Sommeil

Travaux récents sur le sommeil

• Bookmarks: 1931668


Un docu­men­taire récent (2014), Sleepless in America (lien:bs7b) copro­duit par le National Geographic Channel, révèle que 40% des habi­tants des USA souffrent de pri­va­tion de som­meil. Les tra­vaux de recherche montrent qu’un som­meil inadé­quat contri­bue à de nom­breuses patho­lo­gies qui vont des maux de tête au dia­bète, d’une dimi­nu­tion des défenses immu­ni­taires, aux mala­dies de cœur et même à une dété­rio­ra­tion irré­ver­sible du cer­veau.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux USA classent donc le manque de som­meil comme un pro­blème majeur de santé publique. L’étude de Miller et al. (2014 lien:gjwd) révèle que les per­sonnes âgées de plus de 65 ans qui dorment moins de 6 heures ou plus de 8 heures par nuit ont de moins bons scores dans les fonc­tions cog­ni­tives liées à la mémoire.

sleeping

Un article de Blackwell et al. (2014 lien:4gsh) conclut : Parmi des hommes clients de mai­sons de retraites, une moins grande effi­ca­cité de som­meil, des périodes d’é­veil plus fortes la nuit, de fré­quentes longues insom­nies et la recon­nais­sance d’une mau­vaise qua­lité de som­meil étaient asso­ciées à un déclin cog­ni­tif sub­sé­quent.

Di Meco et al. (2014 lien:7qef) ont montré que des souris pri­vées de som­meil souf­fraient de troubles de mémoire avec une aug­men­ta­tion du risque de mala­dies neu­ro­lo­giques comme celle d’Alzheimer. D’après Bellesi et al. (2017 lien:igd3), cette pri­va­tion ren­drait inva­sives et des­truc­trices les cel­lules gliales (lien:wfip) char­gées d’éliminer les débris et de mettre à jour les connexions neu­ro­nales. Enfin, Kahn et al. (2014 lien:9gyx) ont montré qu’une seule nuit de som­meil inter­rompu, chez 40 femmes âgées de 20 à 29 ans, avait le même effet délé­tère qu’une pri­va­tion de som­meil.

Est-il judi­cieux de faire des « grasses mati­nées » pour rat­tra­per les heures de som­meil per­dues ? Les Français, qui sont pour beau­coup en défi­cit de som­meil, dorment en moyenne une heure de plus le wee­kend qu’en semaine. Jérémy Anso a montré que les études scien­ti­fiques n’é­taient pas una­nimes quant au béné­fice de cette pra­tique (lien:qear). 

Trop dormir peut signa­ler un risque accru d’acci­dent vas­cu­laire céré­bral (AVC lien:jrzg) selon l’é­tude de Leng et al. (2015 lien:uzzx) publiée dans la revue Neurology, por­tant sur 9692 par­ti­ci­pants âgés de 42 à 81 ans. Il s’agit d’une simple cor­ré­la­tion, le lien de cause à effet n’é­tant pas démon­tré, mais le risque d’AVC est plus grand de 48% en moyenne chez les per­sonnes (pour la plu­part des femmes âgées) dor­mant plus de huit heures par nuit. La même étude observe une aug­men­ta­tion de risque d’AVC en cas d’in­suf­fi­sance de som­meil, qui peut aller jus­qu’à 87% pour des per­sonnes jeunes. Le risque le plus grand signalé ainsi serait celui d’un acci­dent isché­mique (lien:f42s) pour un temps de som­meil insuf­fi­sant, et plutôt hémor­ra­gique (lien:q6ty) pour un temps de som­meil exces­sif.

diagram-of-brain-strokes
Accident isché­mique et acci­dent hémor­ra­gique. Source : lien:fu7u

En expé­ri­men­ta­tion ani­male, des cher­cheurs ont montré que l’ex­po­si­tion du fœtus à l’é­tha­nol (autre­ment dit, la consom­ma­tion d’al­cool pen­dant la gros­sesse) aurait pour consé­quence un dérè­gle­ment des phases de som­meil pro­fond, celles pen­dant les­quelles le cer­veau enre­gistre le sou­ve­nir d’é­vé­ne­ments impor­tants dans la mémoire à long terme (Wilson DA et al., 2016 lien:jo7f).

Les auteurs com­mentent (voir page lien:bnnq) :

Il a été constaté que les souris expo­sées à l’é­tha­nol pas­saient moins de temps dans en som­meil lent pro­fond (slow-wave sleep lien:upgh) et subis­saient une sévère frag­men­ta­tion du som­meil, ces deux dis­po­si­tions ayant un lien signi­fi­ca­tif avec un han­di­cap de mémoire. L’équipe de recherche a aussi observé que les souris expo­sées à l’é­tha­nol étaient hyper­ac­tives alors que celles du groupe de contrôle ne l’é­taient pas. Les souris expo­sées à l’é­tha­nol mon­traient aussi un som­meil lent pro­fond réduit et frag­menté, ainsi qu’une aug­men­ta­tion des tran­si­tions entre som­meil et veille par périodes de 24 heures.

De plus, on a observé chez les souris expo­sées à l’é­tha­nol, mais pas dans le groupe de contrôle, un han­di­cap de peur contex­tuelle qui condi­tion­nait la mémoire, carac­té­risé par un défaut de mémo­ri­sa­tion d’é­vé­ne­ments sur­ve­nus dans des contextes spé­ci­fiques. La sévé­rité de ce han­di­cap de mémoire était direc­te­ment cor­ré­lée à l’im­por­tance de la frag­men­ta­tion du som­meil.

La chronobiologie au service du sommeil

Les troubles du som­meil peuvent être envi­sa­gés dans le cadre plus vaste de la chro­no­bio­lo­gie qui étudie les méca­nismes syn­chro­ni­sés par notre hor­loge bio­lo­gique cir­ca­dienne (lien:z1o8). Les rup­tures acci­den­telles de cycles sont asso­ciées à des troubles de l’hu­meur (lien:c5yv) et peuvent être trai­tés par voie médi­ca­men­teuse — comme l’ad­mi­nis­tra­tion de méla­to­nine (lien:9ihl) pour faci­li­ter l’en­dor­mis­se­ment — ou par une « chro­no­thé­ra­pie » qui consiste à amé­lio­rer les condi­tions dans les­quelles cette hor­loge se resyn­chro­nise : expo­si­tion à la lumière mati­nale, nutri­tion res­treinte dans le temps (TRF, Time-Restricted Feeding) favo­ri­sant la prise de nour­ri­ture le matin (voir mon article Jeûne et restriction calorique), exer­cice le matin etc.

Quelques recettes pour une amé­lio­ra­tion de la qua­lité et quan­tité de som­meil sont pro­po­sées dans mon article Une éducation du sommeil.

Article créé le 23/09/2015 - modifié le 31/01/2020 à 10h57

193 recommended
0 commentaires
1668 visites
bookmark icon

Écrire un commentaire...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.