Ne pas manquer…

Refroidissement global dans les années 1970 : un mythe ?

• Bookmarks: 47232


Traduit de l’an­glais
Source : 285 Papers 70s Cooling (NoTricksZone, 2020N1)

Sommaire

⚪️ À partir de 2003, l’in­gé­nieur infor­ma­ti­cien William Connolley a discrè­te­ment supprimé de Wikipédia, la source d’in­for­ma­tion la plus influente et la plus consul­tée au monde, les réfé­rences très gênantes à la peur du refroi­dis­se­ment plané­taire des années 1970.

Il fallait le faire. Trop de scep­tiques souli­gnaient (à juste titre) que le « consen­sus » scien­ti­fique des années 1960 et 1970 était que la Terre se refroi­dis­sait depuis des décen­nies, et que les théo­ries émer­gentes concer­nant le poten­tiel d’un réchauf­fe­ment clima­tique induit par le CO2 étaient encore discu­tables et incertaines.

Connolley, cofon­da­teur (avec Michael Mann et Gavin Schmidt) du blog real​cli​mate​.org, a non seule­ment réussi à suppri­mer (ou à réécrire) l’his­toire de la crainte du refroi­dis­se­ment plané­taire des années 1970 dans les archives de Wikipédia, mais il a égale­ment effacé (ou réécrit) les réfé­rences à la période chaude médié­vale et au petit âge glaciaire. Ceci, afin de donner l’im­pres­sion que le paléo­cli­mat a la forme du graphique en crosse de hockey de Mann, avec une montée en tempé­ra­ture sans précé­dente et dange­reuse aux 20e et 21e siècles.

Un rapport d’en­quête publié en 2009 par le Telegraph britan­nique a décrit l’éten­due des pouvoirs dicta­to­riaux que Connolley possé­dait sur Wikipédia, lui permet­tant de suppri­mer les infor­ma­tions scien­ti­fiques qui ne corres­pon­daient pas à son point de vue.

Au total, Connolley a créé ou réécrit 5428 articles uniques sur Wikipédia. Son contrôle sur Wikipédia était encore plus grand, cepen­dant, grâce au rôle qu’il a obtenu de Wikipédia en tant qu’ad­mi­nis­tra­teur du site web, ce qui lui permet­tait d’agir en quasi-impunité. Lorsque Connolley n’ai­mait pas le sujet d’un article, il le suppri­mait — plus de 500 articles de descrip­tions diverses ont disparu de son fait. Lorsqu’il désap­prou­vait les argu­ments avan­cés par d’autres, il les faisait souvent inter­dire — plus de 2000 contri­bu­teurs de Wikipédia ayant eu maille à partir avec lui se sont vus inter­dire toute nouvelle contri­bu­tion. En revanche, les acolytes dont les écrits étaient conformes aux vues de Connolley sur le réchauf­fe­ment clima­tique étaient récom­pen­sés avec la béné­dic­tion de Wikipédia. C’est ainsi que Connolley a fait de Wikipédia l’aile mission­naire du mouve­ment pour le réchauf­fe­ment climatique.

Après avoir évis­céré de Wikipédia les réfé­rences à la peur du refroi­dis­se­ment plané­taire des années 1970, et à la période de réchauf­fe­ment médié­val, plus chaude qu’au­jourd’­hui, et après avoir person­nel­le­ment réécrit les commen­taires de Wikipédia sur l’ef­fet de serre pour attri­buer un rôle central et domi­nant au CO2, Connolley s’est asso­cié à deux autres auteurs pour publier en 2008 un mani­feste « consen­suel » qui préten­dait dénon­cer la peur du refroi­dis­se­ment plané­taire des années 1970 comme un mythe, quelque chose qui n’a jamais vrai­ment eu lieu.

Peterson, Connolley et Fleck (2008N2, ci-après PCF08) ont publié “The Myth of the 1970s Global Cooling Scientific Consensus” dans le Bulletin of the American Meteorological Society, dans l’es­poir de dissi­per une fois pour toutes l’idée que certains scien­ti­fiques des années 1960 et 1970 étaient d’ac­cord sur le fait que la Terre se refroi­dis­sait (et pour­rait conti­nuer à le faire), ou que le CO2 ne jouait pas un rôle prépon­dé­rant dans le chan­ge­ment climatique.

La fabrication d’un « consensus » obtenu par l’exclusion

Le thème prin­ci­pal du PCF08 peut être résumé en quatre phrases extraites du docu­ment et citées succinctement :

[Le] mythe suivant s’est répandu [parmi les scep­tiques] : dans les années 1970, les clima­to­logues s’ac­cor­daient sur l’im­mi­nence d’un refroi­dis­se­ment global ou d’une véri­table ère glaciaire. Une analyse de la litté­ra­ture scien­ti­fique sur le climat entre 1965 et 1979 montre que ce mythe est faux. … Au cours de la période allant de 1965 à 1979, notre étude biblio­gra­phique a permis de trou­ver 7 articles sur le refroi­dis­se­ment, 20 sur la neutra­lité et 44 sur le réchauf­fe­ment. … Dans les années 1970, il n’y avait pas de consen­sus scien­ti­fique sur le fait que la Terre se diri­geait vers une ère glaciaire immi­nente. En effet, la possi­bi­lité d’un réchauf­fe­ment anthro­pique domi­nait déjà, à cette. époque, la litté­ra­ture évaluée par les pairs.

William Connolley et ses collègues ont affirmé que le « consen­sus » scien­ti­fique concer­nant le refroi­dis­se­ment de la planète et l’in­fluence du CO2 sur le climat, au cours des années 1970, pouvait être déter­miné en comp­tant les publi­ca­tions scien­ti­fiques entrant dans des caté­go­ries arbi­trai­re­ment défi­nies. Ce qui leur a permis d’ex­clure inten­tion­nel­le­ment des centaines d’ar­ticles suscep­tibles de compro­mettre l’ob­jec­tif, préten­du­ment destruc­teur de mythe, de leur article.

Les auteurs du PCF08 ont décidé que pour « quan­ti­fier le consen­sus » (en comp­tant les publi­ca­tions), un article scien­ti­fique ne pouvait être classé comme « refroi­dis­sant » que s’il prévoyait que les tempé­ra­tures futures allaient (conti­nuer à) bais­ser, ou qu’une « véri­table ère glaciaire était immi­nente ». Les articles publiés au cours de la période 1965–1979, choi­sie arbi­trai­re­ment, qui affir­maient que le climat se refroi­dis­sait déjà depuis des décen­nies, que ce refroi­dis­se­ment n’était pas une évolu­tion posi­tive et/ou que les effets du CO2 sur le climat étaient discu­tables ou rempla­cés par d’autres méca­nismes de chan­ge­ment clima­tique plus influents … n’étaient pas consi­dé­rés comme méri­tant d’être clas­sés comme portant sur le « refroi­dis­se­ment », ni comme des articles en désac­cord avec le prétendu « consen­sus », qui affir­mait que le refroi­dis­se­ment mondial actuel (années 1960–1970) serait un jour remplacé par un réchauf­fe­ment clima­tique induit par le CO2.

Bien entendu, la crainte d’un refroi­dis­se­ment global dans les années 1970 n’était pas étroi­te­ment ou exclu­si­ve­ment axée sur l’évo­lu­tion future des tempé­ra­tures ou sur l’im­mi­nence d’une ère glaciaire. Elle portait prin­ci­pa­le­ment sur le refroi­dis­se­ment en cours depuis des décen­nies, sur les effets néga­tifs de ce refroi­dis­se­ment (sur les phéno­mènes météo­ro­lo­giques extrêmes, sur la produc­tion alimen­taire, etc.) et sur les incer­ti­tudes liées aux causes des chan­ge­ments climatiques.

En excluant tendan­cieu­se­ment les publi­ca­tions des années 1960 et 1970 qui docu­men­taient le refroi­dis­se­ment global en cours et préoc­cu­pant, ainsi qu’en excluant déli­bé­ré­ment les articles qui suggé­raient que la sensi­bi­lité du climat au forçage par le CO2 était faible, ou discu­table par rapport à d’autres méca­nismes, les auteurs ont pu prétendre effron­té­ment qu’il n’y avait que 7 articles publiés dans la litté­ra­ture scien­ti­fique, entre 1965 et 1979, qui étaient en désac­cord avec l’opi­nion « consen­suelle » selon laquelle le réchauf­fe­ment global se produi­rait à un moment donné dans l’ave­nir (en raison des augmen­ta­tions de CO2). Selon le PCF08, 44 articles ont été publiés entre 1965 et 1979 dans la caté­go­rie « le réchauf­fe­ment est immi­nent en raison du CO2 », ce qui leur permet­tait d’af­fir­mer que les projec­tions de réchauf­fe­ment clima­tique anthro­pique dange­reux « domi­naient » déjà la litté­ra­ture scien­ti­fique à cette époque.

Un « consensus » scientifique de 83 % sur le refroidissement global et la faible influence du CO2 dans les années 1960 et 1970

Comme nous le montre­rons ici, l’af­fir­ma­tion selon laquelle seules 7 publi­ca­tions de cette époque étaient en désac­cord avec le « consen­sus » présup­posé sur le réchauf­fe­ment dû au CO2 est absurde. En effet, si l’on inclut les articles des années 1960 et 1970 qui indi­quaient que le globe s’était refroidi (de ‑0.3 °C entre les années 1940 et 1970), que ce refroi­dis­se­ment était préoc­cu­pant (entraî­nant des condi­tions météo­ro­lo­giques extrêmes, des séche­resses, une baisse des rende­ments agri­coles, etc.) et/ou que l’in­fluence du CO2 sur le climat était discu­table, voire négli­geable, une esti­ma­tion prudente du nombre de publi­ca­tions scien­ti­fiques qui n’étaient pas d’ac­cord avec le prétendu « consen­sus » sur le réchauf­fe­ment du CO2 était de 220 articles pour la période 1965–1979, et non pas de 7 articles. Si l’on inclut les articles publiés entre 1960 et 1989, le nombre d’ar­ticles « non consen­suels » ou « refroi­dis­sants » s’élève à 285.

Ici encore, ces esti­ma­tions doivent être consi­dé­rées comme prudentes. Il existe vrai­sem­bla­ble­ment plusieurs dizaines d’autres articles scien­ti­fiques, datant de l’époque des craintes de refroi­dis­se­ment des années 1960 et 1970, qui entre­raient proba­ble­ment dans la caté­go­rie des articles sur le « refroi­dis­se­ment », mais qui n’ont pas encore été mis en ligne pour être consul­tés dans leur intégralité.

Mais admet­tons que l’af­fir­ma­tion du PCF08 est vraie, et qu’il n’y a eu que 44 articles publiés entre 1965 et 1979 qui soute­naient la posi­tion selon laquelle le climat de la Terre est prin­ci­pa­le­ment façonné par les concen­tra­tions de CO2, et que la Terre commen­ce­rait donc un jour à se réchauf­fer, comme les modèles l’avaient suggéré. Il est inté­res­sant de noter que, si nous devions employer la métho­do­lo­gie déses­pé­ré­ment erro­née qui consiste à déter­mi­ner le degré rela­tif de « consen­sus » scien­ti­fique en comp­tant le nombre d’ar­ticles qui sont d’ac­cord avec une posi­tion ou une autre — comme l’ont fait le blogueur John Cook et ses collègues dans leur article de 2013 inti­tulé “Quantifying the Consensus…” qui a donné un résul­tat prédé­ter­miné de 97 % par le biais d’une mani­pu­la­tion caté­go­rielle —, les 220 articles sur le « refroi­dis­se­ment » publiés entre 1965 et 1979 pour­raient repré­sen­ter un consen­sus global sur le refroi­dis­se­ment de 83.3 % pour l’époque (ce qui n’est pas le cas de tous les articles publiés entre 1965 et 1979). 3 % pour l’époque (220/264 articles), contre seule­ment 16.7 % pour le réchauf­fe­ment clima­tique anthro­pique (44/264 articles).

La crainte du refroidissement planétaire dans les années 1970 n’était pas mythologique

L’examen de la litté­ra­ture scien­ti­fique dispo­nible entre les années 1960 et 1980 montre clai­re­ment que l’on s’in­quié­tait beau­coup du refroi­dis­se­ment plané­taire en cours, qui avait atteint ‑0.5 °C dans l’hé­mi­sphère nord et ‑0.3 °C au niveau mondial entre les années 1940 et les années 1970.

Bien entendu, ce refroi­dis­se­ment gênant de ‑0.3°C à l’échelle mondiale entre les années 1940 et 1970 a été presque entiè­re­ment supprimé des enre­gis­tre­ments instru­men­taux par la NASA (GISS) et le MetOffice (HadCRUT). Après tout, les obser­va­tions (de refroi­dis­se­ment) étaient en contra­dic­tion avec la modé­li­sa­tion du climat. Les respon­sables des ensembles de données sur les tempé­ra­tures de surface (tels que Phil Jones du MetOffice ou Gavin Schmidt de la NASA) ont récem­ment ramené le refroi­dis­se­ment de ‑0.3 °C à quelques centièmes de degré. Le GISS de la NASA, par exemple, a réduit (par des « ajus­te­ments ») le refroi­dis­se­ment global à envi­ron ‑0.01 °C entre les années 1940 et 1970, comme le montre le graphique ci-dessous. Il est probable qu’au cours des prochaines années d’ajus­te­ments des données passées, la période de refroi­dis­se­ment global du milieu du 20e siècle dispa­raî­tra complè­te­ment et se trans­for­mera en une période de réchauffement.

Pour ceux qui ont réel­le­ment vécu la peur du refroi­dis­se­ment non mytho­lo­gique des années 1960 et 1970 (qui a, depuis, disparu des graphiques), les consé­quences du refroi­dis­se­ment de l’hé­mi­sphère nord de ‑0.5° (en parti­cu­lier) ont été fréquem­ment discu­tées dans les publi­ca­tions scien­ti­fiques. Des stra­té­gies de géo-ingénierie ont été propo­sées par des scien­ti­fiques pour faire fondre la mer de glace arctique. Les séche­resses, les inon­da­tions et les anomalies/variabilités météo­ro­lo­giques extrêmes ont été impu­tées au refroi­dis­se­ment plané­taire en cours. Au cours de cette période, les glaciers ont progressé, et même gonflé, à un rythme accé­léré. La crois­sance de la banquise et le refroi­dis­se­ment sévère de l’Arctique ont rendu les océans beau­coup moins navi­gables. La crois­sance des cultures et la produc­tion alimen­taire ont ralenti, à mesure que la Terre se refroi­dis­sait, ce qui a forte­ment préoc­cupé les gouver­ne­ments mondiaux. Les hivers rigou­reux des années 1960 et 1970 ont conduit de nombreux clima­to­logues à penser que la Terre reve­nait à un climat semblable à celui du petit âge glaciaire des années 1800. Les obser­va­tions de mammi­fères migrant vers des climats plus chauds au cours des années 1960 et 1970, en raison des tempé­ra­tures plus froides, ont été rappor­tées dans des articles scientifiques.

Les syno­nymes des condi­tions de refroi­dis­se­ment clima­tique des années 1960 et 1970 couram­ment utili­sés dans la litté­ra­ture sont des mots tels que dété­rio­ra­tion, réces­sion, préju­di­ciable et grave. En revanche, les périodes de réchauf­fe­ment, telles que la période médié­vale, plus chaude, ou le réchauf­fe­ment survenu au cours de la première moitié du 20e siècle, ont été quali­fiées de posi­tives ou d’op­ti­males (la période de réchauf­fe­ment médié­vale a été quali­fiée de « petit optimum »).

Selon Stewart et Glantz (1985N3), au début des années 1970, l’opi­nion domi­nante parmi les scien­ti­fiques était que la Terre se diri­geait vers une nouvelle période glaciaire. Ce n’est qu’à la fin des années 1970 que les scien­ti­fiques ont changé d’avis, et que le « point de vue domi­nant » a commencé à évoluer vers un réchauf­fe­ment. Ceci est en contra­dic­tion directe avec les affir­ma­tions du PCF08, qui prétend que le réchauf­fe­ment était l’opi­nion domi­nante parmi les scien­ti­fiques dans les années 1960 et au début des années 1970 égale­ment. En outre, en 1985, il était encore admis que « les causes du chan­ge­ment clima­tique mondial restent controversées ».

Stewart et Glantz (1985N3)

Selon les scien­ti­fiques qui ont fait rapport à l’Agence centrale de rensei­gne­ment des États-Unis (1974), 22 des 27 méthodes de prévi­sion annon­çaient une tendance au refroi­dis­se­ment pour les 25 prochaines années, et les « experts en météo­ro­lo­gie » pensaient que le climat des années 1800 était sur le point de reve­nir, avec le retour conco­mi­tant des échecs de la mous­son, des saisons de crois­sance plus courtes et des « condi­tions météo­ro­lo­giques violentes ».

L’accent sélectif mis sur des « faits » scientifiques particuliers pour faire avancer un agenda

Il est assez ironique que la cita­tion ci-dessous, qui met en doute les moti­va­tions des « scep­tiques » par Connolley et ses coau­teurs (PCF08), appa­raisse dans un article qui insiste sur le fait que les préoc­cu­pa­tions des années 1970 concer­nant le refroi­dis­se­ment plané­taire ne se sont jamais réel­le­ment produites, d’un point de vue scien­ti­fique, et leur « preuve » que cela ne s’est jamais réel­le­ment produit est qu’ils n’ont pu loca­li­ser que 7 articles scien­ti­fiques (par biais de sélec­tion) qui soute­naient ce point de vue « contraire » :

Le PCF08N2 :

La cita­tion sélec­tive de la litté­ra­ture passée est un exemple de ce que le poli­to­logue Daniel Sarewitz appelle la « scien­ti­sa­tion » du débat poli­tique : l’ac­cent sélec­tif mis sur des « faits » scien­ti­fiques parti­cu­liers pour promou­voir un ensemble parti­cu­lier de valeurs poli­tiques. Dans le cas présent, le mythe est prin­ci­pa­le­ment utilisé pour tenter d’ébran­ler la croyance et le soutien du public au consen­sus scien­ti­fique contem­po­rain sur le chan­ge­ment clima­tique anthro­pique, en faisant appel à un « consen­sus » passé sur un sujet étroi­te­ment lié qui aurait été erroné.

William Connolley a peut-être réussi à effa­cer des pages de Wikipédia la période de réchauf­fe­ment médié­val et les préoc­cu­pa­tions liées au refroi­dis­se­ment des années 1970. Il a peut-être réussi à rédi­ger plus de 5400 articles origi­naux sur Wikipédia pour tenter de persua­der le public que l’homme et le CO2 jouent un rôle prépon­dé­rant dans les chan­ge­ments clima­tiques. Mais Internet a une mémoire longue et éten­due, et ne pardonne pas aux oppor­tu­nistes et aux acti­vistes qui tentent de duper le public en concoc­tant de faux récits et en recou­rant à la même pratique de « scien­ti­sa­tion » qu’ils prétendent hypo­cri­te­ment tour­ner en dérision.

285 publications scientifiques confirment un « consensus » sur le refroidissement planétaire et la faible influence du CO2

Ici encore, au moins 285 publi­ca­tions scien­ti­fiques n’étaient pas d’ac­cord avec le prétendu « consen­sus » sur le réchauf­fe­ment du CO2 entre les années 1960 et 1980. La liste est divi­sée en plusieurs sous-sections :

  • Refroidissement depuis 1940, prévi­sions concer­nant la pour­suite du refroidissement/de l’ère glaciaire (156 articles)
  • Influence humaine douteuse sur le climat, faible sensi­bi­lité du climat au CO2 (44 articles)
  • L’augmentation du CO2 entraîne un refroi­dis­se­ment (7 articles)
  • Incertitudes, manque de compré­hen­sion du climat, problèmes de modé­li­sa­tion clima­tique (30 articles)
  • Diverses influences douteuses de l’homme et du CO2 sur le climat (12 articles)
  • Mécanismes de chan­ge­ment clima­tique sans CO2 (26 articles)
  • Un passé plus chaud malgré un taux de CO2 plus faible (10 articles)

Ce qui suit (NoTricksZone, 2020N1 et pages suivantes) est une liste de plus de 285 articles publiés dans les années 1960, 1970 et 1980, montrant qu’il exis­tait un quasi-consensus sur l’im­mi­nence d’un refroi­dis­se­ment global — un point que certains scien­ti­fiques mili­tants contestent à tort. Ils auraient dû être beau­coup plus prudents dans leur analyse de la litté­ra­ture. ⚪️

L’hypothèse alar­miste du réchauf­fe­ment par effet de serre causé par le CO2 était toute­fois déjà connue à la fin des années 1960. Elle était notam­ment postu­lée par des person­na­li­tés comme Aurelio Peccei, fonda­teur du Club de Rome. Voir mon article Discours sur le climat.

Compléments de lecture

  • Ouvrage Impasses Climatiques (François Gervais, 2022N4)
  • Le consen­sus scien­ti­fique sur le rôle néfaste du CO2 n’existe pas (Terre et Climat, 2023N6)
  • L’effet de serre et le bilan éner­gé­tique de la Terre (Georges Geuskens, 2020N7)
  • Mathématiquement, le GIEC a tout faux ! (Henri Masson, 2023N8)
  • Ouvrage The Rational Climate e‑Book (Patrice Poyet, 2022N9)
  • Comment on the Environmental Protection Agency’s (“EPA”) Proposed Rule (William Happer & Richard Lindzen, 2023N10)
  • Europe’s Climate Suffers From Lack Of Clouds And Rain… Not From A CO2 Increase (Mueller FF, 2023N11)
  • Mon article Discours sur le climat

▷ Liens

🔵 Notes pour la version papier :
- Les iden­ti­fiants de liens permettent d’atteindre faci­le­ment les pages web auxquelles ils font réfé­rence.
- Pour visi­ter « 0bim », entrer dans un navi­ga­teur l’adresse « https://​leti​.lt/0bim ».
- On peut aussi consul­ter le serveur de liens https://leti.lt/liens et la liste des pages cibles https://leti.lt/liste.

  • N1 · h4gw · 285 Papers 70s Cooling
  • N2 · cf57 · The Myth of the 1970s Global Cooling Scientific Consensus
  • N3 · lsm4 · Expert judg­ment and climate fore­cas­ting : A metho­do­lo­gi­cal critique of “climate change to the year 2000”
  • N4 · o85p · Ouvrage “Impasses clima­tiques : les contra­dic­tions du discours alar­miste sur le climat” – François Gervais
  • N6 · hmw5 · Le consen­sus scien­ti­fique sur le rôle néfaste du CO2 n’existe pas
  • N7 · f5cw · L’effet de serre et le bilan éner­gé­tique de la Terre
  • N8 · s94q · Mathématiquement, le GIEC a tout faux !
  • N9 · ky5g · Book “The Rational Climate e‑Book 2nd (ed.)” – Patrice Poyet
  • N10 · ybt3 · Comment on the Environmental Protection Agency’s (“EPA”) Proposed Rule – William Happer & Richard Lindzen
  • N11 · p1ew · Europe’s Climate Suffers From Lack Of Clouds And Rain… Not From A CO2 Increase

Cet article contient 3261 mots.
Autrement dit 20792 signes.

Article créé le 23/08/2023 - modifié le 13/10/2023 à 07h19

47 recommended
0 commentaires
232 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.