute mala­die causée par un virus du même type — voir les recom­man­da­tions d’un groupe de tra­vail du National Science Advisory Board for Biosecurity aux USA en 2016N87. C’est pour­quoi leurs souches sont issues d’es­pèces ani­males connues pour la conta­mi­na­tion d’hu­mains pou­vant déclen­cher des épi­dé­mies (zoo­nosesN88).
  3. Des pro­blèmes de sécu­rité ont été signa­lés dans les centres de recherche. Des acci­dents ont déjà eu lieu, ainsi que des mal­ver­sa­tions qui pou­vaient mener à une catas­trophe sani­taire, comme les attaques à l’an­thrax aux USA en 2001. Ces attaques ont sus­cité une panique dans le per­son­nel poli­tique, nour­ris­sant la pro­pa­gande pour une « guerre contre le ter­ro­risme » qui a conduit aux inter­ven­tions en Afghanistan et en Irak.
  4. La dérive vers la fabri­ca­tion d’armes bio­lo­giques est pos­sible, si ce n’est inévi­table dans cer­tains pays soumis à des régimes auto­ri­taires. Cette ques­tion a été posée en 2004 par le SGDSN (Secrétariat géné­ral à la Défense et à la Sécurité natio­nale) lors de la mise en place à Wuhan d’un labo­ra­toire P4 en col­la­bo­ra­tion avec le P4 Jean Mérieux-Inserm de Lyon Bron.
  5. La coopé­ra­tion franco-chinoise n’a jamais démarré : en 2017, cin­quante cher­cheurs fran­çais devaient y tra­vailler en rési­dence pour amé­lio­rer le niveau de bio­sé­cu­rité, mais ce projet n’a pas été exé­cuté. En jan­vier 2018, des membres de l’ambassade amé­ri­caine visitent les locaux du P4 de Wuhan et alertent Washington de l’insuffisance des mesures de sécu­rité prises dans un lieu où l’on étudie les coro­na­vi­rus issus de chauves-souris (17 avrilA97). En 2019, la mise en place d’un bou­clier sani­taire pour la pro­tec­tion de la pro­vince du Yunnan incluant les Instituts Pasteur France et des antennes de la fon­da­tion Mérieux au Laos, Cambodge et Bangladesh échouait pareille­ment.
  6. La pos­si­bi­lité de l’o­ri­gine acci­den­telle du SARS-CoV‑2 du labo­ra­toire P4 de Wuhan est donc légi­ti­me­ment évo­quée. Avec trois hypo­thèses : celle d’une simple (mais très pro­blé­ma­tique) faille de sécu­rité, celle de la dis­sé­mi­na­tion acci­den­telle d’un pro­duit des­tiné à des armes bio­lo­giques, ou celle de la dis­sé­mi­na­tion inten­tion­nelle. Nous voyons déjà que seule la troi­sième peut être qua­li­fié de « théo­rie de com­plot ».

La pre­mière hypo­thèse (acci­dent) est à elle seule lourde de consé­quences sur le plan poli­tique. Elle dérange notam­ment ceux qui essaient de contre­car­rer les affir­ma­tions de Donald Trump accu­sant la Chine de n’a­voir rien fait pour éviter la pan­dé­mie. Des per­sonnes qua­li­fiées se sont donc mobi­li­sées afin de prou­ver que le SARS-CoV‑2 n’a­vait pas été « tra­fi­qué » dans un labo­ra­toire et qu’il pro­ve­nait direc­te­ment d’une lignée ani­male. Sam Husseini a répondu à ces ten­ta­tives de désa­mor­çage de sus­pi­cions qui pou­vaient pro­duire l’ef­fet d’une bombe… Il cite la lettre aux édi­teurs de Nature Medicine signée par Andersen KG et quatre col­lègues (17 marsA148) affir­mant :

Il est peu pro­bable que le SRAS-CoV‑2 soit apparu par mani­pu­la­tion en labo­ra­toire d’un coro­na­vi­rus appa­renté au SARS-CoV. Comme indi­qué ci-dessus, le RBD (Receptor Binding Domain) du SARS-CoV‑2 est opti­misé pour se lier à l’ACE2 humain avec une solu­tion effi­cace dif­fé­rente de celles pré­dites pré­cé­dem­ment […]. De plus, si une mani­pu­la­tion géné­tique avait été effec­tuée, l’un des nom­breux sys­tèmes de géné­tique inverse dis­po­nibles pour les béta­co­ro­na­vi­rus aurait pro­ba­ble­ment été uti­lisé […]. Cependant, les don­nées géné­tiques montrent irré­fu­ta­ble­ment que le SRAS-CoV‑2 n’est dérivé d’au­cune épine dor­sale de virus pré­cé­dem­ment uti­li­sée […].

Cet argu­ment a été dif­fusé très lar­ge­ment comme preuve irré­fu­table que le virus ne pou­vait pas être issu d’un labo­ra­toire. Il est le plus sou­vent énoncé sur un bruit de fond qui mélange les conspi­ra­tion­nistes (hypo­thèse 3) avec ceux qui évoquent la fabri­ca­tion d’armes bio­lo­giques (hypo­thèse 2) et même ceux qui se contentent de la pos­si­bi­lité d’une erreur humaine (hypo­thèse 1). Husseini remarque (24 avrilA89) :

Bien que les scien­ti­fiques affirment qu’il n’y a pas de « signa­ture » de labo­ra­toire connue dans l’ARN du SRAS-Cov‑2, leur argu­ment ne tient pas compte d’autres méthodes de labo­ra­toire qui auraient pu créer des muta­tions de coro­na­vi­rus sans lais­ser une telle signa­ture.

Le cher­cheur en bio­chi­mie Richard Ebright, de l’Université de Rutgers aux USA, répon­dait dans un mes­sage à Meryl Nass, lan­ceuse d’a­lerte sur les déve­lop­pe­ments d’armes bio­lo­giques (24 avrilA89) :

La séquence du génome du SARS-CoV‑2 n’a aucune signa­ture de mani­pu­la­tion humaine.

Cela exclut les types de recherche sur le gain de fonc­tion (GoF) qui laissent des signa­tures de mani­pu­la­tion humaine dans les séquences du génome (par exemple, l’u­ti­li­sa­tion de méthodes d’ADN recom­bi­nant pour construire des virus chi­mé­riques), mais n’ex­clut pas les types de recherche de GoF qui ne le font pas. lais­ser des signa­tures (par exemple la trans­mis­sion en série chez les ani­maux). [Je sou­ligne.]

Il est très facile d’imaginer l’équivalent des « 10 pas­sages chez le furet » de Fouchier avec le virus de la grippe H5N1, mais, dans ce cas, avec 10 pas­sages chez des pri­mates non humains atteints de coro­na­vi­rus de chauve-souris RaTG13 ou de coro­na­vi­rus de chauve-souris KP876546.

Le der­nier para­graphe fait allu­sion à une expé­rience menée sur le virus H1N1 dans un labo­ra­toire de Rotterdam auquel Ron Fouchier était rat­ta­ché (2012N89). Un édi­to­rial du New York Times l’é­vo­quait en ces termes (2012N90) :

La recherche la plus effrayante a été effec­tuée par des scien­ti­fiques du centre médi­cal Erasmus de Rotterdam, qui ont cher­ché à décou­vrir la pro­ba­bi­lité que le virus de la « grippe aviaire », dési­gné par A(H5N1), mute d’une forme qui rare­ment infecte ou se pro­page chez les humains, vers une forme hau­te­ment trans­mis­sible par la toux ou les éter­nue­ments. […]

En tra­vaillant avec des furets, l’a­ni­mal qui res­semble le plus aux humains pour sa réponse à la grippe, les cher­cheurs ont décou­vert que seule­ment cinq muta­tions géné­tiques per­met­taient au virus de se pro­pa­ger dans l’air d’un furet à l’autre tout en conser­vant sa léta­lité.

Ces résul­tats ont conduit à une demande sans pré­cé­dent d’un conseil consul­ta­tif fédé­ral amé­ri­cain que les cher­cheurs et les deux revues scien­ti­fiques qui envi­sagent de publier les études omettent tous les détails qui pour­raient aider des ter­ro­ristes à com­prendre com­ment déclen­cher une pan­dé­mie dévas­ta­trice.

Autrement dit, l’hy­po­thèse envi­sa­gée n’est pas celle d’un engi­nee­ring géné­tique mais de muta­tions appa­rais­sant « natu­rel­le­ment » dans la trans­mis­sion entre ani­maux. Aucun mar­queur géné­tique humain n’est visible dans ce pro­ces­sus. Une expé­rience simi­laire a donné lieu à une publi­ca­tion dans Nature la même année (Imai M, Kawaoka Y et al., 2012N91).

Les épi­dé­mio­lo­gistes Marc Lipsitch et Alison P. Galvani avaient réagi aux tra­vaux sur le gain de fonc­tion des virus H5N1 (2014N92) :

Compte tenu de ce risque, des prin­cipes éthiques tels que ceux énon­cés dans le Code de Nuremberg dictent que de telles expé­riences ne devraient être auto­ri­sées que si elles pro­curent des avan­tages huma­ni­taires pro­por­tion­nels au risque et si ces avan­tages ne peuvent être obte­nus par des moyens moins ris­qués.

Nous sou­te­nons qu’il est peu pro­bable que les deux prin­ci­paux avan­tages reven­di­qués pour ces expé­riences — une concep­tion amé­lio­rée des vac­cins et une meilleure inter­pré­ta­tion de la sur­veillance — soient obte­nus par la créa­tion de poten­tiels agents patho­gènes pan­dé­miques (PPP), sou­vent appe­lés expé­riences de « gain de fonc­tion » (GOF).

Husseini constate (24 avrilA89) :

On peut croire qu’il existe un consen­sus scien­ti­fique selon lequel la pan­dé­mie n’est pas sortie d’un labo­ra­toire. Mais en réa­lité un bon nombre de scien­ti­fiques les plus com­pé­tents dans le domaine sont par­ti­cu­liè­re­ment silen­cieux. Cela com­prend Lipsitch à Harvard, Jonathan A. King au MIT et bien d’autres.

L’an der­nier, Lynn Klotz, du Center for Arms Control and Non-Proliferation, a écrit un article dans le Bulletin of the Atomic Scientists inti­tulé L’erreur humaine dans les labo­ra­toires à haut niveau de confi­ne­ment bio­lo­gique : une menace pan­dé­mique pro­bable.

Klotz y aler­tait la com­mu­nauté scien­ti­fique en ces termes (2019N93) :

Les inci­dents pro­vo­quant une expo­si­tion poten­tielle aux agents patho­gènes se pro­duisent fré­quem­ment dans les labo­ra­toires de haute sécu­rité sou­vent connus sous leurs acro­nymes BSL3 (niveau de bio­sé­cu­rité 3) et BSL4. Les inci­dents de labo­ra­toire qui conduisent à des infec­tions contrac­tées en labo­ra­toire non détec­tées ou non signa­lées peuvent entraî­ner la pro­pa­ga­tion d’une mala­die dans la com­mu­nauté à l’ex­té­rieur du labo­ra­toire ; les employés de labo­ra­toire atteints de telles infec­tions quit­te­ront le tra­vail en char­riant avec eux l’agent patho­gène. S’il s’agit d’un patho­gène pan­dé­mique poten­tiel, une telle dis­sé­mi­na­tion com­mu­nau­taire pour­rait conduire à une pan­dé­mie mon­diale avec de nom­breux décès. Le plus pré­oc­cu­pant est la libé­ra­tion d’un virus de l’in­fluenza aviaire hau­te­ment patho­gène trans­mis­sible par les mam­mi­fères, trans­mis par l’air, créé par les labo­ra­toires, comme les virus H5N1 trans­mis­sibles par l’air créés dans les labo­ra­toires de Ron Fouchier aux Pays-Bas et de Yoshihiro Kawaoka à Madison, Wisconsin.

Francis A. BoyleN94, pro­fes­seur de droit inter­na­tio­nal, est à l’o­ri­gine de la rédac­tion du Biological Weapons Anti-Terrorism Act de 1989 (BWATA), ver­sion amé­ri­caine de la conven­tion de 1972 sur les armes bio­lo­giques. Auteur de l’ou­vrage Biowarfare and Terrorism (2005N95), il lan­çait en 2015N96 :

Depuis le 11 sep­tembre 2001, nous avons dépensé envi­ron 100 mil­liards de dol­lars en guerre bio­lo­gique [aux USA]. En fait, nous avons main­te­nant une indus­trie de guerre bio­lo­gique offen­sive dans ce pays qui viole la Convention sur les armes bio­lo­giques et ma Loi anti­ter­ro­riste sur les armes bio­lo­giques de 1989 [N97].

Cette loi décré­tait notam­ment (1989N97) :

Quiconque déve­loppe sciem­ment, pro­duit, stocke, trans­fère, acquiert, conserve ou pos­sède un agent bio­lo­gique, une toxine ou un sys­tème de dis­tri­bu­tion pour une uti­li­sa­tion comme arme, ou aide sciem­ment un État étran­ger ou une orga­ni­sa­tion à le faire, sera condamné à une amende sous ce titre, ou empri­sonné à per­pé­tuité ou pour une période de plu­sieurs années, ou les deux. Il existe une juri­dic­tion fédé­rale extra­ter­ri­to­riale sur une infrac­tion à cet article com­mise par ou contre un res­sor­tis­sant des États-Unis.

Le cadre légal amé­ri­cain permet de com­prendre les efforts déployés pour laver les déci­deurs et les scien­ti­fiques amé­ri­cains de toute sus­pi­cion d’ac­ti­vité sus­cep­tible de faci­li­ter la mise au point d’armes bio­lo­giques, quel que soit le pro­cédé uti­lisé à cet effet.

Très engagé poli­ti­que­ment — ancien membre du Comité direc­teur d’Amnesty International et cri­tique acerbe de la poli­tique d’Israël dans ses rap­ports avec les Palestiniens — Francis Boyle ajou­tait (2015N96) :

Nos adver­saires pré­su­més du monde entier, comme la Russie et la Chine, sont sans aucun doute par­ve­nus aux mêmes conclu­sions que celles que j’ai tirées des mêmes sources ouvertes et publiques, et ont répondu en nature. Ainsi, le monde est main­te­nant témoin d’une course aux arme­ments offen­sive tous azi­muts de guerre bio­lo­gique entre les prin­ci­pales puis­sances mili­taires du monde : États-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine, Israël, entre autres.

La com­pé­tence de Boyle s’ar­rête au cadre juri­dique qui vient d’être briè­ve­ment énoncé. Pour ce qui est de la pan­dé­mie CoVID-19, il s’est campé dans une pos­ture de théo­ri­cien du com­plot s’ap­puyant uni­que­ment sur des infor­ma­tions — sou­vent fausses — col­lec­tées sur Internet. Exemple typique de pro­fes­sion­nel com­pé­tent recy­clé en « expert YouTube »…

Dans une réac­tion du Guardian à la publi­ca­tion de Kawaoka et al. (2012N91), Ian Sample citait Lord May, ancien pré­sident de la Royal Society et ancien­ne­ment conseiller scien­ti­fique atti­tré du gou­ver­ne­ment du Royaume-Uni (2014N98) :

Le tra­vail qu’ils font est abso­lu­ment fou. Tout cela est extrê­me­ment dan­ge­reux. Oui, il y a un danger, mais il ne pro­vient pas des virus pré­sents sur les ani­maux. Il pro­vient des labo­ra­toires [diri­gés par] des gens très ambi­tieux.

Ian Sample ajou­tait (2014N98) :

Ce tra­vail est le der­nier d’une série d’é­tudes contro­ver­sées qui ont divisé la com­mu­nauté scien­ti­fique. D’un côté, des cher­cheurs qui créent des virus dan­ge­reux dans des labo­ra­toires sécu­ri­sés dans l’es­poir d’ap­prendre com­ment les souches exis­tantes pour­raient muter en consti­tuant une menace poten­tielle pour les humains. De l’autre, il y a des scien­ti­fiques qui sou­tiennent que le tra­vail fait peu ou rien pour aider à pro­té­ger les gens, mais met plutôt la popu­la­tion mon­diale en danger.

Sam Husseini conclut (24 avrilA89) :

Quelle que soit la cause de la pan­dé­mie actuelle, ces labo­ra­toires de guerre biologique/de bio­dé­fense devraient être exa­mi­nés de manière beau­coup plus appro­fon­die. L’appel à leur fer­me­ture par Boyle et d’autres devrait être clai­re­ment entendu — et la lumière devrait être faite pré­ci­sé­ment sur les recherches qui y sont menées.


Le secret de ces labo­ra­toires pour­rait nous empê­cher de connaître avec cer­ti­tude les ori­gines de la pan­dé­mie actuelle. Il pour­rait s’agir d’une libé­ra­tion en labo­ra­toire, vrai­sem­bla­ble­ment acci­den­telle, ou d’une infec­tion « zoo­no­tique », de l’a­ni­mal à l’homme.

➡ J’ai eu le bon réflexe de docu­men­ter ce sujet avant de lire l’ar­ticle de William Audureau dans Le Monde (6 marsA157)…

La suite…

Début août 2020, les incer­ti­tudes sub­sistent sur la suite de cette pan­dé­mie — terme remis en ques­tion par cer­tains ana­lystes —, la per­ti­nence des solu­tions mises en place pour échap­per à une hypo­thé­tique « seconde vague », l’ef­fi­ca­cité des mesures de pro­tec­tion : port du masque etc. Il n’est pas du res­sort d’un site de veille scien­ti­fique de faire le tri entre ce qui, du côté des cher­cheurs, relève d’hy­po­thèses et d’ex­tra­po­la­tion des don­nées, et du côté du grand public, d’o­pi­nions agré­gées dans un sys­tème de croyances…

Une cer­ti­tude : l’é­pi­dé­mie CoVID-19 a ins­tallé dans le monde entier des pra­tiques qui dés­équ­librent for­te­ment les sys­tèmes de santé au détri­ment de la lutte contre d’autres mala­dies infec­tieuses dont la pré­va­lence et la léta­lité seraient plus impor­tantes. En sau­vant des cen­taines de mil­liers de malades de CoVID-19, n’aurait-on pas causé le décès de plus nom­breux malades de tuber­cu­lose, de VIH et de mala­ria ? La ques­tion est rare­ment posée dans les pays occi­den­taux car ces grandes épi­dé­mies touchent prin­ci­pa­le­ment les pays du Sud…

Voici pour ter­mi­ner le début d’un article très docu­menté de la jour­na­liste Apoorva Mandavilli, lau­réate en 2019 du Victor Cohn Prize for Excellence in Medical Science Reporting (3 aoûtA2) :

« Jusqu’à cette année, la tuber­cu­lose et ses alliés mor­tels, le VIH et le palu­disme, étaient en déclin. Le bilan de cha­cune de ces mala­dies au cours de la décen­nie pré­cé­dente était à son plus bas en 2018, der­nière année pour laquelle des don­nées sont dis­po­nibles.

Pourtant, main­te­nant, alors que la pan­dé­mie de coro­na­vi­rus se pro­page dans le monde entier, consom­mant les res­sources de santé mon­diales, ces adver­saires per­pé­tuel­le­ment négli­gés sont de retour.

La covid-19 risque de faire dérailler tous nos efforts et de nous rame­ner là où nous étions il y a 20 ans”, a déclaré le Dr Pedro L. Alonso, direc­teur du pro­gramme mon­dial de lutte contre le palu­disme de l’Organisation mon­diale de la santé.

Ce n’est pas seule­ment que le coro­na­vi­rus a détourné l’attention scien­ti­fique de la tuber­cu­lose, du VIH et du palu­disme. Les confi­ne­ments, en par­ti­cu­lier dans cer­taines régions d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, ont sou­levé des obs­tacles insur­mon­tables pour les patients qui doivent voya­ger pour obte­nir des diag­nos­tics ou des médi­ca­ments, selon des entre­tiens avec plus de deux dou­zaines de res­pon­sables de la santé publique, de méde­cins et de patients dans le monde.

La peur du coro­na­vi­rus et la fer­me­ture des cli­niques ont éloi­gné de nom­breux patients aux prises avec le VIH, la tuber­cu­lose et le palu­disme, tandis que les res­tric­tions sur les voyages aériens et mari­times ont gra­ve­ment limité la livrai­son de médi­ca­ments dans les régions les plus tou­chées.

Environ 80 pour cent des pro­grammes de lutte contre le palu­disme, la tuber­cu­lose, du VIH dans le monde ont signalé des per­tur­ba­tions dans leurs ser­vices, et une per­sonne sur quatre vivant avec le VIH a signalé des pro­blèmes d’ac­cès aux médi­ca­ments, selon UNAIDS. Les inter­rup­tions ou les retards de trai­te­ment peuvent conduire à une résis­tance aux médi­ca­ments, déjà un pro­blème redou­table dans de nom­breux pays.

En Inde, où vivent envi­ron 27% des cas de tuber­cu­leux dans le monde, les diag­nos­tics ont chuté de près de 75% depuis le début de la pan­dé­mie. En Russie, les cli­niques du VIH ont été réaf­fec­tées à des tests de coro­na­vi­rus.

La saison du palu­disme a com­mencé en Afrique de l’Ouest, qui compte 90 pour cent des décès dus au palu­disme dans le monde, mais les stra­té­gies nor­males de pré­ven­tion – dis­tri­bu­tion de mous­ti­quaires impré­gnées d’in­sec­ti­cide et pul­vé­ri­sa­tion de pes­ti­cides – ont été réduites en raison des confi­ne­ments.

Selon une esti­ma­tion, un confi­ne­ment de trois mois dans dif­fé­rentes par­ties du monde et un retour pro­gres­sif à la nor­male sur 10 mois pour­raient entraî­ner 6,3 mil­lions de cas sup­plé­men­taires de tuber­cu­lose et 1,4 mil­lion de décès.

Une inter­rup­tion de six mois du trai­te­ment anti­ré­tro­vi­ral peut entraî­ner plus de 500 000 décès sup­plé­men­taires dus à des mala­dies liées au VIH, selon l’OMS. Un autre modèle de l’OMS a prédit que dans le pire des cas, les décès dus au palu­disme pour­raient dou­bler pour atteindre 770 000 par an.

Plusieurs experts en santé publique, cer­tains au bord des larmes, ont averti que si les ten­dances actuelles se pour­suivent, le coro­na­vi­rus est sus­cep­tible de faire recu­ler des années, voire des décen­nies, de pro­grès achar­nés contre la tuber­cu­lose, le VIH et le palu­disme. »

✓ Références

🔵 Notes pour la ver­sion papier :
- Les iden­ti­fiants de liens per­mettent d’atteindre faci­le­ment les pages web aux­quelles ils font réfé­rence.
- Pour visi­ter « 0bim », entrer dans un navi­ga­teur l’adresse « https://​leti​.lt/0bim ».
- On peut aussi consul­ter le ser­veur de liens https://​leti​.lt/​l​i​ens et la liste des pages cibles https://​leti​.lt/​l​i​ste.

  • A1 · 853v · 🔴 COVID-19 tes­ting – Wikipedia
  • A2 · rxy1 · ‘The Biggest Monster’ Is Spreading. And It’s Not the Coronavirus – A Mandavilli (3 août)
  • A3 · fj0j · Fin de Partie pour la Chloroquine – J Anso (30 juillet)
  • A4 · s6qs · Quand big pharma prend notre santé en otage – L Vercoustre (12 juillet)
  • A5 · v8ac · Hydroxychloroquine versus Remdesivir : la guerre du médi­ca­ment n’est pas ter­mi­née – L Mucchielli (8 juillet)
  • A6 · zt5k · Quelques leçons de la crise – Formindep (3 juillet)
  • A7 · s510 · Remdesivir : recom­mandé sans preuve d’efficacité ? – J Anso (1er juillet)
  • A8 · z6xd · Mortality and Morbidity : The Measure of a Pandemic – Zylke JW & Bauchner H (1er juillet)
  • A9 · utz3 · Quercetin : New Hype for COVID-19 ? – E Hlavinka (1er juillet)
  • A10 · r2up · Excess Deaths From COVID-19 and Other Causes, March-April 2020 – Woolf SH et al. (1er juillet)
  • A11 · wa4k · Estimation of Excess Deaths Associated With the COVID-19 Pandemic in the United States, March to May 2020 – Weinberger DM et al. (1er juillet)
  • A12 · ep0r · Explainer : how is the vac­cine pipe­line for Covid-19 loo­king ? – A King (30 juin)
  • A13 · r74r · « Plus l’é­chan­tillon d’un essai cli­nique est faible, plus c’est signi­fi­ca­tif » : que veut dire Didier Raoult ? – F Gouthière (28 juin)
  • A14 · jj5n · Virus patients less likely to die now than at peak of crisis – T Whipple (26 juin)
  • A15 · f8ho · La Covid va-t-elle res­sus­ci­ter le chal­lenge infec­tieux ? – A Laroche (24 juin)
  • A16 · f72g · Commercial influence and covid-19 – Moynihan R et al. (24 juin)
  • A17 · zxi9 · Revenus versés par BigPharma. A partir de 12 on a un foyer épi­dé­mique de conflits d’intérêts ? - FranceSoir (24 juin)
  • A18 · tg9b · COVID Care for Clinicians - EVMS (22 juin)
  • A19 · ub62 · Être juge et partie, ou com­ment contrô­ler une revue scien­ti­fique – Y Gringas & M Khelfaoui (21 juin)
  • A20 · hex1 · Quercetin and Vitamin C : An Experimental, Synergistic Therapy for the Prevention and Treatment of SARS-CoV‑2 Related Disease (COVID-19) – Biancatelli RLMC et al. (19 juin)
  • A21 · n9hf · CovidPapers : quand les enquêtes citoyennes pro­pagent le pire – J Anso (18 juin)
  • A22 · gr7l · CovidPapers, Recovery : Incompétence, Mensonge, Manipulation et gros dol­lars - Collectif Citoyen pour France Soir (17 juin)
  • A23 · ibj1 · Dexaméthasone : un médi­ca­ment ancien et bon marché effi­cace contre le coro­na­vi­rus ? – N Wheate (17 juin)
  • A24 · wy53 · Vaccination Strategies to Combat Novel Corona Virus SARS-CoV‑2 – Pandey SC et al. (12 juin) 🔵 pré­pu­bli­ca­tion
  • A25 · x3g6 · Une récente méta-analyse favo­rable à la chlo­ro­quine sonne-t-elle la fin de partie ? – J Anso (11 juin)
  • A26 · r0vj · L’action publique face à la crise du Covid-19, note de l’Institut Montaigne – N Bauquet (juin)
  • A27 · wkc2 · Un ancien patron du MI‑6 affirme que le coro­na­vi­rus de Wuhan a été fabri­qué dans un labo­ra­toire chi­nois – A Girard (7 juin)
  • A28 · t0kb · Development of an Inactivated Vaccine Candidate, BBIBP-CorV, with Potent Protection against SARS-CoV‑2 – Hui Wang et al. (6 juin)
  • A29 · v1u1 · Clinical Efficacy of Chloroquine deri­va­tives in COVID-19 Infection : Comparative meta-analysis bet­ween the Big data and the real world – Millon M et al. (6 juin)
  • A30 · dn3h · Waiting for Certainty on Covid-19 Antibody Tests — At What Cost ? – Weinstein MC et al. (5 juin)
  • A31 · ewt3 · Émission “Grand entre­tien avec Arnaud Fontanet” – La Méthode scien­ti­fique (4 juin)
  • A32 · x6x9 · Association of Noninvasive Oxygenation Strategies With All-Cause Mortality in Adults With Acute Hypoxemic Respiratory Failure – Ferreyro BL et al. (4 juin)
  • A33 · zj54 · Effect of Convalescent Plasma Therapy on Time to Clinical Improvement in Patients With Severe and Life-threatening COVID-19 – Li L et al. (3 juin)
  • A34 · nsh7 · Expression of concern : Hydroxychloroquine or chlo­ro­quine with or without a macro­lide for treat­ment of COVID-19 : a mul­ti­na­tio­nal regis­try ana­ly­sis – Lancet edi­tors (3 juin)
  • A35 · ab7f · A Randomized Trial of Hydroxychloroquine as Postexposure Prophylaxis for Covid-19 – Boulware DL et al. (3 juin)
  • A36 · e95b · Coronavirus : Sweden’s Tegnell admits too many died – BBC (3 juin)
  • A37 · ibe0 · Dr. Anthony Fauci says the­re’s a chance coro­na­vi­rus vac­cine may not pro­vide immu­nity for very long – B Lovelace Jr. (2 juin)
  • A38 · i208 · Data from Mehra et al. (2020–05-29), “Hydroxychloroquine or chlo­ro­quine with or without a macro­lide for treat­ment of COVID-19 : a mul­ti­na­tio­nal regis­try ana­ly­sis” – TA Munro (2 juin)
  • A39 · d7u0 · Vidéo “Big Pharma : Interview with ex-editor-in-chief of NEJM, Marcia Angell” - (2 juin)
  • A40 · mz6q · Expression of Concern : Mehra MR et al. Cardiovascular Disease, Drug Therapy, and Mortality in Covid-19 – E Rubin (2 juin)
  • A41 · yt4d · Vidéo “Pourquoi les enfants sont moins sen­sibles au SARS-CoV‑2” – D Raoult (2 juin)
  • A42 · wy1d · Un rap­port offi­ciel alle­mand dénonce la pan­dé­mie COVID-19 comme « une fausse alerte mon­diale » – D Pozzati (1er juin)
  • A43 · i9am · The immune system of chil­dren : the key to unders­tan­ding SARS-CoV‑2 sus­cep­ti­bi­lity ? – R Carsetti et al. (1er juin)
  • A44 · s3rb · Corrections de l’ar­ticle “Hydroxychloroquine or chlo­ro­quine with or without a macro­lide for treat­ment of COVID-19” – MR Mehra et al. (30 mai)
  • A45 · jy1f · Hydroxychloroquine : autop­sie d’une dés­in­for­ma­tion géné­ra­li­sée – J Anso (29 mai)
  • A46 · vq37 · Record flu vac­cines in 2020 to pro­tect Australians – Greg Hunt (27 mai)
  • A47 · pzv1 · An open letter to Mehra et al and The Lancet – J Watson et al. (28 mai)
  • A48 · yiw7 · Questions raised over hydroxy­chlo­ro­quine study which caused WHO to halt trials for Covid-19 – M Davey (27 mai)
  • A49 · ok66 · « Fin de partie » pour l’hydroxychloroquine ? Une escro­que­rie intel­lec­tuelle – L Mucchielli (26 mai)
  • A50 · a38l · Hydroxychloroquine. Quand on veut tuer son chien… – Bribes d’Info (26 mai)
  • A51 · c3pt · Vidéo “4000 patients trai­tés VS Big Data : qui croire ?” – D Raoult (25 mai)
  • A52 · r226 · Mandeep Mehra, l’hy­droxy­chlo­ro­quine pas effi­cace pour des patients hos­pi­ta­li­sés mais… – Interview de M Mehra (23 mai)
  • A53 · v643 · Confinement : la pire stra­té­gie de santé publique ? – J Anso (23 mai)
  • A54 · dkh6 · LANCET : publi­ca­tion Mehra et al. sur l’hy­droxy­chlo­ro­quine. Chercher l’er­reur ! Les erreurs ! – Collectif « Laissons les méde­cins pres­crire » (23 mai)
  • A55 · j5co · PubPeer : cri­tique de l’é­tude de Mehra et al., The Lancet doi : 10.1016/s0140-6736(20)31180–6 (22 mai)
  • A56 · ybf1 · Coronavirus tra­cked : the latest figures as coun­tries fight to contain the pan­de­mic – FT Visual & Data Journalism team (22 mai)
  • A57 · s450 · Des cher­cheurs revoient le seuil d’immunité col­lec­tive à la baisse – L Barnéoud (22 mai)
  • A58 · a5va · Hydroxychloroquine or chlo­ro­quine with or without a macro­lide for treat­ment of COVID-19 : a mul­ti­na­tio­nal regis­try ana­ly­sis – MR Mehra et al. (22 mai) 🔵 rétracté
  • A59 · tuz5 · Sunetra Gupta : Covid-19 is on the way out – F Sayers (21 mai)
  • A60 · kij5 · La grippe 2020 plus meur­trière en France que le SARS-COV‑2 – F Pesty (20 mai)
  • A61 · wv19 · COVID-19 : Marseille 5 – Paris 1 juste les chiffres – France Soir (20 mai)
  • A62 · gpf3 · Epidemiologische Abklärung am Beispiel COVID-19 – Service Presse AGES (20 mai)
  • A63 · aja2 · Vaccin : les bonnes affaires des diri­geants de la bio­tech Moderna – S Rolland (19 mai)
  • A64 · w2sc · Vidéo “Comparaison des courbes épi­dé­miques selon villes et pays” – IHU Marseille (19 mai)
  • A65 · rsz7 · Effect of Quercetin on Prophylaxis and Treatment of COVID-19 – Hasan Önal et al. (15 mai)
  • A66 · vx5i · London ‘hit with just 24 new coro­na­vi­rus cases a day’ as model­ling shows ‘R’ rate lowest in coun­try – S Morrison (15 mai)
  • A67 · tt43 · Targets of T Cell Responses to SARS-CoV‑2 Coronavirus in Humans with COVID-19 Disease and Unexposed Individuals – Grifoni A et al. (14 mai)
  • A68 · ttku · La course aveugle aux vac­cins contre le Covid-19 – L Barnéoud (14 mai)
  • A69 · ko1t · Assessment of Deaths From COVID-19 and From Seasonal Influenza – JS Faust & C del Rio (14 mai)
  • A70 · q5nh · SARS-CoV‑2 Rates in BCG-Vaccinated and Unvaccinated Young Adults – U Hamiel et al. (13 mai)
  • A71 · zaix · Coronavirus : l’es­sai Discovery est-il un fiasco ? – L Ballongue (13 mai)
  • A72 · kvuf · Association of Treatment With Hydroxychloroquine or Azithromycin With In-Hospital Mortality in Patients With COVID-19 in New York State – Rosenberg ES et al. (11 mai)
  • A73 · icx1 · Analyse des Krisenmanagements (PDF) – Referat KM4 (7 mai)
  • A74 · rw0b · Nouvelle inter­view de Michael Levitt, prix Nobel de chimie : le confi­ne­ment a été « une énorme erreur » (7 mai).
  • A75 · qlr0 · Observational Study of Hydroxychloroquine in Hospitalized Patients with Covid-19 – J Geleris et al. (7 mai)
  • A76 · a9uz · Hydroxychloroquine et Covid-19 : l’étude qui change la donne ? – Jérémy Anso (6 mai)
  • A77 · rl33 · Early treat­ment of COVID-19 patients with hydroxy­chlo­ro­quine and azi­thro­my­cin : A retros­pec­tive ana­ly­sis of 1061 cases in Marseille, France – M Million et al. (5 mai)
  • A78 · z8io · Pr François Amblard : « Après avoir vu la maî­trise coréenne contre l’é­pi­dé­mie j’ai assisté au désastre fran­çais » – Damien Coulomb (5 mai)
  • A79 · msl4 · Pfizer Begins Human Trials of Possible Coronavirus Vaccine – K Sheikh (5 mai)
  • A80 · jlkp · Sweden tames its ‘R number’ without lock­down – Fraser Nelson (4 mai)
  • A81 · uam1 · Vaccin anti-Covid-19 et immu­nité de groupe, c’est non… et encore non – E Khan (3 mai)
  • A82 · e0le · Confinés mais non testés, la potion toxique des Gaulois – JP Nordmann (2 mai)
  • A83 · cit4 · Cardiovascular Disease, Drug Therapy, and Mortality in Covid-19 – MR Mehra et al. (1er mai) 🔵 rétracté
  • A84 · 27i8 · Hydroxychloroquine appli­ca­tion is asso­cia­ted with a decrea­sed mor­ta­lity in cri­ti­cally ill patients with COVID-19 – B Yu et al. (1er mai) 🔵 pre­print
  • A85 · w7t5 · Full lock­down poli­cies in Western Europe coun­tries have no evident impacts on the COVID-19 epi­de­mic – TAJ Meunier (1er mai) 🔵 pre­print
  • A86 · 6r7u · On the fal­li­bi­lity of simu­la­tion models in infor­ming pan­de­mic res­ponses – Gurdasani D et al. (30 avril)
  • A87 · r9nx · In Race for a Coronavirus Vaccine, an Oxford Group Leaps Ahead – DD Kirkpatrick (27 avril)
  • A88 · 4j6q · Contre le coro­na­vi­rus, pre­miers résul­tats non concluants de l’antiviral Remdesivir lors d’un essai cli­nique – Le Monde (24 avril)
  • A89 · ux4a · Did this Virus Come from a Lab ? Maybe Not — But it Exposes the Threat of a Biowarfare Arms Race – S Husseini (24 avril)
  • A90 · n7em · COVID-19 : STROBE et CONSORT sont des lignes direc­trices incon­nues à l’IHU de Marseille – Hervé Maisonneuve (23 avril)
  • A91 · dikq · En Suède, le Covid-19 n’a rien changé (ou presque) – B Viennot (22 avril)
  • A92 · pe10 · La Querelle Raoult (Série) : A la recherche de la raison dans la contro­verse sur l’hydroxychloroquine – M Rameaux (21 avril)
  • A93 · lcv3 · Dr. Vladimir Zelenko has now trea­ted over 1,450 coro­na­vi­rus patients (2 deaths) using hydroxy­chlo­ro­quine with 99.99% suc­cess rate – N Louise (21 avril) 🔵 à confir­mer
  • A94 · mz1t · Professeur Raoult : les rai­sons de la méfiance – J Anso (17 avril)
  • A95 · oe29 · The poten­tial danger of subop­ti­mal anti­body res­ponses in COVID-19 – A Iwazaki & Y Yang (21 avril)
  • A96 · pnc8 · In Sweden, Will Voluntary Self-Isolation Work Better Than State-Enforced Lockdowns in the Long Run ? – J Norberg (17 avril)
  • A97 · xq2d · Covid-19 : enquête sur le P4 de Wuhan, ce labo­ra­toire en partie financé par la France où a été iden­ti­fié le virus – P Reltien (17 avril)
  • A98 · lvw5 · Covid-19 : inter­ro­ga­tions sur l’excrétion du virus et la réponse en anti­corps – M Gozlan (17 avril)
  • A99 · 53cy · Some thoughts on thin­king cri­ti­cally in times of uncer­tainty, and the trap of lop­si­ded skep­ti­cism – D Minger (16 avril)
  • A100 · sv1g · Early peek at data on Gilead coro­na­vi­rus drug sug­gests patients are respon­ding to treat­ment – A Feuerstein, M Herper (16 avril)
  • A101 · tc2r · Beyond R0 : Heterogeneity in secon­dary infec­tions and pro­ba­bi­lis­tic epi­de­mic fore­cas­ting – L Hébert-Dufresne et al. (16 avril)
  • A102 · 6mq5 · Gilead takes a hit after a closely-watched Covid-19 trial of rem­de­si­vir is quietly ter­mi­na­ted, rai­sing fresh doubts – J Carroll (15 avril)
  • A103 · djrd · Saliva is a reliable tool to detect SARS-CoV‑2 – L Azzi et al. (14 avril)
  • A104 · db63 · News Feature : Avoiding pit­falls in the pur­suit of a COVID-19 vac­cine – L Peeples (14 avril)
  • A105 · 9rfw · Coronavirus : trois méde­cins géné­ra­listes pensent avoir trouvé un pos­sible remède – Y Leroy (13 avril)
  • A106 · sh6z · « Ce coro­na­vi­rus est beau­coup plus conta­gieux que le pre­mier Sras de 2003 », estime le viro­logue Christian Bréchot – France Info (11 avril)
  • A107 · kxqn · Elsevier inves­ti­ga­ting hydroxychloroquine-COVID-19 paper – A Marcus (12 avril)
  • A108 · 1j2x · Physicians say treat­ment can keep COVID patients off ven­ti­la­tor – EVMS News (10 avril)
  • A109 · krs9 · (MAJ 10/04) – Les morts invi­sibles du coro­na­vi­rus : la vérité der­rière les chiffres offi­ciels – L Gautheron, C Gence (10 avril)
  • A110 · zt0s · The “recent drop” in U.S. pneu­mo­nia deaths is actually an always-present lag in repor­ting – u/cookgame (10 avril)
  • A111 · iin1 · Safety of hydroxy­chlo­ro­quine, alone and in com­bi­na­tion with azi­thro­my­cin, in light of rapid wide-spread use for COVID-19 : a mul­ti­na­tio­nal, net­work cohort and self-controlled case series study – JCE Lane et al. (10 avril) 🔵 pre­print
  • A112 · 16e4 · Coronavirus : en Suède, les hôpi­taux ont pres­crit de l’hydroxychloroquine avant de rapi­de­ment s’arrêter – AF Hivert (9 avril)
  • A113 · 2mz6 · Covid-19 : il peut pro­vo­quer la mort par arrêt car­diaque sans détresse res­pi­ra­toire – S Girardot (8 avril)
  • A114 · 78e8 · La thèse de la double « affec­tion » se confirme. Esquisse d’un méca­nisme de déve­lop­pe­ment du Covid-19 – B Dugué (7 avril)
  • A115 · k2iz · Coronavirus : l’in­tu­ba­tion des patients en réani­ma­tion, un geste tout sauf anodin – LCI (6 avril)
  • A116 · mqwv · Open Label Single-Center Study of Emergency Hyperbaric Oxygen for Respiratory Distress in Patients With COVID-19NYU Winthrop Hospital (6 avril) 🔵 pre­print
  • A117 · kdnx · Face au COVID-19, chan­ger de cap est-il encore pos­sible ? – X Deparis (4 avril)
  • A118 · qxpm · How deadly is the coro­na­vi­rus ? It’s still far from clear – J Lee (4 avril)
  • A119 · sd9q · Christian Perronne : « Les tirs de bar­rage reçus par Didier Raoult sont aussi liés à des que­relles d’égos » (2 avril)
  • A120 · njx7 · Didier Raoult : « Le méde­cin peut et doit réflé­chir comme un méde­cin, et non pas comme un métho­do­lo­giste » (2 avril)
  • A121 · csqo · Hydroxychloroquine : une étude fran­çaise de grande ampleur coor­don­née par le CHU d’Angers – A Laroche (1er avril)
  • A122 · wjug · Claims vita­min C can prevent or cure COVID-19 unfoun­ded, experts warn – Bogart N (31 mars)
  • A123 · a1tb · Efficacy of hydroxy­chlo­ro­quine in patients with COVID-19 : results of a ran­do­mi­zed cli­ni­cal trial – Z Chen et al. (30 mars) 🔵 à confir­mer
  • A124 · dcuo · Une partie de l’Afrique mise sur la chlo­ro­quine contre le Covid-2019 – R El Azzouzi (30 mars)
  • A125 · fpx7 · Pour soi­gner en France, faut-il faire autant de Raoult ? – E Roche (29 mars)
  • A126 · cjte · Covid-19 : À propos de la chlo­ro­quine et de l’inimaginable pénu­rie des masques en France – P Gorny (29 mars)
  • A127 · ijsd · L’affaire Chloroquine – C Rochet (29 mars)
  • A128 · tbg1 · Clinical and micro­bio­lo­gi­cal effect of a com­bi­na­tion of hydroxy­chlo­ro­quine and azi­thro­my­cin in 80 COVID-19 patients with at least a six-day follow up : an obser­va­tio­nal study – Gautret P et al. (27 mars PDF)
  • A129 · 6n9c · Un méde­cin amé­ri­cain aurait traité avec succès plus de 500 patients avec l’hydroxychloroquine – Caducee​.net (26 mars) 🔵 à confir­mer
  • A130 · licw · Q&As novel coro­na­vi­rus COVID-19 – Pays-Bas (26 mars)
  • A131 · l1n3 · Aucune effi­ca­cité de la Chloroquine contre le Covid19 d’après un nouvel essai chi­nois – O Berruyer (26 mars)
  • A132 · kmsp · Chloroquine genius Didier Raoult to save the world from COVID-19 – Leonid Schneider (26 mars)
  • A133 · 3lk3 · Hydroxychloroquine et Covid-19 : un essai ran­do­misé chi­nois néga­tif – P Tellier (26 mars)
  • A134 · p5s9 · « On m’a répondu qu’il fal­lait res­pec­ter les pro­cé­dures » : la colère d’un géné­ti­cien qui n’a pas pu réa­li­ser des tests de dépis­tage du coro­na­vi­rus – Laetitia Cherel (25 mars)
  • A135 · 9yw6 · Lyon : Wauquiez veut sauver Famar, seul fabri­cant de chlo­ro­quine en France – J Boche (25 mars)
  • A136 · j8g0 · Coronavirus : un test belge en 15 minutes reçoit la cer­ti­fi­ca­tion – J Montay (24 mars)
  • A137 · v5jh · New York hos­pi­tals trea­ting coro­na­vi­rus patients with vita­min C – Mongelli L et Golding B (24 mars)
  • A138 · u0i1 · Coronavirus : un sys­tème de ven­ti­la­tion non-invasive réduit le recours à la res­pi­ra­tion arti­fi­cielle – JP Marre (23 mars)
  • A139 · eyw2 · Covid-19 : un second scan­dale de la Chloroquine – G Maudrux (23 mars)
  • A140 · ik0i · Epidémie à coro­na­vi­rus Covid-19, pro­to­cole de trai­te­ment – Philippe Brouqui et al. (22 mars)
  • A141 · syo9 · Covid19 & chlo­ro­quine : à propos d’une étude très fra­gile, et d’un dan­ge­reux embal­le­ment média­tique et poli­tique – Florian Gouthière (22 mars)
  • A142 · h6s3 · Derrière l’absence de dépis­tage massif au Covid-19, la réa­lité d’une pénu­rie – Mediapart (21 mars)
  • A143 · imrl · Covid-19 and the Stiff Upper Lip — The Pandemic Response in the United Kingdom – David J Hunter (20 mars)
  • A144 · r30p · COVID-19 : a recom­men­da­tion to exa­mine the effect of hydroxy­chlo­ro­quine in pre­ven­ting infec­tion and pro­gres­sion – Zhou D et al. (20 mars)
  • A145 · o9cg · Coronavirus disease 2019 : the harms of exag­ge­ra­ted infor­ma­tion and non-evidence-based mea­sures – John PA Ioannidis (19 mars)
  • A146 · k7gf · UN health chief announces global ‘soli­da­rity trial’ to jumps­tart search for COVID-19 treat­ment (18 mars)
  • A147 · hanu · Coronavirus : Sanofi prêt à offrir son anti­pa­lu­dique si les essais cli­niques sont confir­més – E Moreira (18 mars)
  • A148 · j012 · The proxi­mal origin of SARS-CoV‑2 – Andersen KG et al. (17 mars)
  • A149 · yps3 · Aminoquinolines Against Coronavirus Disease 2019 (COVID-19): Chloroquine or Hydroxychloroquine – Z Sahraei et al. (17 mars)
  • A150 · 72vp · A fiasco in the making ? As the coro­na­vi­rus pan­de­mic takes hold, we are making deci­sions without reliable data – John PA Ioannidis (17 mars)
  • A151 · lm2j · Hydroxychloroquine and azi­thro­my­cin as a treat­ment of COVID-19 : results of an open-label non-randomized cli­ni­cal trial – Gautret et al. (17 mars)
  • A152 · l0ih · Impact of non-pharmaceutical inter­ven­tions (NPIs) to reduce COVID19 mor­ta­lity and heal­th­care demand – Imperial College UK (16 mars)
  • A153 · 3zh1 · Coronavirus : le sur­pre­nant modèle anglais – Léo Goltzmann (16 mars)
  • A154 · a5ah · New insights on the anti­vi­ral effects of chlo­ro­quine against coro­na­vi­rus : what to expect for COVID-19 ? – Devaux CA, Rolain JM, Colson P, Raoult D (11 mars 2020)
  • A155 · 200v · Vidéo “Coronavirus (Covid-19) : symp­tômes et modes de trans­mis­sion” – Bulletin d’information scien­ti­fique de l’IHU (9 mars 2020)
  • A156 · jjt4 · Hydroxychloroquine and azi­thro­my­cin plus zinc vs hydroxy­chlo­ro­quine and azi­thro­my­cin alone : out­comes in hos­pi­ta­li­zed COVID-19 patients – Carlucci P et al. (8 mars) 🔵 pre­print
  • A157 · ov6i · Le coro­na­vi­rus, « arme bio­lo­gique » ? Le vrai du faux d’une vidéo virale – W Audureau (6 mars)
  • A158 · 3v82 · Mise à jour sur le test pour le coro­na­vi­rus : accord de dis­tri­bu­tion majeur pour le test COVID-19 – Novacyt (28 février)
  • A159 · 2c73 · The $95 bil­lion bio­tech Gilead just announ­ced plans to test a pro­mi­sing poten­tial coro­na­vi­rus treat­ment in 1,000 people – A Dunn (27 février)
  • A160 · cgut · A pilot study of hydroxy­chlo­ro­quine in treat­ment of patients with common coro­na­vi­rus disease-19 – Chen et al. (26 février)
  • A161 · 6fos · Gilead Sciences drug rem­de­si­vir may help treat coro­na­vi­rus symp­toms, accor­ding to WHOPR La Monica (25 février)
  • A162 · wr52 · An urgent call for rai­sing the scien­ti­fic rigo­rous­ness of cli­ni­cal trials on COVID-19 – Chen Feng, Hao Yuantao, Zhang Zhijie, et al. (en chi­nois, 24 février)
  • A163 · 7ex4 · Three Intravenous Vitamin C Research Studies Approved for Treating COVID-19AW Saul (21 février)
  • A164 · og24 · Breakthrough : Chloroquine phos­phate has shown appa­rent effi­cacy in treat­ment of COVID-19 asso­cia­ted pneu­mo­nia in cli­ni­cal stu­dies – Gao, Tiang, Yang (19 février)
  • A165 · tbdo · Remdesivir and chlo­ro­quine effec­ti­vely inhi­bit the recently emer­ged novel coro­na­vi­rus (2019-nCoV) in vitro – Wang et al. (4 février)
  • A166 · 17m7 · Série “Épidémiologie, pro­blé­ma­tiques et enjeux” au Collège de France – Arnaud Fontanet (octobre 2019)
  • A167 · zl98 · Off-line : What is medicine’s 5 sigma ? – R Horton (2015)
  • A168 · j8mu · A SARS-like clus­ter of cir­cu­la­ting bat coro­na­vi­ruses shows poten­tial for human emer­gence – Menachery VD et al. (2015)
  • A169 · kn4q · Modéliser la pro­pa­ga­tion d’une épi­dé­mie – F Rechenmann (2011)
  • A170 · ulow · Tamiflu : appel à l’éthique – René Girard (2009)
  • A171 · v8l2 · SARS vac­cines : where are we ? – RL Ropert & KE Rehm (2009)
  • A172 · lnt5 · Ouvrage “Evidence-Based Medicine. How to Practice and Teach EBM” – David L. Sackett et al. (2000)
  • A173 · x0ku · Respiratory Syncytial Virus Vaccines – RA Dudas & RA Karron (1998)

▷ Liens

  • N1 · 4rtm · Covid-19 : peut-on être infecté plu­sieurs fois par le nou­veau coro­na­vi­rus ?
  • N2 · opkd · Pays-Bas – Coronavirus. Le Premier ministre des Pays-Bas pri­vi­lé­gie “l’immunité col­lec­tive” au confi­ne­ment
  • N3 · 4g5k · The approach to tack­ling coro­na­vi­rus in the Netherlands
  • N4 · hzky · Sweden : esti­mate of the effec­tive repro­duc­tion number – 29 April 2020 (PDF)
  • N5 · 8dlx · Centre of Research in Epidemiology and StatisticS (CRESS, UMR 1153)
  • N6 · 9qyw · Deuxième pan­dé­mie de cho­léra – Wikipedia
  • N7 · xqhz · Ouvrage “Pandémie, la grande menace” – Jean-Philippe Derenne et François Bricaire
  • N8 · 6quh · Pneumonie : défi­ni­tion et fac­teurs de risque
  • N9 · 35lf · La pneu­mo­nie, une infec­tion poten­tiel­le­ment grave – Doctissimo
  • N10 · 2j0v · Causes of death – deaths by coun­try of resi­dence and occur­rence
  • N11 · eisd · Il était une fois les coro­na­vi­rus
  • N12 · ju5v · Coronavirus du syn­drome res­pi­ra­toire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – Wikipedia
  • N13 · 2s08 · Coronavirus : moins de 100 nou­veaux cas pour le 4e jour consé­cu­tif malgré les clus­ters – Agence de presse YONHAP (18 mars)
  • N14 · ggp5 · Église Shincheonji de Jésus – Wikipedia
  • N15 · z0r5 · Coronavirus : un autre foyer d’in­fec­tion dans la ban­lieue de Séoul
  • N16 · aa76 · Comment la démo­cra­tie coréenne a‑t-elle dompté Covid-19 ? – François Amblard (25 avril)
  • N17 · nd0a · Taux de léta­lité – Wikipedia
  • N18 · scl7 · Culture de la peur – Wikipedia
  • N19 · 9nx1 · Excess Mortality – Funding COVID-19 Research
  • N20 · r0ws · Taux de mor­ta­lité – Wikipedia
  • N21 · 7x2y · Coronavirus, ana­lyse des don­nées épi­dé­miques dans le monde : diag­nos­ti­quer doit être la prio­rité – vidéo de Didier Raoult (17 mars)
  • N22 · gqrk · Didier Raoult sur le coro­na­vi­rus : “Il ne faut pas jouer avec la peur”
  • N23 · 2if1 · Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection
  • N24 · nk9o · Modelling the spread of Coronavirus (COVID-19)
  • N25 · s1aa · Différence entre IgM et IgG
  • N26 · jx0d · Hydroxychloroquine – Wikipedia
  • N27 · l04l · Azithromycine – Wikipedia
  • N28 · xtm3 · PubPeer, the online Journal club
  • N29 · mj0i · Covid et men­songe d’état en France – JD Michel (26 mars)
  • N30 · jg4z · Remdésivir – Wikipedia
  • N31 · 9xjx · Oseltamivir (Tamiflu) – Wikipedia
  • N32 · qeun · Tamiflu cam­paign – BMJ
  • N33 · xt6v · Le zinc pour se pro­té­ger du Covid ? – JD Michel (1er avril)
  • N34 · qi3x · Lancement de l’es­sai cli­nique euro­péen Discovery contre le Covid-19 – INSERM (22 mars)
  • N35 · s8xe · Discovery (essai cli­nique) – Wikipedia
  • N36 · oi79 · Clapin, A (2018). Enquêtes médi­cales & éva­lua­tion des médi­ca­ments : de l’er­reur invo­lon­taire à l’art de la fraude. Éditions Désiris. ➡ Existe aussi en ver­sion Kindle sur Amazon.
  • N37 · vp1j · Laurent Alexandre – Wikipedia
  • N38 · gkca · Syndrome du QT long – Wikipedia
  • N39 · gh44 · Macrolide – Wikipedia
  • N40 · b4to · Propensity score mat­ching – Wikipedia
  • N41 · 7f6i · Variable confon­dante – Wikipedia
  • N42 · axd7 · Étude ran­do­mi­sée en double aveugle – Wikipedia
  • N43 · e5rq · Comparative Pharmacodynamic Analysis of Q‑T Interval Prolongation Induced by the Macrolides Clarithromycin, Roxithromycin, and Azithromycin in Rats
  • N44 · y2ci · Articles pré­fé­rés d’in­for­ma­tion pour les exa­mens sys­té­ma­tiques et méta-analyses
  • N45 · 1oqd · Biais de confir­ma­tion – Wikipedia
  • N46 · iba6 · Hazard ratio – Wikipedia
  • N47 · l0ax · Odds ratio – Wikipedia
  • N48 · ec36 · PUBPEER ana­ly­sis of “Clinical Efficacy of Chloroquine deri­va­tives in COVID-19 Infection : Comparative meta-analysis bet­ween the Big data and the real world”
  • N49 · lcub · Essai ran­do­misé contrôlé – Wikipedia
  • N50 · c5fw · Présentation de l’ou­vrage “Alertes grip­pales : com­prendre et choi­sir” – Marc Girard
  • N51 · oyf0 · Médecine fondée sur les faits – Evidence-based medi­cine (EBM) – Wikipedia
  • N52 · gy9w · StopCovid – Wikipedia
  • N53 · apl5 · Délibération de la CNIL por­tant avis sur projet StopCovid
  • N54 · a1at · Lymphocyte T auxi­liaire – Wikipedia
  • N55 · ksq2 · Lymphocyte B à mémoire – Wikipedia
  • N56 · rxg1 · Immunoglobuline M – Wikipedia
  • N57 · 1ytt · Global Virus Network (GVN)
  • N58 · bq44 · Vaccination contre les mala­dies conta­gieuses cou­rantes de l’en­fance — rap­port OMS, 1949 (PDF)
  • N59 · w3u7 · Anticorps – Wikipedia
  • N60 · vg89 · Antibody-dependent enhan­ce­ment – Wikipedia
  • N61 · fufq · Cytokine – Wikipedia
  • N62 · qha0 · Dengue – Wikipedia
  • N63 · t80p · Virus res­pi­ra­toire syn­cy­tial – Wikipedia
  • N64 · as2w · Syndrome res­pi­ra­toire aigu sévère (SARS) – Wikipedia
  • N65 · qio0 · Immunologie : Th1 ou Th2 – Wikipedia
  • N66 · s7yl · Macaque rhésus – Wikipedia
  • N67 · km36 · Balance bénéfice-risque – Wikipedia
  • N68 · dhya · Effect of Vitamin C Infusion on Organ Failure and Biomarkers of Inflammation and Vascular Injury in Patients With Sepsis and Severe Acute Respiratory Failure
  • N69 · w1lg · Corticoïde – Wikipedia
  • N70 · 0z4h · Prevotella – Wikipedia
  • N71 · 1789 · Sequencing data (N=3) shows Wuhan coro­na­vi­rus inte­gra­tion in bac­te­ria (Prevotella mostly). Sequencing arti­fact – or is the virus infec­ting both bac­te­rial and human cells ?
  • N72 · n6y6 · The 2019 Wuhan out­break could be caused by the bac­te­ria Prevotella, which is aided by the coro­na­vi­rus – Prevotella is present (some­times in huge amounts) in patients from two stu­dies in China and one in Hong Kong – S Chakraborty (février 2020)
  • N73 · yiri · Médecine hyper­bare – Wikipedia
  • N74 · y8eb · Essai RECOVERY
  • N75 · eb9v · Dexaméthasone – Wikipedia
  • N76 · hf2w · Quercétine – Wikipedia
  • N77 · c4m0 · NLRP3 – Wikipedia
  • N78 · tp9v · Inflammasome – Wikipedia
  • N79 · v4xi · Evidence Supporting a Phased Immuno-physiological Approach to COVID-19 From Prevention Through Recovery
  • N80 · s81r · Independent Science News | Food, Health and Agriculture Bioscience
  • N81 · y6lt · U.S. Lifts Funding Ban on Studies That Enhance Dangerous Germs
  • N82 · o1qx · Rhinolophe – chauve-souris fer à cheval – Wikipedia
  • N83 · c7wm · Reverse gene­tics with a full-length infec­tious cDNA of severe acute res­pi­ra­tory syn­drome coro­na­vi­rus
  • N84 · i97c · Orthologue
  • N85 · 07ni · Enzyme de conver­sion de l’an­gio­ten­sine (ACE2) – Wikipedia
  • N86 · aks1 · Spike pro­tein
  • N87 · zfq1 · Gain-of-Function Research
  • N88 · urm9 · Zoonose – Wikipedia
  • N89 · l34u · Airborne Transmission of Influenza A/H5N1 Virus Between Ferrets
  • N90 · m6rt · An Engineered Doomsday
  • N91 · wrd2 · Experimental adap­ta­tion of an influenza H5 HA confers res­pi­ra­tory dro­plet trans­mis­sion to a reas­sor­tant H5 HA/H1N1 virus in fer­rets
  • N92 · pn1i · The case against ‘gain-of-function’ expe­ri­ments : A reply to Fouchier & Kawaoka
  • N93 · i9ju · Human error in high-biocontainment labs : a likely pan­de­mic threat
  • N94 · vyz0 · Francis Boyle – Wikipedia
  • N95 · g6pn · Ouvrage “Biowarfare and Terrorism” – Francis A. Boyle
  • N96 · hrc5 · U.S. Biowarfare Programs Have 13,000 Death Scientists Hard At Work
  • N97 · tv7w · Biological Weapons Anti-Terrorism Act of 1989 (USA)
  • N98 · l9rl · Scientists condemn ‘crazy, dan­ge­rous’ crea­tion of deadly air­borne flu virus

Article créé le 16/03/2020 - modifié le 4/08/2020 à 16h25

39 recommended
4 commentaires
1728 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.